La Représentante Spéciale du Secrétaire-Général des Nations Unies sur la violence sexuelle en période de conflits

La Représentante Spéciale du Secrétaire-Général des Nations Unies sur la violence sexuelle en période de conflits salue la coopération entre les autorités Guinéennes et l’Hôpital de Panzi en RDC; pour améliorer les services aux survivantes de violences sexuelles en Guinée

 
(New York, 8 février 2017) Du 23 au 27 janvier 2017, suite à l’invitation du Gouvernement guinéen, une équipe de médecins de l’Hôpital Panzi, République Démocratique du Congo, dirigée par le célèbre chirurgien Denis Mukwege, s’est rendue à Conakry pour venir en aide aux survivantes des crimes de masse de violence sexuelle politiquement motivés, qui ont eu lieu à Conakry le 28 septembre 2009, et discuter avec des officiels du gouvernement et des professionnels de la santé des possibilités de coopération Sud-Sud en matière de lutte contre les violences sexuelles.
 
«Je me réjouis énormément que mon Bureau ait facilité cet exercice unique de partage d’expériences. Il constitue un exemple innovateur de la façon dont la coopération Sud-Sud peut contribuer au renforcement des capacités et à l’assistance aux victimes des violences sexuelles liées aux conflits», a déclaré la Représentante Bangura.
 
Au cours de cette visite, les médecins congolais et guinéens ont travaillé conjointement, avec le soutien de l’Association guinéenne des victimes, parents et amis du 28 septembre 2009 (AVIPA), pour fournir un soutien médical et psychologique à plus de 30 survivantes de violence sexuelle. L’équipe de Dr. Mukwege a également rencontré des hautes personnalités du Gouvernement guinéen, dont le Ministre de la Santé et le Ministre de la Justice, pour discuter de la nécessité d’un soutien continu pour faire face aux graves problèmes de santé qui continuent d’affliger les survivantes plusieurs années après les événements, et de l’importance de se servir ce cette expérience pour renforcer les efforts en cours pour enquêter et poursuivre ces crimes.
 
La visite a lieu après six années d’engagement constructif entre les autorités guinéennes et le Bureau de la Représentante Spéciale Bangura, en particulier l’Équipe d’Experts des Nations Unies sur l’Etat de droit et la violence sexuelle dans les conflits, sur la base d’un Communiqué conjoint signé en 2011 entre le Gouvernement de la Guinée et l’Organisation des Nations Unies, pour combattre l’impunité des crimes de violence sexuelle.
 
Depuis 2012, l’Equipe d’Experts fournit une assistance technique au Panel des Juges d’instruction guinéens, mis en place pour enquêter et poursuivre ces crimes. Avec ce soutien, le Panel des juges a déjà inculpé 16 personnes, y compris l’ancien Président de la République de Guinée, Moussa Dadis Camara, et des officiers militaires de haut rang.
 
“Cette visite confirme la volonté politique des autorités guinéennes à répondre aux besoins urgents des victimes. Sept ans après les incidents qui ont entraîné la mort ou la disparition d’au moins 156 civils et le viol d’au moins 109 femmes et filles, je suis convaincue que maintenant nous réalisons des pas importants pour assurer des services, la justice et des réparations aux victimes», a souligné la Madame Bangura.
 
Les Nations Unies continueront à soutenir les efforts des autorités guinéennes pour faire en sorte que les toutes les victimes reçoivent une assistance et que les auteurs soient traduits en justice.

A LIRE =>  La Journée de la liberté de la Presse ne passera plus inaperçue en Guinée, promet la structure Wassolon Agency Communication

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook