Un homme succombe à ses brûlures : immolation ou accident?

0

L’affaire s’est produite le 10 juin dernier au quartier Safatou 2 dans le secteur Hamdallaye,Amadou Korka Diallo jeune maçon,la vingtaine crie au secours pour cause de blessure au feu,l’entourage répond et trouve le jeune homme plié en deux entrain de ventiler son corps à moitié calciné.

La famille s’organise et transporte le blessé à l’hôpital situé à 8 km des lieux dans le groupe figure la mère qui reste muette comme une carpe et se contente pour toute réponse aux question qu’elle était hors du domicile au moment des faits.

A l’hôpital, le patient ne passe que la nuit et succombera à 15 H le jour d’après pour être inhumé deux heures plus tard.

De source médicale notre rédaction a appris que les blessures étaient profondes du thorax aux jambes y compris les parties génitales une brûlure du second degré et de l’autre partie du thorax au cou jusqu’à l’oreille droite des brûlures du troisième degré en d’autres termes complètement calcinés.

Dans la famille éplorée le silence est de mise le père malade et à moitié paralysé ne veut pas aborder le sujet comme sa femme jetant un brin de doute sur les circonstances de crémation du fils.

Toutefois un voisin  du nom de Mamadou Yaya des premiers venus au secours nous a confié:


<<c’est ici qu’il a fait ses prières surérogatoires avec toute la famille,comme il se faisait tard tout le monde est entré pas lui,après on entendu les appels au secours nous sommes venus moi je l’ai trouvé sur ses jambes plié en deux entrain de se ventiler des parties de la peau en lambeaux e me suis écrié il m’a répondu c’est comme ça et on l’a embarqué pour l’hôpital et le lendemain il a succombé.

Je ne le connaissais pas accro à de la drogue ou à l’alcool mais depuis un moment précisément depuis qu’il a fini son apprentissage je remarque des signes d’instabilité chez lui mais pour ne pas mentir je n’ai senti aucune odeur en lui hormis celle de la chair calcinée.>>

Si beaucoup de personnes optent pour le suicide soutenant que le jeune homme s’est aspergé d’essence avant de se passer le feu,l’attitude de la famille qui se mure derrière le silence rassure peu sur les circonstances.La victime sniffait elle de l’essence ou en volait_elle?on ne le saura peut être jamais.

Autre indice pouvant confondre la famille à notre arrivée sur les lieux ce jeudi à 16 h notre interlocuteur qui nous a reçu nous a demandé de l’attendre à quelques mètres du domicile mortuaire qu’il puisse s’enquérir si la famille était disposée à nous recevoir ou pas.A son retour il nous sert que la mère de la victime est allée présenter des condoléances dans un autre quartier et que le père malade ne pouvait expliquer les faits dans son état.

Ousmane Koumanthio Tounkara



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here