Vaccin contre Ebola : les experts sont-ils vite allés en besogne?

A la fin de l’année 2016, les médecins de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Médecins Sans Frontières (MSF) et d’autres partenaires ont rapporté dans « The Lancet », une revue médicale britannique qu’un vaccin de « Merck & Co. et NewLink Genetics Corp. » testé lors de l’épidémie, s’est avéré 100% efficace  pour la lutte contre l’épidémie Ebola.

Quelques mois plus tard, l’efficacité de ce vaccin suscite des interrogations au sein du monde scientifique. «Merck et NewLink», une compagnie américaine n’avait pas, à l’époque, commenté la découverte. A juste raison, peut-être.

L’épidémie à virus Ebola, apparue officiellement en Guinée au mois de mars 2014, a causé la mort de 11.300  citoyens de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Léone, les trois pays de l’Afrique de l’Ouest les plus touchés par cette maladie.

Dans le but de prévenir les épidémies dans les années à venir, des experts scientifiques ont travaillé sur la souche du virus apparu en Guinée afin de trouver un vaccin. Si la découverte a satisfait un certain nombre de patients, il demeure qu’aujourd’hui, beaucoup d’autres recherches restent encore à faire.

Un panel de scientifiques de la prestigieuse Académie nationale de médecine des États-Unis a carrément contesté la méthodologie de cet essai en Guinée. Ils concluent que le vaccin « offre probablement une certaine protection aux bénéficiaires», mais cette protection «pourrait en réalité être assez faible », a révélé le Wall street journal.

Le procès de vaccination en Guinée était un compromis. Au lieu de randomiser les personnes, il a randomisé des groupes de personnes qui avaient eu un contact avec une personne infectée. Les chercheurs ont identifié un anneau de contacts humains dans la région où Ebola a éclaté. Au premier cycle, les villageois devaient être vaccinés tout de suite. Le prochain cycle de contacts, ou « cluster », a reçu une vacance différée après 21 jours, la période de temps externe pour que quelqu’un montre les symptômes d’Ebola. Cette randomisation a été étendue à plus de zones dans toute la Guinée.

Ce journal américain a rappelé que l’Académie nationale est une organisation privée à but non lucratif qui constitue un groupe consultatif auprès du gouvernement américain. L’étude sur Ebola a été parrainée par l’Institut national de la santé, la « Food and Drug Administration » et le Département américain de la Santé et des Services sociaux.

Malgré une forte médiatisation, le vaccin contre Ebola, rVSV-Zebov (pour recombinant vesicular stomatitis virus-Zaire ebolavirus, ou en français « virus de la stomatite vésiculaire recombiné-Ebola virus »), son efficacité est mise à doute.

En Guinée, c’est le silence radio depuis la publication de cette information par la presse américaine à la fin du mois d’avril 2017. Toutes nos tentatives pour joindre le Dr Sakoba Kéita, le directeur général de l’Agence Nationale  de Sécurité Sanitaire sont restées vaines.

Selon nos informations, une importante réunion est se tiendra en Guinée, après-demain, jeudi 04 mai 2017, au palais Mohamed V de Conakry, sous la présidence du Chef de l’Etat guinéen, le Pr Alpha Condé, et de Mme la directrice générale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Dr. Margaret CHAN.  Maintenant, la question que l’on se pose est de savoir est-ce qu’au cours de cette rencontre, le vaccin va-t-il être abordé par les deux personnalités?

Ousmane Sylla pour Aminata.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here