Mohamed Aliou Bah, député uninominal de Ratoma
Mohamed Aliou Bah, député uninominal de Ratoma

Des habitations, des belles villas, des immeubles détruits, de sans-abris dans les rues. C’est le constat désolant après le violent déguerpissement de Kaporo Rails et de Kipé 2. Des catastrophes humanitaires que dénonce l’opinion publique nationale et internationale.

Pour Mohamed Ali Bah, député uninominal de Ratoma, ces violents déguerpissements sont l’expression d’une haine contre une communauté ethnique majoritairement implanté dans ces zones déguerpies. Au cours d’un entretien conjoint Aminata.com et la radio Djigui Fm, le parlementaire déplore une catastrophe humanité voulue par le gouvernement d’Alpha Condé. Lisez.

Aminata.com : depuis des mois des bulldozers sont en action sur le centre directionnel de Koloma. Plus de mille familles sont sans abris.  Vous êtes le député de Ratoma comment vous vous vivez cette crise humanitaire.

Honorable Mohamed Ali Bah : c’est l’une des crises humanitaires les plus catastrophiques dans la mesure où c’est une situation provoquée par le gouvernement qui se dit censé protéger la population. Donc, c’est une catastrophe volontaire voulue par le gouvernement du Pr. Alpha Condé. Je suis profondément déçu quand ce Monsieur [Alpha Condé] était dans l’opposition avec le doyen Bâ Mamadou. Ils s’étaient dit, nous luttons aujourd’hui contre le pouvoir militaire, nous civils quiconque prendra le pouvoir aura pour objet la défense et la promotion des libertés fondamentales et la gestion humaine rationnelle de la population guinéenne. Voilà ce qui a été dit quand nous étions dans l’opposition. C’est ce qui était prévu entre eux les leaders. Ils s’étaient dits, les bidasses partant les civils devraient gérer la manière humaine beaucoup plus humaine le pouvoir en Guinée.  Malheureusement, nous vivons actuellement le net contraire, c’est-à-dire de pole opposé c’est quand on parle de l’est et de l’ouest.

Comment comprenez-vous ce changement de comportement du Pr. Alpha Condé.

C’est peut-être naturel. Tout ce que nous avons vécu c’est de la perversion. Tout ce qu’il nous a dit c’est le contraire qui a été fait.  Je me souviens le 4 mai quand il a été reçu à la RTG, il avait tenu des propos rassurants pour une population malheureusement une population naïve qui ne connaissait qui elle écoutait. Ce jour il avait dit, il a reconnu que les premières casses qui ont eu lieu en 1998 sur le site de Kaporo Rails c’était à cause d’eux qui étaient dans l’opposition.  Il a dit dans sa narration que désormais personne ne sera inquiété sur le site de Kaporo Rails. Et si quelqu’un doit être déplacé ça s’accompagnera avec toutes les mesures. C’est-à-dire que la personne doit être dédommagée, recasée et lui donner un temps pour pouvoir construire. Ensuite il a continué dans sa narration qu’il y a une plaie à guérir à Kaporo Rails. Il fallait absolument indemniser ces victimes pour pouvoir guérir les plaies. Voilà les propos qu’il avait tenus.

Cellou Dalein a rappelé que l’Etat a plus de 20 sites constitués de réserves foncières. Pourquoi le cas précis de Kaporo rails ?

Il ne faut pas se voiler la face, c’est une haine viscérale contre une communauté. Lui-même, le Pr. Alpha Condé avait dit le 4 mai que le cas de Kaporo Rails était une conspiration contre une communauté par le gouvernement d’antan. Et aujourd’hui comment il qualifierait son action. Il a fait pire que ceux-là.

Votre parti a lancé une collecte de fonds pour soutenir ces populations. Est-ce que vous avez une idée sur le montant collecté.

Je ne peux pas vous le dire parce que ces montants peuvent changer d’une minute à l’autre. Vous savez le Guinéen dans notre nature est profondément humain. Nous nous sommes acceptés. Il a fallu l’arrivée de ce pouvoir pour que le tissu social se déchire en Guinée. Il faut le dire. Les Malinkés se mariaient aux Peulhs, les Peulhs se mariaient aux Soussous, les Soussous se mariaient aux Toma. Toutes les communautés étaient d’accord entre elles. Aujourd’hui il est venu, il a tourné le dos de toutes les communautés. Je crois que son professorat se tourne là.

Entretien réalisé par Alpha Oumar Diallo (Aminata.com) et Aly Sylla (Djigui FM).

alphanyla@gmail.com

+224 628 38 98 39