Les secrets de vivres et de réussite : suite du livre « des Dévoilements et des sagesses »

0

LE SERVITEUR DE DIEU, LE SAUVEUR DE L’HUMANITE POUR SES TRIOMPHES D’ICI BAS ET DE L’AU DE LÄ. SE CONTENTER DE CES ECRITS, EN TIRER DES SAVOIRS, C’EST TOUT CE QU’IL FAUT POUR UNE PERSONNE OU UN PEUPLE, ET CE, JUSQU’A CE QUE LE DIEU D’ABRAHAM, DE MOISE, DE JESUS ET DE MOHAMED , DECIDE AUTREMENT A L’AVENIR DANS LES SIECLES A VENIR, DANS CETTE NOUVELLE EXISTENCE ETRANGE DES FILS D’ADAM ,  QUI TROUVENT DU MAL A VIVRE INNOCEMMENT SUR CETTE TERRE . IL N’Y AURA PAS DE PROPHETES ET DE MESSAGERS AUX QUALITES ANCESTRALES EN CE TEMPS LA, LES NATURES ABOMINABLES DES ETRES HUMAINS A TOUT TRAVERS LA TERRE LE MONTRE AUSSI, QU’ILS NE MERITENT PLUS A VOIR OU A VIVRE AVEC UN VERITABLE PROPHETE, ET QU’ILS NE CROIENT  QU’A D’AUTRES MOYENS PLUS SATANIQUES. CE N’EST EN CE TEMPS QU’UN PAYS OU UN CONTINENT SOIT ELIMINË DE LA SURFACE TERRESTRE. MAIS  DIEU A EU PITIË  DES FILS D’ADAM EN SUSCITANT UN ËTRE HUMAIN COMME VOUS A TEMOIGNER ET A DECELER LES MYSTERES DE L’UNIVERS ET LES VERITES LIEES AU JOUR DE LA RESSURECTION. CERTAINEMENT, TOUT LE MONDE SERA RESSUSCITE, UNE PROMESSE D’ALLAH, QU’IL EN FERA FACILEMENT. AYEZ PEUR DE DIEU, QU’IL PEUT VOUS TUER DE MILLE MANIERES, VOUS  ENTERREZ DE TOUTES LES MANIERES, ET EN FIN VOUS FAIRE RAMENER A LA VIE FACILEMENT, MALGRE DES MILLIERS D’ANNEES PASSEES DANS LE TOMBEAU. C’EST LUI QUI A CREE LES CIEUX ET LES TERRES, ET A CREE LE SOLEIL ET LA LUNE POUR LUMIERES, QUI ONT ILLUMINES NOS PREMIERS ANCETRES ET QUI CONTINUENT A JOUER LEURS ROLES NATURELS. C’EST LUI QUI SAUVEGARDE VOS AMES, VOS DOUBLES ET VOS DESTINS. AINSI, DIEU NE PEUT RIEN VOUS FAIRE EN CE TEMPS LA, SINON VOUS FAIRE INFORMER DE TELLE MANIERE A TRAVERS UN ËTRE HUMAIN COMME VOUS. C’EST LUI VOTRE SAUVEUR, VOTRE GUIDE PAR RAPPORT A CE QUI VOUS SEMBLE D’EMBCHES DANS CE NOUVEAU MONDE A IGNORANCES ET PERTURBATIONS MENTALES ET MORALES GRANDISSIMES. L’ON CROIT LE MONDE DEVENIR SATANIQUE, QUASIMENT COUPABLE, MAIS, DIEU A TRAVERS SES MISERICORDES ET SES INTERVENTIONS NATURELLES POUR LA SAUVEGARDE DE L’EXISTENCE DE L’UNIVERS ET DE SES CONSTITUANTS, SE MANIFESTERA SUR CETTE TERRE SOIT DIRECTEMENT ET SOIT INDIRECTEMENT, POUR L’ENSEIGNEMENT DE L’INCONNAISSABLE ET L’ERADICATION DES TRIOMPHES DU SATAN ET SES DEMONS QUI FONT RAVAGES AUJUOURD’HUI SUR CETTE TERRE. CETTE FOIS-CI, DIEU CREA UN ETRE HUMAIN  AU « RIVIERE DU SUD », A QUI FOURNIT POUVOIR D’ESPRIT D’EXPLORATION DE L’INCONNAISSABLE DES CIEUX ET DES TERRES ET TOUT SAVOIR UNIVERSEL DE COMPREHENSION DES VERITES OU DES MYSTERES DE L’UNIVERS. CROYEZ EN ALLAH LE SEIGNEUR DE L’UNIVERS, LE MAITRE DES ANGES, DU DESTIN, DIEU DES PROPHETES ET DES MESSAGERS.

LES SECRETS DE VIVRES ET DE REUSSITES

SUITE du « Livre des Dévoilements et des Sagesses »

 

« Ayez peur de Dieu, qui, au lieu d’enseigner les nouveaux savoirs ou les savoirs inconnus, à travers un prophète et un Ange enseignant, à conçu le cerveau d’un être humain de telle mystère qu’il pût découvrir  les savoirs inconnus des Fils d’Adam, depuis des millénaires. Et, à partir du moment qu’il comprit son approchement à Allah, il n’a plus hésité d’utiliser ses facultés de compréhension des  savoirs inconnus de l’univers. Mais, n’en ayant été compris dans ses missions de sauver ceux qui méritent d’être sauvés, voila  nombreux des gens ont trouvé tout en mauvaise part. Mais, c’est lui votre Sauveur, le Sauveur des pêcheurs qui croient au ressurection pour toute fiction et nient l’appartenance de toutes créations au Créateur de l’univers.  C’est lui, votre Sauveur,  vous ne trouverez aucun en ce temps, et jusqu’à la disparition de cette génération étrange, n’ayant pas d’oreilles pour entendre, ni yeux pour voir, ni cerveau pour discerner le bien du mal. C’est Lui votre Sauveur, les nations ou les peuples voulant êtres sauvés, qu’à travers lui, Dieu a ouvert tous les voiles sur l’inconnaissable. L’on croit s’échapper à la ressurection ; mais, Dieu qui a crée les terres et les cieux à partir du rien, sera incapable de recréer les êtres humains après leur mort, avec leurs multiples traces existant  dans l’univers. C’est Dieu le détenteur des pouvoirs et des mystères innombrables, Lui Créateur des terres, des cieux, des astres et de tout ce qui existe,  le Dieu des prophètes et des messagers »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au nom de Dieu, le Seigneur de l’univers, le détenteur des puissances des deux mondes, le maitre du destin, du jour et  de la nuit, le Maître des âmes et des doubles,  de la ressurection et du jugement dernier.

Le genre humain a du mal à vivre innocemment sur cette terre, qu’il a trouvé, au reste, quant à lui équivoque, tant qu’il ne s’est pas associé aux êtres invisibles de la terre, les diables ou les démons, ces créatures qui ont été crées et rendues mystique par leur Créateur Dieu, le Créateur de tout ce qui  peut respirer, parler, agir intelligemment, se déplacer et se former, et ce, pour le seul but de connaître l’inconnaissable, les futurs ou les choses inconnues. Pourtant, le Créateur Unique de toutes choses a façonné chacune de ses créatures en la situant dans les mystères d’existences, ou sur tout trajet mystique, surtout la de la création humaine mystique. Cette enveloppe dans laquelle est située cette créature, c’est ce qui lui a valu sa survie terre jusqu’à l’arrivée du terme de son destin. Au naturel , c’est ce qui transforme la vie de cette créature en une existence significative, où elle dispose soit directement ou indirectement de toutes barrières au-devant des embûches de la vie, et ce, selon ce qu’elle voudra construire ou agencer sa vie, l’obtention des mérites ou des échecs. C’est ce qui témoigne que la cohésion avec les diables n’a été toute fatalité ou tout décret du Seigneur de l’univers, si l’être humain, à travers ses anges gardiens, sa justice, sa verité et son innocence, peut si bien exister autour des mystères, et que tous ces vœux soient exaucés sans l’intermédiaire des diables, détenteurs des forces invisibles. Toutefois, être juste, vertueux et innocent, s’éloigner des pêchés, vivre innocemment avec les prochains, ce sont des mystères qui pussent conditionner à la réalisation de tous les bonheurs de liés à l’existence humaine terrestre. La justesse et l’innocence sociale, aux regards vigilants des cieux,  constituent toute facilité à se faire attirer de tous les faveurs et mérites des cieux, à tel point que l’être humain innocent, juste et croyant dans sa vie, ne cohabitera aucunement avec les prochains mauvais, tant dans les unions, associations ou mariages : ce sont des miracles d’une bonne existence humaine sur la terre. A savoir, le prochain qui a été innocent et juste, et surtout ayant cherché toujours Dieu à être innocent et pur, ne s’associera jamais en union naturelle avec le contraire, et ce, sinon que ce soit des approchements fatals de travail ou d’entrevue. Et, même si, ils s’associeront deux personnes contraires par un destin dans le mal, voila, ils se sépareront. Certainement, c’est ce qui témoigne que l’Homme qui cherche son épouse, ne s’associera qu’au semblable, que Dieu ne permettra aucunement un bon et mauvais se lier naturellement, autrement la personne qui a cherché à être innocent et celle qui a cherché à être mauvais. Deux individus qui s’unissent ensembles et qui en soit toutes éternelle union, sait qu’ils partagent des points communs, des vérités communes. Mais, tel miracle d’existence sociale, ce n’est pas ce qui est coordonné  ou facilité par les démons de la terre, que l’être humain qui veut demeurer dans les mystères avec liaisons aux faveurs divines, n’a rien à faire qu’à se conformer à la manière de la bonne créature humaine d’Allah, dans son innocence, dans sa croyance, dans sa foi et dans pure conscience et justice. C’est tel que l’on doit être pour esquiver le mal, la malveillance, la force de nuisance, les turpitudes envers des prochains. Et, certainement, celui dont Dieu est témoin de son innocence, je vous le dis,  ne sera aucunement proie du Satan et de ses emprises du mal, qu’il sera ainsi enlevé ou sauvé par les anges du destin dans son bien, de la justice et de la verité, au devant de toutes les tentatives de manifestation du mal, au point que, rien se lui orientera, par la grâce du Seigneur de l’univers, injustement. Dieu manifeste des révélations ou des enseignements à travers des songes, ou des phénomènes pratiques, pour un innocent situant autour des embûches, qu’il sera informé de tout, qu’il sera sauvé de tout mal, s’il le veut et s’il le comprend. Au demeurant, malgré la proximité d’un innocent au près des mauvais prochains, ils seront dévoilés, dépistés ou déroutés, surtout si celui-ci n’a pas hérité certains pêchés des parents, qu’il saura comment les esquiver par les moyens du Seigneur des miséricordes, surtout à travers des simples invocations ou de prières. Les simples invocations d’un croyant, d’un innocent et un juste, sont facilement et efficacement exaucées par le Seigneur de l’univers : «  Tu es Unique, le Créateur des Cieux et des Cieux,  tu es Dieu de la puissance et de la capacité. Je t’implore Dieu de ne pas me laisser gagner  injustement par ces personnes injustes…. Sauve-moi ; protège-moi, car tu es certes le Seigneur de la  justice et de la verité » L’on peut formuler cela chacun selon sa manière, et pourvu que tout soit bien exprimé. Que l’on répète cela plusieurs fois dans la pureté, soumission et confiance, les regards et les mains figés vers le haut, dans un bon moment de la journée et de la nuit. Aussi, l’on peut constituer ces pareilles formules pour la demande et l’exaucement de la plus part des vœux, dans toute condition d’innocence, de justice et de verité. Les invocations d’un innocent s’exaucent rapidement. Dieu est grand, le Seigneur de la justice et de la verité. Et, pour rendre les invocations de protection et de sauvegarde divine des plus efficaces, faut-il y adjoindre ces trois sourates voisines de protection. Certes, si un croyant à peur, craint d’un danger, des emprises du mal de toutes origines, qu’il passe des heures ou des jours à invoquer Dieu à travers les récitations de ces sourates de protection trois ou sept fois ou plusieurs fois. Et tout sera facultatif d’y joindre les petits ou les grands sacrifices, et ce, selon les genres ou les types de menaces. Ces sourates constituent des barrières de protection des plus sublimes, surtout pour tout croyant n’ayant nui ou n’ayant pas causé du mal injustement à autrui. Au cas où l’on est pêcheur, que l’on agit à ce que ces pêchés soient en entier pardonnés, sinon tout mal s’orientant, atteindra fatalement : les pêchés à Dieu, les pêchés à soi-même, et les pêchés à son prochain. Les invocations, les prières de pardons, les jeun et les sacrifices, s’avèrent toutes efficacités de neutralisation ou de désorientation de tout mal.

L’être humain, dans son existence sociale, peut disposer des itinéraires indispensables quant à la réussite de sa vie présente et future, ou quant à sa réussite globale des deux mondes. Pour ce faire : «  se reconnaitre d’abord pour toute créature humaine disposant si bien de toutes les fonctionnalités intelligentes conférées par le Seigneur de l’univers. Reconnaître de plus que le Créateur des oiseaux, des vers, des moustiques, des lions  et des végétaux, vivant, se nourrissant, s’accroissant, est aussi son veritable créateur. IL est ainsi l’être vivant qui vit et qui est surtout commandé dans sa vie terrestre, au dessus de qui  voguent le Soleil et la Lune ; le Sommeil est son repos fatal, que le manger et se reproduire lui est autant fondamental. Toutefois, si ce n’était pas le Soleil, L’air, L’eau, la Lune, le Ventre, le nez, le Cerveau, ou la Santé, il n’aurait jamais pu vivre sur cette terre pour l’éternité. Et, pourtant, toutes ces choses ont été crées. Ainsi, tout être vivant remplissant ces fonctions naturelles, mène toute existence mystique, et surtout sur un trajet bien défini par le Créateur de l’univers, sous les guides des fatalités du destin dans toute vie mystérieuse dans laquelle se manifeste à l’invisible les anges gardiens. L’être humain, Dieu l’a crée et l’a situé sur un chemin mystique, tout en lui rendant si bien mystique les actions du bien, tout comme les actions du mal. Ce qui fait que, ces deux choses s’avérant êtres mystiques, l’homme, pour mieux réussir les vies des deux mondes, se doit-il se positionner aux bons côtés de son existence, surtout du fait qu’elles se multiplient en devenant plus significatives et porteuses de multiples traces. Ainsi, pour voir sa vie multipliée en bonne part, l’existant humain se doit-il de  demeurer sur cette terre, innocent, juste  et croyant en la majesté du Seigneur de l’univers, le Maître suprême, le Seigneur de la justice et de la verité. Toutefois, devenant ou restant juste, innocent, vertueux, ou exempté de tous les pêchés,  voila tout ce qui lui faudra pour mériter toutes les faveurs des mondes. L’existence humaine dispose ainsi des mérites ou des faveurs  quant à son innocente existence terrestre. A savoir, s’éloigner des nuisances ou des malveillances, des faits de traitrise, de tricherie ou de toutes sortes de mal, Dieu nous couvrira, nous informera dans les situations étranges et dans les milieux ténébreux, et puis, nous sauvegardera des emprises sataniques. Ainsi, s’éloigner des pratiques du mal ou des pêchés, vivre dans l’innocence et dans la justice, Dieu ne nous laissera aucunement être victimes des actions du mal identiques. A savoir, celui qui a causé du mal à son prochain justement, sera victime, quelque soit la durée, des pareils maux ; tout comme celui qui fera du bien, en récoltera , même s’il restera des instants avant sa mort, par la grâce du Seigneur de l’univers. Toutefois, les actions du bien situent la vie de l’être humain sur tout itineraire ouvert, lumineux et ombragé ; mais, quant aux actions ou aux faits du mal, créent des embuscades, des obstacles sur tout chemin, avec toute exposition de sa vie, sans intervention divine, de la justice et de la verité,  au-devant des emprises sataniques, et ce, partout où ils se manifesterons, que le mal, les pêchés, ne cesseront ainsi d’attirer le Satan et leurs alliés. Au demeurant, l’être humain ne sera aucunement victime du mal, que ce soit au présent ou au futur, sans que tout soit résulté d’une verité ou des conséquences des pêchés directs ou indirects. C’est ce qui laisse à dire que l’être humain qui vit juste et innocent, et en tant que croyant et adorateur,  est celui qui mérite des emprises positives des anges gardiens et du destin dans son bien. Mais, l’être humain, malgré tout, croit en mauvaise part que ne pas être juste et innocent, et surtout ne pas chercher à se situer sur le chemin de la justice et de verité, c’est  tous avantages de pouvoir profiter des meilleurs de la vie. Mais, tout ce qu’entreprend l’être humain, que ce soit du bien ou du mal, est assis sur un décret de Dieu, une acceptation de Dieu,  sur un destin dans son bien ou dans son mal , sur un temps, et sur toutes verités et justices, au point que, malgré les puissances ou les prestiges, les faiseurs s’en constitueront  tôt ou tard, de bons ou des mauvais sorts de l’existence. Ainsi, tel étant toute évidence ou toute verité, donc le mieux pour tout être humain, c’est de mener toute vie innocente et juste, tout en s’éloignant du mal et des pêchés, lesquels, ne tarderont à menacer efficacement en attribuant tous les mauvais sorts de l’existence. Et, celui qui profite de ses capacités, de ses prestiges du monde ou du silence de Dieu, sans aucune intervention directe, pour se montrer très mal injustement, est celui qui sera surpris des purs châtiments du Seigneur de l’univers. Parce que, Dieu lui avait laissé agir à sa guise, avec toutes emprises sataniques, non pas par faiblesse, mais par certaines verités, autour desquelles tout devait-il se subir, s’exécuter aux côtés des victimes. Cependant, vivre justement, dans telle innocence et croyance, consiste à s’éloigner quasiment du mal, des pêchés, ou des nuisances, surtout lorsque l’on disposera de certaines capacités de le faire. Pour cela, faut-il laisser les prochains vivre avec leur chance, leur destin dans son bien, et ce, même si l’on ne profite rien,  pourvu que de ne pas être malveillant ou pêcheur. C’est ce qui atteste que, nonobstant les guets-apens ou les embûches de la vie, ton destin  dans son bien, ta chance, tu en auras avec justice et verité, de toutes grâces ou de toutes faveurs du Seigneur de l’univers.  A cet effet, au lieu de nuire injustement à autrui, ou aux prochains, et s’en nuire un jour des conséquences graves, faut-il exister ou vivre dans toute vie d’innocence et de justice.  Et , chercher à vivre avec les bons existants, et surtout tacher  à s’éloigner des contraires,  c’est de se faire favoriser toute émancipation ou progrès humains ; car se contenter de toute vie innocente, malgré la pauvreté ou manque de prestige, et dans la croyance et adoration, c’est une veritable ouverture de la vie ; car, si la verité ou la justice n’apporterons pas le bonheur au moment où l’on voudra, du moins, ils ne seront aucunement source de malheur pour tout être humain. Ne pas chercher ainsi à nuire, à profiter de l’argent mal acquis, à mentir ou à tricher pour vivre, à faire du mal, à commettre l’injustice, à tuer ou à infliger tout mauvais sort, à faire perdre aux prochains leur chance, à nuire aux bonnes unions ou associations, ou à se lier à toutes pratiques du mal, c’est toute efficacité de s’approcher d’Allah et une grande ouverture de la vie, que Dieu le Tout Puissant l’exaucera dans ses toutes demandes, sans qu’il n’y ait aucun obstacle de la vie. Aider avec une atome d’aide, à cause de Dieu, c’est d’en être récompensé un jour ; chercher à se solidariser, c’est en être traité pareil plus efficacement un jour ; supporter ou compatir, rendre service, c’est cultiver tout champs de bien que l’on récoltera un jour ; être juste, sage, honnête, loyal et intelligent envers les prochains, c’est de se faire attirer des gens de bonnes qualités.  C’est un décret et une volonté d’Allah qui a fait tout pour que l’existence humaine demeure mystique, et que l’être humain ne soit dans une telle mésaventure à ne plus récolter ou sentir les fruits de toutes ses manifestations terrestres et à l’au delà. C’est ainsi que devait être l’être humain d’aujourd’hui, croyant surtout  ne pas être tout être humain qui cherche à dormir, à manger, à aller au selle, à sentir la fraicheur ou la chaleur, ou à se produire. Et, pourtant, ne réussira dans cette vie dans veritable réussite digne de nom, celui qui n’a pas marché sur le chemin de l’innocence, de la justice et de la verité. A savoir, la réussite conférée par le Seigneur de l’univers, c’est la meilleur réussite arrivant jusqu’au paradis ; mais, celle provenant de l’injustice, du Satan et ses Alliés, est celle porteuse de tous les mauvais sorts de l’existence. Ainsi, celui qui se contente du mal ou des pratiques du mal, tenant compte de sa capacité, dans une certaine liberté sans réponse du Seigneur de l’univers, sera surpris farouchement par les châtiments du Dieu de la justice et de la verité, dans ce bas-monde et dans l’au-delà là. Tout étant ainsi, faut-il ainsi agir dans le bon côté de la vie, car gagner avec justice, verité et innocence sa vie, c’est bénéficier des faveurs du Seigneur de l’univers, qu’aussi, se voir ériger des barricades invisibles contre les menaces sataniques connues et inconnues. Toutefois, le bien, le travail, la société et le foyer conjugal,  constitués justement, et selon les veritables principes et règles d’une bonne existence sociale, l’être humain y vivra ainsi autour des mystères, que le Satan n’y entrera aucunement, que tout tournera autour des avertissements, des révélations ou des Assistances à la part du Seigneur de l’univers. A savoir, tout bien acquis justement, ne sera pas perdu injustement, sous les regards du Seigneur de la justice et de la verité. Lorsque l’on gagne ou l’on amasse une fortune dans la voie de la justice et de la verité, cette fortune ou cette somme d’argent, ne se perdra injustement, et, surtout  si elle n’est pas constituée injustement à des fins sataniques, qu’elle soit ainsi bien orienté vers des objectifs bien définis et reconnus par le Seigneur de l’univers. Elle ne se laissera jamais volée, ou saisie injustement, que le propriétaire de biens dépistera à travers certains phénomènes se produisant autour de sa fortune ou de son argent, les prochains vols. Le miracle de Dieu est que, lorsque les injustes ou les indignes se trouveraient parmi vous, et que l’on leur a été juste, IL vous signalera à travers leurs manières et leurs propos. Du moins, la manifestation de Dieu sera que, lorsque la fortune est pure et que l’on a utilisé en bonne part,  Dieu ne l’orientera aucunement vers des fins de vols, qu’elle sera ainsi sauvé, gardé, et que, à chaque tentative de vol, tout se dévoilera. C’est ce qui témoigne que le fait d’être juste, innocent et croyant, dans  toutes entreprises, est toute vertu s’accompagnant des grande bénédictions divines, et que, le Tout Puissant, quoique, soit les emprises sataniques, n’en laissera rien s’aventurer. C’est pourquoi, pour bénéficier des faveurs, des miracles ou des atouts liés d’un meilleur foyer conjugal, faut-il pouvoir tout constituer justement, avec respects et l’application des principes et règlements  dénotés par le Seigneur de l’univers. Mais, pour un croyant, ou pour tout être humain connaissant Dieu comme son Seigneur et Son Créateur, se marier n’est-il pas toute difficulté, que le Miracle de Dieu est qu’il te guidera vers ta femme, ou vers le mari vers le semblable de même nature interne, que le croyant ou la croyante épousera toujours le semblable ; et que le non croyant, même parmi les gens innocents, épousera toujours le semblable, que Dieu lui déroutera quelque soit ses ruses. Un homme riche et injuste, quelque soit sa richesse, n’épousera aucunement une fille croyante ayant cherché à marcher sur le chemin de la justice et de la verité, surtout que ses parents soient innocents et justes. Mais, malgré tout, l’on se demande quelle femme ou qu’elle homme être dans le foyer conjugal ? Toute personne n’ayant nui à son futur foyer conjugal, à travers des pratiques abominables, réussira de Dieu telle facilité et telle miséricorde, à épouser ou à être épousé quand le moment viendra. Ainsi, dans un milieu où Dieu ne nous a pas accordé une femme, ou mari, l’on le saura, que l’on  ne verra jamais le convenable dans cet endroit, ou que, étant une fille étrange, l’on ne verra jamais un homme innocent et convenable te chercher la main, croyez en Allah, le Créateur du Soleil  et de la Lune. Dieu est le Créateur de toute union, que toute union n’étant érigé,  selon les règlements de Dieu, selon aucune verité et justice,  chutera, ne durera ou terminera très mal. Toute personne voulant le détecter, n’a qu’à choisir une fille en mariage, sans rien entamer,  en cœur, ou en faire sortir indirectement, saura certainement si elle sera sa femme ou non, à travers des circonstances , des empêchements ou des visions indésirables. Aussi, trois personnes, si vraiment l’on croit en son innocence, ne sont nullement désirables pour le futur mariage ; et que, si le Tout-Puissant, ne t’en veut pas le choix, il t’en informera ainsi. Les filles ou les garçons qui se manifestent avec flagrance avec leur amant au vu et au su de tout le monde, ne son vraiment indésirable. Encore, toutes filles, ou tous garçon, qui ont été déjà avec les personnes qui ont subi leur circoncision ou encore leur excusions, en votre présence, ne sont vraiment désirables. Alors, si Dieu te voudra vraiment une femme, il ne te rendra si faible, jusqu’à fonder un foyer conjugal avec telle personne. Aussi, les personnes que l’on a vu couchée avec flagrance ou non, dans un endroit tout près ou loin, s’avèrent autant indésirables, que les yeux qui ont surpris cela, sans en avoir cherché, a été guidé par le Seigneur de l’univers. Ainsi, lorsque l’on a choisi, ou que l’on veut choisir, et que tel phénomène se manifeste incroyable, si l’on est croyant, que l’on s’en abstient, et que l’on cherche d’autre choix. Surprendre ainsi un choix, ou celle que l’on a déclaré le mariage soit directement, soit indirectement, consiste à revoir, ou à bien faire la part des choses. Telle est la faiblesse de certaines personnes, au point que, une fois avoir été choisie en mariage, voila commenceront des choses si abominables ou si sataniques, qui portent méfiance et indécision. Ce sont des tentations sataniques. Aussi, la fille qui a été auparavant choisie par un compère ou un frère utérin, et que des circonstances abominables ont menacé tout processus de célébration, faut-il en savoir faire la part des choses, si l’on est vraiment croyant et juste dans notre vie. Cependant, la personne qui a eu toute relation d’amour avec un parent, ou une sœur ou un frère ou un prochain fortement lié, s’avère être grandement indésirable, si l’on n’est vraiment croyant et juste,  et ce, quelque soit les manières des relations. Au naturel, Dieu n’a aucunement rendu la fondation du foyer conjugal faramineux, que tout être humain y est défini à travers sa façon d’être, que chacun obtiendra son compagnon correspondant. C’est un miracle du Seigneur de l’univers. Et, voire, constituer tout foyer conjugal, c’est un mystère, une faveur, mais n’en bénéficiera que ceux qui en constituera décemment, avec justice et verité. Ne faut-il y épouser une personne qui croit son être supérieur, ou naturellement supérieur, sans que cela ne soit de ses valeurs ou de ses utilités sociales. Ainsi, l’Homme doit-il épouser une femme qui doit se soumettre, qui doit devenir comme son mari, et qui doit se débarrasser de certaines traces parentales inconvenables pour adopter les manières bonnes et reconnues par le Seigneur de l’univers, de  son mari. Aussi, la femme doit-elle accepter pour époux, celui qui pourra lui tenir comme veritable épouse du foyer conjugal, tel que, tout a été par le Dieu Créateur de l’univers, sans pourtant tenir de certaines considérations nouvelles quant à la fondation de tout foyer conjugal.  Toutefois, après le mariage, le couple se doit-il de se sentir heureux, qu’ayant franchi quasiment cette vie précédente,  pour cette vie nouvelle, digne et innocente du foyer conjugal. C’est ce qui dévoile que, cette cellule de base de la société, doit-elle être fondée, avec toute application des principes ou règles reconnues par le Seigneur de l’univers, quant à la création dans la pureté et justice  de tout foyer conjugal,  dont les conséquences positives convergent vers l’obtention des faveurs ou des atouts liés à cette nouvelle étape de la vie. Certainement, Dieu accorde toutes faveurs au couple, à l’homme et la famille qui se sont bien mariés dans l’innocence, dans la justice et dans la verité. Toutefois, après s’être marié, l’époux et l’épouse, chacun doit-il pouvoir transformer son second ou sa seconde, à un veritable membre du foyer conjugal, à travers des paroles, des attitudes décentes et nouvelles, ou encore à travers la dévotion ou la bonne existence sociale, sous la gouvernance de nouvelles règles de savoir-vivre et de la bienséance relatives au bon fonctionnement du foyer conjugal. Mais, le plus terrible, est que certains époux ou hommes ne réussissant aucunement à faire de leurs femmes des veritables  femmes innocentes avec de nouveaux caractères innocent, voila les laisse  continuer à contenir les manières indésirables de la vie précédente, aux mentalités, moralités et aux consciences basses et abominables. Au naturel, tout doit-il être corrigé, à tous les côtés, que chacun doit-il tâcher de changer l’autre en lui faisant adopter des meilleurs portraits du foyer conjugal : ils se doivent de se changer réciproquement, tout en s’enlevant des mauvaises qualités héritées de la vie précédente. Nul  n’est à se tolérer ainsi, la femme ou le mari, chacun doit-il perfectionner l’autre pour de meilleures présentations dans cette nouvelle vie conjugale. Pour cela, au moins un mois, selon l’adaptation des nouveaux codes de l’existence sociale, l’on doit tacher à renforcer l’union, à ne considérer les nouvelles occupations de la femme, comme toute cause ou raison du mariage. L’éradication des consciences, des mentalités et des moralités de la jeunesse ou de mésaventure sociale, ou l’adoption des nouveaux statuts légaux pour tout épanouissement du foyer conjugal, c’est toute vertu d’obtention des veritables faveurs accordées au Seigneur de l’univers. Et, certainement, le foyer conjugal bien fondé, selon les respects des principes divins, dispose de miracle d’existence. Savoir, tout foyer conjugal bien constitué, après tout mariage légal ou légitime ou innocent, voila que le Dieu Créateur de cette union sociale, fera aux couples toute ouverture quant à l’exécution de la plus part des besoins : ce sera une veritable miséricorde à la part du Seigneur de l’univers, qu’ainsi, l’on gagnera dans toutes les activités sociales décentes. Lorsque les couples adoptent toute existence juste, décente ou innocente, avec foi et confiance en Dieu,  il ne leur manquera jamais des vivres,  qu’ils assouviront les bonheurs de cette existence, et ce, quoique, la fortune manque. Et, lorsque un mari, ou une épouse,  y reste juste, innocent, fidèle, croyant, Dieu ne lui manquera des aides, des appuis ou des révélations à travers des songes, ou d’autres types de révélation, surtout au detriment des emprises sataniques. Toute personne ayant été juste et innocente dans le foyer conjugal, ne sera aucunement victime des maux sataniques, certains pièges tendus ou certaines trahisons ou séparations non voulues ou non souhaitées. Et, lorsque l’époux et l’épouse, tous les deux adoptent des conduites innocentes,  dans toute justice et verité, avec l’application de tous les principes divins, voila que Dieu leur éloignera des tentations sataniques, des malveillances et des méchancetés. Certainement, tout foyer conjugal gagné en mauvaise part par les gens de dehors, cela est certainement dû par un membre, ou des membres liés au couple, soit directement, soit indirectement. Ainsi, lorsque l’époux ou l’épouse est traitre, ou un parent lié à la famille, les tentations sataniques manifesterons, surtout de la faiblesse du mari ou de la femme. C’est pourquoi, pour s’y faire prémunir des tentations, étant l’époux ou l’épouse, faut-il s’y conduire innocemment et justement, surtout avec foi et croyance au seigneur de l’univers, et ce, même si l’on existe dans les endroits mondains. Chacun doit tacher de respecter le foyer,  à travers des conduites dignes d’un veritable mari ou femme. Celui qui transgressera injustement les lois du foyer conjugal, Dieu l’affaiblira, l’humiliera, lui fera orienter de multiples mauvais sorts. Si c’est la femme, Dieu l’humiliera toutes les manières, et qu’iL fera prospérer socialement son mari innocent et juste, et ce, au cas de manque de divorce. Tout homme et femme, après un mariage digne de non, reconnu par Dieu, y doit être juste, innocent et croyant en Dieu. En agissant ainsi, Dieu ne te maintiendra aucunement dans l’obscurité, Qu’il te dévoilera tout, et te fera prémunir d’autant de tentations sataniques, que l’on ne regrettera rien même si des fatalités s’y produiront. Un mari ou une femme, qui se conduit innocemment dans le foyer conjugal, rien ne lui sera voilé, et que le Tout Puissant, ne lui acceptera aucun mauvais sort orienté injustement, que les trahisons, les actions dissimulées ou des pertes d’espoirs ou de bonheurs. Au demeurant, toute existence conjugale s’avère être sacrée, si toutefois le foyer conjugal eut été fondé  selon les principes ou les règles de la fondation d’une famille. C’est ce qui fait que, l’adultère, une pratique extraconjugale, sanctionnée par Dieu, est toujours dévoilé, et que le mari ou l’épouse juste, conscient et attentif, décèlera toujours l’intrus. C’est ce qui prouve que l’on ne se cachera aucunement d’un mari ou d’une femme innocente, que le Tout-Puissant, le Surveillant, au Nom duquel tout  fut institué, dévoilera en cas de trahison. Un époux ou une épouse innocente et juste, surprendra ou arrêtera toujours le train de la trahison sur le point de démarrage. A ce niveau, quiconque remarque des manières ou des agissements inhabituels ou indésirables au niveau de la femme, ou au niveau du mari, ne se doit de s’empêcher à tout arrêter ou  et tout suggérer d’une façon intelligente et méthodique. Celui qui découvre étant un innocent, un intrus  s’insérer dans la vie conjugale en mauvaise part, qu’il ne s’empêche à tout déclarer ou à tout suggérer, étant deux ensemble dans la maison, et d’une façon intelligente et sereine : c’est une révélation du Seigneur de l’univers. Toutefois l’on ne doit se taire lorsque l’on découvrira un lien indésirable ou l’amant de sa femme ou de son mari, ou que l’on aperçoit chaque fois sa femme aux yeux rouges, sans que tout soit des maux d’yeux prévus. C’est une révélation du Seigneur de l’univers, que Dieu ne laissera aucunement la culpabilité de la femme ou du mari se dissimuler, surtout que l’un deux soit innocent. Au naturel, il n’y a pas de jalousie dans ce cas, lorsque ces choses voient jours, que la femme ou le mari innocent et juste, avec Dieu pour témoin, se doit de tacher de tout empêcher ou de se plaindre. Ces déclarations ou ces dévoilements ou ces plaintes s’avèrent être autant justes ou rationnelles ou logique pour Dieu Créateur de toute union conjugal, à partir du moment où le foyer conjugal a été justement et innocemment fondé. Mais, de nos jours, vu la culpabilité de l’homme ou de la femme,  chacun se débrouillant ainsi en cachette, voila que l’on a peur de sanctionner ou de corriger, en cas de manifestation de ces signes susceptibles de s’aggraver ou de virer vers le plus mauvais. Sinon, l’on ne doit aucunement s’empêcher à corriger ou à suggérer ou à sanctionner sa femme ou son mari, avec des preuves évidentes, et ce, quoique l’on ait  craint de perdre son foyer conjugal. Certes, le foyer conjugal qui a été justement fondé, ne peut être démoli facilement, qu’à travers des comportements indésirables s’opposant à tous  ces piliers du foyer conjugal. Ainsi, le divorce, ou le manque de confiance ou de prestige, ne doit avoir lieu, lorsqu’une personne innocente du foyer sanctionne justement et innocemment les attitudes inacceptables de sa femme ou de son mari, surtout en cas de révélation ou d’information pratique apportée par la bienveillance du Seigneur de l’univers. A cet effet, ce droit accordé par le Seigneur de l’univers, tout époux ou toute épouse, se doit-il d’en bénéficier, lorsque, surtout, ces signes étranges et vraiment indésirables se manifestent, sans pourtant craindre ainsi au divorce, à ne s’empêcher ainsi à tout corriger ou sanctionner chez les témoins, ou chez les voisins les plus confiants. Au naturel, celui qui se plaigne contre sa femme, ou celle qui se plaigne contre son mari, dans l’itineraire de la justice et de la verité, donc en  cas d’extrême nécessités, surtout à travers des tentatives de violations des lois conjugales, n’est-il pas aucunement mauvais, que chacun préfère ainsi l’autre en innocence dans la famille. Ainsi, aucun couple ne doit craindre au divorce, tant qu’il n’y ait pas des causes évidentes, telles que des infidélités ou toutes manifestations indésirables ou flagrantes d’adultère. A savoir, le divorce ne doit-il être un jeux d’hasard, où faut-il se séparer à volonté et injustement : est-ce une solution finale de toute séparation. IL doit intervenir, lorsque toute raison ou toute verité en demeure là, sans pourtant que ce soit des petits motifs. Le divorce ne doit avoir lieu subitement, lorsqu’il y a manifestation d’autres signes moindres, sinon les fameux adultères ou les infidélités indésirables et impardonnables. A cet effet, pour ces causes secondaires, tout couple doit-il tâcher de tout corriger, à travers des moyens ou des voies légitimes, jusqu’à en obtenir gain de cause. Ainsi, lorsque le mari ou la femme est sanctionnée ou corrigée, tout méritera-t-il ainsi changer et évoluer pacifiquement. Ainsi, le divorce ne doit exister, lorsque sa raison d’être n’a pas existé, surtout après des enfants, ou des années de vie conjugale : l’on ne doit pas accepter de perdre son mari ou sa femme pour des simples raisons ou causes, qu’a moins que chaque camp eu voulues le divorce. C’est ce qui atteste que,  l’infidélité inacceptable, surtout étant l’on est innocent, s’avère être la cause principale et divine de tout divorce, surtout de nos jours, surtout pour tout foyer conjugal bien fondé, ou pour tout couple s’étant si bien fait des enfants.  Toutefois, si l’un des couples ne répond pas convenablement à son devoir conjugal, doit-il être contraint de le faire, et en conséquence, en être sanctionné par la justice et verité. Mais, l’infidélité devant être la cause principale d’un divorce, faut-il en faire toute arme, mais à ne pas  ainsi abandonner sa femme injustement, lorsque, le plaignant,  n’a pas été fidèle, surtout que l’on est entrain d’agir en cachette injustement. Ainsi, celui qui doit considérer l’infidélité ou l’adultère, est celui qui en trouve flagrant, indésirable, répétitive, accompagné d’un veritable manque d’amour ou de violations grandissimes de toutes lois conjugales. Dieu est grand ! Faut-il pouvoir et savoir gérer son foyer conjugal, au detriment de l’infidélité, à ne pas ainsi laisser sa femme ou son mari s’associer avec des personnes fautives et coupables, si ce n’est que tout soit par extrême nécessité ou à travers des existences inévitables, surtout s’agissant de l’exercice de certains métiers dans lequel l’on a aucun pouvoir de choisir ou de vivre avec les innocents. Au demeurant, Dieu n’a pas voilé aucunement les infidèles, que le Tout-Puissant enseignera  à une femme ou à un mari toutes emprises sataniques. Celle ou celui qui soupçonne la présence de l’intrus dans l’union, que l’époux ou l’épouse ne se fasse la peine de tout déclarer ou dénoncer, sans pourtant craindre la perte de tout gain de cause. L’amour, l’innocence, la justesse ou la sagesse conjugale, ce sont des vertus qui doivent être réciproquement montrées et à l’un et à l’autre, après tout mariage décent et innocent, dans toute justice et  la verité. Dieu est grand ! Le Seigneur de la justice et de la verité, ne déçoit aucunement un couple innocent, ou encore un mari ou une femme innocente : ce sont des miracles de cette existence sociale, après l’innocente fondation de tout mariage. Toute personne qui craint de son foyer conjugal, n’a qu’à s’y conduire seulement innocemment, car Dieu l’aidera ou l’assistera en cas d’emprises sataniques et l’exaucera dans tous ces vœux, qu’IL ne lui fera  regretter de rien, et ce, quoique sera les emprises et les menaces sataniques.

Nous constatons autant certaines perturbations mentales, morales et spirituelles quant aux usages du charlatanisme, ou autre manières de consultations maléfiques. Et, pourtant, se passer du charlatanisme, est-ce une veritable vertu d’utiliser son esprit de jugement quant à la connaissance des choses inconnues, et ce, pour toute existence innocente avec les prochains. Ce ne seront  que les coupables, les injustes qui partent souvent consulter chez les charlatans ou chez les devins. Sinon, à travers tout miséricorde du Seigneur du Seigneur de l’univers, qu’à travers les manifestations indirectes des anges gardiens, ou des manifestations de la justice et de la verité, et surtout à travers les manifestations mystiques du cœur et du cerveau par rapport aux organes de sens, tout être humain conscient pourra dompter les secrets de l’invisible jusqu’à connaître parfaitement les prochains. Ainsi, tout ce que l’on veut  connaitre sur sa vie, sur son sort et sur les prochains, c’est susceptible d’en être enseigné non pas par le biais du charlatanisme, mais à travers certaines manifestations de la justice et de la verité, ou par rapport à tout ce qui pusse sortir de l’être humain inévitablement. Mais, l’être humain ne fait que déroger aux bons principes de l’existence sociale, jusqu’à dérouter son chemin en s’associant aux esprits invisibles. Et, pourtant, au naturel, ce sont des techniques de consultations ou de connaissances naturelles, qu’a voilé le Tout-Puissant depuis des premiers temps, ne demandant ainsi aucunement l’apport des démons, et non plus, par le biais du charlatanisme , ces pratiques qui contiennent surtout des passages floues , des erreurs de consultations ou certaines faiblesses de découvrir l’inconnaissable. Mais, certainement, l’être humain peut tout connaître à travers le visage, les manières, les propos des prochains, et surtout, certaines manifestations des faits, des événements, des animaux ou des choses de la nature. Toutefois, aller consulter une affaire, c’est  vivre injustement, c’est vraiment certaines  ignorances pratiques, que ceux qui pratiquent le charlatanisme, perdent l’appui, les révélations ou les enseignements d’Allah,  en ne s’éloignant nullement des doutes, des confusions ou des incertitudes ou des situations équivoques. Pourquoi un malfaiteur, faisant du mal aux prochains, va-t-il chez un charlatan pour consulter son amour ou son succès avec eux ?  ET, lorsque l’on vivra sans charlatanisme, voila que l’on demeurera dans l’innocence, dans une vie juste, que Dieu nous fera enseigner tout à travers les phénomènes de la terre. A savoir « Pour connaître un méchant, un malveillant, ou un prochain qui ne veut notre succès, qui est intrus dans notre foyer, qui veut nous faire du mal ou nous trahir, il ne s’agit pas de tout juger avant l’agissement,  qu’en cas d’agissement étrange, tout leur sortira à travers les actions ou  manières volontaires et involontaires, les circonstances, et surtout à travers le visage et les actions menées injustement ou en cachette. Certainement, Dieu ne voile pas ces verités à un croyant  et à un juste, à toute personne consciente ». « Connaître un bon ami, ou un mauvais collaborateur, un associé traite ou innocente, rien ne lui sera voilé, que l’on saura tout à travers les agissements et les circonstances. Du moins, Dieu se te manifestera à travers les circonstances ou les agissements et tout sortira de leur corps l’inconnaissable. Ne vas pas pourtant chez le charlatan ou chez le devin pour vivre injustement avec les prochains » ; «  Savoir être aimé ou pas, pouvoir choisir les bons au mauvais, ce sont des vérités qui ne se voilent pas. Dieu te fera toujours montrer un mauvais compagnon à l’avance, approche toi de lui au Nom de Dieu, et attendre l’inconnaissable sur-le-champ ou après quelque temps. Si vraiment, rien ne se manifeste de mauvais, choisissez, mais soyez vigilant, car les pêchés peuvent empêcher certaines revelations ». « L’échec de plusieurs choses se dévoileront sans tarder au temps présent, à travers les empêchements incroyables ou inattendus, les faiblesses, les situations compromettantes, ou encore l’existence sur tout chemin d’embûches, dont le trajet remplis des épreuves étranges, empêchant toute arrivée. Se stationner ou se limiter jusqu’à faire la part des choses, c’est plus méritant. Lorsque l’on s’arrête, et l’on retarde, avec prières et invocations, Dieu nous montrera le sort multiple ». «  Pour connaître un homme de bonne volonté, ou de mauvaise volonté, faut-il lui laisser agir, ou lui mettre un bon trajet à travers de veritables initiatives ou d’idées. Pour connaître un vrai méchant, qui ne veut pas notre réussite, faut-il essayer  de l’apporter de l’aide, approche de lui pour lui demander conseil ou solution devant un dilemme, ou tache à travailler avec lui ; du moins, les mauvais se connaitront exactement à travers certains agissements défavorables ou certaines volontaires ». « Les jaloux, les ennemis, les adversaires ou les bienveillants ne se voilent pas pour toute personne consciente. Parce qu’ils te montreront des faits indicateurs surtout volontairement. Pouvoir mettre gentiment son prochain à l’épreuve, permettra de lui connaitre dans ses profondes pensées. Au demeurant, celui qui cherche à nuire, à trahir, à rivaliser, à te faire du mal, n’est pas voilé par le Seigneur de la justice et de la verité, qu’Il dévoilera tout, sous tes yeux,  à travers des circonstances. Pour connaître la pensée de quelqu’un par rapport à une autre personne, ou par rapport à un objet ou une chose, faut-il en parler avec méthode dans une causerie, tout en attendant ses propos ou ses dits. Souvent, si ce dernier n’est pas averti, ou s’il n’a pas compris, il en exprimera ses avis ou ces dits. C’est la meilleur consultation, que d’aller d’obtenir des informations erronées chez le devin ou chez le charlatan ». «  Lorsque le prochain se fâche subitement et injustement, ou qu’il change mauvaisement de visage ou de position,  après qu’une chose soit dite à son encontre, celui-ci ne s’éloigne pas souvent de la culpabilité, surtout s’il n’est pas dans une situation d’embarras ». «  Faire subir l’échec à une personne justement, ou lui situer dans une situation ou circonstance étrange,  permettra  de désenvoûter, ou d’enlever certaines passions sataniques ou terribles du cœur, surtout celle qui veut réussir, mais tout à fait menacé des emprises sataniques. Pour décourager, faut-il aussi induire dans l’échec, surtout pour celui qui ne veut pas travailler, surtout ne disposant aucune volonté d’arriver. C’est ainsi que sont les paresseux à l’école abandonnent les études, parce qu’ils trouvent austères ou infranchissables, ou qu’ils ne veulent étudier ; les échecs les chasseront ».  «  Les prochains qui ne partagent pas notre cause, notre bonne part, dans une situation ou dans une circonstance, surtout injustement, surtout avec certaines adversités dissimulées,  surtout qu’ils disposent de tout devoir d’intervenir, ne peuvent pas s’éloigner des cerveaux ou des auteurs ». «  Ne faut-il pas chercher à invoquer Dieu pour une situation, étant donné que, utiliser la bouche ou la parole, peut aussi bien apporter de solution.  Ainsi, si ta femme ou ton prochain est en mauvaise position, Dieu te recommande alors de lui censurer, suggérer, ou lui dévoiler ou lui conseiller, ou lui obliger à marcher sur le chemin droit. Une seule parole bien dite, sérieuse, contenant des choses sévères peuvent désenvouter, chasser l’infidélité, ou drainer vers la droiture ou sur le chemin de l’innocence, surtout que lorsque l’on en dispose certaines raisons ou prestiges. Qu’on le sache qu’il y a tout mystère dans la parole pour conjurer les mauvaises sorts, parler ce qui est indispensable, qu’à travers la parole, l’on peut arrêter ou  effrayer les ennemis ou les malveillants en cachette. Faut-il savoir s’adresser ou tout formuler ». «  Pour sanctionner ou dévoiler quelqu’un coupable, dans ses pratiques des actions du  mal, dont on a peur surtout de tout parler,  en parle ouvertement  devant lui, sans pourtant situer son nom , qu’il sache tout orienter, dans une conversation ou causerie; ou encore, essaye d’introduire indirectement un mot sanctionnant ; comme par exemple : les amis traitres ! Les ingrats ! Les épouses infidèles ! L’on fait à ce que tout pénètre dans son esprit. Si vraiment, il se croyait voiler, il arrêtera tout, ou changera de manières.   » « Ne pas éviter, mais faut-il se méfier d’une personne critiquée, rabaissée, humilier, devant vous d’une façon incroyable ou inattendue, sans que l’on s’y attende vraiment ». «  Pour connaître ce qui est caché dans le cœur ou dans l’esprit surtout par rapport à quelqu’un, ou par rapport à quelque chose, essaye de lui en demander intelligemment, ou encore, l’on peut créer de causeries ou des dialogues pour la circonstance, et y attendre ses opinions, ses avis, sur un sujet. L’on peut aussi mettre en mission une personne intelligente à tout demander ou enquêter intelligemment  ». « IL n’est pas juste d’aller par avance chez le charlatan, si tel est méchant, ou pour connaître un caractère sur quelqu’un, que ce dernier ne t’a pas pourtant montré. IL n’est pas aussi tout à fait juste d’aller consulter chez le charlatan le contenu du cœur et l’esprit de son prochain, alors que l’on est mauvais envers lui. L’on peut pardonner, mais l’on ne peut non plus apprécier celui qui est entrain de nous agir injustement ou mauvaisement. Et, même si le victime n’en dit rien, mais, n’est-il pas content dans son cœur. Et, à moins que ce soit notre père et mère,  sinon le Satan peut facilement entrainer autant de victimes vers des agissements multiples ». « Si l’on n’a pas un pacte avec les Anges à travers Dieu, faut-il s’éloigner de certaines solitudes ; et même pas tacher à s’associer aux mauvais, mais enrichir votre vie avec les personnes  à craindre ou de confiance, avec tout approchement au Dieu de la justice et de la verité. Ne faîtes du mal injustement, mais cherchez à contrecarrer les agissements invisibles du Satan, à travers certains approchements ou certains mots sacrées. Non qu’il faut faire du mal à un méchant ou à une personne injuste, mais pouvoir installer les barrières , ou encore lui injecter des doutes, des inquiétudes ou des sanctions ; sinon les personnes injustement devenues sataniques sont infatigables ».   « Si l’on veut entreprendre ou exécuter un vœux subitement, sans pourtant en avoir aucune issue, analyse les circonstances précédentes, ou qui viennent de passer, fait toute analogie, en tenant compte des positions, des moyens et des personnes et des contestes ayant abouti à l’embarras,   et fait un parallélisme par rapport à la situation présente. A présent, si l’on ne trouve aucune idée, liaison ou de semblance,  que l’on tient maintenant le conteste dans lequel cette nouvelle chose s’est manifesté. Et, souvent, si l’on n’a pas eu de doutes, de suggestions ou d’emprises sataniques, ou des menaces des épreuves inhabituelles, ou d’empêchement, d’entreprendre quelque chose, ou un voyage que l’on a programmé auparavant, entreprends-le , surtout si l’on a demandé avant tout Dieu. Tout ce que l’on veut faire dans cette vie, adresses  toi à Dieu, surtout pendant les heures nocturnes, qu’iL te fasse toute lumière, ou qu’il montre toute l’avenir dans ces aspects ». « En consultant sa vie de son âge de raison jusqu’au moment là où l’on est, l’on peut se procurer de veritables leçons, de grandes informations par rapport à sa personne : l’on peut connaître ses relations ou ses positions avec Dieu à travers certaines circonstances vécues ; l’on peut déceler ses faiblesses ou ses forces naturelles par rapport à certaines circonstances vécues ; l’on peut corriger sa mentalité, sa moralité et sa conscience par rapport à ses agissements ou par rapport aux contacts avec les prochains ; l’on peut si bien déceler les chemins qui mènent vers les catastrophes ou vers le bonheur ;  l’on peut se corriger par rapport aux erreurs passées ; l’on peut connaître ou déceler les personnes qui nous amis ou ennemis en analysant certaines circonstances passées, et rapport à leur manifestation avec flagrance ou nous ; ainsi l’on peut savoir avec qui vivre, travailler ensemble, avec qui se marier ou faire les mêmes entreprises. Notre vie est pleine d’épreuves ou de leçons, que si l’on réussit à analyser parfaitement sa vie antérieur, il n’y a pas quelque chose que l’on ne parviendra pas à savoir : Croyez en Allah le Seigneur de l’univers ». «  IL ya de multiples pouvoir pour envoûter, se faire aimer, inoculer la pitié, la moralité et la mentalité ou la prise de conscience, quant à l’approchement, l’intéressement sage et intelligent, ou à l’assistance. Ces manifestations s’avèrent efficaces pour changer l’état mental de son prochain. C’est pourquoi, ne faut-il chercher à porter atteinte à la dignité des gens,  de les humilier ou de les faire du mal avec une extrême injustice et flagrance ». Dieu est grand, le Seigneur de l’univers, le Maître de la justice et de la verité.

Ainsi, ne faut-il pas tacher à connaître son prochain, d’une façon erronée,  surtout injustement, sans que rien ne se manifeste, ou qu’il ne le montre à travers les manières ou les agissements des prochains. Car, à travers les agissements des prochains,  leurs avis ou leurs opinions, ou jugements, ou leurs dits, rien ne sera voilé à la créature humaine. Au nom de Dieu, le Seigneur de la justice et de la verité. Tel a été ainsi les préoccupations du Sauveur,  pour laver certaines faiblesses mentales, morales et des consciences des êtres humains d’aujourd’hui, nonobstant les emprises paradisiaque de la science, lesquels continuent à se rendre de plus en plus animal à ne pouvoir distinguer le bien du mal, de la verité du mensonge, des jugements cohérents au jugements incohérents, que , nos jours, l’on confond ce qui est bon par rapport à ce qui n’est pas bon, et l’on confond sciemment les innocents aux coupables. Dieu est grand ! Ce présent écrit et le précédent, s’avèrent être autant susceptible de tirer le genre humain des ténèbres de la vie, pour toutes réussites des vies des deux mondes. Fils d’Adam, il n’y a une chose plus facile à Dieu que la ressurection des morts, je vous le répète. Dieu nous montrera être vraiment le Créateur de tout ce qui existe, le Maître des deux mondes…

1° Les gens en carence de dignité, aiment toujours s’associer aux faits, aux paroles ou aux pratiques indignes. Un homme pur et innocent trouvera du mal quant à l’association à des choses inferieurs, que son cœur et son esprit, n’en seront pas facilement domptés.

2° Tout cerveau et tout cœur, pour lesquels, les actions, circonstances ou les événements ne peuvent apportés de réconfort, de remèdes, de bonnes positions ou de bonnes expériences ou de leçons , est seulement possédé, bête, idiot ou sorcier. La plus part des gens d’aujourd’hui, sont vraiment malades en consciences, en moralités, en mentalités et en bienséances, ne bénéficiant d’aucune prise de conscience : ce sont des mauvais ou des maudits du Seigneur de l’univers.

3° Etant croyant et juste, et surtout être celui qui bénéficie souvent des faveurs ou des miséricordes à la part du Seigneur de l’univers ou certaines assistantes, les premiers signes des gens ou les premières manifestations de la verité sont à considérer, à étudier et à s’en précautionner, car Dieu peut en révéler les aspects du futur. Seul le croyant, celui qui s’est confié à Dieu, peut-il bénéficier souvent de ces enseignements ou des avertissements quant aux trahisons ou aux mésaventures prochaines, surtout à travers des gestes, des paroles ou des comportements étranges et inattendues des prochains. Si le prochain est juste, correcte et croyant, c’est très facile à détecter, qu’il n’en sera nullement dissimulé. Eh bien, la croyance et la foi constituent toute douceur, toute faveur, que seul le croyant en bénéficiera. L’on ne peut croire autant à la capacité de Dieu, que lorsque l’on marche sur l’itineraire de la justice et de la verité.

4°Etre sur le point de tomber dans la disgrâce, dans la défaveur  ou dans les pièges, ou être sur le point de se mener dans la perdition devant une situation compromettante, ou être sur le point de faire un mauvais choix ou de se drainer vers les portes de la mésaventures, Dieu t’en signalera, t’en désorientera ou t’en sauvera de toutes les manières, si vraiment l’on est croyant et exempté des péchés des prochains. Les péchés sont sources de tous les mauvais sorts de l’existence.

5° Les personnes mauvaises ont-elles perpétré des actions mauvaises, ou encore se sont comportés mauvaisement. Alors, l’on ne doit pas juger son prochain de mauvais, alors qu’il n’a pas fait des actions mauvaises, surtout qu’on lui a pas aperçu sur le chemin des pratiques du mal, et non plus,  lui avoir entendu , avec preuve évidente,  pratiquer des choses abominables. Ainsi, si on entend qu’un prochain est mauvais, que l’on cherche à savoir s’il l’est vraiment à travers des études ou des enquêtes décentes. Au reste,  vivre avec son prochain sous peu de temps, permettra à savoir, s’il est bon ou mauvais, s’il plait à Dieu, surtout que l’on ne cherche point à être bon ou mauvais par exprès, mais, parce que l’on en veut.

6° Le prochain qui t’a fait du mal ou qui vient de te faire du mal en cachette, ou qui vient de s’associer à d’autrui en mauvaise part, change involontairement de regards ou de visages, dès vos premières rencontres. Du moins, si l’on croit à Dieu, il t’en dévoilera.

7° Un mal ne peut atteindre une personne ou un groupe de personnes, sans qu’elle ne le mérite, à travers des péchés par exemples. C’est pourquoi, s’associer aux personnes connues d’offices pour pratiquant de péchés ou des choses de péchés, c’est ruiner son entreprise ou ses affaires tôt ou tard. Dieu t’y fera sortir soustraire si l’on est croyant et juste,  surtout si l’on s’est associé par manque d’information ou involontairement. Ainsi, l’on ne doit pas s’associer aux mauvais que pour des pratiques des entreprises mauvaises. Et, au demeurant, deux personnes ne puissent se constituer en union, ou en association, sans que cela ne découle d’une verité. Dieu ne laissera aucunement un mauvais type se marier avec une femme décente ou innocente.

8° Celui qui n’a pas considéré ta colère, malgré ses agissements néfastes et injustes, croit en quelque chose, ou que t’aperçois vraiment en échec, en disgrâce, ou dans toute position anormale.

9° Deux personnes dont l’une n’a pas considérée la capacité ou la faveur de l’autre, qu’ainsi, l’une  ne craint à l’autre, sait que, chacun croit en quelques choses, en sa force, en sa qualité, quoique l’une soit fautive ou débile par rapport à l’autre.

1O° Celui qui n’a pas eu peur de toi, malgré ses agissements coupables, est vraiment assis sur une force, te croit-il inferieur moralement et mentalement, ou en croit-il en quelque chose, ou qu’il t’espère effacer ou dompter en toute circonstance.

11° Agir à la suite d’une simple information infondée, sans antécédent, sans preuve, sans rien d’évidence, contre une personne, veut dire que l’on est incontestablement contre elle. Les mauvaises personnes dans l’exploration de la verité, n’ont de yeux pour voir, ni d’oreilles pour entendre, ni  d’esprit pour discerner le faux du vrai.

12° Si l’on est entrain d’agir en cachette et en mauvaise part contre son prochain, s’agissant surtout le vol, la nuisance ou la diffamation, l’on peut en être décelé ou decouvert à tout prix, s’il plait à Dieu, et ce,  quel que ce soit les précautions. Dire ainsi, que tant que l’on ne soit pas dépisté des yeux, sanctionné ou dévoilé, l’on s’en porte bien, c’est une veritable tromperie. A savoir, certains sont sages, que, quoiqu’ils aient parvenu à découvrir  leurs mauvaises personnes, s’en calmeront, sans pourtant songer à passer de tous les frais pour humilier.

13° L’on peut savoir à travers les biens, les chaussures, les habits ou objets qui se gâtent incroyablement, surtout sans se rendre compte, que l’on a des malveillants ou des aigris tout près, et que l’on est guetté par le Satan. La sagesse de nuire malgré lui aux biens de son prochain pour lui sauver, pour l’éviter certains agissements plus pire des mauvais, n’existe pas en ce temps là.  Mais, les conséquences des péchés s’infiltrent à travers les biens, car celui qui a nui à autrui par exprès, s’en verra victime tôt ou tard des mêmes bêtises.

14° Le prochain ne saura te tenir pour faible, pour incapable ou pour écervelés ou têtu, sans qu’il ne t’en découvre, et ce, à moins qu’il soit sorcier ou partisan des pouvoirs maléfiques. Car, les sorciers en général et certains marabouts ne croient qu’à ce qu’ils peuvent  faire contre les prochains.

15° L’on peut connaitre ou déceler les ennemis ou ceux qui sont poussés contre vous, à travers leurs réactions et manifestations inattendues et injustes à votre égard, ou, encore, par rapport à leurs considérations grandissimes des accusations, des calomnies  dressées fabriquées contre vous, ou encore par rapport à leurs rapprochements à d’autres personnes qui vous sont contraires.

16° L’on ne peut pas aimer ou apprécié tout ce qui est de totem, tout ce qui puisse entraver sa conscience ou moralité, ou tout ce qui puisse porter atteinte à ta dignité. Le prochain ne considérant pas volontairement sa créature humaine là où il faut la présenter  bien, n’est pas un veritable être humain, reflétant les valeurs d’Adam.

17° Considérer ou croire en sa créature physique, n’est pas toute assurance de vie, de réussite ou de supé rioté. Croire en son ethnie ou en sa race, sans par le biais de ses valeurs et de ses utilités, n’est pas toute arrivée sociale souhaitée par le Seigneur de l’univers. D’aucuns, au reste, se croient se suffire de leurs créations naturelles comme moyen de supériorité. Dieu a engendré tout le monde égal physiquement, et ce, a moins que l’on ne soit pas pur ou que l’on ne soit pas menacé des conséquences des péchés et malédictions.

18° Celui qui vous aime ne vous cherche aucunement l’humiliation, ne s’opposera injustement  et volontairement contre vous, ne suscitera aucunement le monde du mal et leur partisan contre vous. Au reste, le prochain rêvant à l’humiliation, à te nuire, à porter atteinte à ta dignité, sont à esquiver, à s’éloigner : c’est un signe de séparation. Se résigner à vivre avec lui, est-ce une veritable patience, indulgence et sagesse.

19° Lorsque l’on meurt, l’on ne se retournera aucunement si bien physiquement sur terre, sinon au jour de la ressurection, ou de la puissance ou de la volonté de recréation du Seigneur de l’univers. Mais les traces de l’homme lui sont éternelles et impérissables dans ce bas-monde, quoiqu’il passe des milliers d’années enterrées.

20° Les gouailleries, les calomnies ou les diffamations entendues ou appris des gens inconnus ou à travers des gens avec lesquels l’on n’a pas agit ensemble,  ce sont des gens avec  lesquels vous vous connaissez qui en sont l’auteur.

21° Etre rivalisé par quelqu’un, ou être pris injustement pour adversaire par un prochain de statut inferieur, de moindre qualité, surtout sans qu’il ne tienne compte de ta supériorité, signifie que les choses ignobles se passent contre vous en cachette, dans laquelle votre impuissance se montre : les gens sont entrain de vous nuire injustement, de sorte qu’ils portent des mépris contre vous.

22° Faut-il juger les prochains de la meilleure façon, sur la voie de la justice et de la verité, sans pourtant tenir compte de ses propres caractères et défauts. Ainsi, l’on ne dit pas que si l’on aime le porc, signifie que tout le monde en aime ; ou que, si l’on est aigris, ingrat ou mauvais, que tout le monde en est ; ou que, si l’on est raciste ou ethnocentrisme, que tout le monde en est. Les caractères ou les vices sont ceux qui sortent de l’être humain. Au moins, Les préférences peuvent être identiques, sans que les degrés et les façons de conduite ou d’adorations le soient. Au demeurant, tous les caractères ou tous les défauts ou vices ne s’engendrent pas de la même manière. A savoir,  certains sont volontairement, méchamment et inconsciemment mauvais, pendant que d’autres le sont par processus, donc involontairement.

23° Celui qui a peur d’être victime de sa bonté ou de sa charité ou de sa bienveillance, surtout disposant toute fortune pure, sera guidé par le Seigneur de l’univers, qu’ainsi, à chaque fois que l’on veut faire un bien aux gens mauvais, surtout pouvant se retourner contre soi, Dieu t’en enseignera à travers des manières , des comportements ou des paroles venant d’eux par avance , si vraiment l’on est croyant et juste. Au demeurant, les gens dont leurs souffrances et misères proviennent des conséquences de leurs péchés, auront difficilement des faveurs venant de leur créateur Dieu. Pour tester les mauvais gens, l’on peut commencer par de petites actions de biens, certainement l’on en saura le résultat, s’il plait à Dieu. Gloire à Dieu, le Seigneur de l’univers.

24° Etant juste, croyant et homme de foi en la majesté du Seigneur de l’univers, surtout agissant avec toute peur de Dieu, avec respect et l’application des lois divines, mais, malgré tout, en être victime de la traitrise, de la malveillance ou de la méchanceté des prochains, est chose autant profitable. Celui qui t’a montré injustement ces caractères terribles, ou a été indiscrète d’une façon inattendue et incroyable, c’est une veritable révélation de la part du Seigneur de l’univers. Savoir se prémunir désormais de tout cela, est-ce un atout, si vraiment l’on est croyant, juste et homme de foi. Dieu informe, avertit que l’on est profondément pris aux pièges, avant d’en être noyé profondément. Etre juste envers son prochain, être juste dans son travail, être loin des péchés de nuisance, surtout en avoir foi en Dieu, c’est vraiment toute protection de Dieu, qui ne te laissera jamais être noyé dans les guets-apens des prochains. C’est Dieu qui commande l’univers, et veille justement sur toutes ses créatures de l’univers.

25° L’on peut prévoir un mal, son agrandissement, par certains visages ou choses se produisant ou se dessinant incroyablement. Certes, certains maux, coups, trahisons, avant que les auteurs le fassent, il y en aura toujours des signes ou des choses inattendues explicatives. Les souris qui menacent en plein journée, ne laisseront jamais la maison sereine la nuit. L’hyène qui n’a pas épargné son petit, n’épargnera point d’autres. Le vent qui n’a épargné l’éléphant,  transforma en vent la poule.

26° Souvent, la valeur de l’homme ou d’une chose réside en celui dont le jugement, l’âme, le cœur ou la préférence,  y converge. Le mérite de l’homme ne se cachera pas aux yeux des gens innocents. De ce fait, si l’on est valeureux, ou l’on est supérieur à autrui, cela se révélera des jugements des prochains.

27° Les gens qui sont contre toi, accepterons sans preuve, sans jugement cohérent, tout ce qu’ils entendront de mauvais, à ton detriment. De ce fait, ne chercherons  à faire la part des choses, même à travers des accusations entendues, qu’ils s’en réjouiront surtout en ton absence. Au reste, le plus sage, le plus juste ou le plus croyant, est celui dont la conscience ou le raisonnement ne peut nuire à son prochain injustement, en lui prenant pour adversaire ou pour ennemi, et ce, même si l’on en a plein pouvoir et capacité.

28° L’on peut connaitre un père ou une mère à travers les comportements des enfants, surtout les filles par rapport à leurs mères.  Savoir, c’est rarissime que les enfants soient de mauvais comportement, sans qu’il n’y ait de stimulant dans une famille. La sexualité est devenue dont les racines invisibles se trouvent dans les familles.

29° Les dignes ne font jamais injustement des guerres ou des querelles liés à la dignité. Celui qui a honte, qui n’a pas drainé pourtant sa personne vers la pratique des choses abominables, portera difficilement la honte ou l’humiliation en autrui. Celui qui dispose de la manie de le faire, n’est pas tout veritable digne, ou qu’il s’en est fait autant de choses abominables, indignes et honteuses.

30° Pour comparer deux choses, deux faits ou deux personnes, l’on doit comparer leurs faits antérieurs, les raisons ou les motifs antérieurs, leurs caractéristiques, leurs sens et les états des personnes qu’à la pratique du mal ou à la production de l’événement. A savoir, deux choses peuvent se rassembler, mais des causes ou des motifs différentes. Certains font du mal par extrêmes nécessités, mais d’autres le font gentiment ou d’un état d’esprit mauvais.

31° Pour toute chose que l’on veut entreprendre,  sans pourtant en savoir comment  le faire, et surtout en avoir de bonne issue, faut-il consulter le passé lié à l’embarras, connaitre les actions précédentes, les leçons tirées des circonstances analogues. A savoir, toute situation dispose des antécédents et des leçons. Ainsi, en consultant les situations antérieurs tout en sachant comment l’on est arrivé là, permettra de mieux surmonter l’embarras, tout  en distinguant si tout résulte des actions du bien et des actions du mal. Cependant, vouloir faire une nouvelle chose, consulte l’autrui  qui en fait auparavant, et surtout consulte soi-même au detriment des emprises sataniques et des envoûtements. L’on cherchera à savoir si l’on est  dans le destin dans son bien, ou dans le destin dans son mal. Et, si tout résulte d’un destin, tout s’engendrera ainsi fatalement. Etre sur un nouveau itineraire de la vie, c’est une veritable précaution.

32° La sagesse consiste aussi à ne pas chercher à rivaliser ou à se comparer à celui qu’on a vraiment vu naitre, surtout à celui qu’on a élevé et éduqué, et ce, quelque soit ses supériorités. Faut-il être serein, passif, indulgent, malgré ses mésaventures spirituelles. Ne sont pas sages, les gens qui ne tiennent pas compte du passé pour daigner laisser, excuser et pardonner certaines choses.

34° Celui qui persiste souvent et sans relâche dans l’exécution d’un souhait, d’un objectif, et ce, malgré les multiples échecs, obstacles subis, est celui figurant sur toute base solide, que l’on a intentionnellement tout amorcé, et que les raisons ou les motifs ou causes de débuts s’avèrent étranges, avec tout cerveau aigu et dur.

35° Accepter et aimer de servir les faibles, les inferieurs de classes différentes, mêmes si l’on n’a pas  leurs liens, vivre avec eux, les considérer comme des êtres humains, sans pourtant se leur rendre hautain, est-ce une veritable sagesse.

36° Être croyant et juste, toute situation dont on est victime injustement, servent de veritables leçons : les gens te faisant injustement la guerre sont à éviter ; les prochains te cherchant injustement l’humiliation, à s’aigrir, à te nuire en cachette, sont à éviter. Toutefois,  Dieu n’a pas encore exaucé les invocations, si l’on en voulait réussir socialement.

37° Les gens aux esprits, aux mentalités, aux consciences et aux moralités ne dépendant que ce qui est perçu superficiellement par les yeux, sans aucune analyse, ou discernement, ni jugement cohérent,  sont vraiment faciles à tromper, ou à faire échouer  à travers des présentations matérielles devant les regards.

38° Les plus ignorants parmi les êtres humains, ce sont les malfaiteurs qui s’en croient être inconnus ou cachés, lesquels ne cherchent ainsi à savoir s’ils s’en sont dépistés ou non, et ce, malgré certaines plaintes, soupçons, doutes ou comportements. A cet effet, tant qu’on les dénonce pas, ou on leur en parle pas, voila continueront toujours à tout manifester. En verité, rien ne se cache d’Allah et à Ses croyants, qu’un malfaiteur est toujours dépisté par les créatures justes et innocentes.

39° On découvre les créatures inferieurs par leurs actions de bassesses, leurs paroles ou comportements de bassesses, leurs considérations injustes aux choses ou aux personnes abominables, surtout par rapport à leurs existences injustes et indignes. Certainement, tout être humain, sans bonne moralité, mentalité et conscience, ne mène qu’une existence animale.

40° Les êtres humains d’aujourd’hui vivent sous l’impulsion du cœur et des passions mondaines. En conséquence le cœur et l’âme ne sont plus rigide, résistants, que non plus orientés vers la croyance ou la foi en la grandeur de Dieu. C’est pourquoi, pour les emprisonner dans leur vie de terre, faut-il les empêcher à s’assouvir de tout ce qui leur fournit passions et espoirs mondains.

41° Faire de la charité, de la bonté, servir les prochains dans leurs besoins et dans leurs demandes, au nom de Dieu ou à cause de Dieu, sans pourtant s’attendre à nul bénéfice de la main des autres, est-ce une veritable clé de rapprochement au Seigneur de la justice et de la verité. Agir au non de Dieu, c’est chercher à s’allier à Lui, le propriétaire des terres et des cieux.

42° Faut-il être méfiant et précautionné faces aux fausses personnes. A savoir, il y a des êtres humains parmi les fils d’Adam, qui ne cherchent pour ennemi, que ceux avec lesquels ils vivent ensemble. L’échec d’un être humain résulte souvent de ceux avec lesquels ils vivent ensemble, ou les connaisseurs de ses connaisseurs, ou les parents liés, les ennemis de ses amis. Ainsi, celui qui réussit à métriser les gens avec lesquels il vit ensemble, il partage les mêmes destins, vivra longtemps, s’éloignera de certains malheurs et malchances de la vie.

43° Lorsque l’on est  innocent, dans la justice et verité, et que l’on en croit en Allah, dans une foi et croyance pure, et que l’on vit au detriment des prochains, l’on devient certainement  des hommes de Dieu, et qu’on vivra autour de ses miséricordes, et qu’on existera dans toute vie sereine, avec une veritable clôture avec le Satan et ses alliés visibles et invisibles. Ainsi, dans cette condition,  lorsque le prochain se manifestera indignement et mauvaisement dans votre sentier d’innocence, sait que ce dernier est égaré. Les gens qui nous assaillent la vie, ne méritent vivre avec nous, qu’ils ne sont égales à nous, qu’ils doivent ainsi vivre avec ceux des consciences, des moralités et des mentalités mondaines. Au reste, les prochains se vous opposant injustement ne sont vraiment dignes de vivre avec vous, ne méritent vraiment bénéficier des faveurs venant de vous. Sachez les esquiver, tirer de veritables leçons d’eux, quoique exister avec eux s’avère être inévitable. Est-ce une pure et difficile sagesse de vivre avec eux.

44° Les actes flagrants ou inhabituels, mauvais à votre encontre, par le biais de son associé, ou avec qui l’on vit ensemble, veut dire qu’il commence à s’associer à Satan, qu’il commence à agir ainsi très mal contre vous à l’invisible, ou qu’il te voit désormais dans la faiblesse, si toutefois il avait confiance à vous. Les prochains changeant d’aspects ou de regards inhabituels, sont entrain d’agir très mal à l’invisible.

45° Les prochains qui vous manquent de respect incroyablement et injustement, ont agit très mal à l’invisible contre vous, ou qu’ils sont poussés contre vous, ou qu’ils vous perçoivent dans la faiblesse ou culpabilité. Sans circonstance, et sans raison ou cause, l’on ne peut nullement se marrer contre un prochain. Et, lorsque l’on vous manque du respect, sachez faire la part des choses si vraiment vous êtres entrain d’agir très mal, surtout en cachette.

46° La sagesse est de se conduire dans la bienveillance à l’égard des gens de mentalité, de moralité et de conscience basse, surtout que vous en trouvez inferieur, et ce, pour toute pitié et bonté, sans nullement les égarer ou les faire perdre ou encore s’éloigner d’eux. Faut-il être sage de vivre avec les gens qui croient qu’être avec eux est une joie, sans pourtant par leur utilité, est une chose très importante.

47° Etre dans une situation quelconque ou embarrassante, et entrer dans une ville ou dans un lieu où l’on ne connait pas, en étant croyant en Dieu, les premières informations, contacts ou les révélations, s’y produisant sont à considérer. Etre un croyant est un atout ; un croyant est celui qui ne s’éloigne pas des prières, des invocations avant d’agir. Certes, si l’on est avec Dieu, dans la justice et verité, il nous laissera aucunement leurrer ou égarer, et ce, quelques soient certaines emprises sataniques. La croyance et la foi, sont dans le cœur et dans l’esprit.

48° Etre dans une société ou union quelconque ou purement raciale ou ethnocentrique, et à travers certaines circonstances ou conjonctures, l’on doit se méfier ou de se précautionner des gens éloignés grâces à certaines emprises de ceux avec qui sont tout près. Dans les sociétés racistes et ethnocentriques, les idées et les positions se valent, qu’à moins que Dieu fasse sa propre volonté imposer sa propre loi et justice.

49° Les indiscrets ou les prochains qui viennent de divulguer les secrets ou les confidences, sont faciles à découvrir ou à détecter, si toutefois l’on croise les bénéficiaires, que tout se dessinera sur leurs visages. Aussi, l’on peut tout constater par certaines manières ou actions étranges des indiscrets, avec des attitudes nouvelles. Celui qui n’a pas été indiscret, surtout qu’il a mené toujours toute vie juste ou innocente envers son prochain, sera difficilement victime d’indiscrétion, qu’en cas d’indiscrétion, que tout se lui révélera.

50° Les nouvelles manières ou façons d’agir ou les nouveaux caractères d’un associé ou d’un prochain permettent de connaitre l’inconnaissable. Si Dieu le veut, si les prochains veulent mal se manifester, certainement tout sortira d’eux. C’est pourquoi, ne faut-il pas être pêcheur,  qu’un croyant et un juste, qui veulent aux prochains ce qu’ils se veulent, les bonnes parts de la vie, Dieu te montrera les mystères.

51° Pouvoir situer ou connaître l’issu d’une affaire, pouvoir consulter une situation : c’est étudier les choses inhabituelles s’étant produites avant, et les choses inhabituelles s’étant produites après,  ou encore étudier  les situations antérieurs dans leurs sens, leurs fondements et leurs raisons cachées ou non. Certes, si l’on parvient à si bien connaître les situations antérieurs et les itinéraires qui ont aboutis à cette affaire, l’on aura de position ou d’idée concernant cette affaire, quant à sa contenance ou son aboutissement, tout en s’ôtant tout doute ou toute confusion.

52° Des manières inhabituelles, des distances , des visages différents, des comportements ou des versions étranges  injustes, l’intéressé est entrain d’agir mal, ou est entrain de profiter de quelque chose contre vous, qu’il vous perçoit ainsi dompté, affaibli ou humilié. IL ya des personnes, aussitôt qu’elles commencent à actionner autrement en cachette, elles ne pourront aucunement s’en métriser, que tout se dévoilera d’elles, et ce, même si elles ne dévoilent pas. Vivre justement avec les prochains, c’est susceptible de tout pouvoir appréhender de leurs façons étranges.

53° Avoir le devoir de reprocher, de suggérer, de conseiller ou de sanctionner, mais s’en taire injustement, ou en demeurer passif sans aucune raison, l’intéressé veut votre perdition ; et si c’est un parent, il est entrain de faire pur que cela, surtout en cachette. Dans les familles, beaucoup de parents sont injustes envers leurs enfants, à travers leurs comportements analogues et dissimulés.

54° Dans toutes sociétés où l’on ne réprimande pas, où l’on n’interdit pas les mauvais usages, sait que les gens ou les autorités sont coupables, sont entrain d’agir autrement plus abominable. Aucune personne ne voit le mal de la sexualité, sait que tout le monde s’en fait usage, s’en est habitué ; sinon ce sont des pratiques des plus honteuses et abominables de l’existence.

55° La colère ne mérite pas de s’engendrer à travers des motifs ou des incidences ou des raisons dérisoires ou moins solides. La colère est celle qui mérite s’engendrer à travers des veritables raisons ou circonstances horribles : être victime de mal injustement, être atteint dans sa dignité et dans sa foi ou croyance. L’homme menacé dans son totem, dans sa dignité, victime d’un mal injustement est celui devant être en colère. Se résigner, se contenir de certaines colères sans représailles, en demeurer passif ou serein, est-ce une veritable sagesse.

56° Certains caractères, ou certaines mauvaises façons de vivre, se manifestent justement à l’être humain, surtout dans un endroit bien défini, surtout par vengeance juste ou inévitablement. De ce fait, il n’est pas dit forcement que l’homme de raison peut en montrer à tout moment, surtout à l’égard de tout le monde. Ne faut voir son prochain, et lui condamner d’un caractère qu’il ne t’a pas pourtant montré. Pour lui en découvrir, le mieux, c’est de rester calme et vivre justement avec lui ; ainsi, si c’est un caractère inhumain, tout se lui dévoilera. Il ya des caractères qui ont déjà dompté le cœur, l’esprit et l’âme injustement, à tel point que le coupable n’en abandonnera aucunement, sinon par pression ou par contrainte. Certaines façons d’exister ne sont orientées qu’au méchant, cherchant à nuire ou à faire du mal injustement.

57° Le prochain qui vous oppose injustement ou nullement, sait que, il ya quelque chose au quelle il croit vous lier, et même si vous n’en connaissez pas. En verité, il est contre ou défend une part dont vous disposez le pareil ; ou, que, quant à lui, vous disposez des mêmes causes ou les mêmes objectifs.

58° Ne pas être esclave de nourriture, métriser son âme, son cœur ou son esprit quant au besoin quotidiens de manger, ne pas penser à tout moment au manger, apprendre à se suffire de petites choses, pouvoir se résigner même si l’on n’est pas rassasié, ne pas désespérer devant un petit manger, c’est tout moyen de pouvoir vivre autour de petite chose, sans pourtant nuire au corps humain.

59° Pouvoir mesurer sa capacité, ses frais, ses possibilités, ses chances par rapport à celui qui est vraiment supérieur, ou encore un associé de même situation. Dans certaines choses, si le supérieur est tenu en échec, ou humilié, que l’on sache faire la part des choses, si l’on n’est pas prophète, ou si l’on ne dispose pas des moyens surnaturels injustes de triompher.

60° Les personnes reflètent souvent les caractères ou les valeurs de leurs familles ou de leurs sociétés, au point que leurs mentalités, leurs moralités et leurs consciences en sont fabriquées. A cet effet, seul le miracle peut modifier cette verité. Donc, la fornication, l’injustice, la malveillance, le racisme et l’ethnocentrisme dont des défauts dont les virus s’y trouvent présents fatalement.

61° La dignité, cette vertu sacrée contenu dans le corps humain, dispose de plusieurs sources. Source familiale, avant ou après la naissance. Source sociale, lorsque l’on y adopte de veritables valeurs décentes  humaines. Source prophétique, lorsqu’elle s’origine du Seigneur de l’univers quant à Sa liaison à son serviteur sur cette terre ; tout comme source religieuse. D’aucuns sont naturellement indignes, parce qu’ils ne contiennent de rien de toutes ces vertus, qu’ils mènent ainsi toute vie mondaine, sans moralité, mentalité et conscience pure.

62° Aucune consultation pour connaitre l’inconnaissable n’est plus efficace que de demander, ou de mettre à l’épreuve, ou encore de tester  à travers des causeries sages et intelligentes en adoptant certaines ruses de demandes. Certainement, l’on connaitra ce qui est caché dans le cœur de son prochain, ou son opinion, ou son avis, si l’on réussit à lui découvrir.

63° L’arme de la réussite se trouve : dans l’amour de travail, dans la volonté et soumission de mener tout au résultat meilleur, avec tout courage, toute constance et dans tout agissement intelligent et juste. Du moins, Dieu ne laissera pas un croyant à s’aventurer quant à l’exécution d’un  travail, surtout au résultat négatif. Les mauvais sorts d’un croyant, est-ce une veritable leçon. Dieu n’assistera aucunement l’être humain quant à l’exécution d’une mauvaise entreprise.

64° L’on peut consulter d’une façon intelligente et cachée à travers une commission, ou à travers des recherches intelligentes. L’on peut ainsi commissionner une personne intelligente à celui que l’on veut connaître l’avis pour le mariage, l’union ou la quête de la chance ou de l’aide.  Du moins, l’amour ne se voile pas, il se dévoilera quoiqu’il soit enfermé dans le cœur. Celui que tu veux en mariage ou en association, tu le connaîtras par simple demande directe, ou à travers un autre intermédiaire.

65° Les pratiques sexuelles ou les pratiques des choses de bassesses, sont des signes de rupture  avec la miséricorde de Dieu. Ils anéantissent un croyant et lui fait qu’un prisonnier hors des faveurs divines. La femme utilisée injustement est synonyme de malheur, de malchance, vice versa, pour celui ou pour celle cherchant les faveurs et la grâce du Seigneur de l’univers.

66° Aucun mal ne peut atteindre l’être humain, sans par la volonté ou la permission du Seigneur de l’univers. Et, quant au croyant et non pêcheur, la plus part des maux sont décris ou informés par Dieu le Veillant et le Surveillant. Pour un coup ou un piège tendu, ou une trahison, l’on s’en rendra compte une fois en contact avec les futurs auteurs. Croyez en Allah le Propriétaire des cieux et des terres.

67° Un mal se produisant, et que les gens présents  en demeurent calmes, sans rien intervenir, ni parler, ni sanctionner, et ce malgré les possibilités d’interventions,  ceux-ci demeurent de toutes les manières coupables ou responsables des pratiques ou des situations.

68° Des choses mystiques, redoutables qui se révèlent, des cas des révélations sur des manifestations dissimulées  des pouvoirs maléfiques, de banditisme, de sorcelleries, ou de malveillance par exemple, dont on ne s’attendait, même pas à votre sujet, la quête du secours ou de la protection de Dieu s’avère fondamentale. Les mains dans l’air, avec extrême soumission : «  Dieu protège moi contre telle chose, tu es  certes le veritable secoureur  et protecteur. Accorde longue vie, de la santé et les moyens de t’adorer ». Mais, c’est seulement le non pêcheur  qui réussit ces invocations avec Dieu le maitre de la Puissance.

69° Les prochains refusant de révéler certaines vérités injustement, de vous avertir, de vous conseiller, malgré leur devoir, tout en vous laissant actionner seul, une méfiance totale à s’observer à leur égards, surtout si vous existez ensemble. Ceux-ci pourraient être auteur de votre sort, qu’ils pussent vous nuire, et voire s’associer à vos ennemis.

70° Avoir une intention, une décision à exécuter et un souhait caché et incroyable à réaliser, mais malgré tout, s’en trouvez devant une situation d’opposition ou d’échec inattendu et voire répétitive, vaut mieux alors se replier, tout abandonner, ou encore savoir tout entreprendre, si vraiment l’on est croyant. Pour pouvoir savourer surtout telle grâce du Seigneur, faut-il lui chercher tout secours avant tout agissement.

71° La génération adultère a été renforcée par les faux religieux ou les pratiquants apparents, ou des religieux de simulacres, effectuant en cachettes toutes  sortes du mal. Ils n’y a que des adonnés aux livres religieux qui s’adonnent aux pratiques du mal.

72° Ne pas pouvoir se cacher quant à la pratique des choses honteuses, abominables et indignes, signifie que l’on en est chroniqué, qu’on en a ainsi perdu toute dignité et toute veritable nature humaine. N’avoir pas eu de honte dans certaines pratiques, veut dire qu’on n’a rien désormais à se couvrir, qu’on ne peut plus s’élever, que s’abaisser dans les conditions abominables.

73° Les mauvaises qualités ou les mauvaises façons de l’être humain, sont celles qui se manifestent à travers lui, surtout volontairement : ses caractères, ses mauvais états d’esprit et de cœur, l’inconscience, ses manières nocives, ses faiblesses et ses faiblesses d’existence sociales. Mais, n’est caractère ou défaut, que lorsque tout se manifeste au moins une seule fois. Mais, rien ne se manifeste, et surtout que l’on na rien entendu avec certitude, cela ne mérite pas être actionné.

74° La plus part des êtres humains croient en mauvaise part que la manifestation sexuelle dans ses mésaventures ou dans ses pratiques démesurées et banales, deviennent la raison d’existence humaine dans ce temps étrange, où si n’était pas la programmation de Dieu quant à la fin du monde, surtout avec l’existence  des hommes pués et des endroits sacrées divins, le monde aurait chuté dans sa décadence humaine. Mais, Dieu, en tout lieu de la terre, a crée la retenue, l’éviction, le bon choix et la bonne préférence, la méfiance, la foi, la croyance et le dévouement à la dévotion.

75° Pouvoir juger justement une personne, ou un coupable par rapport à un mal effectué : distinguer et juger ses faits ou ses traces antérieurs, bonnes ou mauvaises ; et connaitre les motifs, les raisons consternant les traces nouvelles. Faut-il savoir s’il s’agit de toute accusation, ou s’il a agit malgré soi, volontairement ou involontairement, ou encore par extrême nécessité. Ne pas ainsi reprocher ou châtier son prochain dans sa cause ou dans sa raison, sans pourtant pouvoir faire la part des choses. Ne pas surtout sanctionner ou tricher, du fait que l’on est contre lui, est-ce une veritable foi et croyance. N’est plus sage que celui qui juge équitablement ou justement son prochain, même si étant un ennemi ou adversaire. Faut-il être sage à ne pas punir, ou juger son prochain injustement, Dieu est grand, le Seigneur de l’univers.

76° Etre victime incroyablement, voire sans s’attendre à cela, d’un vol quelconque ou d’un mal, c’est un signe révélateur d’une vie étrange parmi les gens injustes. C’est aussi tout signe révélateur d’impureté ou de mauvaise position où se situe ses biens ou ses patrimoines. Les auteurs du vol, ne s’éloignent nullement des inquiétudes, surtout s’ils aperçoivent tout tourner des plaintes ou des mesures de représailles.

77° Penser  autant à une chose, s’en donner un grand espoir interne quant à sa réalisation, se réalise souvent. Les êtres humains se distinguent, quoique aux différentes parties identiques,   à leurs fonctionnalités mystiques des corps ou leurs membres.

78° Etre devant une situation de choix incroyables ou d’embarras de choix, l’on peut en trouver si bien certaines issues heureuses : se référer et analysé les faits passer ayant suscité telle condition, car le bien engendre toujours le bien, et le mal engendre toujours le mal. Ainsi, le choix résultera des réalités des faits passés dans leurs vérités et justices.

79° Celui qui fait du mal sans rien craindre, ni en avoir peur, minimise les conséquences, ou encore, méprise les victimes. Donc, les vols, les calomnies ou les malveillances ne se font nullement, sinon volontairement par les coupables.

80° Connaitre les prochains racistes ou ethnocentriques, c’est une veritable solution. Si l’on est victime de l’un, se méfier de L’autre. Pour véhiculer un message, c’est très facile d’y réussir avec les gens racistes et indiscrets. La solidarité des racistes et ethnocentriques est étrange.

81° Certes, le racisme ou l’ethnocentrisme ou d’autres défauts sociaux, peuvent-ils être si bien cachés dans le cœur ou dans le cerveau, sans pourtant qu’il soit menaçant ou perturbant, du fait de leurs présences naturelles dans le corps humain. L’on aime ses deux parents plus que tout le monde. Mais, le racisme et l’ethnocentrisme sont tenus en compte lorsqu’ils sont mal exprimés ou manifestés à travers des injustices. Est sage celui qui retient l’amour de son ethnie dans son cœur ou esprit, sans en faire rien de formes de nuisances ou de manifestations injustes. Est sage, celui qui ne s’allie pas aux causes injustes des autres pour labourer injustement le racisme et l’ethnocentrisme. N’est plus sage que celui qui refuse l’ethnocentrisme ou le racisme, malgré les menaces des prochains. Mais, quelque soit l’amour réservé à son ethnie, ne considérer un mal que lorsque vous réalisez de votre veritable tribunal de conscience sa véracité ou son authenticité. Supporter un coupable par le biais du racisme ou de l’ethnocentrisme, est une veritable preuve de faiblesse mentale, morale et spirituelle, et une veritable manque de foi et de croyance en Dieu.

82° Voir une pratique de mal abominable ou injuste se pratiquer dans son sein, mais s’en calmer , sans rien d’intervention, tout en observant les choses se produire sans agissement responsable, signifie que l’on en est auteur, ou que l’on en est coupable invisible, ou que l’on en connaisse quelque chose, ou que l’on en veut , et ou que l’on en est content ou malveillant. Les coupables souvent ne reprochent rien. Est coupable et mauvais, celui qui dispose d’une solution, et en rester sans intervenir injustement, est-ce un mauvais type. N’est plus sage que celui qui porte secours au mauvais, au ennemi et adversaire.

83° Le nom d’une personne surgissant subitement et incroyablement dans votre esprit, en a plusieurs interprétations. S’il n’y a rien entre vous d’histoire, il est entrain de venir, ou que vous vous croiserez, ou quelque chose s’exécutera. Et, lorsque cela se produit dans une situation de malheur, ou de problème inconnu, il en est souvent auteur, ou qu’il en connait quelque chose. Dieu est grand le Seigneur de l’univers.

84° Ne pas se conduire sur tout chemin de l’innocence pour toute quête de gain de cause, veut dire que l’on n’a pas foi à son innocence. Faillir à son droit d’innocence, à sa raison, fait refléter toute idée de la culpabilité. Celui qui cherche la verité dans l’apparence, dans la cachette avec peur de rencontrer les personnes indexées ou de se plaindre,  est-ce tout signe de la culpabilité.

85° Le suicide est l’œuvre de celui ayant quasiment manqué à son existence sociale, perdu tout espoir de vivre à travers des sorts terribles. Sinon certaines hontes terribles engendrant le suicide, du moins, Dieu n’existe pas dans le cœur et l’esprit de celui qui se suicide, qu’il est vraiment coupable qu’il ne croit ainsi à aucune fatalité du Destin.

86° Pour connaitre son prochain : lui part d’une mauvaise idée ou décision, et enfin s’attendre ainsi à ses avis ou à ses jugements ou opinions. A savoir, celui qui t’aime souvent dans tes œuvres, s’y inquiétera pour toi en cas de risque, ne te laissera jamais s’écrouler.

87° La colère ou l’irritation qui doit résulter des circonstances que l’on a vécue, et celle provenant des circonstances dont on a entendu parler, surtout à travers des informations fragiles,  s’avèrent différentes. Une simple information sans acceptation morale, ou sans vérification, ne doit être source d’agissement pour toute personne innocente et croyant en Dieu. Les gens manquant de moralité et de sagesse, acceptent souvent les informations fausses et erronées.

88° La paresse ou la perte de courage, d’amour et de décision incroyable quant à l’exécution d’un travail, ou d’un  souhait décent, est  souvent d’origine satanique. Ainsi,  pour toute perte de courage subit, le remède c’est de renforcer son âme, concentrer son cœur et son esprit, tout en bravant le travail, et ce, même si, l’on n’a plus le goût ou la volonté de continuer, en ne considérant qu’ainsi, l’arrivée ou la finalité. Le satan s’infiltre dans le cœur pour démotiver, ou pour désapprendre. C’est pourquoi, les êtres humains sont autant vulnérables, que, toute manifestation satanique s’avère susceptible, s’il plait à Dieu, de les désorienter, de les inoculer des mauvaises pratiques ou des mauvaises décisions. La meilleur façon de dompter la paresse, c’est de s’éloigner des paressés,  des falots ou des débiles en ne suivant que les travailleurs intrépides, les courageux et les songeurs à la réussite. La meilleur façon de lutter contre les tentations sataniques, c’est de rendre décisif dans la quête du meilleur résultat ; à savoir, le Satan s’infiltre souvent dans la faiblesse, dans l’incapacité et dans les intentions étranges.

89° Les phénomènes, les actions ou les mouvements inhabituels des prochains,  encore leurs réactions ou opinions ou états d’esprit nouveaux,  permettent de se prémunir des traitrises, des séparations ou des mal ententes. Leurs mines, leurs dits ou leurs manières ou façons d’être nouvelles, permettent de conférer les mêmes résultats.

90° L’action du mal d’un prochains inattendus, flagrants, ou des actes de désobéissance injuste,  sans inquiétude, ni regret, ni souci, dans une telle situation, te perçoit dans la faiblesse ou est poussé contre toi, qu’il ne conçoit ainsi rien de redoutable, ou qu’il en soit plus assuré.

91° L’agissement flagrant et injuste d’un prochain, sans que rien ne soit résulté d’une faiblesse, surtout dans la voix de vous nuire, ou de vous faire du mal, dispose d’un appui solide, soit un parent, un ami, ou d’un compagnon veritable. L’ennemi ne devient plus  motivé que lorsqu’il est assuré ou assisté d’une personne vous étant chère, ou vous connaissant profondément.

92° Etre prêt de s’opposer ou de lutter contre ton prochain dans une situation quelconque, ou être sur le point d’être animé d’une volonté de contrer un prochain, ne  faut-il négliger certaines informations ou certains dévoilements inattendus, résultant de ce futur adversaire, si surtout l’on croit à Dieu, le Seigneur de l’univers.  Ainsi, faut-il considérer certaines manifestations ou démonstrations inattendus dévoilant certaines valeurs qu’on a ignorées autant. Lorsque l’on est croyant, et que Dieu ne te voudra pas une honte, IL pourra agir en avance pour te faire dissuader des prochaines manifestations.

93° Les préoccupations étranges et incroyables de vos prochains à tacher de tout  vous découvrir, ou à tout savoir et comprendre, cherchent souvent à vous nuire, surtout s’ils avaient fait preuves dans le passé d’autres agissements malveillants. L’on ne peut connaître son prochain qu’à travers ses faits ou actions antérieurs, précédentes ou encore présentes.

94° La seule façon d’éviter la mort est : ne pas entreprendre des choses ou faire des choses susceptibles d’apporter la mort. S’éloigner des péchés de la mort, n’est pas tuer, ni ne pas pousser à tuer, vivre innocent et juste, s’éloigner des tueurs, des malveillants et des méchants. Métriser et s’éloigner des parents ou personnes liées malfaiteurs, pour ne pas bénéficier des conséquences des pêchés. Pour cela, s’annihiler et repousser à travers des invocations ou des prières, certains pêchés néfastes des parents. Savoir vivre décemment et innocemment dans un lieu, et n’être pas passif quant à certaines révélations ou informations étranges consternant les prochains. Les pierres ou les rapprochements à Dieu, est-ce une sécurité, quant à l’emprise des emprises sataniques. En tout lieu de la terre, ne faut-il s’éloigner de Dieu, s’éloigner ainsi des faits ou des traces sataniques.

95° Il ya des épreuves ou des paroles qui sortent des prochains volontairement ou involontairement, des propos indécents inadéquats, lors d’une réunion, ou une dialogue, révélateurs des échecs ou des trahisons au futur. C’est quand Dieu le veut, que les prochains nous nuisent et trahissent ; c’est pourquoi, la croyance et la justice, est-ce une veritable faveur divine, que le Dieu Tout-Puissant dispose de multiples moyens d’intervenir. Ainsi, ne faut-il que trop confiant injustement, sans pourtant se tirer des leçons des choses passées, en en sanctionnant certaines personnes qui manquent de tout esprit et confiance d’humanisme.

96° Prévoir le mal, l’état d’une chose au futur, connaître sa situation au futur pour telle affaire, par certaines réalités liées à la vie présente. L’échec d’une chose au futur n’est nullement voilé au présent, que les mauvais collaborateurs ou associés, si Dieu le veut, seront rapidement voilé. Se remettre à Dieu, suivre le droit chemin, suivre l’itineraire de la justice et de la verité, est vraiment l’atout de la proximité des faveurs divines.

97° L’on peut reconnaitre les veritables délinquants, les vicieux ou les malfaiteurs acharnés par leurs agissements flagrants, sans honte, ni retenue, ni remords, ni regret, ni conscience. Celui qui n’a pas regretté pour des mauvais sorts méritant inoculer tout regret,  a preuve d’autant culpabilité dans sa vie.

98° Certains colères continuels des prochains, malgré l’agissement contraire, surtout par rapport à une situation,  fait pressentir souvent sa raison ou son innocence sur telle chose effectuées en cachette, du mal. Lorsque l’on est menacé à la dignité, surtout que l’on n’a pas la possibilité de se plaindre, la colère s’en surgira inévitablement. Et, pourtant, pour un non croyant, un non indulgent ou un non sage,  est porteuse des effets terribles.

99° Les manifestations des conséquences des péchés suivent la loi de talion, que l’on est souvent frappé des mêmes méfaits ou similaires. Au reste, l’on ne mourra pas d’un type de maladie, sans que cette partie du corps ne le  mérite ; ou, encore, l’on ne souffrira nullement d’un côté injustement.  Les causes peuvent s’originer de toutes les origines.

100° Pour lutter contre une pratique de mal généralisée, c’est de s’opposer ou de s’occuper des âmes conscientes, des guides suprêmes, ou les imitateurs ou les subordonnées acharnées.  IL n’y a pas une pratique du mal qui ne dispose pas d’une place honorifique occupée, observée, servant d’élan, de courage et d’inspiration.

101° Perdre un objet, un bien, un ami, une connaissance ou un parent, c’est une veritable leçon, une prise de conscience, une suggestion, un veritable sermon. Ce peut être aussi une manifestation des conséquences des pêchés résultant de certaines actions du mal. Se rendre à Dieu est l’essentiel, le Seigneur de l’univers.

102° Etre devant un choix, pour un objet ou pour une fille en mariage, et que des choses fortement indésirables et concevables s’y manifestent incroyablement sur le chemin de choix, si l’on est croyant, qu’on fasse la part des choses. Ne vous détournez pas de Dieu, si vous l’avez imploré pour telle pareille entreprise.

103° Les épreuves, les circonstances vues, vécus ou entendues, servent de veritables leçons pour toute prise de conscience et de connaissance de l’inconnaissable ou de l’inconnu. Dieu communique souvent à travers des circonstances et des épreuves. Imiter ainsi les sorciers dans leurs constances d’états d’esprit, c’est une façon de chercher toujours à  perdurer dans les illusions ou dans les obscurités de la vie.

104° Certains font la guerre, détestent, cherchent l’adversité injustement, sans aucune raison évidente, surtout du fait qu’ils sont contre vous.  Les découvrir par chance, c’est de les éviter, ou tacher à vivre avec eux avec  veritable précaution. Faut-il un miracle, d’être bon allié de ceux qui vous ont évité, lutté injustement, sataniquement. Dieu est grand, le Seigneur de l’univers.

105° Apercevoir un prochain avec un visage dissimulant une joie moqueuse, ou un regard mou queux, l’intéressé est entrain de bénéficier de quelques faveurs, ou s’est rendu compte de votre faiblesse ou échec  dans certaines entreprises. Si vous êtes croyant, Dieu te fera révéler de toutes les manières des choses cachées des prochains dès votre première rencontre. C’est comme l’arrogance inhabituelle d’un prochain contre vous, l’intéressé à bénéficier d’une faveur ou d’une chance  à votre detriment.

106° Pour un croyant, pour un homme de bien, certains cas incroyables engendrent de bonnes parts : être victime injustement d’un mal, d’injures ou des critiques ou certains mauvais sorts, c’est une veritable révélation et leçon. L’on n’est jamais critiqué injustement par les personnes que nous aiment. En conséquence, faut-il devoir changer de position ou de nantir de veritables précautions.

107° L’extrême croyance : perdre certaines chances dont l’on s’attendait bénéficier avec assurance dans un endroit où se pratiquent les actes injustes et le mal, n’est vraiment pas une malchance. Profiter de certaines choses injustement, engendre des conséquences multiples. Dieu est sauveur des âmes.

108° Si l’on est croyant et juste dans notre vie ou dans nos activités, Dieu ne vous fera chuter dans les pièges des mauvais alliés ou collaborateurs. Au cas où l’on trouve un collaborateur incroyablement égaré, changeant de principes et de manières, surtout effectuant des choses inacceptables ou des pratiques anti-Dieu, y soyez précautionné, en ne regrettant jamais votre séparation.

109° Faut-il savoir se  séparer  avec son prochain, en n’acceptant jamais que l’erreur ou la faute résulte de vous, ou que ce soit des raisons ou des causes non valides, non considérables. Sinon l’on rate un autre chemin du destin dans son bien. L’on ne sépare avec son prochain qu’avec des causes fondées, ou par extrême nécessités : des causes approuvées par Dieu. Ne pas vouloir se séparer avec son prochain, malgré les emprises extérieures,  c’est une veritable sagesse.

110° Savoir couper la parole, à ne plus parler avec son prochain. Ne sont pas sages, les personnes qui évitent injustement la parole de leurs prochains. L’on ne doit couper la parole que par extrême nécessité, surtout lorsque parler avec son prochain ne s’avère plus important. L’on  peut reprocher une personne chère, à travers un mal que l’on ne peut pas dévoiler, en lui coupant la parole. Si votre compagnon vous coupe la parole, arrêtez de faire ce  que vous êtes entrain de faire en cachette, dont-il ne peut pas vous reprocher.

111° Ne portez pas l’humiliation ou la honte à son prochain, que lorsqu’il le mérite, ou par extrême nécessité. Retenir son prochain, sans pourtant l’humilier malgré certaines de ses fautes, est-ce une sagesse rare,  dont tout le monde ne dispose pas.

112° N’injuriez pas, n’insulter pas, ne manquez pas de respect, que lorsque tout mérite, et avec extrême nécessité. Apprendre à vivre son prochain, lui restez juste et innocent,  est-ce une veritable sagesse. Ne sont pas humain à la qualité d’Adam, les gens qui ne veulent pas vivre avec justice, innocence et sagesse, avec leurs prochains.

113° Etre victime d’un comportement étrange, bizarre et inhabituel d’un prochain. Si l’on est croyant,  en faut-il toute précaution, tout en esquivant toutes conduites au detriment de la justice et de la verité.

114° Le prochain ne parvenant pas à considérer  ta personne ou à ta valeur, sait qu’il  considère d’autres choses, ou qu’ils croient à d’autres choses. Pour les racistes ou ethnocentriques,  leurs considérations peuvent axer souvent sur la faiblesse ou des choses inferieurs, à cause de leurs faibles moralités et mentalités.

115° Si L’on est victime d’indiscrétion,  est-ce une veritable révélation, une grande faveur, surtout si l’on est juste et croyant. De ce fait, vaut mieux ainsi de se méfier d’autres indiscrétions, ou d’éviter en cas d’impossibilités la personne indiscrète. L’indiscrétion n’est pas une garantie d’une amitié éternelle.

116° Etre subitement devant  un danger incroyable,  l’on peut ainsi  subitement se supprimer cette peur, comme si c’est le destin qui vous a drainez vers tel mauvais sort. A savoir, lorsque le mal vous apparait incroyablement, une situation pénible se  vous produit, dans laquelle l’on se sent fatalement vulnérable, alors la seule solution, c’est d’attribuer tout au destin,  tout en tâchant à se sauver, ou à se combattre sans perturbation de conscience. La peur se manifeste souvent devant l’impuissance ; mais devant les circonstances impitoyable ou impardonnable, la meilleure solution, c’est pouvoir contrer. A cet effet, devant les circonstances fatales et dangereuses, la meilleure solution c’est périr avec courage, si y demeurer passif ne procurera aucun affranchissement. Et, souvent, devant un danger inévitable, il n’est pas toujours l’échec si l’on croit à Dieu le Seigneur de l’univers.

117° Lorsque le prochain se fâche injustement contre vous en vous voyant manger un œuf,  ne faut-il alors consommer un poulet à sa présence, si vraiment l’on est croyant. Certaines personnes, la plus part d’ailleurs aujourd’hui ne sont sages à se contenir ou à retenir certaines choses, qu’ils sont ainsi très facile à connaitre à travers de petites choses dans leurs faces cachées.

118° Voir un associé, ou un homme à qui l’on porte confiance dans telle activité ou affaire,  à qui l’on ne s’attend aucune trahison, dérouter incroyablement et injustement, à travers le visage, les comportements ou les manières, en faut-il toute prise de conscience, toute attention et précaution, car le Satan et leurs alliés sont déjà présents.

119° Le prochain se fâcher contre vous incroyablement,  sachez faire la part des choses, en n’évitant la conscience sorcière. A savoir, si tel état n’est pas habitué, et que l’on est entrain d’agir en cachette très mal, que l’on sache tout comprendre, en n’évitant telle mauvaise façon de vivre. Une personne consciente et innocente   ne se fâche pas injustement contre son prochain.

120° Les prochains suffisamment coupables, surtout ayant déroutés quasiment le chemin de l’innocence, ne mystifient ou ne considèrent aucunement des choses  pitoyables ou bénignes, telles qu’apercevoir les gens victimes. A savoir, ils sont mondains, qu’ils  veulent que tout le monde soit coupable.

121° Celui qui n’a pas hésité de se manifester avec flagrance dans  la pratique d’un mal à ta présence, ou à ton sujet, s’est bien manifesté sérieusement à ton sujet en cachette, ou qu’il t’aperçoit grandement dans la faiblesse, ou qu’il soit chroniqué dans telle conduite, perdant toute dignité. Celui qui t’invite injustement et subitement dans l’exercice d’un mal, s’il n’est pas possédé, sait que,  il t’est dans l’illusion, ou t’a decouvert dans ce qui est caché, ou qu’il soit malmené des aberrations ou des illusions.

122° Un croyant n’agit pas injustement, sinon dans la raison, la justice et verité. Celui qui  croit en Allah, et surtout à peur de lui, ne s’attribue pas injustement des intentions ou des décisions étranges. L’innocence ou la culpabilité ne se voile aucunement.

123° Un croyant, un juste ou un sage, est celui qui agit avec extrême nécessité, autrement dans une raison reconnue par le Dieu Seigneur de l’univers. Il agit non pas que ce soit son souhait dans une pratique du mal, mais parce que, c’est la solution à adopter ou le seul chemin à suivre.

124° Celui qui peut  se connaitre, se juger dans ses pratiques du bien ou du mal, est celui qui pusse connaitre effacement ses prochains dans leurs existences. Le bien et le mal ne se voilent aucunement,  que tout sera décrit et qualifié. N’est ignorant que celui qui est entrain de faire le mal dans la profonde négligence des conséquences. Et, pourtant, la plus part des gens  croient agir mal, sans récolter le mal, sans pourtant obtenir de mauvaise part au niveau des victimes. Au demeurant, si l’on n’est pas sorcier, l’on connaîtra subitement si son entreprise est appréciable ou non, aux regards ou par rapports aux points de vue des prochains, Dieu ne dévoilera rien.

125° Les traces de la sexualité se perçoivent à travers la faible moralité,  mentalité et conscience, ou la chosification des choses cachées de la réligion, les types d’habillement, l’impureté visible des corps, le cœur et l’esprit sensible quant au pratique du mal, la perturbation devant les filles ou devant les garçons. Une personne sexuelle n’est pas humainement parfait, qu’il manque, au Non de Dieu, la saine moralité et conscience.

126° L’on ne peut aucunement avoir peur injustement de son prochain, sinon qu’on lui soit coupable, ou qu’on lui montre certains soumissions  ou respect dont il ne mérite pas. Pour savoir que son prochain qui nous est égal en statut social a peur de nous, qu’on lui prive de ses droits et qu’on lui porte atteinte à sa dignité  injustement. La sagesse existe pour celui qui est victime de cela, sans pourtant rien se faire justice, malgré les capacités et les moyens de se venger ou de corriger.

127° Pour faire séparer deux mauvaises personnes en union, il s’avère être efficace d’utiliser l’amour, le titre, la trahison et l’injustice. Les mauvais gens ne tiennent qu’à l’aboutissement, mais de mentalités, de moralités et de consciences fragiles ; et surtout ne considère pas la valeur de la créature humaine.

128° Etre à l’abri des charités ou des générosités à conséquences nocives. L’on doit donner ou aider à cause de Dieu, et non pour s’en faire à la suite des ennemis et des adversaires. L’on ne doit faire des bonnes actions, et qu’à la suite, tout vire à la plus pure conséquence. Pour aider pour la première fois, si l’on a peur d’avoir des conséquences mauvaises, que l’on choisit ceux à qui il faut attribuer l’aide. Et, si vraiment l’argent est pur, ou l’aide est pur, que l’on commence par de petites aides. A savoir, si l’intéressé n’est pas maudit, pêcheur, vous continuerez inchallah vos bonnes actions. Au contraire, il fera quelque chose qui vous découragera. Un croyant n’est aucunement en aventure sur cette terre.

129° Les malfaiteurs conscients ne s’y empêchent pas, ne s’y reprochent pas, ne se doutent pas, qu’ils savent parfaitement distinguer le bien du mal, qu’ils agissent ainsi par exprès sans pourtant pouvoir rien demander. Dieu reproche et sanctionne toutes les créatures humaines dans leurs premiers agissements ; mais seulement les veritables malfaiteurs conscients n’en comprendront rien.

130° Etre malade, la maladie résulte des conséquences des pêchés, et surtout  du Satan et de ses alliés, entre les humains et les démons. Ainsi pouvoir s’annihiler des pêchés à travers des invocations, et surtout pouvoir réduire les diables en néant figurant dans le corps, est un signe précurseur de la guérison. Celui qui est gravement malade, sans issu, n’a  qu’à  s’occuper tout d’abord de ces intrus, tout en neutralisant l’emprise des pouvoirs maléfiques de maraboutages et de fétichisme. S’il plait à Dieu, la guérison viendra. Les pêchés s’avèrent être dangereux, qu’ils attirent souvent pour un corps humain autant de maladies. Les maladies incurables ou mortelles résultent des pêchés.

131° Faire du bien à ceux qui sont injustement contre vous, surtout les aigris ou les méchants injustes,  c’est de tacher de les y encourager. Mais, si vos bienfaits parviennent, c’est ce qui s’avère rarissime, à les dissuader dans leurs mauvaises actions, est-ce une veritable chance ou grâce. Sinon, sont à éviter les prochains qui nous sont forts injustement mauvais ou malveillants. Celui qui veut votre réussite, ne vous  sera aucunement mauvais, ou malveillant. Celui qui ne veut pas votre réussite, ne se vous inquiètera nullement, souhaitera votre malheur et échec en tout lieu.

132° L’on  ne peut pas aucunement obtenir l’appréciation ou la réussite sociale auprès des prochains qui ne nous aiment pas, ou qui sont contre nous. A les éloigner ainsi, car l’on n’y réussira aucunement avec eux, qu’il nuira et cherchera des ennemis ou des adversaires. L’on ne doit alors les accoster que par extrême nécessité, donc involontairement ou par le biais de toute missions veritable.

133° Un malfaiteur, un mauvais ou un malveillant ne se cache que parmi les gens mauvais et injustes. A savoir, un malfaiteur parmi les gens croyants, justes et innocents, est rapidement détecté et humiliés. Croire en Allah, le Seigneur de l’Univers.

134° Etre victime des actions flagrantes et injustes des prochains en quelques temps, surtout incroyables et inattendues,  ne pouvant aucunement retenir vos liaisons d’existences sociales, surtout dérogeant ainsi les principes d’une bonne existence sociale, éloignez-vous si l’on est croyant. Au cas contraire, restez avec eux attentifs et forts précautionnés, tout près du Seigneur de l’univers ; car seul Dieu, propriétaire de la terre,  est capable de sauver avec justice et verité dans toute impossibilité.


135° Celui qui poursuit une  mauvaise situation injustement, sans relâcher, ni reculer, malgré les échecs et les choses contraires, est un veritable méchant, un sorcier et  un partisan des pouvoirs maléfiques. Il faut savoir éviter, s’éloigner ou neutraliser les prochains qui sont injustement contre nous.

136° Pour pouvoir juger bien l’innocence ou la culpabilité de quelqu’un, cherche à connaître ses faits antérieurs ou ses traces ou ses actions passées, et encore les raisons de réalisation des choses ou des traces présentes. C’est comme pouvoir juger une situation ou un événement ou un fait en général. Certains gens ont été volontairement ou involontairement présents dans certaines situations.

137° Le secret de survivre, d’acquérir ses besoins, d’être surpris ou alloué des bienfaits d’Allah, c’est de multiplier autant la pratique des actions de biens. A savoir, tout bien fait au non de Dieu et avec volonté sera payé ; tout comme tout mal fait. Donner un grain d’arachide avec bonté selon les recommandations divines, c’est en obtenir le plus un jour. Tout mal sera récolté, quelque soit le prix, par la victime ou par une autre personne, et ce, si tôt ou tard, que cela fera, et selon la justice et la verité.

138° Se faire justice pour certaines situations par extrême nécessités, n’enlève aucunement le mérite de la sagesse. Mais, faut-il être sage de ne pas corriger une seule personne, étant donné qu’il y ait autant de semblables, les supporteurs ou les compatissants.

139° La sagesse, la gentillesse et la charité ne sont acceptables lorsque l’on en est victime. Ne faut-il donner sachant que l’on en sera récompensé des mauvais sorts. Faut-il être croyant et un veritable sage d’agir ainsi ; à savoir, même si, l’on n’en est récompensé de  biens, mais que l’on ne soit victime de nos bonnes actions. Aujourd’hui, il ya des fils d’Adam, qui sont tellement métamorphosés, qu’il ne leur laisse qu’à imiter les animaux sauvages.

140° Faut-il être sage d’accepter au moins certaines propositions, même pas tout à fait convenables, parmi les gens,  pour ne pas faire échouer ou porter la honte à son prochain. Ainsi, faut-il  servir de fois, même si pas s’attendre à rien de récompense en nature. Faut-il apprendre à servir, à aider, sans rien s’attendre aux bénéficiaires de l’aide, Dieu est grand le Seigneur de l’univers, le Seigneur de la justice et de la verité.

141° IL s’avère être autant difficile de commettre l’injustice ouvertement ou d’agir injustement  parmi les prochains justes et innocents. Le plus souvent, celui qui n’a pas eu de relâche à agir injustement, a trouvé certains associés injustes et mauvais, de même mentalité, moralité et conscience.

142° Celui qui voudra faire part à son prochain d’un vœu étrange ou difficile, doit-il tenir compte, avant tout, de ces parts de vérités : l’état favorable ou défavorable de cette personne à travers ce vœux, ses possibilités quant à l’exécution de tel vœux,  ses manifestations antérieurs par rapport à tel vœux et votre liaison par rapport à tel vœux, ou autres liaisons. Du moins, faut-il connaître au moins la personne dans son cœur, avant de lui déclarer certains vœux, ou de lui juger en fonction de certaines choses. Certains vœux sont naturellement connus par la personne,  que l’on connaitra aussitôt sa position et ses variations chaleureuses ou étrange du visage, ou de certains comportements.

143° Pardonner quelqu’un ou lui faire exempter des punitions, avec ses diffamations ou calomnies à l’inaperçu, est-ce une veritable sagesse, surtout lorsqu’il en est apprécié par les gens vivants avec nous, desquels l’on ne s’attendait à telle appréciation ou passivité. C’est à travers certaines situations que l’on peut connaître les prochains qui ne nous aiment pas, qui nous veulent l’échec, malveillance et mauvais sort. Vivre avec les prochains dont l’on ne connait pas les mauvaises positions, est-ce une mauvaise position. C’est pourquoi faut-il être juste et innocent envers eux, Dieu les dépistera de toutes les manières.

144° Pour exécuter un vœu difficile devant les adversaires dans une situation, tâche à les faire faire certaines épreuves plus graves, dont les effets n’empêcheront jamais ses vœux et sa décision de s’exécuter. Rendre son prochain coupable, est-ce toute possibilité de se manifester dans l’exécution de certains vœux. Les gens n’ont pas honte aujourd’hui surtout dans les pratiques sexuelles, parce que l’on trouve l’un l’autre mauvais et terrible.

145° Laisser son prochain dans son arrogance, dans sa vantardise, surtout lorsque l’on dispose de tout moyen de dépassement, est-ce une veritable sagesse. Vivre en décence, en tenant compte des règles sociales et les niveaux de la mentalité, de la moralité et de conscience, est-ce une veritable sagesse.

146° La meilleur façon de dompter les adversaires, c’est d’agir plus mieux qu’eux,  et faire autant que ce que les prochains leur attendent de bonheur. Si ton père peine à t’acheter un objet, et qu’une autre personne te le fasse, l’on n’abandonnera pas son père, mais l’on aura du mal à agir maintenant contre le généreux.

146° Ne pas nuire à celui qui nous a nui, qui nous a empêché à la réussite, à la victoire, est-ce une sagesse fort rarissime. Adopter de telle pareille sagesse, consiste à tacher à neutraliser, à se  précautionner pour ne pas que tout se répète.

147° En tout lieu où l’ensemble des gens se réjouissent en entendant de mauvaises nouvelles de votre part, que l’on y soit sage à ne pas se faire justice contre les malfaiteurs , les calomniateurs ou les diffamateurs connus ou cachés, quoique l’on dispose de multiples possibilités. Lorsque vos malheurs deviennent le bonheur de l’ensemble ou de la plus part des gens, tache toi à s’y précautionner, mais à ne pas agir injustement. L’on connaîtra ses amis et ses ennemis à travers les situations dont on est victime. C’est pourquoi, pour connaître les gens, faut-il tâcher de créer une situation à ta défaveur, ou encore leur soumettre des bonnes propositions ou avis, tout en attendant leurs réactions. Et, inchallah, si Dieu vous aime, c’est à travers ces choses que l’on connaîtra l’inconnaissable.

148° Oh fils d’Adam ! Lorsqu’un malheur veut vous  trouver injustement dans une situation, Dieu vous enseignera les prémices, à travers des signaux, ou à travers des manifestations inattendues et précipités des prochains traîtres. Et, souvent telle intervention divine directe ou indirecte se manifestera au début des choses. Pour en bénéficier ainsi, s’éloigne toi des pêchés des prochains, de l’injustice et croit en Dieu comme le seul fournisseur de biens, de la chance et du destin dans son bien.

149° Faut-il être sage envers certains ennemis ou adversaires, en leurs apportant certains services ou de l’aide, susceptibles de fois de les dissuader ou de les affaiblir. Certains ennemis ou adversaires sont envoûtés et sataniquement entrainés. Ces types d’ennemis ou d’adversaires sont très faciles à rendre amis, en leur faisant certaines surprises. Mais, il ya un type d’ennemi ou adversaire à éviter, à se les précautionner et à vivre avec eux avec conscience, justice et verité. Sinon, ils seront encouragés à chaque agissement, qu’ils vous en menaceront s’il plait à Dieu.

150° Apporter de l’aide à toutes personnes, sans distinction de races, d’ethnie, et ce, malgré les états critiques des sociétés et ses risques, est-ce une veritable sagesse difficile à adopter. Aimer Dieu et ses créatures, est-ce une grande récompense divine.

151° Pardonner son prochain, qui mérite vraiment subir toutes correction ou  représailles, et à cause de Dieu, de ses parents, des connaissances, est-ce une veritable sagesse. Certains méritant vraiment subir des conséquences de leurs conduites abominables, ont profité autant en ce jour de ces sagesses pour agir plus pur.

152° Lorsque l’on est entrain d’agir en cachette, soit dans une maison, ou encore à l’extérieur, surtout en mauvaise part, et que l’on en soit incroyablement surpris une première fois, ou qu’une voie surprenante inattendue retentit dérangeant, ou que l’on soit incroyablement appelé, mieux d’arrêter cet agissement en cachette, sinon l’on en aura échoué et surpris un jour terriblement. L’échec de certaines mauvaises entreprises sont révélés, à travers des signaux ou des petits signes, surtout que la personne en soit drainée par le Satan.

153° Le plus sage , c’est de vivre innocemment sans pourtant chercher à nuire aux bonnes unions, aux bonnes familles, amitiés et aux bons projets, quoique l’on en dispose de veritables possibilités de dispersement, et ce, quoique l’on n’y bénéficie d’aucune positivités ou adhérence.

154° Certains manques de plaintes, malgré certaines pratiques des choses abominables à son encontre, veut dire que l’on n’en considère rien, surtout que les gens qui sont indexés coupables ne le sont véritablement, s’il en a ainsi des cerveaux ou des guides que l’on ne peut accuser ou indexer. Son prochain qui ne s’est plaint contre toi, veut dire qu’il ne te perçoit pas bien dans l’affaire, ou qu’il ne t’en considère pas, ou qu’il se vengera contre toi de toutes les manières.

155° Certaines souffrances et misères résultent si bien des conséquences des péchés et des malédictions. Ainsi, quoique l’on veuille apporter de l’aide à ces maudits et pêcheurs,  ils en auront toujours des obstacles pour ne rien obtenir. Celui qui agit contre Dieu, Dieu agira contre lui, ne lui fournira ainsi non plus ses chances et ses biens d’une bonne vie.

156° Son entreprise est bonne ou non, mon travail est salutaire ou non,  l’on est apprécié ou non dans nos œuvres ou comportements, l’on en est dévoilé ou non , il n’est important d’aller en consulter chez les charlatans, qu’on saura tout, et non parmi les gens mauvais, mais parmi les prochains innocents et justes. Toute personne qui te perçoit dans une action terrible sans rien intervenir dans le même milieu, si celui n’est pas contre toi, il est vraiment mauvais et coupable.

157° Celui qui veut tester  son innocence, qu’il  continue à en vivre et en demeurer ou montrer ;  certainement, il en connaîtra sans aucune aberration des prochains innocents, à travers leurs appréciations, leurs approchements ou leurs paroles. A savoir, l’on ne saura aucunement être innocent ou coupable, quand on ne le veut pas. Ainsi, lorsque l’on est innocent, son innocence ne peut être aucunement mise en cause et injustement par les prochains conscients. Lorsque l’on est innocent, les coupables ne s’y approchent jamais, sera ainsi toute barrière, s’il plait à Dieu le Seigneur de l’univers.

158° Celui qui veut rendre sacrée son rôle, sa fonction ou son poste, qu’il l’exercice avec règle de droit, sans approchement des faiblesses, des comportements ou paroles ou des attitudes sociales abominables. En ne se laissant faire à tout le monde, l’on doit s’éloigner ainsi tous ceux qui puisse enlever ces natures vraies, en ne s’approchant à la société ou collaborateurs que pour des affaires ou activités dignes de non, ou encore par extrême nécessité.

159° L’on ne doit pas tester la fidélité, la confiance ou l’amour entre deux personnes chez les devins, les charlatans ou chez les marabouts. Ces qualités, si Dieu le veut, ne peuvent être voilées  à quelqu’un qui est sain en esprit et conscience, que tout se dévoilera au cours du temps. La femme ou l’homme infidèle adopte toujours des comportements ou des manières infidèles.

160° Pour être aimé des prochains, il faut leur être confiant, utile ou être capable de les supporter, les aider,  surtout au-devant des prochains qui n’en parviennent pas à tel résultat. Celui qui est devant les gens, leur rendant service, leur obtiendra forcement l’amour et la confiance. L’exécuteur des besoins, est source de l’amour et de la confiance. Mais, il y a une mentalité qui peut être en un être humain : celui qui est contre toi, ne t’aimera pas.

161° Celui qui ne t’a pas sanctionné ou conseillé dans tes mauvaises actions, surtout contre lui, malgré votre liaison ou approchement, t’aperçoit dans l’égarement, dans la perdition, ou qu’il ne t’aime pas. Souvent, il ne veut pas votre liaison, qu’il dispose ainsi toute solution à se venger un jour.

162° Pour se faire une bonne société, ne choisit pas les prochains qui pensent être naturellement supérieur,  t’être important sans que cela soit de leur utilité ou  valeur naturelle. Les gens aux racismes ou ethnocentrisme flagrants, ne sont à s’associer si l’on ne dispose de précaution. Faut-il vivre avec eux avec précaution et extrême nécessité, si l’existence est fatale et inévitable. Certes, Dieu a recommandé la sagesse aux êtres humains qu’iL a rendu supérieur aux autres, de s’en contenir, d’en savoir vivre et faire.

163° L’on n’a pas à se demander si telle personne est pure ou impure, est digne ou indigne. Les créatures pures pratiqueront des actions pures, tandis que les impures s’en dévoileront à travers les façons abominables de vivre ou de se conduire. Ainsi les impuretés internes du corps humain ne se voilent pas, qu’ainsi, tout surgira à travers les caractères et les façons impures de vivre et de faire.

164° Les créatures les plus pervers et indignes sont surtout des personnes qui exposent injustement, sans sagesse, au public les secrets ou les choses de la famille. La famille, cette cellule de base de la société s’avère être autant sacrée, que ce sont seulement les gens indignes qui divulguent les confidences familiales. Ceux-ci cherchent à se faire aimer au detriment des membres de la famille innocente. Ne jamais vouloir s’associer à celui qui s’est opposé à sa famille injustement, car Dieu l’égarera inchala, et ne profitera que des biens des gens injustes et mauvais…

165° Etre mauvais, marcher sur le chemin de l’injustice et du mal, s’avère être susceptible de se faire orienter les mauvais sorts ou les malheurs de l’existence. Etre innocent, s’éloigner des pêchés de toutes sortes, pouvoir mener toute vie de justice, c’est tacher à se faire des barrières contre toutes influences sataniques, croyez en Dieu le Seigneur de l’univers.

166° Lorsque l’on est croyant et juste, et que l’on sent inhabituellement dans un endroit, ou dans son milieu, des menaces sataniques, un mal ou une maladie, que l’on cherche refuse auprès du Seigneur de l’univers à travers des demandes ou des invocations de protections, tout en cherchant ainsi à pacifier sa vie sur le chemin de la justice et de la verité.

167° De fois, l’on n’est pas seulement victime de ses propres pêchés. Ainsi, lorsque l’on est croyant et juste, et que, malgré tout, l’on voit une personne liée, un parent, père ou mère, commettre des actions du mal ou des pêchés, que l’on tache ainsi à tout empêcher, arrêter ou neutraliser, ou s’en faisant sortir indemne, à travers des prières de protections ou des invocations. Sinon, l’on en sera certainement surpris des mauvais sorts.

168° Les revelations ou les informations, ne proviennent pas seulement, à travers les Anges et les Songes. Ainsi, pouvoir tirer des leçons des faits ou des circonstances passées déjà vécus, ou des mauvais sorts ou des malheurs dont les prochains avaient vécus, demeure toute source de révélation à la part du Seigneur de la justice et de la verité. Les secrets de vie existent efficacement dans les faits passés, que l’on a vecu, ou qu’une autre personne a vu, de connaissance ou non.

169° L’homme qui voudra savoir sa réussite ou son échec quant à son prochain agissement terrible en cachette, n’a rien à consulter chez les charlatans quant à la connaissance des conséquences. Je vous le dis, seulement à l’encontre des personnes auxquelles l’on veut causer des dommages, Dieu te révélera toute issue  liée à travers des dévoilements ou certaines informations. Au reste, l’on sera certainement dévoilé, dépisté pour tout mal à autrui innocent, tôt ou tard que cela fera. Ainsi, faire du mal à un innocent, c’est préparer son échec ou sa décadence futur, Car Dieu t’en dévoilera tôt ou tard.

170° Lorsque l’on profère des griefs ou des médisances sans porter atteinte injustement aux prochains, et ce, après avoir été victime d’un mal en cachette, les personnes qui sont irritées ou préoccupées ou dérangées, surtout intervenant en mauvaise part surtout à la défense des coupables, ne s’éloignent aucunement des coupables. Si l’on était connaisseur, l’on aurait dépisté les coupables à travers leurs inquiétudes et soucis. A savoir, devant les menaces de représailles, les coupables ne s’éloigneront aucunement des inquiétudes, des soucis ou des peurs, qu’ils finiront ainsi à se rendre directement ou indirectement.

171° L’on se réjouira de tout mal, étant un croyant et meneur de toute vie juste, exemptée des pratiques de pêchés, de tout mal dont on a été injustement victime, comme, les turpitudes ou les vices des prochains : l’éloignement des prochains dans leur pratique néfaste, est-ce une grande faveur. A savoir, quoique tout soit douloureux, mais c’est tout à fait un mystère que les prochains nous agissent injustement, sans aucune raison cohérente, que l’on s’en réjouira un jour, et que l’on dira : «  heureusement, tel a été ainsi ».

172° Ne cherche et ne souhaite jamais l’association des prochains traitres, mauvais et malveillants fort injustement, lesquels, pourtant, devaient-ils pourtant naturellement vivre en injustice et en innocence avec vous.  Faut-il être précautionné à partager et à vivre avec un parent, un ami, ou une connaissance que l’on a decouvert mauvais, traître , indiscret et malveillant. Le bonheur n’est pas se procurer seulement de l’argent, mais lorsque que l’on réussit à connaître les mauvais gens parmi les personnes auxquelles on portait indubitablement confiance. Une mauvaise personne ne saurait être aucunement voilée, qu’il se manifestera de toutes les manières. Prenez garde des prochains qui vous surprennent de la traitrise, de la trahison et de la méchanceté, sans que l’on ne s’y attende, surtout que l’on soit juste et innocent envers eux.

173° Celui qui veut entreprendre une chose, une entreprise ou un travail difficile et étrange, pourra, si Dieu le veut, savoir ou prévoir le futur, à travers certains signes d’échecs qui se présentent inattendue et incroyablement : empêchement, interruption,  mésentente, critique ou palabre. Sans quoi, faut-il se précautionner en disposant des moyens de relever les défis de l’avenir. Faut-il être vigilant à mener les entreprises ou les affaire qui s’entament avec  des critiques, des sanctions ou des empêchement des membres ou de l’extérieur ou de certaines manques de confiance cruciales.

174° Un malfaiteur dissimulé ou un malveillant entre vous dans une union, travail ou association, ne peut perpétrer un mal sans qu’il ne soit dépisté, compris ou appréhendé par les membres justes, innocents et croyant  en Dieu. Celui qui s’éloigne des pêchés de nuire, de faire souffrir, de tricher, de trahir, de mentir, menant toute vie juste et innocente, sera omniscient parmi ses prochains. Croyez en Allah le Seigneur de l’univers.

175° Celui qui est contre vous ou qui n’aime pas votre créature ou votre personne ne peut aucunement vous aimez. Pour avoir son amour, faut-il pouvoir chasser de son cœur des causes terribles, tout en sachant à se le faire aimer, à travers des manifestations de confiance. N’est plus sage, que celui qui accepte les choses moindres ou inferieur, pour en aimer à tout vivre décemment.

176° Faut-il être sage à ne pas quereller, se faire des rancunes, faire la guerre à son prochain, ou se séparer avec lui, sinon par extrême nécessités, et ce, malgré certaines menaces sérieuses. Ne se ressemble pas aux gens  de moindre mentalité, moralité et conscience, qui agissent sans aucun discernement. Celui qui se sépare avec son prochain, sans raison, s’est nui à soi-même, qu’il a perdu un chemin, une chance et un destin. Au reste, les malveillants ou les malfaiteurs injustes dans une union ou société, se sont nui à soi-même, qu’ils n’en avanceront nullement dans leur vie. A savoir, lorsque l’on nuit au seul arbre dont on profite l’ombrage, l’on sera certainement maté par les rayons torrides. Ainsi, ceux qui nuisent aux prochains et les malfaiteurs qui menacent la chance ou le destin des prochains, n’en seront rien dans leurs vies ; croyez en Allah, le Seigneur de l’univers.

177° L’on dit souvent que l’être humain ne va jamais perdre sa chance, mais cela n’est-il évident à partir du moment où tout fut résulté de sa faiblesse, de la malédiction ou des pêchés. IL ya certaines chances, lorsque on les perdre, l’on ne les rattrapera point le pareil, jusqu’au jugement dernier. Si l’on perd des fruits sans rien déguster, surtout d’un arbre qui a poussé sous nos pieds, l’on en a été victime à dire vrai d’une grande perte. Ainsi, faut-il savoir acquérir de certaines chances, lorsque Dieu t’en a facilité l’obtention. Mais, lorsque l’on perd une chance, sans que cela ne soit de notre faute ou faiblesse,  n’est pas vraiment toute malchance. Les chances apportées par Dieu trouvent ses créatures avec justice et verité et les ratent pas.

178° Découvrir un ennemi caché, parmi un parent, un ami ou une connaissance, d’une façon incroyable et inattendue, autrement celui te nuisant en cachette, ou un ennemi ou adversaire déclaré mais dissimulé, est-ce une veritable révélation, si l’on est vraiment croyant et juste . Ainsi, faut-il s’en faire toute leçon ou toute précaution, même si, sans se faire des représailles. En verité, de nos jours, telle révélation s’avère être difficile à concevoir ou à comprendre, que les hommes confondent toujours leurs ennemis en leurs amis.

179° L’on peut connaître l’arrivée de son échec, de son manque de prestige, de ses disgrâces entre les hommes, lorsque les derniers espoirs, ou les fidèles ou les partisans se détournent, tombent en disgrâce, ou qu’ils s’éloignent. Lorsque telle chose se produit incroyablement ou injustement, faut-il préparer  sa chute ou pouvoir disposer de toutes veritables précautions.

180° Dans une existence sociale, souvent les prochains qui ne reconnaissent ou ne considèrent pas nos bienveillances, nos apports ou nos solidarités, s’entêtant surtout à nous éviter malgré tout, c’est une chose résultant de deux raisons ou causes : soit ils sont peur de vivre avec toi de peur de ne partager les futures hontes ou conséquence, soit peuvent-ils être contre toi ou responsables des situations dans lesquelles vous vous trouvez. Mais, le plus sage, c’est partager avec sacrifice les mêmes situations avec le prochain, surtout dans certaines justices et vérités.

181° Lorsque vous êtes innocents et justes,  priez ainsi contre les ennemis infatigables et injustes.  Pour y réussir le plus, purifiez vous, à adressez vous dans un moment opportun de la nuit, ou de la journée, au Seigneur de la justice et de la verité. « Dieu tu m’as recommandé la justice et l’innocence envers tout le monde, voila j’en ai suivi avec foi, peur, bonne volonté et croyance. Mais, telle personne, malgré tout, ne cesse de me menacer, sans pourtant que je puisse me venger. Tout cela, parce que j’ai peur de toi, mon Dieu, et c’est toi seul qui pusses porter secours. Mon seigneur, venge moi, fais lui échouer ses entreprises, surtout en retournant ses pièges et ses mauvaises intentions contre lui ».  Ou encore, l’on peut dire «  Si c’est vrai que je ne lui ai pas trahi, trompé, et non plus que j’ai cherché à lui faire du mal, ou à lui chercher des ennemis,  que telle personne se noie dans ses pièges et qu’il ne puisse rien faire contre  toi. Car c’est toi la justice, c’est toi la verité ». Telle est l’invocation d’un veritable innocent et juste envers son prochain : Dieu l’exaucera pour celui qui l’a placé toute confiance.

182° Le menteur et celui qui est menti sont les mêmes. L’on ne ment pas injustement à celui dont la mentalité, la moralité et la conscience est saine, pure et parfaite. Le monde est plein de mensonge ou de tromperie, parce qu’il n’y a que des gens vulnérables et coupables qui souhaitent que tout aille mal envers leur prochain.

183° L’on ne va aucunement diffamé ou calomnié ton parent, ton ami ou ton proche à ta présence. Celui dont le parent ou associé est diffamé à sa présence, sans aucun obstacle, ni danger,  est trouvé souvent mauvais, aigris et méchant. Sinon, le calomniateur lui chosifie souvent sa mentalité, sa moralité et sa conscience.

184° N’a pas peur réellement de toi celui qui ne t’obéit pas, ou qui ne se te soumet pas, à travers le visage, la parole ou le comportement. A moins que l’intéressé soit sage et méfiant, ou de bonne éducation, sinon tu sauras celui qui a peur de toi ou non, celui qui accepte ta supériorité  ou non.

185° Le premier procédé de conjurer le mauvais sort, c’est s’éloigner ou de quitter quasiment le monde du mal ou satanique, et ensuite, faire face en apportant des remèdes aux causes de son état présent. Dieu est la solution à toute chose. Pour  bénéficier de Ses faveurs  ou de Ses aides, l’on réussit certainement à travers les invocations, les sacrifices, la justice et l’innocence.

186° Lorsque le prochain est victime, alors que l’on exerce les mêmes activités ou que l’on a les mêmes terribles comportements, est-ce une révélation à la part du Seigneur de l’univers. Croyez en Allah, le Seigneur de la justice et de la verité. Quoique l’on soit mauvais, malfaiteur et malveillant, l’on n’en sera pas humilié par Dieu d’abord, lorsque l’on n’en avait pas commencé justement. Ceux-ci, malgré leurs mauvaises emprises, Dieu leur fait des avertissements ou  autant d’épreuves avant de les capturer farouchement. D’aucuns n’ont pas été mauvais injustement. Lorsque l’on est surpris ou que l’on est informé de l’agissement néfaste et injuste  d’un prochain  (marabout, sorcier et féticheur) que vous ne connaissez surtout à l’alentour, cherchez la protection du Seigneur de l’univers, surtout lorsque vous réalisez tout susceptibles de vous converger.

187° Lorsqu’on vous dévoile ou on dévoile incroyablement à quelqu’un à votre présence, les méfaits de son prochain,  réalisez toute possibilité de vulnérabilité. Lorsque vous sentez  d’une façon inattendue les prochains dans leurs ambitions sataniques, est-ce une révélation, en cherchez la protection du Seigneur de l’univers. Lorsque l’on découvre un prochain en mauvais état dans le songe, qu’on cherche la protection du Seigneur de l’univers.

188° Si le prochain vivant dans le même milieu est incroyablement victime, d’une maladie, d’un mal quelconque, l’on se doit de chercher la protection du Seigneur de l’univers, surtout si l’on est sous l’emprise invisible des forces sataniques. Ce signal de Dieu est bénéfique surtout pour un homme croyant et juste. C’est pour cela, faut-il être innocent partout où l’on vit, car les emprises injustes du Satan et de ses alliés ne nous arriveront point, sans révélation du Seigneur de l’univers.

189° Si le prochain auquel l’on se ressemble en activité, en cause, ou en opinion, est incroyablement et injustement victime, que l’on cherche la protection du Seigneur de l’univers et que l’on soit précautionné dans notre vie.

190° Les prochains ne deviennent nullement solidaires à votre situation, initiative ou innocence, lorsqu’ils sont contre vous : ils s’éloigneront et souvent vous apporterez de nuisances.

191° Avec deux groupes adversaires ou ennemis, ou en compétition, l’échec de chacun ne devient plus pure ou fatal, que lorsque les traitres, les faibles ou les mauvais sont mêlés entre eux. C’est l’une des causes des échecs de certaines équipes ou groupes.

192° Celui qui s’éloigne des nuisances, des pêchés et des pratiques flagrantes, douloureuses de perturbations des mentalités, des moralités et des consciences, s’en fait prémunir soi-même des mêmes conséquences,  qu’il en fait prémunir ses enfants des mêmes mauvais sorts.

193° IL faut chercher à savoir si telle résolution ou décision ou objectif ou souhait est réalisable ou utopique. Pour une âme consciente et innocente, l’échec de certaines manifestations ou entreprises ne sont aucunement voilées au Temps Présent. Mais, d’aucuns, ne faisant nullement la part des choses, mènent avec toutes consciences ou jugements sorciers les situations sans tenir compte de certains obstacles, avertissements, indifférences ou échecs. Ceux-ci se plongeront si bien dans l’échec de l’avenir.

194° Si l’on perd souvent un objet, soit par vol ou oubli, que l’on s’en taise en ce temps, comme si l’on n’a été victime de rien ; certainement, si Dieu le veut, l’on décèlera l’intéressé s’il est parmi vous, et ce, à travers certaines manières ou manifestations incroyables à votre égard. C’est un vol, si l’on en parle, avec un air sérieux ou de représailles, il s’avérera certains que l’on décèle l’intéressé à travers les visages d’inquiétudes ou certains intéressements étranges et incroyables. Les coupables ne s’éloignent pas de peurs ou d’inquiétudes ; donc faut-il savoir en faire sortir de leurs corps, à travers des multiples représailles. Souvent, ce sont les gens qui connaissent l’existence d’une chose, surtout dans un endroit de la maison, qui la volent. Souvent les vols intelligents, ou les choses sont intelligemment positionnées, sans aucun dégâts, les coupables se trouvent connaissent le processus au moins une personne, visiteur ou autre informé. Les voles désordonnées, sans que l’on pût  voir certains biens malgré leurs proximités, sont souvent insignifiants : les coupables ne connaissent pas l’intérieur.

195° Les diffamateurs ou les calomniateurs sont parmi les gens qui nous connaissent, avec lesquels l’on partage quelques choses ensembles, avec lesquels l’on vit ensemble. Les prochains inconnus, qui ne nous connaissent pas, nous diffameront ou nous calomnieront rarement.

196° Si l’on est dans un doute, ou dans un embarras ou dans l’inquiétude d’agir, les idées, les manifestations ou les informations incroyables et inattendues ne sont pas à négliger. Quelqu’un qui doute d’aller en un endroit, s’il entend ou rêve des avertissements ou des informations incroyables, tout s’avèrera admissible. Certaines informations ou nouvelles qui retentissent incroyablement,  proviennent du Seigneur de l’univers. Pour cela faut-il croyant, un innocent et un juste.

197° Pour connaître un coupable, que l’on  parle souvent du mal commis, avec un air sérieux ou de représailles, il se révélera s’il plait à Dieu, à travers ses préoccupations, ses inquiétudes ou des peurs des représailles. Si un mal se fait en cachette, sans auteur visible, je vous le dis, Dieu fera surgir les coupables tôt ou tard. Dieu ne travaille jamais avec les pêcheurs et les victimes mauvais. Alors, si un mal est commis en cachette, sans que l’on ne puisse aucunement dépister les auteurs, que l’on confie tout à Dieu, sans commettre l’injustice et accusation. Certainement, Dieu fera sortir les coupables tôt ou tard à travers les agissements approchés ou éloignés, les paroles ou certaines manières. L’on ne vole pas les biens purs, que les coupables ne s’en échapperont aucunement. Si l’on est victime de certains vols, que l’on cherche d’abord le pardon de Dieu, ou à remettre certains pêchés, et après entamer les prières de dévoilements : le voleur, le menteur, le criminel n’ira nulle part. En cela, si le mal commis est sérieux, l’on doit faire des prières ou des sacrifices de pardons à Dieu qui a accepté que l’on ait été victime de cela.

198° Pour connaître la trahison, l’esprit ou les pièges tendus d’un groupe, leurs coups, cherche à les rencontrer, ou à se voir avec un élément, si l’on est juste et croyant au Seigneur de l’univers. Parle  avec eux ou avec lui en bonne part, propose-les certaines bonnes initiatives ou idées, pour y pouvoir découvrir leurs opinions et avis. Si Dieu n’est pas contre toi, tu auras une idée ou une issue, parce qu’ils accepteront difficilement de changer leur position.

199° Pour connaître le danger d’un voyage, d’une mission, Dieu intervient souvent à travers les empêchements, manques de facilités ou des faits ou des rêves incroyables bizarres. Se voir dans un songe, dans un lieu inconnu ou situation sombre et bizarre, est annonciateur de l’échec, de la mort, du manque de prestige ou des conséquences graves.  Apercevoir son prochain perdant toute conscience, de métrise, de rigidité et de vraie nature dans ses entreprises, sans être atteint de maladies, est un mauvais présage pour ce dernier. Celui qui a peur d’une chose, d’un mauvais sort, sur un chemin, et que tout  se manifeste, dès au début,  à travers la nature ou bien ou machines, faut-il bien reprendre ou se précautionner, ou encore rebrousser chemin, Dieu est surveillant le Seigneur de l’univers. Si l’on veut entreprendre en groupe une chose, un voyage et une mission difficile, programmez un jour, restez derrière Dieu, la justice et la verité, avec demande et invocation. D’ici à l’arrivée du jour, vous aurez une idée, s’il plait à Dieu le Seigneur de l’univers.

200° Si l’on fréquente souvent un chemin, et que des phénomènes incroyables s’y commencent à apparaitre, comme d’obstacle, que l’on arrête, ou que l’on soit précautionné, si l’on croyant et juste. IL ya un mystère qui est en l’être humain, tant que ce mystère ne finit pas, il nous fournira des miracles : l’âme du corps humain. Ainsi, l’on ne s’orientera à l’homme sauf quand la mort vienne.

2O1° Si l’on veut connaître une personne qui garde quelque chose sérieuse dans son cœur, à ton detriment ou non,  et si Dieu le veut, l’on en saura tout à ses premières rencontres, causeries, circonstances ou encore à travers son confident. On connaîtra l’enfant par sa mère, et la mère par l’enfant. Je vous le dis, telle position ne se cache point, que l’on connaîtra tout, si l’on n’est pas têtu ou mauvais. Si l’on veut connaitre sa position par rapport à son innocence ou à sa culpabilité, rends toi innocent, ou encore, coupable, à travers la causerie concernant telle chose ou telle situation.

202° Faut-il être sage et révélateur des dangers que l’on a compris, dont le prochain doit être victime ou piégé,  surtout à travers des paroles indirectes. Faut-il savoir comment faire exprimer ses idées ou ses intentions, même pas en parler directement. Par exemple,  si l’on craint qu’il ne soit volé, faut-il parler devant lui des cas de vols avec intelligence tout en mettant accent sur certains points ; si l’on craint pour lui des prochaines menaces, ou la trahison de sa femme ou de son mari, faut-il lui en signaler à travers des exemples dans les causeries. Si Dieu veut pour ne pas qu’il soit victime de tout cela, il en aura toute prise de conscience.

203° L’on peut demander l’aide de quelqu’un dont on a tout  doute ou toute peur de parler le besoin, en se lui adressant indirectement, dans une causerie ou conversation : « si je  gagnais tel aide ; ou je veux vraiment avoir telle chose. Du moins, que l’on sache en parler pour qu’il sache nos préoccupations ou nos besoins ». Si Dieu  le veut, s’il n’est pas contre vous, s’il a tout souci pour vous, il vous apportera de l’aide ou de grâces.

204° Pour amener son mari ou sa femme à la prise de conscience, pour lui sanctionner, que l’on fasse toute possibilité pour lui parler indirectement le nom de son amant caché, à travers des récits ou certaines causeries. Si elle est consciente, elle l’évitera, et arrêtera toute fréquentions. Si celui ou celle qui est cachée est dévoilée,  la femme ou le mari respectant le foyer conjugal évitera tout. Au cas  contraire, l’amour n’existe pas, qu’ainsi,  si tout continue à persister, le divorce est alors mieux indiqué.

205° Celui qui veut savoir si tel comportement, ou telle proposition ou décision n’est pas bonne, doit essayer de le montrer ou d’en parler devant une personne ou un groupe de personnes confiantes,  de bonnes moralités et de bonnes consciences, lors d’un dialogue, avec une extrême ruse. Si vraiment Dieu le voudra, vous connaitrez tout à travers leurs visages ou réponses. C’est ainsi que l’on découvre les bons et les mauvais gens dans son milieu.

206° L’on saura que son comportement n’est pas appréciable, à travers les manques d’appréciations ou  des colères ou des aversions des prochains. Un comportement que son prochain innocent n’a pas apprécié ou aimé, l’on en saura les réactions à travers son visage ou certaines manières. Mais, il ne s’agit pas des colères des gens ethnocentriques ou racistes qui se mettent injustement en colère contre leurs prochains.

207° Faut-il disposer des précautions de vivre avec un pêcheur ou un maudit, sans pourtant l’imiter, se lui associer dans les mauvaises entreprises, ou lui y encourager. Sinon, l’on partagera autant de ses malheurs, souffrances ou mauvais sorts. Si l’on vit inévitablement avec un pêcheur, sans que l’on pût se lui éloigner, que l’on agisse selon la justice et la verité, donc resté à côté du Seigneur de l’univers.

208° Continuer à vivre négativement avec son prochain, sans aucune prise de conscience,  ni de leçons, ni  perfectionnement morale, est tout signe de la malédiction, de la porte ouverte vers les mauvais sorts. Dieu ne fera pas vivre un innocent à côté d’un coupable, qu’il se séparera.

209° Si l’on fait du mal à quelqu’un involontairement, et que l’on veut diminuer ou neutraliser les colères, les griefs ou les conséquences, que l’on cherche à porter le fardeau à une raison ou à une cause évidente. Mais, il s’avère fort difficile de pardonner des choses faites avec flagrance, surtout que la victime trouve tout perpétré par volonté ou par exprès. Le mieux, avant d’agir pour un malfaiteur, faut-il prévoir les conséquences. Mais, l’on se moque des gens qui font des sexualités, qui commettent des indiscrétions ou des maux indignes, pour s’attendre, malgré tout, à être pardonné. Pour faire certains maux, il faut choisir des semblables à qui l’on doit faire contre, et souvent ceux qui sont maîtres dans les pratiques des mêmes maux : là ils ne seront pas suffisamment victimes ou scandalisé.

210° Si ta colère n’a pas été considérée, sait qu’on te trouve dans la perdition, dans la faiblesse, dans l’impuissance ou dans la culpabilité, ou que, eux-mêmes se trouvent dans l’extrême aberration de considérer ce qui n’est pas à considérer. Les prochains qui sont contre toi injustement, ne t’accepteront rien, même s’ils te perçoivent dans l’innocence.

211° Si vous voulez faire une chose défectueuse, une entreprise négative, avec toute suggestion satanique ou envoûtement satanique, Dieu ne vous laissera jamais le faire, ou qu’il vous empêchera, par Ses pouvoirs indirects sur les créatures humaines, si toutefois vous êtes croyant et homme de foi.

212° La culpabilité et l’innocence ne se voilent pas, quoiqu’elles soient cachées dans le corps humain. Elles contiennent une âme chacune, que l’on décèlera si le prochain est coupable ou innocent. Donc, l’on ne peut aucunement être innocent, sans qu’il ait tout signe d’innocence ;  l’on ne peut être coupable sans qu’il ait des signes de culpabilité. Mais, de nos jours, l’on prend les coupables pour innocent, et les innocents pour coupables.

213° Celui que tu dépasses ou celui qui te dépasse en savoir, en fortune et en valeur sociale, ne se voile pas. Mais, de nos jours, l’on ignore les gens qui nous dépassent, ceux à qui l’on dépasse, avec l’emprise suffocante du racisme et de l’ethnocentrisme.

214° Pour punir le mensonge, faut-il tacher de découvrir les premiers menteurs, ou les premiers rapporteurs, pendant les premiers temps de la manifestation des mensonges. L’on ne dit point que l’on ne connait pas son menteur. Et, chacun indexera son menteur jusqu’au dévoilement du premier menteur.

215° Le prochain qui ne t’a pas obéi, ou qui a refusé de se soumettre à l’obéissance, croit certainement en quelqu’un ou en quelque chose ou qu’il te perçoit dans la faiblesse. Ne faut-il pas chercher à se faire obéir injustement, par celui qui ne le veut pas.

216° Une adversité inattendue ou incroyable à travers un ami, un collaborateur ou un parent, indique l’introduction du Satan humain  avec des suggestions sataniques. Le dévoilement d’un ennemi caché ou un mauvais collaborateur, ou partenaire peut s’opérer à travers des adversités, des jalousies, des indiscrétions ou des comparaisons inacceptables et incroyables.

217° Connaître une seule chose, un seul fait, s’avère être susceptible d’en dévoiler plusieurs, ou encore d’en prévoir plusieurs. Celui qui a été victime incroyablement d’un petit vol, se doit de s’attendre à un autre pareil ou voire plus considérable. C’est ainsi que Dieu informe aux êtres humains croyants et injustes,  surtout ceux qui ne s’attendent de rien, confiants partout. C’est tout comme des petites indiscrétions ou mensonges incroyables.

218° IL ya certaines choses ou actions dont on ne regrette aucunement pour le fait de les avoir fait ou subi. Pour cela, faut-il y actionner avec justice, raison et verité. Du moins, un innocent ne doit jamais regretter une guerre, une séparation, ou une querelle, qu’il avait pourtant évitée auparavant. Et, souvent, le bon Destin n’est pas sur le chemin qui nous a été fermé injustement, sans notre faute ou agissement par pêcher. Croyez en Allah, le Seigneur de l’univers.

219° Trop de  nuisance, d’empêchement ou d’échec injuste, et ce quoique de fois tout relève de notre faiblesse ou incapacité, pour l’exercice d’une activité, indique que le destin n’en est inscrit ; que s’entêter à tout poursuivre consiste à se préparer des multiples mauvais sorts. Ainsi, que ce soit la quête de l’association avec une personne, pour le travail ou pour le mariage, si tout persiste, s’annule, se confond, se perturbe incroyablement,  n’insistez pas, si vous êtres croyant en Dieu le Seigneur de la justice et de la verité.

220° La méchanceté injustement appliquée est signe de la mécréance et des échecs futurs des deux mondes. Mais, la méchanceté n’est pas  aucunement évitée son prochain qui nous a montré toute sauvagerie.

221° L’échec pour l’exercice de certaines activités se dévoilera avant l’amorce ou pendant le déroulement ; car Dieu le juste te montrera aussitôt les conséquences de tes faiblesses, de tes pêchés ou de tes négligences.

222° La peur est souvent la nourriture ou l’âme d’une personne coupable. En verité, les innocents n’en sont aucunement   pris, sinon qu’à travers certaines circonstances, là où l’on ne peut manifester sa raison ou son innocence.

223° On repère la gravité de certaines pratiques néfastes qu’en les faisant subir à une personne innocente, n’étant aucunement associer à nulle emprise du mal. Donc, pour mieux vivre étant un malfaiteur, faut-il t’en assurer auprès des semblables. Aujourd’hui, l’on croit que la conscience humaine ou la dignité humaine a omis les emprises de la sexualité, que les personnes sexuelles s’en  croient n’avoir pas fait du mal à soi-même.

224° On reconnait aussi les mauvaises personnes ou les prochains coupables, par certaines de leurs réactions, lorsque l’on parle ou l’on censure les mauvais gens ou les malfaiteurs à leur présence. ILS se vexeront et ne te laisseront aucunement avoir du point.

225° On découvre certains mauvais comportements,  ou caractères indeniables, lorsque l’on en jette à une personne. Par exemple : menteur ! Voleur !traite ! Prostitué ! En verité, s’elle ne dispose pas de ces défauts, son cœur et sa conscience ne la pousseront aucunement à certaines irritations terribles. Et, même s’il se fâchera, cela ne sera pas pour le visage du diseur, mais ne sera pas comme s’il en était coupable. Et, si l’on veut tester sans parler son nom,  faut-il seulement parler de ces vices en sa présence avec rire et moquerie : son visage changera, même s’il ne dira pas un mot.

226° L’on peut faire des invocations pour neutraliser un mauvais ou un mécréant dans notre vie, sans pourtant en avoir des pêché. Mais, ne le faire, que lorsque l’on est innocent, et surtout qu’il ait insistance ou exagération. Les personnes qui ne cessent à nous nuire injustement, sont à neutraliser, ou à dérouter.

227° L’on peut disposer si bien des moyens de ne pas être volé, menti, triché, trahi ou envahi. Pour n’est pas être voler, faut-il chercher des biens ou des fortunes pures,  en y appliquant toutes justices, et surtout pouvoir y garder ou utiliser justement sur le chemin de la justice et de la verité. Si l’argent est pur, il vous parlera lorsqu’il aura menace de vol par des connus ou des inconnus. L’argent ne parle pas, mais vous saurez s’il plait à Dieu certaines manifestations. Pour ne pas être menti, faut-il être une personne juste, de sincérité, menant une existence justice et consciente envers les prochains, sans aucunement mentir ou aucunement s’associer à nulle mensonge ; à savoir, l’on ne ment pas à tout le monde, sinon par extrême nécessité.

228° Pour distinguer un voleur parmi les gens ; sans d’abord les faire part du vol, envoie-les là où le vol a eu lieu pour une autre circonstance. S’il plait à Dieu, en les observant attentivement, l’on peut situer le voleur à travers leurs regards parlant. Encore, n’est pas  déclarer d’abord l’acte de vol, s’en faire ignorer, en être patient, l’on connaîtra, s’il plait à Dieu, le coupable, à travers ses manières, ses positions, et ses remarques. Si un objet ou un habit à été volé, prendre un des éléments, surprendre quelque part, se cacher ou non, tout en observant les regards. S’il plait à Dieu l’on connaîtra le voleur. Ou encore, on peut les effrayer, en donnant des ultimatums pour des prochains châtiments : l’on connaîtra s’il plait à Dieu, le voleur. A ajouter ses ruses d’enquêtes.

229° Les personnes qui s’associent à la cause des malfaiteurs ou des malveillants, si rapidement, sans aucune enquête,   ne  sont des sages, ont été au reste auparavant mauvais : ce ne sont pas des gens innocents. Les esquiver, le éviter, est chose qui confirme notre innocence, et notre maturité mentale, morale et spirituelle.

230° La verité et le mensonge ne se voilent pas aux gens innocents. A savoir, si les paroles ne les montrent pas, les actes, les pratiques ou les manières  le feront, si tôt ou tard, que cela sera. Croyez en Allah, le Seigneur de la justice et de la verité.

231° Si vous avez  eu la chance de découvrir , étant un innocent, une personne mauvaise , que vous aviez pris pourtant pour bon en votre part, soit un parent, soit un ami, soit une connaissance, est-ce une grande révélation. Ayez toute précaution à vivre avec eux, ou les éviter avec justice et verité.

232° L’on ne doit pas prendre son prochain pour méchant, jaloux, mauvais, raciste ou ethnocentrique, du fait que l’on a entendu seulement qu’il en est ainsi. Restez sage, juste et innocent que s’il est ainsi vous réaliserez certainement l’évidence ou le mensonge. Savoir éviter les prochains mauvais qui ne cherchent qu’à salir les autres injustement, est-ce une veritable sagesse, qu’agir injustement contre les gens, est-ce preuve d’immaturité morale et mentale.

232° Si l’on veut connaitre un coupable, un voleur, un menteur, un débauché,  que l’on essaye de parler de ces maux ou défauts avec critique à leur présence, sans à leur encontre, surtout dans le sens de la logique et de la verité. Si Dieu le veut, que vous sachez ces caractères d’eux, il en dira un mot, ou que  la verité se dessinera à travers son visage. Au demeurant, ces caractères ne se voilent pas, que tout se dévoilera à travers les circonstances.

233° L’on peut dépister une famille coupable, aux natures étranges, par rapport aux portraits de certains membres. Chacun dispose au moins en lui certaines vérités liées aux faits des familles desquels ils proviennent, pouvant être tantôt mentales, morales ou physiques. En tout lieu, où l’existence de Dieu s’avère apparente, le Satan y manifestera sa suprématie. Eh bien, lorsque l’on franchit les mystères de l’existence des familles, jusqu’à s’éloigner des menaces sataniques, l’on vivra pacifiquement, de sorte que le mauvais sort nous gagnera rarement. Quelqu’un qui ne dispose pas de contraire dans sa famille, sa patrie, dans son milieu, sera meilleure, aura une grande ouverture de la chance et de bonheur, qu’il vaincra efficacement les ennemis.

234° Si l’on doute, et que l’on veut connaît le comportement de sa femme ou de sa mari dans son milieu ou dans son quartier, que l’on soit innocent et qu’on approche un groupe de gens en causerie ou conversation connaissant sa femme, tout en la représentant,  à travers certaines ruses et sans qu’on sache son option, comme un bon exemple d’une femme ou d’un mari innocent. Eh bien, si Dieu le veut, et que ceux-ci connaissent la verité, l’on pourra tout comprendre, qu’ils se manifesteront soit à travers leur visage, ou à travers leurs sourires ou moqueries dissimulés. Du moins, si l’on veut connaître sa femme et son mari, remarque les choses inhabituelles, les nouvelles façons de vivre, ou encore étudie les voisins  ou ceux avec qui  l’on vit ensemble ; par Dieu, si ceux-ci connaissent la verité,  Dieu leur fera dire non pas par la parole, que l’on comprendra tout à travers leurs visages. Si l’on veut dépister l’amant de sa femme ou de son mari, dans un milieu ou dans son entourage, ou dans son quartier, fait partie d’une causerie ou débat, en y parlant avec certains sévérités, ou avec certaines supériorités : il ya un l’intrus parmi eux, Dieu lui dépistera à travers le visage, ou à travers certains sourires de moqueries injustes ou dissimulés. Soit sage de tout garder, et dispose de toute solution. Aussi, lorsque l’on est victime, étant mari ou femme, d’une rivalité,  d’un défi, d’une jalousie ou d’une adversité injuste,  que l’on trouve toute solution à se rendre maitre ou maitresse.

235° Pour connaitre que son caractère ou ses vices que l’on cache est connu, ou que si  l’on veut savoir que le bien ou la chose que l’on dispose, est compris,  que l’on en parle dans la causerie, tout en faisant ignorant de tout. A travers leur visage ou leur affirmation, l’on connaîtra tout inchallah.

236° Lorsque l’on est absent, l’on peut penser à sa famille, à son mari, ou à ses enfants ou amis longuement, dans l’isolement. Eh bien, si l’on est croyant, et que l’on vit justement avec ceux-ci,  Dieu vous fera connaître leurs situations à travers les idées naissantes ou à travers certaines manifestations. La personne dont l’on veut connaître la situation, prenez sa photo, ou certaines de ses traces, regardez longuement avec grande méditation. Lorsque l’on est coupé à Dieu, l’on ne pourra bénéficier aucune de Ces faveurs, et pourtant le Dieu vivant, le Dieu connaisseur de l’inconnaissable, existant partout, étant témoin de toutes les choses.

237° Certaines mauvaises actions ou pratiques ou agissements, sont rapidement sanctionnées par les gens victimes ou non, à travers leur colère ou certaines de leurs réponses. Mais, certains malfaiteurs injustes et ignorants, ne s’en rendent pas compte, quoiqu’ils s’attendent à  obtenir certaines remissions ou pardons un jour. L’on ne peut pas pardonner certaines choses  injustement commises avec certaines flagrances, que, même si, les victimes ne se vengent pas à cause de Dieu,  mais ils n’en pardonneront aucunement. Alors, si l’on est sorcier ou mauvais type, et que l’on ne veut pas se séparer avec son prochain, à travers certains mauvais agissements, que l’on soit attentif à constater les prochains dans leurs colères.

238° Pour défier un adversaire dont les partisans sont plus superieurs en compétitions ou autres, que l’on sache affaiblir l’adversaire, et que l’on sache récupérer les fans à travers les bonnes initiatives. Aider les gens qui ont besoin  vraiment de l’aide, pouvoir faire taire les autres, est-ce une veritable manière d’agir décemment sans passer par les entreprises du mal. Pour avoir un être humain, faut-il l’avoir dans son cœur, dans son âme et dans sa dignité. Pour être détester d’un être humain digne, faut-il lui menacer dans son cœur, esprit et dans sa dignité.

239° Faut-il être sage de conférer ou d’enseigner explicitement ses savoirs et ses sagesses. Agir à cause de Dieu, même pour aider les gens qui ne sont bons, c’est une veritable source de la récompense divine dans ces deux mondes ; à savoir, quoique l’on fasse, la verité est celle qui demeurera. Celui qui a aidé sera aidé ; celui qui a nui sera nui inchallah, au Non de Dieu le Seigneur de la justice et de la verité.

240° Comparer ce qu’on a vu par rapport à ce qu’on  a entendu,  ce qu’on voit  par rapport à ce qu’on vient d’entendre, avec tout esprit de jugement cohérent, est-ce une manière parfaite et décemment avec les prochains, que l’on pourra certainement et efficacement les connaître. Mais, se contenter des points négatifs, et négliger les côtés positifs, c’est une manière de choir dans toute aberration quant à la recherche de la verité. Le mieux, c’est pouvoir peser tous les côtés sur la balance de la justice et de la verité. Et, si l’on est croyant, l’on n’acceptera aucunement le mensonge défier la verité. IL n’y a pas de sage, si telle manière ou façon de vivre innocemment avec son prochain existe rarement. Pour mieux connaître son prochain, faut-il lui demander, oser lui demander avec respect, surtout si l’on est concerné. Et, si l’on veut demander, sans être concerné, faut-il faire ainsi : «  j’ai appris que telle personne a fait ainsi ; et selon les descriptions, est-ce que ce n’est pas toi » « J’entends le nom d’une personne dans telle affaire, est-ce que ce n’est pas toi ». La personne demandée,  il agira ou répondra selon son innocence ou sa culpabilité.

241° Celui qui veut connaître un homme,  un groupe de personnes, par rapport à leurs opinions, leurs avis, leurs idées ou leurs connaissances, et par rapport à quelques choses, ou à une autre personne, qu’il expose ainsi le thème ou le cas de cette dernière, dans une causerie ou débat ou entretenue. A ce niveau l’on entendra tout, surtout si l’on essaie de bien qualifier en bonne part et mauvaise part.

242° Celui qui veut sanctionner sa femme inconsciente ou son mari inconscient,  qu’il passe de tous les moyens jusqu’à critiquer une mauvaise personne ou une situation mauvaise, méritant vraiment d’être critiqué. Si Dieu le veut, l’on connaitra leurs positions ou leurs jugements.

243° Pour pouvoir désenvoûter, faut-il tâcher à frapper, punir, humilier, lui faire injecter la peur, ou lui susciter à travailler, s’il s’agit ainsi d’une personne débauchée, paresseuse ou oisive. Pousser à certains échecs, ou mauvais sort, permet tout désenvoûtement ou toutes prises de consciences. Pour certaines entreprises, le premier dû à un envoûtement, permet tout désenvoûtement, surtout au résultat mirobolant.

244° Lorsqu’il y a vol, crime, viol, banditisme en cachette, sans que les auteurs ne soient dépistés, et qu’ils soient si bien certainement, parmi vous,  l’on parviendra à tout déceler à travers les interventions ou les positions de chacun. En verité, si ce n’est pas dans une guerre, il s’avère difficile que ces vices soient perpétrés par les gens qui demeurent totalement absents dans notre vie, qu’il faudra toujours un intermédiaire dissimulé.

245° Pour savoir que ses manières, ses pratiques, ses palmerais, sa supériorité,  ne sont pas acceptés ou aimés par les prochains, qu’on en  fasse sortir, tout en s’attendant à leur jugement ou à leur appréciation. Ses tests échouent rarement ; à en croire en Allah, le Seigneur de l’univers.

246° Lorsque l’on est victime d’un petit mal, d’une petite nuisance, diffamation , calomnie ou trahison ou vol, ou tricherie, ou criminalité, d’une façon inattendue et incroyable, d’un individu, dans sa localité ou dans sa concession, que l’on fait tout à esquiver le grand mal, avec toute précaution. Dieu communique à travers le moindre.

247° Pour marier une fille, si l’on est croyant et juste, que l’on confie tout à Dieu et à ses propres parents, d’une façon confidentielle. Demander à eux de prier pour que se soit un bon choix avant d’aller demander les parents de la fille. Restez patient et constater la personne, vous trouverez un résultat. Cette situation devient plus efficace lorsque l’on a fait part sa volonté ou ses vœux d’une manière indirecte à la fille. «  C’est toi  qui sera ma femme ; ou je t’aime pour épouse »    . A ce point, si la fille veut, ou  si elle est votre future femme,  tu le sauras à travers ses comportements volontaires ou involontaires dans votre quartier. Le choix d’un croyant est un bon choix, est celui qui chemine sur le chemin de la justice et de la verité, est toujours guidé ou aidé par Dieu.

248° Celui qui a mal à une partie du corps humain, et que l’on veut dépister le Satan humain, qu’il essaie de toucher devant les prochains cette partie tout en observant les regards d’une façon attentive. Si Dieu le veut, si tel mal est de source satanique, tu sauras l’auteur. A savoir, les malfaiteurs sont toujours préoccupés s’ils ont réussi leur entreprise du mal ou non.

249° Celui qui veut connaître la façon dont était une mère ou un père à l’enfance,  peut si bien en savoir à travers leurs enfants ou un de leurs enfants. Souvent, les enfants disposent des consciences ou des mentalités des parents éducateurs, et ce,  à moins qu’il ait une autre volonté de Dieu, Seigneur de l’univers.

250° Certains impolitesses ou manques de respects injustes par celui qui doit pourtant respecter, obéir, comme son enfant par exemple, vous laisse à comprendre votre faiblesse ou votre perte de faveur ou votre  défaveur, surtout à l’endroit des personnes chères, ou à l’endroit de ceux auxquels il croit. Si votre enfant arrive à vous manquer de respect, alors qu’il est d’accord, soit avec le père ou avec la mère, sachez faire la part des choses. Si votre compagnon commence à vous surprendre, alors qu’il commence à se lier à d’autre, que l’on sache faire la part des choses.

251° L’on peut déceler quelqu’un qui agit très mal à ton absence, ou qui est contre toi en cachette, en lui faisant de bonne chose ou en parlant de bonne chose à lui, surtout en son absence. Souvent, l’on connaîtra le dévoilement ou la verité à travers les manifestations ou les visages des témoins devant lesquels il s’est manifesté en mauvaise part. Toutefois, s’il t’avait manqué de biens, défend sa part de biens en son absence, l’on connaîtra tout. Ou encore, s’il t’avait calomnié, oppose à toi à la calomnie portée contre lui en son absence ; s’il plait à Dieu, si vous êtes vraiment justes, l’on connaîtra tout. Au reste, son prochain ne peut être mauvais, sans qu’on lui découvre dans ses mauvaises qualités un jour.

252° Si l’on vient d’arriver dans un milieu ou dans une famille, l’on décèlera les bons ou les mauvais à travers les différentes pratiques, ou paroles ou dits ; ou encore à travers les poulets, les enfants, les mendiants ou les personnes innocentes. Du moins, si l’on est innocent, Dieu ne nous égarera nullement, partout où l’on est, surtout si l’on veut y être toujours innocent.

253° Si l’on veut crée une association avec les gens, Dieu vous fera savoir si vous pouvez vous associez ou non à eux, à travers leurs comportements ou attitudes antérieurs ou nouvelles.  Ce sont des miracles de Dieu. A savoir, si l’on est juste, croyant, et que l’on veut mener une entreprise digne de nom, Dieu vous discernera les mauvais associés, et vous apportera des bons assistant. Ainsi, Faut-il pouvoir distinguer les mauvais à travers leurs mauvaises traces.

254° L’on ne doit pas craindre pour la vie ou pour l’âme de son enfant, de ses parents ou de ses enfants. Une âme innocente, juste et croyante, vivra sous l’atmosphère de la protection du Seigneur de l’univers. Pour que l’on soit protégé, ou que son enfant soit protégé, que l’on s’éloigne des pratiques du mal, des pêchés, ou des nuisances des enfants d’autrui. Au cas où l’on réussit cela, et que les entreprises sataniques menaces, je vous jure Dieu vous fera une révélation de toutes les manières. Si tel sera ainsi, cherchez la protection du Seigneur de l’univers.

255° La peur injuste d’un adversaire, consiste à leur conférer des points avant même toute manifestation. Savoir mesurer les qualités de son adversaire, consiste à appliquer une force réciproque.

256° Celui qui n’a pas eu peur de ta puissance, de tes relations ou de tes appuis, s’il n’est pas avec Dieu ou avec les diables,  croit à une autre puissance ou une autre relation plus supérieur.

257° Pour combattre l’ennemi ou un adversaire, ait toute part de verité dans ce que vous êtes entrain d’entreprendre,  et une faveur à la part du Seigneur de l’univers. Pour cela, faut-il disposer des moyens, et tout pouvoir sur les intrus, les associés ou les personnes espions, et sur le terrain.

258° Les ennemis se cachent au niveau de trois endroits : là où personne ne leur pense exister, parmi les associés vivant avec vous, chez leurs semblables ou dans les endroits éloignés tout près des alliés.

259° Savoir mesurer les emprises de l’ennemi à chaque manifestation. Pour pouvoir lui combattre, ait toute idée ou solution à chaque piste ; poursuit son chemin à travers tous les moyens, qu’il n’a pas d’existence pacifique, sinon toujours caché. Faut-il profiter de la vie serrée pour lui contrecarrer et lui contrer, et fais-toi maître des endroits, coincer et contrôler.

260° Pour combattre l’ennemi bête, infatigable, cruel, faut-il se rendre bête et infatigable avec précaution, jusqu’à pouvoir lui cerner, lui coincer partout où il se camoufle, contrôler tous les endroits, les évincer et les contrecarrer. Celui qui est juste dans ses entreprises, et celui dont Dieu a éloigner la traitrise ou la trahison, mènera une bonne fin, s’il agit selon que l’on veut surmonter tous les défis de la vie.

261° Si l’on veut exprimer un besoin difficile à quelqu’un, en faut-il souvent faire la part des choses. A savoir, celui qui ne t’a pas toléré un grain, ne te laissera pas un champ ; celui qui t’a querellé à cause de cent franc, ne te laissera jamais mille franc. Mais, celui qui a tout souci pour toi pour ta réussite, et non contre toi, ne te manquera jamais de l’argent. Si cela ne réussit pas, que l’on commence à exprimer une petite demande  pour essayage, avant de s’assurer pour le grand.

262° Partout où le mensonge ou l’injustice persiste, sans que Dieu n’y fasse surgir la lumière de la verité, c’est un endroit où les gens sont coupables, injustes et mauvais. Le mensonge ou l’injustice n’ont pas d’effet parmi les gens justes, innocentes, marchant sur le chemin de la justice et de la verité. A savoir, à leur endroit, Dieu ne tardera pas à dévoiler ou à faire toute la lumière sur les ténèbres.

263° Servir ou offrir les gens qui nous ont refusées d’aide, est-ce une veritable sacrifice à la part du Seigneur de l’univers. Aider les méchants ou qui avaient été méchants, c’est un grand risque, mais une grande récompense à la part du Seigneur de l’univers.

264° IL est très facile de porter tout mauvais sort à un pêcheur, surtout qui nous a fait du mal fort injustement. Les simples invocations s’avèrent être susceptibles d’arriver à telle fin à un résultat mirobolant. Mais, le pardon, est-une grande récompense au côté du Seigneur de la justice et de la verité.

265° Lorsque le prochain est méchant, aigris, égoïste, malhonnête, malveillant, raciste ou ethnocentrique, ce ne sont pas défait des défauts à consulter l’existence chez les charlatans en son prochain. A savoir, quoique soit sa précaution, ces mauvaises qualités ne peuvent se cacher dans le cœur et esprit, qu’il s’en dévoilera de toutes les manières.

266° Pour réussir un travail décent, une entreprise bonne, il n’a rien à consulter  chez le charlatan, sinon d’y mener tout avec amour,  volonté, courage et capacité. Souvent, l’échec de certaines entreprises ou activités sont pratiquement visibles aux temps présents. Quelqu’un qui veut disposer d’autant d’associés ou d’alliés, alors qu’il n’est pas aimé ou sollicité, n’en aura que par miracle du Tout Puissant. Quelqu’un qui veut avoir des hommes parmi les gens racistes ou ethnocentriques, en aura difficilement. IL n’y a aucune manière de triompher de se rendre supérieur quant à l’exécution des besoins,  sinon par  grande utilité sociale, sans aucune discrimination, et avec justice et verité. Pour avoir les gens racistes ou ethnocentrismes, cela n’est pas difficile, qu’il faut tout commencer jusqu’à pouvoir arriver à un veritable niveau de perfection.

267° Les prochains nous devenant des ennemis justement, du fait qu’on les avait faits du mal, ne doivent être tout à fait des veritables ennemis. Au naturel, les ennemis, ce sont ceux qui se dressent injustement contre les prochains, au detriment de leur valeur, capacité et existence sociale. Il demeure fort facile de sanctionner les ennemis injustes par simple invocation, que tout s’exécutera facilement, si la bouche qui les a formulés est pure et innocente. Une personne impure ou pêcheur qui invoque Dieu, est comme qui parle au baobab à l’espoir qu’il tombe. Celui qui invoque Dieu contre un innocent, ne sera aucunement exaucé.

268° Pour dompter une personne mauvaise, faut-il passer par ses côtés faibles, pour pouvoir ainsi arriver à un certain résultat. Pouvoir ressortir ses faiblesses, c’est pouvoir réussir certainement son entreprise. Celui qui agit avec justice et avec verité, ne fera qu’une perte bénéfique.

269° L’on peut comprendre certaines choses à travers des petites manifestations. Quelqu’un qui ne t’a pas accepté de partager le même repas, ne partagera pas avec toi autant de choses analogues. Celui qui t’a volé incroyablement une petite chose, en commettra un jour le pur. Celui qui a refusé de s’assoir avec toi, ou de parler avec toi, te refusera autant de choses. Celui qui s’est fâché contre toi lorsque l’on a regardé son pantalon, ne te montrera jamais son caleçon. Et, celui qui a refusé de marcher ensemble avec toi, t’approchera et travaillera rarement avec toi.

270° Les mauvais états du cœur et de l’esprit rendent souvent menaçant les pouvoirs maléfiques, surtout quant aux envoûtements. Les gens  qui sont souvent victimes d’envoûtements chroniques,  n’étaient pas des bonnes personnes. A savoir, certains sont devenus innocents par contraintes, ou cheminent malgré eux, ni par veritable conscience, sur le chemin de la justice et de la verité. Ceux qui ne disposent pas de toutes consciences sur tout mal, et surtout devenant des malfaiteurs, sont facilement victimes des pouvoirs maléfiques.

271° N’agir  qu’avec justice et verité, sans tenir compte des informations fallacieuses, des on-dit, des jugements de préférence ou des aberrations, est-ce une veritable sagesse.  En verité,  c’est tout veritable moyen pour celui qui veut réussir socialement sur cette terre.

272° N’est pas nuire aux heureux, étant inferieur en fortune, en titre ou en valeur, malgré les possibilités de nuire, est-ce une veritable sagesse. Faut-il laisser ainsi chacun évoluer avec son destin dans son bien, tout en se contentant de cheminer sur le chemin de la justice et de la verité. Quand l’on est inferieur, et qu’on agit justement dans sa vie, sans aucun pêché, ni nuisance ou malveillance, avec une certaine bonne volonté de réussir, l’on réussira si tôt ou tard que cela fera. Souhaiter le bonheur ou le succès à tout le monde, même pas ceux qui ne sont de notre race ou ethnie, est-ce une veritable sagesse.

273° Se contenir, n’est pas faire la guerre à autrui, nonobstant certaines menaces, vivre ainsi avec lui avec précaution, est-ce une veritable sagesse, pour celui qui peut si bien se faire justice efficacement. Tous les gens ne sont pas à répondre ou à s’opposer, qu’il faut les tenir à travers leur niveau de mentalité ou de moralité ou de conscience, avant de chercher à les ressembler .

274° Là où un bien ne se perd une fois l’avoir oublié, et là où on ne guette une femme ou un homme lorsque  les parties cachées se dévoilent subitement ou non, est un endroit de Dieu où la présence divine ne demeure rarissime. Partout l’insécurité règne, ou les palabres, les conflits, les démons ou les tentations sataniques n’y quittent pas. Croyez en Dieu le Seigneur de l’univers.

275° Pour chasser les emprises maléfiques dans les cœurs et dans les esprits, surtout concernant les gens envoûtés, faut-il pouvoir les faire subir des échecs, ou leur inoculer des peurs ou des inquiétudes. A savoir, réussir à mettre la peur et l’inquiétude dans le cœur des falots, d’un envoûté, d’une victime de paresses, d’incapacités ou de faiblesses volontaires ou involontaires, c’est réussir à lui drainer vers la réussite. Faut-il pouvoir rendre volontiers, à travers ces phénomènes, quelqu’un qui connait vraiment  sa raison d’existence sur terre.

276° A travers les échecs  ou les mauvais résultats, Dieu enseigne les faiblesses, les manques de capacités et de courages. Faut-il pouvoir tirer ainsi des solutions ou des leçons des échecs précédents. Croyez en Allah le Seigneur de l’univers.

277° Dans Les familles ou les unions étranges, les membres sont victimes des uns des autres. Tous les mauvais sorts qui viennent de l’extérieur, y prennent naturellement pour source, soit directement, soit indirectement. Pour une famille ou une association bien unie, Dieu a scellé les portes d’entrée pour les mauvais, ou que le mal ou les emprises sataniques ne s’y orienteront aucunement.

278° Les ennemis  infatigables ou ne disposant de relâche à agir,  peuvent disposer des alliés parmi les gens avec lesquelles des mêmes unions ou familles. Souvent ce sont les gens dont l’on porte confiance, ou les gens qui sont à nous, qui trahissent et rendent les ennemis infatigables.

279° Celui qui est dans une situation terrible ou dans des circonstances difficiles ou ténébreuses, par l’emprise des êtres humains mauvais, dont on ignore souvent les auteurs , qu’il ne soit pas pressé, que tout se dévoilera à travers des adversités apparentes et injustes, des oppositions inattendues ou incroyables : ils ne cherchent qu’à s’intéresser en mauvaise part, qu’ils apporterons l’échec, ou le plus pur des solutions, qu’ils encourageront toutes mauvaises initiatives.

280° Pour pouvoir bien communiquer avec Dieu, qu’il emprunte une position favorable et pendant des moments opportuns : s’arrêter sur les hauteurs (montagnes, au sommet d’une partie élevée) et avoir les parties suffisamment orientées à Dieu, telles que les yeux, les mains la tête, et enfin avoir des expressions ou des éloges biens formulées et biens dites. Ne doutez de Dieu, car IL est au courant de tout ce que vous êtes, qu’Il Vous regarde à travers ses pouvoirs d’omnisciences et d’omniprésence, partout où l’on est. Gloire à Dieu le Seigneur de l’univers.

281° Pour lutter contre la honte dans les endroits publics devant la masse, l’on fera comme si il n’y a rien devant nous, ne considérer ainsi que sa présence ou le motif de sa présence. Celui qui mystifie la foule, ou considère la présence de certaines personnes, aura certainement honte des gens. Faut-il les tenir inferieur, à ne jamais considérer leurs regards, qu’il ne faut regarder personnes quoique les yeux restent orientés à eux. La honte et la peur, ce sont des phénomènes psychiques ou psychologiques, qui se dessinent souvent dans le cœur et dans l’esprit, de celui qui les laissent entrer. C’est pourquoi, faut-il faire passer des gens capables  devant la masse; car la capacité, est une première condition d’éviction de la honte ou de la peur. Ne considérez jamais la masse, chosifiez-les,  que ne tenir que les buts de sa présence.

282° L’infidélité dispose de plusieurs raisons : négligence quant au contrôle, manque de sévérité, manque de confiance, ou d’amour ou de peurs, ou encore les ambitions ou envies terribles au monde extérieur. Faut-il pouvoir y surmonter, et surtout  à ne pas  épouser  en prenant avec force dans la main des hyènes surtout dans le même milieu. L’infidélité, est-ce un mal que Dieu n’accepte pas pour un croyant. C’est pourquoi, n’épouse pas celle qui ne nous ressemble pas, surtout qu’elle soit des milieux étranges. Une fois épousée, faut-il la transformer en veritable femme du foyer conjugal. L’infidélité a des prémices ou des signes, que Dieu révèle et à l’époux et à l’épouse, que rien ne se cachera. Faut-il savoir se rendre sévère, et pouvoir inoculer la peur à une femme  dont l’on a soupçonné en cas d’impossibilités de contrôles. La femme qui n’écoute pas, surtout qui a préféré le monde de dehors, n’est vraiment pas ta femme. Les femmes sont souvent soumises en cas de menaces de leurs maris dont elles portent suffisamment confiances.

Pour les emprises démoniaques dans un endroit, leurs manifestations nocives, faut-il tacher d’effacer leurs traces, et pousser les existants vers la croyance, à une vie juste et innocence. Le Satan s’éloigne aux gens aux cœurs durs ne contenant aucune place du mal. La mauvaise position d’un milieu peut faire appelle aux satan démons et humains. Pour conjurer certains mauvais sorts, ou pour pouvoir se débraser de certains diables, faut-il  faire recours à Dieu, le Seigneur de l’univers, a travers de grandes invocations des prières plus importantes et efficaces.

La peur est une chose qui indique la faiblesse ou le manque de confiance en soi, surtout par rapport à la considération étrange de l’obstacle, du danger et de la masse. Devant l’épreuve étrange, l’être humain doit s’opposer  dans son cœur et dans cœur, devant l’importance de la situation, tout en ne cherchant que la sauvegarde. Trop de peur, je le répète, c’est un signe de toute culpabilité. Alors, l’on peut si bien se renforcer le cœur  dans une situation : et si cela réussit à se vider les organes, les démons visiteurs se ralentissent dans le corps de l’envahisseur, et les anges s’orientent. Certes, les relations entre l’être humain et les anges gardiens devenant indirectes, mais pour avoir leur bénéfice, faut-il l’intelligence, la constance, la précaution, la persévérance et l’innocence, que devant  n’importe quelle situation où l’on se comporte ainsi, s’en sortir s’avèrera autant facile. Réserver une peur à certains dangers, souvent les dangers menaces.

C’est Dieu le Seigneur de l’univers, le Gardien, le Surveillant et l’omnipotent, qui est caché, et qui est capable pour toute chose. Ainsi, quelque soit l’agissement en cachette d’un criminel ou d’une personne mauvaise et injuste, le Tout-Puissant y mettra une trace à l’endroit, sur la cible ou sur les coupables. Souvent, les faits dans lesquels les traces sont effacées avec intelligence, les auteurs ne sont pas lointaines, et non nullement des passants qui n’ont rien comme ressemblance. Dieu laisse rarement, un passant, et parmi les démons, et parmi les humains, commettre un forfait dans un lieu.

Rendre visite à un lieu où nous nous sommes absentés un peut longtemps, ou à une personne que l’on a cessé de  fréquenter quelques temps,  Dieu t’enseignera ce qui y cache, ou ce qui prévaut dans ces lieux, à travers certaines manifestations incroyables, ou à travers les animaux, les enfants, et certaines positions des lieux ou des corps humains. Dieu ne se cache à une personne juste et innocente.

Si un groupe est soupçonné, réprimandé ou injurié, ou humilié, sans  indexation d’une personne, sans que personne ne pusse être identifié, chacun peut connaître sa situation lorsque s’approche  à la personne furieuse. Croyez en Allah. Et, si cette personne ne connait pas les mauvais, ou les coupables, l’on peut  indexer ou situer les coupables par rapport à certaines manifestations, qu’ils sont souvent réticents, éloignés, ou en colère.

Pour prévoir un vol, ou la manifestation d’un mal quelconque, faut-il placer certains objets ou choses tout prés des choses cachées, devant quelque chose que l’on a gardé. Ainsi, si ces derniers sont touchés, sache que tôt ou tard, les cachés seront decouvert. Le mal se commence à travers les petites manifestations, que le plus précautionné prendra soin de tout comprendre, lorsque tout est incroyablement produit, surtout d’une façon inattendues.

Si l’on vient d’arriver dans un endroit nouveau, surtout étant innocent et juste, au regard du Seigneur de l’univers, l’on peut distinguer aussi bien les mauvais par rapport aux gens innocents. Les personnes innocentes vont apparaître à travers leurs qualités et leurs agissements. Je vous le dis, celui qui est innocent et juste, et qui cherche les personnes semblables, sera guidé par le Seigneur de l’univers.

L’âme du corps humain devait-elle finir normalement comme la décharge d’une batterie. Quoique la mort soit naturelle , et quoique l’on ne meurt avant la date, mais la cause de la mort aujourd’hui est plus d’origine satanique des humains et des démons alliés. Parce qu’elle est coordonnée à travers des péchés différents. Sinon, s’il n’y avait pas de péchés, la mort serait faîte naturellement. Ainsi, lorsque l’on est malade, faut-il chercher à s’évincer  ou à neutraliser des emprises sataniques, et pouvoir effacer des traces précédentes avec les personnes étranges,  tout en cherchant le secours du Seigneur de l’univers de la justice et de la verité. La mort n’a pas de remède,  si la date s’annonce, faut-il tacher à chercher le pardon et le secours du Dieu de la puissance et de la volonté.

C’est à travers les conséquences, des arrivées ou des résultats que l’on peut décrire les vérités sur des choses inconnues, que l’on ne parvient pas surtout à déceler ou à comprendre. Les mésaventures des gens, des trahissions ou des comportements inhumains des gens sont décelés par rapport à la finalité ou à l’arrivée des choses.

Pour éviter les mauvaises habitudes, faut-il tacher d’en dompter le cœur et l’esprit. Certainement, tous les caractères bons et mauvais sont contenus dans le cœur et dans l’esprit. Ainsi, interdire à consommer certaines choses,  priver ou contraindre, ou à agir , ou à avoir l’accès,  consiste à punir les passions terribles, qui , finalement, s’épuiseront,  puis disparaitrons dans le cœur et l’esprit. Pour arrêter certains  maux juvéniles, faut-il rendre difficile l’accès, voire interdire, voire neutraliser les sources authentiques. Les jeunes deviennent mauvais, parce qu’on les permet à y être.

Pour rendre un lieu fréquentable, ou attirer les gens vers un endroit,  faut-il qu’ils y trouvent ce qu’ils veulent, ce qui les attirent, ce qui pussent faciliter leur affaire par rapport aux plus difficiles, ce qui pusse leur rendre leur vie pacifique. Un endroit où l’on n’y trouve rien d’attirant, rien de triomphant, rien de qualités exceptionnelles, rien de facilités à subvenir aux besoins, ou de personnes susceptibles d’arranger ou de faciliter les besoins, attirent difficilement, que les endroits à risques ou aux problèmes sont esquivés. Ils n’y doivent exister dans ces endroits des contraintes à vivre, sinon des moyens ou des facilités à y accomplir les besoins.

La succession ou la manifestation successive du mal dans un endroit, contribue à conjurer les mauvais sorts, à tirer des leçons, à s’en faire autant de  précautions ou à s’éloigner, ou à situer les emprises sataniques. En cas de vol ou d’action de mal quelconque, les coupables avancent toujours des raisons ou témoignages incohérentes, fortement inadmissibles, qu’ils pussent porter tout fardeau sur des choses par analogie, et ce, même s’ils ne sont pas demandés. Une seule action du mal, une parole ou un témoignage  satanique, peuvent appeler le Satan , soit les marabouts ou d’autres formes d’agissements sataniques. Trop d’empêchement ou de retards ou de malchances ou de nuisances incroyables quant à l’exécution d’un vœux, veut dire qu’il n’est pas bien  pour un croyant et un juste.

Pour essayer de se faire pardonner d’un mal commis contre l’autrui, faut-il tacher à en effacer, ou à en remplacer par les actions du bien, ou enlever dans le cœur des indignations, des colères ou des chagrins, ou encore à en s’en faire le pareil. A savoir, si l’on injurie la mère d’autrui, faut-il injurier sa propre mère, pour ainsi diminuer certaines conséquences. Mais, il y a un mal que l’on ne peut pas soigner, et même  si l’on passe par ces procédés.  Se faire du mal par la sexualité, à s’y attendre au pardon d’une personne innocente, qui nous portait pourtant autant de confiances. Pour diminuer ou enlever la peur injuste à quelqu’un, faut-il lui faire subir le pareil de ce qu’il a peur, ou bien, pouvoir lui mettre dans certaines épreuves redoutables ou effrayantes : la peur diminuera.

L’indiscrétion ou certains mauvais caractères ou certaines pratiques du mal, fait soustraire chez l’être humain de multiples chances ou d’autant de grâces ou de possibilités quant à l’exécution d’autant de besoins. Celui qui est indiscret perdra ainsi autant de faveurs, surtout provenant du Seigneur de l’univers. L’indiscrétion, est tout comme mentir, le racisme, l’ethnocentrisme et certaines nuisances. Le comportement  contraire et injuste de son prochain, surtout continuel, ou certaines menaces, veut dire que l’on n’a pas les mêmes devenir ou chances ou destins à mener les mêmes vies.

Pour s’enlever certains méfaits négatifs  résultant des emprises des pouvoirs maléfiques de réduction ou de diminution de promotion ou de chances, ou de prestiges ou de chances taches-toi à monter certaines hauteurs, approcher certains lieux, ou forcer à faire ce que l’on a peine de faire. Se persévérer dans sa vie, même en cas de manque de prestige, ou de forces incroyables, se forcer à aimer le travail , même si l’on n’en a pas le goût, consiste à se chasser autant de choses négatives, maltraitant le cœur et l’esprit.

N’est pas envier, provoquer, se retenir, vivre innocent et juste, surtout esquiver le mal et les malfaiteurs, à travers la parole, les comportements et les éloignements, et vivre avec les innocents, se neutraliser toutes les traces sataniques, consiste à rendre vigilant et surveillant les Anges Gardiens. Celui dont le cœur et l’esprit est innocent et pur, surtout savant faire la part des choses,  ou discerner le mal d’avec le mal, se rend innocent et s’érige de toute barrière devant les menaces sataniques. Certains mauvais sorts atteignent l’être humain par ces faiblesses d’existence social et le manque d’éviction du mal et les malfaiteurs. Au juste, ne faut-il avoir peur de son prochain injustement, mais faut-il gérer sa  proximité, surtout en y demeurant innocent et juste. Quelqu’un qui est innocent et juste envers les prochains, Dieu t’enseignera leur mauvaise intention et leurs pièges ; et en l’invoquant rapidement, Il t’exaucera et les neutralisera. Ne faut-il pas vivre avec les gens qui veulent te tuer ou qui souhaitent malheurs, honte et échecs. Pour demeurer avec eux, faut-il ainsi s’assurer de tout quant à sa sauvegarde, avec toute confiance au Seigneur de l’univers, Propriétaire des terres et des cieux. Sinon, étant faible, et en vivre avec les mauvais, il t’avaleront, te nuiront. C’est pourquoi, quand l’on est innocent, partout où les ennemis injustes ou personnes mauvaises, menacent, faut-il se précautionner, et souvent d’eux, car l’on y aura aucun destin dans le bien avec eux. Croyez en Allah, le Seigneur de l’univers.

Etudier, quand l’on est élève, surtout savoir se procurer des sciences de l’école,  c’est une veritable préoccupation, qu’il doit aimer les études, et accepter  ce métier pour métier de la vie,  sans pourtant en mêler des choses secondaires, qui ne contribuent aucunement au renforcement des statuts. Mais, les élèves ont perdu cette ardeur à travers la terre, que parmi tous les métiers, c’est le métier d’étudier qui ne se fait plus normalement, que les élèves ne sont plus maintenant de la manière doit-il être un veritable élève à la quête des notions et des sciences de l’école. En verité,  dans beaucoup de lieu, ce sont  les tenus qui indiquent  les statuts d’élèves, et non les qualités d’élèves, et beaucoup les portent , mais n’étudient pas, ne cherchent pas à étudier, malgré les capacités à mieux faire. Et , pourtant, faire remplir le cerveau des savoirs, ne peuvent en avoir les élèves mouvementés, non pacifiques et  non plus soumis à ces métiers, que l’on utilise tout, et qu’on ne cherche  à étudier ou à inculquer les notions fondamentales de cette école. Certes, l’on ne peut avoir les mêmes niveaux, mais à chaque passage, chacun devait-il inculquer au moins la moitié des sciences ou certaines notions de bases. Pourtant, étudier est synonyme d’entreprendre, de se faire savoir  les leçons et les matières, et surtout s’en munir  des comportements ou des volontés dignes d’études. Le métier d’étudier, c’est un métier roi, qui ne doit demander aucune vie épouvantée, sinon que la sérénité, les préoccupations et les concentrations pour les études et les continuités. Ne sont intelligents aujourd’hui en classe que les élèves se comportant ainsi, que les restes croient que mêler des études aux affaires dérisoires de la société,  c’est un meilleur élan de surpasser ou de se rendre meilleur. Au reste, parmi tous les métiers du monde, c’est le seul qui a perdu ses méthodes d’existences, et les manières de fonctionnement normales. Pourtant, l’élève qui ne veut pas étudier et apprendre, qui ne croient qu’à copier, qui ne cherchent pas à retenir et à apprendre  les notions apportés par chaque leçon, qui à honte d’étudier, de participer aux révisions avec les camarades et ou avec les maîtres ou professeurs, qui ne cherchent pas à retenir les leçons, à venir à l’heure, ou à respecter les règlements intérieurs de l’école,  et surtout qui voit du mal à parler  et à apprendre le français, à respecter le maître, n’est jamais celui qui est prêt à réussir sa vie écolière. C’est le métier très mal fait à travers la terre aujourd’hui,  quoiqu’il soit porte mère de toutes les sources de paradis humains. Aujourd’hui , la plus part des élèves ne vont à aller pour chercher les notions, sinon que de garder ce titre d’élèves, sans rien d’accumulations ou d’assimilation des notions fondamentales, que l’on préfère maintenant les enseignants beaux, amoureux, perturbateurs des cours, que par  rapport aux vilains, mais cherchant pourtant à bien enseigner et  à contribuer à l’ édification des notions de bases. Au demeurant, les parents manquant de responsabilités, ne renforcent leurs enfants à s’ériger ce destin dans son bien, qu’on leur laisse faire toutes les choses extrascolaires, sans application, ni révisions , ni suivies . Et, pourtant, l’élève qui n’apprend pas à la maison, n’est-il pas un bon élève, qu’il ne réussira rien, qu’il perdra de temps à l’école. Donc, pour être élève, faut-il se mettre dans la peau de celui qui apprend, à suivre les études, à se rendre soumis et poli à l’école, à s’y conduire avec les qualités d’un bon élève, quoique, que l’on pusse travailler pour l’école. Celui qui n’a pas de temps pour l’école est-il un élève ? Que l’on rende les études sévères,  et que l’on pousse les élèves à étudier, à ne pas se divertir, en n’étant ni élève, ni rien. Celui qui doit affronter l’Examen, le Bac et les compositions, doit-il en être conséquent dès les débuts de l’année scolaires, pour n’est pas se laisser dans l’obscurité quant aux avancée des programmes, sans pourtant rien assimiler des notions. L’on doit chercher à assimiler à chaque partie des notions fondamentales, à redoublant les efforts et à l’école et à la maison. A savoir, faut-il attraper les notions, en s’en levant toutes les zones d’ombres, en cherchant à répéter les parties non comprises, à ne jamais se laisser se devancer la compréhension d’une notion. Faut-il instaurer le niveau, en cherchant à tout prix à comprendre une leçon ou un passage, et surtout à intéresser à toutes les matières. Certes, avec le souci de tout assimiler, certainement à travers des répétitions ou des applications, l’on pourra obtenir le niveau et s’en rattraper. Ne réussiront à l’école ceux qui ne veulent pas pourtant étudier et s’intéresser aux cours, à la compréhension et surtout à la matière. En cas de manque, de qualités, faut-il chercher au moins à se spécialiser dans certaines matières, tout en ne perdant pas de niveau aux autres. Peut-il avoir le bac, l’examen et le brevet, celui qui n’a appris durant l’année scolaire, ne disposant ainsi aucune qualité à affronter ces différents examens. Et, pourtant, les sujets n’on pas changés, mais les élèves sont ceux qui ne veulent pas  réussir, qu’ils n’apprennent rien, qu’ils ne cherchent le niveau, et qui ne cherchent à se tester durant l’année. Même  pas pendant les compositions ou évaluations seulement, mais les élèves, au fur du temps, doivent chercher à apprendre et se tester dans les quartiers en donnant aux élèves un sujet ou une épreuve. Faut-il anticiper les examens réels,  à se mesurer le  niveau par rapport aux épreuves passées, tout en cherchant à métriser les parties bien vus, surtout éviter toutes compréhensions moins solides des notions. C’est ce qui arrive à beaucoup d’élèves, lesquels, quoique  se sont affairés à réviser, mais n’ont pas si bien métrisé, qu’en conséquence, ratent injustement certaines sujets , qu’ils pouvaient pourtant bien traiter. Faut-il savoir bien métriser au moins les fonctions, les équations de la droite et les calculs des surfaces des triangles ou des rectangles. Les élèves conscients doivent-ils chercher à se relever ses propres défis scolaires, à se soucier autant quant à l’évolution ou quant à la compréhension des notions fondamentales. Pourtant, il n’y a pas de maître ou de professeur mauvais, s’il veut vraiment faire apprendre ; mais ce sont les élèves qui ont perdus leurs statuts, qui confondent aujourd’hui les études aux affaires sociales dérisoires. L’élève doit-il se divertir à des moments bien définis, pendant les congés surtout, ou à travers à certaines circonstances ou événement inévitable, tels que les cérémonies scolaires ou d’autres. Au naturel,  tel n’est pas appliqué en vigueur, que l’on prend beaucoup de temps à la vie extrascolaires, sans pourtant mettre au dessus de tout, son métier d’étudier. Le divertissement ou le repos conscient, contribue à parfaire le cerveau, tant que ce métier d’étudier est mené avec amour, courage et constance, que l’on ne doit pourtant tout temps sortir la nuit, ou se recréer surtout au moment où les études sont réguliers à l’école. Le métier d’élève devait-il rester noble, plus agréable et plus important, que les élèves sont ceux-ci qui aujourd’hui, sont omniprésents dans les toutes les pratiques abominables. Faut-il en enlever à l’école, et Encourager vraiment ceux qui veulent bénéficier de ces fruits. Tout ce qui est sur la terre dans les cieux sont crées par le Seigneur de l’univers. Ainsi, ceux qui considèrent les études comme des choses  anti-Dieu,  n’ont pas compris pourtant les religions. Rien n’a été crée par l’homme sur cette terre, sans que Dieu n’en fasse le décret ou n’en accepte la réalisation. IL ya des sciences qui menacent bien sûr, mais faut-il les éviter, sans pourtant abandonner les sciences indispensables. Par miracle, toutes sciences permettent toutes ouvertures du cerveau, qu’il faut seulement devoir tout bien apprendre, que l’on en aura le génie et la compétence. Dieu est grand ! IL n’y a pas une verité ou une trace artificielle de l’homme qui surpasse les traces religieuses. La réligion est toute chose et la solution à toute chose. La justice et l’innocence sont toutes choses, les solution à toutes choses .  Ainsi, Tout ce que l’on doit entreprendre, faut-il le faire avec justice, verité et croyance en Dieu. C’est Dieu qui a crée les études et l’école. Donc, pour étudier bien faut-il s’appliquer bien  avec justice, et surtout éviter les pêchés dans tout ce que l’on entreprend dans cette vie. Dieu est Seigneur des Cerveau, que c’est Celui seul qui rend Savant  et le conçut de telle façon qu’il comprenne tous les phénomènes de la nature. Croyez en Dieu le Seigneur de l’univers.

Pour métriser une femme aux consciences mondaines, ambitieuses, surtout qui n’obéit pas à la tolérance, à la patience ou à la pitié dans le foyer conjugal,  faut-il faire preuve d’une forte valeur, en créant la confiance par certaines manifestations, et ce , quoique l’on ne dispose pas de fortune pour lui faire des multiples parures. Faut-il savoir lui faire taire en exécutant sa grande responsabilité de père de famille, dans les agissements, ou à travers certaines manifestations.

Pour se faire des hommes, surtout étant innocent et juste, cherche à leur être confiant, et à demeurer capable de leur exécuter la plus part des besoins.  Cherche leur amour dans les œuvres ou travaux, ou leur estime et leur confiance,  à travers de multiples manifestations. A Dieu appartient les créatures des terres et des cieux !

Si l’on ne veut pas un choix, faut-il être sage de n’en avouer ouvertement. L’on doit ainsi commencer à tout qualifier en bonne part, avant d’avancer les raisons évidentes de son manque de choix. Pour savoir que son prochain apprécie une chose ou non, ou veut une chose, en parle devant lui, à travers les discutions ou les débats, tout en s’attendant soit directement, soit indirectement à ses interventions. Certainement, c’est dans les causeries, ou entretenues, ou dialogues que l’on peut comprendre les choses cachées des cœurs et des esprits.

Les songes de la nuit, ce sont des secrets ou des moyens à travers lesquels le Tout-Puissant Dieu fait part  à son serviteur, certaines visions de la vie passée, présente et futur. Pour bénéficier ainsi de ces atouts, faut-il tout d’abord être un homme de verité, de justice , d’innocence et de confiance, surtout qui dispose de toute crainte, peur, de toute volonté d’assistance ou de toute inquiétude pour la vie de son prochain ; à la  suite, n’est pas être un homme possédé, ou hanté, aux mentalités non plus faibles, dont le cerveau étant sous l’emprises sataniques ; et enfin, en être dans la pureté, dans la foi et dans la croyance au Créateur de l’univers. Au naturel, au reste, tout être humain qui croit en Dieu, avec confiance, dans la justice et dans la verité, aura  travers les songes ou les révélations pratiques, tout moyen de déceler l’inconnaissable, de découvrir à l’avance  les événements, des solutions ou des futurs  trahisons ou des pièges tendus des collaborateurs. Certainement, lorsque l’on est innocent et juste,  ayant toute foi et croyance en la puissance du Seigneur de l’univers, comme le Seul Créateur de tout ce qui existe, voila qu’IL t’enseignera à travers les songes toutes choses qui préoccupent.

L’être humain innocent, juste et croyant, dispose chez le Dieu des moyens ou des pouvoirs ou capacités des réussites des deux mondes, surtout au detriment des emprises du Satan et de ses alliés humaines et démons. A savoir, pour avoir Dieu et en pouvoir franchir tous les chemins de la vie, faut-il être surtout Son serviteur, dans la  foi, dans la justice et dans la verité. Pourtant, Dieu ne choisit ce qui est mauvais, ce qui est impuissant , ce qui est coupable et humilié, qu’à cet effet,  l’on ne pourra aucunement rabaisser ou humilier injustement les créatures humaines choisies et aimées. Ainsi, faut-il se vider du cœur et de l’esprit ,  de la mécréance, des passions terribles et de la culpabilité, et surtout pouvoir se rendre innocent et juste envers Dieu et envers les prochains innocents. Au demeurant, celui qui cheminera sur le chemin de Dieu, n’aura rien à craindre sur cette terre, quant aux emprises ou menaces sataniques injustes, que le Seigneur de la justice et de la verité, lui fera pour armes des faveurs célestes, des songes explicites et des révélations pratiques  à travers des manifestations des phénomènes de la nature. Se rendre juste et pur dans le cœur et dans l’esprit, à travers les bons dits et les meilleurs actions ou agissements, s’éloigner des pêchés, cheminer sur tout trajet de l’innocence, sans aucune tentation ou envoutement satanique,  adorer la verité nuits et jours, c’est pouvoir s’ériger ou se faire attirer des miséricordes d’Allah, Lui le Seigneur de la justice et de la verité. Ne faut-il négliger les miséricordes de Dieu, car la veritable solution évidente à tous les problèmes de la terre demeure dans son omnipotence et dans son omniscience. Pour en bénéficier ainsi, faut-il être pur et innocent dans les invocations, en formulant  des vrais mots. Les invocations sont des veritables moyens d’un croyant, de celui qui est victime injustement, de celui qui est privé injustement de ses droits, de celui qui est le chemin de Dieu et qui voudra conquérir l’avenir,  et surtout de celui qui est innocent et qui veut triompher sur les ennemis et les adversaires dans la raison et dans la justice, car Dieu l’Exaucera si tôt ou tard que cela fera. Pour renforcer les invocations, faut-il y lier des versets ou des noms de Dieu, ou des expressions de verités ou de justices,  les mains approchées, étalés dans l’air, sur une hauteur, ou sur un lieu calme et pur. Les sacrifices, donner des biens ou des nourritures au Nom de Dieu, aux nécessités, s’avèrent susceptibles de mener à un bon résultat. Au naturel, c’est l’invocation étant le Secret des êtres humains, et non l’association avec des démons pour l’exécution des vœux injustes. Lorsque l’on invoque Dieu bien,  je vous le dis, IL vous exaucera, si vraiment ne sont pas sataniques contre soi-même.

Certains êtres humains vivent, mais ne croient aucunement à l’autorité de Dieu sur cette terre, croyant ainsi que les grands vœux  peuvent être exaucés sans l’implication ou l’association des miséricordes d’Allah. Celui qui ne tient pas compte de Dieu dans ses entreprises, mais prend les diables pour allié, ne sera pas exaucé, sinon par l’emprise d’un mécanisme satanique, donc avec une  conséquence calamiteuse sur terre et l’au-delà. A dieu appartient tout ce qui est sur terre et dans les cieux. Et, si ce n’était pas  que la vie terrestre dépend d’un  cadre bien défini , tout reposant ainsi sur la justice et la verité, l’être humain aurait été contraint  dans toutes ses mauvaises entreprises, s’il ne cheminait pas sur l’itineraire de la justice et de la verité. Mais, tout est défini, et tout avance sous l’emprise de la justice et de la verité. Au naturel, toute chose commencera par Dieu et finira par Dieu. Ainsi, même si l’on croit aux maîtres des diables,  avec toute négligence de la suprématie de Dieu, l’on ne sera aucunement exaucé devant celui qui a pris Dieu avant pour premier Allié, compatissant et généreux. A cet effet, même si l’on dispose de tous les moyens de la terre, si Dieu ne t’en a pas assisté, tout sera annulé, affaibli et neutralisé, ou portera des conséquences néfastes,  car Lui le Seigneur de la justice et de la verité. Ainsi, pour combattre certains maux de la terre, malgré que l’on dispose de tous les moyens, faut-il y associer à la puissance de Dieu, à la miséricorde de Dieu, à travers les invocations veritables. Seules les invocations peuvent remédier certains grands problèmes de la vie, qui s’avèrent susceptibles de faciliter la réalisation juste de ce qui est possible, à obtenir de Dieu, l’exécution de tous les vœux de la terre. Mais, ceux qui croient seulement  en leurs créatures humaines et en leurs moyens, sans aucune croyance au Seigneur de l’univers, ne feront que toutes mésaventures de la vie, qu’ils n’obtiendront que des arrivées éphémères. Au Non de Dieu, le Seigneur de l’univers.

La culpabilité des êtres humains d’aujourd’hui se fait ressentir à travers leur détérioration mentale, morale et spirituelle, et leurs fidélités aux illusions et aux mésaventures d’existence sociales. Quelque chose ne peut exister, ni une circonstance, ni problème, sans que la bouche ne pusse en parler. Et, pourtant, tout problème ou circonstance, que la bouche n’a pas pu articuler ou témoigner ouvertement ou publiquement, n’aura qu’une existence apparente. Pourtant, le droit de revendiquer ou de se plaindre doit revenir normalement à celui qui est indexé innocent. C’est l’innocent qui a droit à la parole, à la revendication ou à la plainte. Mais, maintenant, l’on veut que les innocents ne se plaignent pas, et que les indexés coupables agissent à leur place. Mais, c’est ce qui s’avère difficile pour tout problème auquel l’on veut apporter toute solution. Depuis quand, le droit est revenu à la personne vue pour coupable de se plaindre ou d’agir à la place d’un innocent, sans que le premier  ne soit informé ou averti . IL n’y a pas pourtant de problème lorsqu’il n’y a jamais eu de plaignant  ou de meneur concret. Le Fils d’Adam veut améliorer la sorcellerie, à chercher à agir sans effet, et sans cause pratique. Mais, tel ne sera pas possible, que rien n’a existé, si rien n’en a été parlé, ni indexer, ni accuser. Mais, de nos jours, les pécheurs devenant nombreux, surtout ayant profité des illusions, des situations sans tête ni pieds, n’auront à rendre compte qu’au Seigneur de l’univers. Seul Dieu a agit et actionné dans l’invisible, le Créateur des Anges. Se faire procurer d’une part d’un cas qui n’a existé pratiquement, sinon à l’inaperçu ou par la sorcellerie, surtout une affaire pour laquelle l’on n’a pas indexé personne, ni pouvoir en parler concrètement, c’est préparer sa ruine le jour du jugement dernier.

Lorsque l’on dresse le bilan de la vie des fils d’Adam, l’on placera au niveau de leurs passifs des choses tellement dramatiques, de sorte que l’on puisse même sans évanouir de rire. A savoir, hélas, voila que l’on mondialise la luxure, les débauches ou les sexualités, comme si tout fut le décret d’Allah, donc à la porte ouverte de l’ensemble des êtres humains. Et, de ce fait, tellement que les gens en sont perturbés et menacés dans leur mentalité, moralité et conscience, au point que l’on croit tout permis, et que l’on juge par conséquent et fort injustement pour idiot, fou ou maudits, ceux qui n’ont pas cherché à s’y familiariser, ni moins à partir à ces banalisations sexuelles. Mais, tel jugement peut-il être évident ? Dieu a-t-Il crée les organes sexuels pour que tout soit utiliser, comme la présence des chiens ou des charognards aux lieux d’abattages des animaux ? Sont-ils idiots, ou maudits ceux qui ne se sont mêlés des luxures, ou n’ont été aux endroits de perturbations sexuelles ? Fils d’Adam, je vous le dis, faut-il toute conscience , toute mentalité et moralité faibles, et une maladie aux cœurs et à l’esprit pour qu’on aille aux bars ou aux lieux des débauches, sans quoi, l’on n’y sera aucunement. Mais, malgré tout, voila que l’on culpabilise injustement le monde , comme si il n’y a plus d’innocents sur terre. Ce besoin revient à tout un chacun naturellement, que les organes sont ainsi crées pour des fins naturelles de reproduction. Tout le monde se doit-il de se reproduire ou à assouvir ses besoins naturels avec justice et verité. Mais, n’est-il pas dit que tout le monde se doit-il de s’humilier à travers ça et là, comme le fait une grande partie des êtres humains, croyant ainsi en mauvaise part que le monde est perdu, que tout devient ainsi toute fatalité. Mais, ceux qui sont mêlés de ces perturbations ou des ces banalisations sexuelles, sont de fait en veritables échecs  familiaux ou sociaux, qu’ainsi, même dans leurs familles respectives, il n’y a plus de pudeur, de principes fondamentaux. Que l’on cesse ainsi de porter atteinte à la dignité humaine, que ceux  qui ont eu toute option de mener leur vie ainsi,  qu’ils y continuent dans leurs existences sociales, sans pourtant chercher à accuser ceux qui ne cessent pas à s’humilier à travers les rues ou dans les lieux. Dieu n’existe pas dans le cœur et dans l’esprit de celui qui ne cherchent qu’à adhérer à ces dévergondages sexuelles. Que Dieu en préserve  le Croyant !

L’on croit que le monde demeure quasiment proie des pratiques sexuelles,  qu’il ne doit exister ainsi aucune raison d’éviction ou d’éloignement. IL existe bel et bien des raisons poussant l’être humain à ne pas se mêler des banalisations ou de toutes pratiques charnels : seuls les hommes de Dieu ou les personnes conscientes le savent. Pourtant, tel n’a pas été décrété par le Seigneur de l’univers, que toutes perturbations sont à l’œuvre du Satan et de ses Alliés êtres humains  dans un monde où la vraie nature  humaine parait-elle être étrangement détériorée à l’endroit de ceux qui ont perdu toutes leurs noblesses et dignités naturelles. Au naturel, ce sont des parties des êtres humains qui en font toute publicité et toute exposition aux vus et sus de tout le monde. Mais, hélas, cette aberration liée au tentative de virement vers la mondanité chronique , et surtout ces menaces de légitimer  cette culture de la sexualité, voila c’est ce qui a  causé tout mauvais sort à l’endroit de certaines personnes qui divorcent avec leurs maris ou avec leurs  femmes, sans pourtant pouvoir détecter les raisons principales. Ceux-ci croyant que le monde a accepté ces mésaventures sexuelles, voila prétendent-ils en mauvaise part que tout s’avère admissible quant à l’adoption de certains comportements sexuels des plus abominables. Et, pourtant, la plus part des divorces en sont engendrés, qu’ainsi, de ce fait, aucun couple ne parvient à digérer ces douleurs de l’infidélités ou des trahisons sexuelles. Ainsi ,  l’époux ou l’épouse qui en est flegmatique, sans aucune plainte, est entrain de jouer des veritables jeux de la trahison conjugal aujourd’hui, qu’il s’y aperçoit ainsi dans la culpabilité ou dans la faiblesse. Sinon, pour tout mariage bien fait ,  et surtout devant l’innocence du mari ou de la femme, l’infidélité n’est  susceptible à être contenu dans le cœur, que les douleurs en résultant engendrent souvent des conséquences gravissimes. C’est ce qui menace surtout la couche juvénile de nos jours, que lorsqu’elles se rendent indésirables, voila en perdent toutes confiances, de tel sorte que, se verront  construire des haines , des défaveurs ou des maussades ou des critiques à la part de ceux qui connaissent les revers de la sexualité.  C’est ce qui fait ravage en ce temps là au niveau de ces fractions humaines, aux familles coupables, faisant preuves et sans relâche de toutes sortes de débauches ou de luxures, sans pourtant réaliser s’être agencé de tous les maux sorts de l’existence quant à la bonne réussite sociale et à toutes réussites des deux mondes. l’on ne pense , au reste, ne pas se faire du mal aujourd’hui en faisant la sexualité ou les débauches, considérant ainsi pour paradis ces plaisirs ou ses sentiments d’une façon éternelle,  mais tout en jugeant pour des personnes idiotes ou maudites, ceux qui n’ont pas accepté de faire part à toutes ces banalisations sexuelles. Ce sont des aberrations et des terribles fonctionnement mentaux et moraux, situant de nos jours, d’aucuns au sein des guet-apens, des pièges ou des mauvais sorts de la sexualité, croyant qu’une fois s’être abandonné à la sexualité, l’on en sera plus civilisé parmi les êtres humains de la terre. Cette ignorance du mal de la sexualité ou des luxures,  avec des pratiques des plus impurs et abominables de l’existence, c’est ce qui menace la plus part des êtres humains. Pourtant, il y a-t-il une chose plus abominable et honteuse sur cette terre  que ces mésaventures sexuelles.  Au demeurant, d’aucuns s’en croient être compatis ou aimés par Dieu, du fait que, chaque temps ils se voient profiter de la sexualité en tout lieu. Tous les mauvais sorts humains, peuvent  fatalement avoir pour racine ces sexualités ou ces débauches, qu’alors, en tout lieu où ils font ravages, les détériorations mentales et morales  n’y quitteront jamais. Tout est-il parvenu du décret du Seigneur de l’univers ? Mais de nos jours, nombreux sont la plus part des êtres humains qui croient en ces impuissances ou en ces silences de Dieu pour avoir accepté ces mésaventures sexuels au sein de la planète terre. IL s’avère loin d’être des faiblesses de Dieu, que, donc, de multiples raisons en découlent. L’une des raisons de cette généralisation sexuelle ou de cette mondanité en certains endroits de la terre, se démontre par les comportements terribles de certains à  l’égard de leurs parents, amis ou proches innocentes. Qu’y a-t-il de plus douloureux que de voir une personne quelconque,  inferieur  dans son existence sociale,  ou un falot ou zéros , se coucher avec un parent ou une sœur, étant donné que l’on soit innocent, sans virus de la sexualité ? Ainsi, si ce n’était pas généralisé en certains endroits, rien n’aurait pu alors en résulter que des meurtres, des suicides ou des vengeances pour des gens qui ne disposent de cœur , de l’esprit ou du cœur de la fornication dans leurs passions terribles. C’est pourquoi, dans ces ères de la fornication et de l’adultère, il y a certains qui n’en seront aucunement pardonnés par Dieu, autrement les meneurs, les cerveaux et les initiateurs ;  par contre,  d’autres, dans leurs raisons reconnues, surtout n’en ayant fait de traces, n’en seront facilement pardonnés par le Seigneur de l’univers, le Dieu Seigneur de la justice et de la verité.

Les fils d’Adam demeurent tellement métamorphosés en ce temps, qu’ils ne parviennent plus à  distinguer le bien du mal, l’innocent du coupable, les actions du mal des actions du bien. Parce que, la raison d’être humaine tourne autour des aberrations ou des absurdités, que leurs âmes, cœurs et cerveaux malades, se contentent de toute existence indigne et abominable. Parce que, leur existence sur terre  tourne autour des culpabilités, qu’ils veulent ainsi que tout le monde soit coupable comme eux. C’est ce qui montre que l’être humain est devenu si coupable, si éloigné des sentiers d’Allah, qu’ils confondent maintenant des coupables et des innocents, les malfaiteurs des innocents. Sinon, à dire vrai,  c’est celui qui fait des actions du mal ou des choses indignes si injustement, surtout avec certaines flagrances, que l’on doit pourtant prendre ou qualifié pour coupable. Mais, en ce temps de la sexualité, les vraies personnes sont par conséquent les faiseurs des actions ou des pratiques abominables ou indignes. Et, d’ailleurs, depuis quand les débauchés ou les veritables fornicateurs, deviennent les plus vénérées ou applaudis ou sollicités ou ovationnés ? A savoir, à cet effet,  quant à eux , les idiots, les fous et les impurs, ce sont ceux qui demeurent sur le chemin  de l’innocence ; et quant aux purs et innocents, ce sont ceux dont leurs âmes, cœurs et esprits, demeurent suffisamment matés des pratiques du mal. Les purs ne devaient pas normalement pratiquer des actions impurs au vu et au su de tout le monde, quoique d’aucuns aient été bien entrainé vers la sexualité. La culpabilité ou l’impureté du corps humain n’est jamais voilé par le Seigneur de l’univers, que la personne coupable s’en fera connaître inévitablement : ce sont des miracles du Seigneur de l’univers. Les bonnes éducations et les mauvaises éducations ou l’indignité, ne sont jamais voilées par  Dieu : ce sont des miracles de Dieu. Dieu est grand ! L’on réalise si bien que si l’on parle de la généralisation adultère, il ne s’agit seulement de la sexualité grandissime et abominables, mais tout se traduit aussi de ces culpabilités généralisées, avec mépris portés aux pouvoirs des cieux, sanctionnés des mentalités, des moralités et des consciences suffisamment inferieur, et surtout des carences de dignité ou de conscience pure à ne pas avoir du mal quant aux pratiques de certaines actions du mal. Dieu est grand, le Seigneur de la justice et la verité.

L’existence du Satan et de ses alliés Démons et êtres humains, ont été autant avéré à travers ces traces étranges dans les pures scélératesses et inconduites abominables. Mais, je vous le dis, l’existence du Satan, quoique se fût avéré incontestable, mais cette créature et ses alliés humains et démons  dans leurs emprises nocives , ne sont orientés que vers les êtres humains semblables, c’est-à-dire ceux ne croyant aucunement ni à l’enfer, ni au paradis, et surtout cheminant sur tout chemin des pratiques des actions du mal. Au naturel, toute personne ou toutes personnes qui s’éloignent du Satan et des faits ou des pratiques sataniques,  Dieu, le Tout-Puissant, ne leur laissera jamais le Satan humain et démons se leur orienter, avec justice et verité. Ce qui fait dire que les guerres, les conflits ou les mésententes accrues, ce sont des ténèbres occasionnés par les Satan démons et humains, ceux qui ne pénètrent que dans les corps des enviés,  des inconscients, des racistes,  ou des criminels, n’ayant aucunement peur du Tout-Puissant. C’est ce qui démontre que,  partout où ces vies ténébreuses menacent, sont décrites par l’emprise des pratiques des faits sataniques, ou des comportements sataniques appelant ainsi le Satan. Partout où les guerres, les conflits ou les mésententes menacent, le miséricorde d’Allah y existe apparemment,  que, tout y demeure  ainsi commandé par les Satan humains et démons. A cet effet, pour chasser le Satan démon et humain dans un endroit, faut-il tout d’abord que tout soit uni sur le chemin d’Allah et toutes pratiques sataniques y soient bannies au Nom de Dieu, au Nom de la justice et de la verité, qu’à travers ainsi des prières, des jeun, des invocations ou des pratiques innocentes, tout se pacifiera au Nom d’Allah, le Seigneur de l’univers. Ceux qui veulent éradiquer des emprises sataniques, ne doivent ainsi aucunement se ressembler aux faits sataniques, qu’ils n’y doivent que cheminer sur tout itineraire de la justice et de la verité,   sources des arrivées des miséricordes D’Allah, le Seigneur de l’univers. A savoir, quoique l’on dispose de tous les moyens artificiels à combattre les emprises sataniques, mais, si toutefois les miséricordes, les décrets ou la volonté de Dieu n’en existe pas,  tout sera si bien important, mais rien ne disparaitra. Ainsi, faut-il tacher de chercher le Pardon d’Allah et Ses miséricordes dans les zones de conflits, à travers autant de manifestations voulues par le Seigneur de la puissance et de l’omniscience. C’est Dieu le Détenteur de la puissance, le Créateur des cieux et des terres, le Dieu des prophètes et des messagers. Qui peut ainsi s’échapper de la ressurection, à partir du moment que Dieu dispose  de tous les pouvoirs ou possibilités de ressusciter toutes créatures mortelles de l’existence. Louange donc à Allah, le Seigneur de l’univers !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here