La nouvelle loi sur la commission électorale nationale indépendante(CENI) adoptée par l’Assemblée nationale continue de susciter des réactions. Pour Alpha Oumar Taran Diallo président l’Alliance démocratique pour le renouveau (ADR), la Guinée n’a pas un problème de lois mais un problème de personnes.

« À mon avis, nous n’avons pas un problème de lois ou d’institutions. Nous avons un problème de personnes. Souvent, je prends l’exemple du Sénégal où c’est le ministère de l’intérieur qui organise les élections. En 2000, c’est un général comme celui qu’on ici actuellement qui était ministre de l’intérieur du Sénégal. C’est lui qui avait organisé les élections que le président Abdou Diouf avait perdu. Quelqu’un lui a posé une question par rapport à cela, il a dit qu’au Sénégal, tous les administrateurs territoriaux(sous-préfet, préfet,…) et tous ceux qui sont impliqués dans l’organisation d’une élection ont fait des formations et connaissent les lois de la République. Ils savent qu’on ne peut pas leur mettre la pression pour qu’ils changent les résultats en faveur d’un camp ou d’un autre », a entamé.

Et l’opposant de poursuivre: « Contrairement en Guinée, dès que tu es nommé quelque part, les gens n’ont pas le niveau, les compétences requises  qui leur permettent de garder leur indépendance. Aujourd’hui, quand on prend les cadres de l’administration ou les démembrements de la CENI, même si on met une bonne équipe au niveau de la CENI centrale, puisque les élections sont gérées par l’institution et ses démembrements, ces derniers vont vous amener toujours dans des situations conflictuelles. Tout ça parce que ces gens pensent qu’ils doivent tout faire pour pérenniser le pouvoir. Donc, nous avons un problème d’indépendance de personnes, un problème de moralité tant bien, ils ne cherchent que comment remplir les poches. Donc, ça m’étonnerait que cette nouvelle loi puisse changer quoique ce soit dans la situation que nous connaissons tant que les gens qui viendront ne seront pas suffisamment matures, avertis pour garder leur indépendance et mettre l’intérêt général au dessus de l’intérêt particulier ou partisan ».

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

PARTAGER