Sidya Touré, président de l'Union des forces républicaines (UFR)

Au cours de la traditionnelle  Assemblée générale  tenue ce samrdi 20 avril 2019, à Conakry, l’un des vices-présidents de l’Union des forces républicaines (UFR), est monté au créneau pour dénoncer un autre mandat du président Alpha Condé au palais Sekhoutoureya.

Dans son intervention devant des militants et sympathisants de cette formation politique, le député de l’UFR Ibrahima Bangoura : » après 2020 Alpha Condé ne pourra plus faire l’affaire de la  Guinée. Les forces vives de la nation mettront tout en œuvre pour empêcher le locataire de Sékhoutouréyah de briguer un troisième mandat »rassure  l’honorable Ibrahima  bangoura.

Selon lui, la lutte des forces vives contre la révision de la constitution ne date pas d’aujourd’hui. En 2001, l’UFR et d’autres partis comme le RPG, le PRP et l’UPR se sont réunis pour ne pas qu’il y ait » une modification de la loi fondamentale ».

Avant de rappeler qu’à l’époque tous les leaders qui avaient fait le tour de la Guinée pour barrer le chemin au référendum ont fait l’objet d’arrestation après la tournée à l’intérieur du pays et puis relaxés plus tard. Donc, la révision constitutionnelle est une réelle menace pour la nation.

Très en colère contre les promoteurs  d’un  troisième mandat Ibrahima Bangoura déclare : » Alpha Condé n’est pas bon pour notre pays. C’est pourquoi, des partis politiques de l’opposition ont constitué un front pour se battre. Ce sont les forces vives de 2007qui se sont reconstituées. Nous- nous battrons contre ce troisième mandat, il n’est pas bon pour notre pays. Et nous y arriverons. Si nous avons eu des élections en 2010, c’est parce que les forces vives ont barré la route à la dictature d’une junte militaire dans notre pays ».

Zeze Enema Guilavogui pour aminata.com
Tel(+224) 622 34 45 42