A LA UNEPolitique

Afghanistan: chaos et confusion à l’aéroport et à Kaboul

L’Afghanistan s’est réveillé ce lundi 16 août aux mains des talibans, au lendemain de la prise de Kaboul. Le président Ashraf Ghani, qui a quitté le pays, a reconnu la victoire des rebelles. Ces derniers ont pris le contrôle de son palais. L’entrée des talibans dans la capitale a provoqué une vague de panique, avec des habitants qui tentaient de fuir la ville par le dernier point de sortie pas encore sous contrôle des insurgés : l’aéroport.

  • Plusieurs personnes décédées à l’aéroport
  • L’ambassadeur de Russie à Kaboul rencontrera le coordinateur pour la sécurité des talibans demain mardi

La situation à l’aéroport international de Kaboul ce lundi matin est chaotique. C’est le sauve qui peut, rapporte notre correspondante Sonia Ghezali. Les agences de presse relatent que les forces américaines ont tiré en l’air face à une foule très importante massée sur le tarmac. Selon l’agence Reuters, il s’agissait d’empêcher que des Afghans en panique montent à bord d’appareils destinés à évacuer les Américains. Plusieurs personnes ont été tuées dans la confusion.

Il n’y aurait pas d’affrontements directs avec les talibans, mais les vidéos sur les réseaux sociaux montrent, en revanche, la désorganisation totale qui règne à l’aéroport. On voit de nombreuses personnes tenter de gravir les escaliers menant vers un avion.

A LIRE =>  Général de division Mamadouba Toto Camara : l'ancien N°2 du CNDD souffrait d'un AVC

L’aéroport accueille aussi de nombreuses ambassades étrangères qui s’y sont repliées, dans l’attente d’une évacuation de leur personnel, comme celui de l’antenne des États-Unis, dont le drapeau a été enlevé ce lundi matin.

Dans Kaboul, la panique semble s’être emparée de la ville, dimanche soir, avec des files d’attente devant les banques – puisque les Afghans cherchent à emporter de l’argent pour partir -, des magasins fermés, des policiers retirant leurs uniformes.

Les talibans ont pris le contrôle de la sécurité dans toute la ville, y compris la zone verte, la zone autrefois sécurisée, rapporte encore notre correspondante. Ce sont eux qui filtrent et contrôlent les voitures, y compris aux abords des postes des Nations unies.

Un dirigeant des talibans a confié à l’agence Reuters, que des consignes avaient été données de ne pas effrayer les civils, et qu’ils attendaient le départ de toutes les puissances étrangères avant de structurer la nouvelle gouvernance du pays.

(Avec RFI)

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks