Les familles menacées d’expulsion au quartier Kaporo rails vont devoir se patienter une nouvelle fois avant que le juge ne tranche sur leur future aventure de logement. Leur procès a été renvoyé une nouvelle fois par le tribunal de première instance de Dixinn ce vendredi 19 octobre 2018 pour le 2 novembre prochain.

Plus de trois cent familles sont concernées de cette décision du gouvernement. L’avocat des victimes s’est prononcé à nos micros au sortir de la salle du procès, Me Paul Yomba s’interroge comment comprendre qu’une zone qui n’a pas été nantie d’un décret de classification, qui n’a pas été  déclassifiée soit pris en possession par des administrateurs ?

« Nous avons considéré ces attitudes comme de grave atteinte à la propriété et que c’était des actes de provocation. Des tentatives peuvent-être de spoliation des lieux. Croyant que les populations seraient restées silencieuses », a-t-il souligné.

Il faut noter que le gouvernement accuse ces familles d’avoir occupé des domaines de l’Etat. Il compte expulser ces occupants sans indemnisation pour l’extension du centre directionnel de Koloma où il doit y avoir des logements sociaux.

PARTAGER