Aliou Bah, président du mouvement démocratique libéral avec l'avocat du parti Me Pepe Lama
Aliou Bah, président du mouvement démocratique libéral avec l'avocat du parti Me Pepe Lama

Des responsables du Mouvement Démocratique Libéral (MODEL) et l’avocat de leur formation politique ont animé une conférence de presse dans la soirée de ce mardi 8 janvier 2019 au siège du parti à Kobaya dans la commune de Ratoma en banlieue de Conakry. Objectif, dénoncer le refus de l’administration de leur délivrer l’agrément du MODEL.

Les conférenciers ont précisé que la demande a été déposée avec tous les éléments qu’il faut le 23 août 2018. Et comme les textes de loi l’indiquent, le ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation (MATD) devrait délivrer l’agrément dans les 90 jours.

Dans son exposé, Maître Antoine Pépé Lama Avocat du MODEL a dit qu’au terme du délai indiqué, l’administration n’a ni délivré l’agrément au parti, ni déclaré ouvertement qu’elle refuse.

À l’en croire, en droit, lorsqu’on fait une réclamation à l’administration et qu’elle reste muette plus de 4 mois, cela s’interprète par un rejet.

“C’est pour cette raison que le parti MODEL, suivant recours en date du 02 janvier 2019, reçu au greffe de la Cour suprême, le même jour sous le numéro 04, a introduit un recours en annulation contre le refus implicite du ministre de l’administration du territoire, d’accorder l’agrément au MODEL, suivant sa demande introduite de façon régulière”, a-t-il annoncé.

Prenant la parole, Aliou Bah président du MODEL, interpelle toute la République et tous ceux qui voudraient contribuer à bâtir un État de droit en ce sens que l’attitude de l’autorité que les responsables et sympathisants du MODEL respectée, en respectant toutes les étapes de la procédure, en se conformant à toutes les dispositions légales, s’interprète comme étant un mépris et un manque de respect pour leurs libertés et leurs droits.

Avant de terminer, les conférenciers ont fait savoir que s’ils n’obtiennent pas gain de cause à la Cour suprême, ils vont saisir la haute Cour de justice de la CEDEAO.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

PARTAGER