Categories: Afrique

Abidjan accueille son premier festival du cirque

Perchés à 30 mètres de haut, sur une sangle tendue entre deux tours d’Abidjan, des funambules exécutent des figures à la nuit tombée. En bas, les spectateurs poussent des exclamations.

Les premières Rencontres interculturelles du cirque d’Abidjan (RICA) ont débuté jeudi soir avec cette performance spectaculaire de la troupe Ca Slack Houle Douce.

De jeudi à dimanche, six compagnies de France, du Canada et du Sénégal, ainsi que deux troupes ivoiriennes, animent ce premier festival de cirque jamais organisé en Côte d’Ivoire, qui se déroule à l’Institut français d’Abidjan.

Acrobatie, voltige, danse, jonglage, magie, cirque burlesque.. toutes les facette du « nouveau cirque » vont être présentées au public ivoirien. Qui pourra aussi danser chaque soir dans des bals à thème de chaque pays représenté.

« Il n’existe pas de cirque en tant que tel en Côte d’Ivoire, mais chez beaucoup d’artistes, dans beaucoup de spectacles, comme la danse qui est souvent acrobatique, on s’en rapproche », explique l’organisatrice des RICA, Chantal Djedje.

« Les danses traditionnelles avec portée d’enfants, les pyramides, ou encore les spectacles de marionnettes géantes ivoiriennes, ça ne s’appelle pas du cirque, mais c’est du cirque », affirme cette Franco-Ivoirienne de 49 ans.

« J’espère que ce festival va motiver les artistes ivoiriens à créer des spectacles de cirque. Et peut-être encourager la création d’une formation au cirque à l’école des arts ivoirienne », l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle, lance Mme Djedje.

Au-delà du spectacle, les disciplines artistiques, dont le cirque, peuvent devenir « un ascenseur social » pour les enfants qui n’ont pas accès à l’éducation, souligne-t-elle.

-Dimension éducative –

Se définissant comme une entrepreneure culturelle, Mme Djedje a déjà fondé la Fabrique Culturelle à Abidjan, un lieu d’échanges artistiques permanent, qui fait régulièrement intervenir des artistes dans les écoles des quartiers populaires.

Une dimension éducative également présente dans les RICA.

Arrivée quelques jours avant le début du festival, la troupe franco-américaine Cirk Biz’Art est partie dans les écoles, pour y présenter des numéros d’acrobatie et de jonglage.

« Ca a vraiment été un beau moment, de joie, de jeu avec les enfants », raconte Laurie Roger, circassienne de 28 ans.

« Dans une classe, un professeur nous a dit après coup qu’il y avait deux enfants autistes. On ne s’en était pas rendu compte: les enfants se révèlent avec l’art », renchérit Rémy Bombled, 30 ans.

Modou Toure, 28 ans, de la troupe sénégalaise Sen Cirk -la seule de son pays-, confie qu’il a lui même été un enfant des rues et qu’il s’en est sorti grâce au cirque.

« Ca m’a donné une vie! Maintenant je veux partager avec les autres enfants, leur montrer qu’on peut y arriver », s’exclame-t-il.

Sen Cirk, qui compte 13 artistes, intervient régulièrement dans des centres d’accueil d’enfants et des hôpitaux au Sénégal, et a monté une école de réinsertion professionnelle, qui accueille une trentaine d’élèves.

Pour Chantal Djedje, organiser ce festival a relevé du numéro d’équilibriste. Sans aucune subvention publique, avec seulement quelques sponsors privés, le budget des RICA est minuscule, 42 millions de francs CFA (environ 64.000 euros).

« Mais cela nous a donné une belle énergie, les compagnies sont venues avec l’envie de donner, de partager », explique-t-elle. « Les artistes logent chez l’habitant, ils ont accepté de baisser leurs cachets, on se déplace en taxi ».

Elle espère bien pérenniser ce festival et organiser la deuxième édition l’an prochain.

Pour Rémy Bombled, de Cirk Biz’Art, « l’énergie est là, en Côte d’Ivoire, il manque juste une étincelle pour faire décoller le cirque ».

Kindy Dramé

Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

Share
Published by
Kindy Dramé

Recent Posts

Mines en Guinée: présentation des résultats et analyses d’une étude sur la gestion des relations communautaires

Lundi, 17 décembre 2018, c’est le ministère des mines et de la géologie qui a servi de cadre, à la…

7 heures ago

Une ONG de lutte contre la migration clandestine inaugure son siège à Conakry

A l’occasion de journée internationale de la migration célébrée le 18 décembre de chaque année, l’Organisation Guinéenne pour la Lutte…

7 heures ago

Conakry: des élèves du collège et lycée Kipé dans la rue

Ce mardi 18 décembre 2018, des collègiens et lycéens de l'école Kipé dans la commune de Ratoma sont descendus dans…

12 heures ago

Honorable Cellou Baldé : « la réception d’Alpha Condé n’est pas un devoir… »

Alors que selon les annonces, le professeur Alpha Condé et ou son premier ministre doivent être reçu à Labé mercredi…

13 heures ago

Bantama Sow va récupérer la CAN pour la Guinée

L’organisation des CAN 2021 et 2023 était attribuée respectivement au Cameroun pays de l’ancien président de la Confédération africaine de…

15 heures ago

« Cellou Dalein n’accèdera jamais au pouvoir »

C'est le jeune leader du parti du Changement pour le progrès et de l'unité de la Guinée l'a dit au…

15 heures ago