Violences mortelles à Conakry: le parquet général dresse le bilan

0
manifestation, arrestations, violences, affrontement, policiers, contestation, grève, barricade, guerre, école
manifestation, arrestations, violences, affrontement, policiers, contestation, grève, barricade, guerre, école

A l’occasion d’une conférence de presse tenue  ce lundi ,06 mars 2017, à Conakry. Le parquet Général de la Cour d’Appel de Conakry, Yaya Kairaba Kaba, a fait le bilan des événements liés à la grève des enseignants du 20 au 22 février 2017.

Parlant le cas des interpellations, le parquet général de la cour d’appel de Conakry,  a fait savoir  aux  medias, qu’il ya eu au total 32 personnes qui ont été interpellées et des faits qualifiés  d’outrages et participation à  l’attroupement non autorisé destruction divagation d’édifices publiques et privés a-t-il souligné.

Dans le même registre  il a précisé que, parmi ces 32 personnes interpellées il y a 15 enfants mineurs  et qui  ont été mis à la disposition du tribunal pour enfant. Avant d’ajouter qu’également  les 17 autres ont été déférés  au tribunal de Mafaco  par la  Brigade de Recherche de Matam  a-t-il informé.

Plus loin  il dira : « en terme de personnes ayant perdu la vie il ya 8 cas. 8 de nos concitoyens ont perdu la vie dans ces circonstances douloureuse et malheureuse. Quant aux blessés il y a 36 gendarmes  dont 3  sont gravement blessés. Également certains  policiers n’ont pas  échappés à la règle au niveau des commissariats centraux aussi -parmi les manifestants », explique-t-il.

Parlant des enquêtes menées sur le terrain par rapport à cette situation, le parquet Général de la Cour d’Appel de Conakry Yaya Kairaba Kaba , a fait savoir qu’il  n’a pas été possible pour le moment aussi bien pour les enquêteurs et pour les différents parquets des instances  d’avoir un nombre précis de blessés  dans les rangs des  manifestants parce que, dit-il,  nombreuses sont les personnes blessées se sont dirigés vers  les différentes cliniques dans les quartiers où dans certains  endroits de la capitale Conakry précise t-il.

Selon lui, les enquêtes sont en cours pour   identifier les coupables  car, dit-il  lorsqu’il s’agit de  morts  cette  procédure est tout à fait différente que, lorsqu’il s’agit de flagrant délit, c’est une procédure criminelle.

Zeze Enéma Guilavogui pour Aminata.com
Tel :+224622344542
Zezeguilavogui661@gmail.com

Commentaires

commentaire



AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE