Tibou Kamara flingue Sidya et l’invite à « être honnête »

0

Le conseiller personnel du Président de la République, Tibou KAMARA a mis à nu le Haut Représentant du Chef de l’Etat et son parti union des forces républicaines (UFR). C’était à l’occasion d’une émission qu’il a accordé à nos confrères de la la radio Lynx FM dans l’Œil du Lynx. 

« Je ne réagis pas aux propos, ni aux commentaires de celui qui est incapable d’assumer son nom, son identité, son origine, à plus forte raison les choix politiques qu’il fait. D’abord, je ne suis pas membre du gouvernement. Quelqu’un qui a été Premier ministre devrait pouvoir faire la différence entre quelqu’un qui appartient au cabinet du président de la République et un autre qui fait partie du gouvernement.

Première clarification, en ma connaissance, je n’ai pas de ministère et je ne siège pas au conseil des ministres. Deuxième clarification, il faut être simplement honnête. Monsieur Sidya Touré, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a discuté avec le président de la République pour conclure une alliance pour faire partie de la majorité. C’est à ce titre qu’il a été nommé haut représentant du chef de l’État et Monsieur Tall, qui est ministre de l’élevage, tout le monde le sait, a été son chef de cabinet et son porte-parole. Il s’est affiché UFR avant son entrée dans le gouvernement. Je ne connais pas de militant clandestin, ni de responsable anonyme d’un parti puisque c’est un choix de liberté et de conscience. Il est vrai que j’ai entendu dire, depuis longtemps, que je suis membre de l’UFDG tout simplement parce j’ai une amitié connue avec Cellou Dalein Diallo, que je réitère aujourd’hui et que j’assume pleinement. Mais je ne crois pas qu’être ami à un leader fait de vous un militant responsable d’un parti puisque l’adhésion est libre. Donc, affirmer que je suis de l’UFDG, c’est malhonnête et injuste vis-à-vis de moi. Mais ce n’est pas du tout étonnant pour un multirécidiviste.
On ne peut pas être d’un côté et de l’autre. On ne peut pas rejoindre une majorité au pouvoir et continuer à se réclamer de l’opposition. Le problème de l’UFR aujourd’hui, c’est, simplement, un problème d’honnêteté. Le parti a décidé de rallier la majorité. Il lui est attribué des postes de responsabilité. Monsieur Sidya Touré parle même d’une alliance électorale possible avec le RPG. Il ne peut pas rejoindre la majorité, comme c’est le cas et continuer à se réclamer de l’opposition.
Mais je vous dis pourquoi il persiste à dire que je suis de l’UFDG. C’est d’abord plaire à Alpha, lui. Ensuite, m’amener à déplaire Alpha. Mais ceci n’est pas une préoccupation pour moi. Enfin, c’est pour me faire passer de quelqu’un de suspect, qui servirait des intérêts étrangers au choix du président de la république. Mais je ne suis pas là pour montrer un brevet d’honnêteté et de neutralité de qui que ce soit.
Pour preuve, tous les guinéens savent que je suis capable de choisir et de l’assumer. Si je veux adhérer à un parti, c’est mon droit et ma liberté. La démocratie nous en donne le droit. Donc, je peux adhérer à un parti de mon choix. Et lorsque le moment viendra, je n’ai pas besoin que quelqu’un le fasse à ma place ou le dise à mon nom. Je suis capable de faire un choix et d’assumer pleinement mes convictions. Mais en réalité, derrière toutes ces intrigues et manœuvres politiciennes d’une autre époque, puisque Monsieur Sidya Touré, malheureusement, appartient à une génération d’une autre époque totalement dépassée.
La Guinée est l’un des rares pays où on peut rêver de tout et pour tout le monde. Or, pour faire la politique, il faut avoir les pieds sur terre. Mais certains le font en ayant la tête dans les étoiles. Tant que c’est un rêve personnel, qu’on nourrit, c’est charmant mais pourvu que cela ne devienne pas un cauchemar pour le pays. Mais derrière tout cela, il y a la perspective de 2020. Monsieur Sidya Touré a la tête dans l’avenir. Il rêve de devenir le futur président de la république, c’est son droit. Je le lui concède. Mais moi, je ne suis candidat à rien. Je n’ai rien à protéger. Ceux qui pensent me nuire en m’accusant de ceci ou de cela, ils se font des illusions puisque dans le fond, je ne tiens en rien, je ne suis candidat en rien. Mais je vous préviens qu’en 2020, je me battrai contre des candidatures comme celles de Sidya. Je me battrai pour le renouvellement de la classe politique. Monsieur Sidya Touré incarne un passé.
Regardez, la recomposition du paysage politique, qui se fait partout dans le monde. Pour changer le pays, il faut changer les hommes. Je reconnais à Alpha Condé son parcours historique, le combat qu’il a mené et les valeurs qu’il a menées. Cellou Dalein Diallo incarne aujourd’hui l’opposition démocratique en Guinée. Il a fait la preuve de sa capacité à mobiliser les citoyens autour des valeurs qu’il croit. Aujourd’hui, l’UFDG est un parti qui compte en Guinée. Curieusement, regardez le parcours politique de monsieur Sidya Touré. Au fur et à mesure que l’UFR avance dans le temps, le parti devient l’ombre de lui-même. Je ne défends personne. Je dis ce que je vois. Aujourd’hui, il y a deux forces. Le RPG et ses alliés d’un côté, l’UFDG et ses alliés, qui incarnent l’opposition de l’autre.
Je ne fais pas des procès. Je fais des constats. Contrairement à Monsieur Sidya Touré, c’est lui qui est dans le rôle de l’accusateur, du procureur, qui veut donner des leçons à tout le monde, qui sait ce qui faut faire pour le pays, qui est le meilleur d’entre nous. Son ton est plein de mépris à l’encontre de tout le monde comme s’il était meilleur à nous mais l’histoire rattrapera chacun d’entre nous.

Le haut représentant du chef de l’Etat a parlé du conseiller personnel du président de la république, pourquoi vous ne lui avez pas fait ce reproche ? Moi, le fait d’avoir une fonction ne m’empêche pas de me défendre si je me sens accusé ou touché dans ma dignité. Quiconque dans le pays veut faire le débat avec moi, à tout temps et à tout lieu, je suis prêt. Mais je ne laisserai personne touché à mon honneur et à ma dignité, quoi que ça me coûte ».

Oumar M’Böh pour Aminata.com

Commentaires

commentaire



AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE