Chaque année  à  l’approche du  hajj, les  agences  de  voyages qui  ne  cessent  de  proliférer, rivalisent de  promesses  concernant le confort  des  souscripteurs, promesses  qu’ils  oublient  dès l’argent  versé  à leur  niveau.

Thierno Mamadou  Tombon  Baldé responsable  d’une  agence  pointe  du  doigt l’étape situé  en  aval  de l’inscription  dans  les  agences, c’est  à dire de l’embarquement  à l’accueil, pour lui il  est  rare de  prendre  en  défaut  les  agences.

Autre acteur  de  la  filière,  Elhadj Mamadou Bhoye Diallo  rajoute que  l’an  dernier  les  pèlerins guinéens ont  été  pénalisés  par  un  contrat  mal  ficelé concernant  35  jours  alors  que  les  pèlerins  y  ont fait  43 jours. D’ailleurs  de  son information, nous  tenons  que  certains  pays  ont  fini  avec  la  phase d’inscription  à  date.

Tous  les  pèlerins  rencontrent  des  difficultés  pour  le  hajj  martèle  -t-il tout  de  même car  pour  lui, le  hajj est  une  guerre  sainte qui  implique  des  difficultés et  un  don  de  soi.

Sur  la  question, le président  Alpha Condé,  a fait  une  mise en  garde des  acteurs  du  secteur et  les citoyens  s’attendent à des corrections  pour  éviter  aux  candidats  guinéens  au  pèlerinage  le  désagrément  de  l’an  dernier et  des  années  d’avant.

Ousmane  K. Tounkara