Alpha Condé, un villageois au pays de l’Oncle Sam

Alpha Condé lors d'une visite aux Etats-unis
Alpha Condé lors d'une visite aux Etats-unis

L’arrivée d’Alpha Condé aux USA est comme le maire d’un petit village de la Guinée de Dinguiraye ou de Lola qui arrive à Conakry à la veuille de la célébration du 2 octobre ( ou massacre 28 septembre) avec son entourage.

La grande différence entre Washington et Conakry c’est la manne financière. Le maire du village ne dispose pas assez d’argent pour se faire voir et se faire entendre. De l’autre côté Alpha Condé avec tous les moyens financiers qu’il s’est octroyé sur le dos du contribuable guinéen est aussi petit et mal vu partout la sphère politique américaine.

Notre villageois est accueilli aux kilomètre 36 par des gendarmes et policiers qui le rançonnent et Alpha Condé est accueilli par son ministre des affaires étrangères comme s’il était à Dabola ou encore Kerouané la différence est que nous sommes aux USA qui que tu sois tu vas payer tous les frais aux centimes prêt.

Notre maire du village peut se faire héberger par un cousin ou tout autre parent. Il est honnête et vie parmi les siens. Son statut devant le gouvernement de son pays est si petit personne ne prête attention mais s’il est était malhonnête il peut prétendre de signer des contrats avec les moulins de Guinée pour ouvrir des pâtisseries dans son village où il visite port autonome et prétend avoir signé un autre contrat avec la société Bolloré pour un port pour son village.

Il prétendra devant le palais du peuple qu’il est parmi les invités sans faire parti des notables, il cherchera sa place permis les badaud et les spectateurs comme un vulgaire individu. et avec son titre de maire il prétend être un officiel qui sait tout. Et peut tout faire il rêve d’un plébiscite, d’un lauréat de prix Nobel. Mais il oublie qu’il a été élu en divisant les villageois par des tribus et par des castes. Il oublie les conséquences de l’eau empoisonnée et la destitution de la directrice l’hôpital national qui a su et dénoncé le fait qu’il avait une machination dans l’affaire de ces eaux. Surtout, il avait oublié qu’une villageoise au de Mme Boiro avait cru en lui et voulait combattre la corruption et a laissé sa vie mais son mari cupide et avait voulu participer dans la tabala du village mais hélas sa présence fut tolérée au temps que les villageois oublie qui était cette dernière.

Un maire d’un village aussi lointain qui n’a jamais travaillé dans prétend même connaître même comment les conakrykas peuvent ouvrir des restaurants à New York et à Washington pour du soumbara et du soferfake.

Il prétend même remplir une salle du palais du peuple avec un auditoire acquit à sa cause. Il pense parlé au nom de l’Afrique mais son temps est passé car ils sont nombreux aujourd’hui ces jeunes africains qui rêvent de l’Europe et de l’Amérique que son truc de panafricanisme ne rentre pas dans leur IPhone ou Facebook. Ils sont ces jeunes guinéens qui ne savent pas qu’il existe ou ce qu’il a fait de ses quarante de combat inutiles.

Ils sont nombreux ces jeunes villageois qui préfèrent mourir sous les trains d’avions pour écouter des discours des temps passer. Ils sont des guinéens qui comprennent plus pourquoi être honnête ne paye pas. Ils sont nombreux ces jeunes du village qui veulent vivre ailleurs que de voir des routes et des ponts défoncés de la même manière que leur avenir hypothèque

Par Amadou M’Bonet Diallo