Nouhou Thiam : l’autre drame oublié ?

0

La Justice militaire est créée par décret. Des magistrats formés à cet effet nous dit-on. Mais on attend toujours l’applicabilité de cette instance. Une instance devant statuer sur entre autres des officiers supérieurs de l’armée guinéenne – interpellés dans l’affaire dite de l’attaque du domicile du chef de l’Etat dans la nuit du 18 au 19 juillet 2011 -, aujourd’hui croupissant dans les prisons guinéennes. Dans un drame oublié.

A l’annonce de la création de la Justice militaire, nombreux Guinéens avaient applaudi le geste, voyant là-dans, une réelle volonté politique du gouvernement à cultiver de fait, une réelle Justice en Guinée, d’où d’ailleurs la déclaration de l’année 2013 comme celle de la Justice. De longs mois après, les officiers sont toujours sans jugement. Ils sont détenus et leur famille s’inquiète d’autant plus que certains parmi eux ont été décimés au gnouf. Parmi ces officiers, le général Nouhou Thiam, un des très proches de Sékouba Konaté, alors président de la transition.


Récemment, Ibrahima Béavogui, porte-parole du département de la justice guinéenne annonçait ceci dans la presse guinéenne : « Nous sommes encore dans la phase préparatoire du jugement de la cour martiale. Il s’agit d’infractions militaires. Les infractions militaires sont jugées par le tribunal militaire. Et à ce jour, les magistrats de ce tribunal sont en formation. Ils vont être fonctionnels bientôt. C’est une question militaire sur laquelle je ne voudrais pas répondre. Je veux simplement dire que ça relève de la compétence du tribunal militaire. Nous sommes en train de former des magistrats militaires qui vont un jour juger ces gens. »

Au même moment, le collectif des avocats de la Défense demande la libération provisoire pour leurs clients en attendant leur jugement. Mais, le Parquet de la Cour d’appel de Conakry ne serait pas du même avis. C’est dire que ces officiers sont loin de connaître une vie paisible. Et quand on sait la nature de nos prisons, il y a bien lieu d’avoir du sang noir pour ces « gardés sans jugement ».

Affaire à suivre

Nanténin MAGASSOUBA

nantenin-magassouba@hotmail.fr

Conakry, le 5 novembre 2013



PARTAGER
Article précédentUn guinéen solutionne un problème de maths vieux de 270 ans
Article suivantFlash info: Orange récompense l'Entrepreneuriat Social Africain
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

1 COMMENTAIRE

  1. Salut Madame Nanténin Magassouba, et mes hommages à vous pour la pertinence de votre réflexion. Personnellement je n’ai pas du tout la prétention de connaître le Droit Pénal Guinéen encore moins de défier les Gardiens du Temple. Mais justice militaire ou justice civile, la Justice est applicable à tous les Justiciables. Je souhaiterais cependant, que notre frère le Général Nouhou Thiam puisse s’armer de courage et de détermination en demandant personnellement à Monsieur le Président de la République par toutes les bonnes voies possibles, le bénéfice de sa clémence et de son pardon. En supposant que le Général Thiam ne puisse pas aujourd’hui, aller vers le Président, je pense que certainement ses Avocats pourraient lui faire passer son message, quitte à se faire appuyer par le Grand Imam de Conakry El Hadj Camara Mamadou Saliou et l’Archevêque Monseigneur Koulibaly, ou de toute autre autorité morale en Guinée ou même en dehors de la Guinée. Car, même en dehors de la Guinée, le Président de la République, le Professeur Alpha Condé a beaucoup d’Amis qui pourraient avoir une influence positive sur lui. Je pense notamment à ses homologues du Congo Brazzaville, de l’Afrique du Sud ou du Niger entre autres. Dieu par sa Toute Puissance pourrait inspirer le pardon au Président Alpha Condé, lui qui a personnellement souffert de l’attaque injustifiée de son Domicile dans la nuit du 19 Juillet 2011. Je remercierais bien sincèrement, toute bonne volonté qui accepterait de passer mon message au Général Nouhou Thiam dont je peux imaginer actuellement le désespoir en dehors de la clémence du Président Alpha Condé et de Dieu le Très Haut. Bien à vous Madame.

  2. Abou Conde, Je ne comprends pas du tout ce que vous avancez! En analysant vos commentaires, je me pose la question pourquoi demander pardon alors que je n’ai rien fait? En demandant pardons, le General Nouhou Thiam risque de confirmer qu’il a belle et bien organiser cette fameuse attaque contre le president. Jusque la il n’ya aucune preuve qui prouve que l’attaque viser sur la residence du president AC etait une tentative de coup d’Etat. Dans les autres pays on accuse jamais sans avancer des preuves concretes. A mon tour de vous demandez un Servive, Dites bien a Alpha Conde qu’il doit arreter ces magouilles et travailler pour la Guinee. Et il doit aussi tenir compte qu’il est president de tous les Guineens et essayer de reparer ses erreurs en rassemblant tous les Guineens quelqu’en soit l’ethnie pour mieux batir notre nation. Il faut pas qu’il mette des hommes capable aux postes qu’il faut et nom par l’ethnie ou l’appartenance politique. Dites lui qu’il a decu tous les Guineens mais ce n’est pas encore tard il peut se ratrapper avant les elections presidentielles prochaines. C’est tres facile meme un illitrer pourait faire ce travail. Donc qu’il nous montre de quoi il est capable.

    Merci a Vous.

  3. Allez y vous faire foutre avec ces declarations bidons!!!! Nouhou le badaut est en train de payer pour le tors quil a commi aux innocents pendant la transition!!!! foutez nous le camps yandi avec ces qualificatifs de Professeur!!! meme un cuisinier en France est mieu instruit que ce vieu mossi, allez y aux diables bandes de negationnists

  4. @ HADY CONDE (SARA-GUINEE). Salut pour votre réaction et vos suggestions. Je m’excuse du retard pris pour vous adresser mes éléments de réponse. Ce retard a été indépendant de ma volonté. En fait, sur une tribune comme Aminata.Com, c’est toujours bien que nous, en tant que Citoyens, débattions des sujets de société, comme celui présenté ici, et qui concerne le Général Nouhou Thiam. Vous comprenez que même si nous n’avons pas la même lecture du sujet, il est toujours bon d’échanger nos points de vue. C’est à ce titre que j’apprécie votre posting. Pour ce qui me concerne, vous comprenez aussi que la position que j’exprime part du fait qu’un de nos Frères en l’occurrence le Général Thiam est dans une détresse et la conscience de chacun de nous est interpellée par l’auteur de l’article, pour ne pas oublier Mr. Nouhou Thiam.
    De mon point de vue, en dehors de l’avis des Policiers et des Juges, j’ai réagi en considérant que le Président de la République, Premier Magistrat de la Nation pourrait lui être utile. Ceci est applicable à chacun de nous quand c’est nécessaire, d’autant plus que dans le cas présent, le Général Nouhou Thiam n’est pas encore jugé, et bénéficie logiquement de la présomption d’innocence. Malheureusement, à ce jour, personne ne sait quand débutera un procès puisque le Tribunal Militaire n’est même pas encore créé en Guinée. Puisque nous sommes tous Justiciables, je ne trouve pas qu’il soit contre-productif de demander une intervention personnelle du Chef de l’Etat pour anticiper une libération de Monsieur Nouhou Thiam et même de toute autre compatriote se trouvant dans la même situation et qui estimerait que cela est nécessaire.
    Et, puis au pire des cas, restons un instant dans votre logique qui consiste à estimer que si le Général Nouhou Thiam demandait le pardon au Chef de l’Etat, cela équivaudrait à sa culpabilisation. Si tel était le cas, que ce passerait-il ? Absolument rien, puisqu’ il s’adresserait au Chef Suprême des Armées en Guinée dont lui-même est issu. Figurez-vous que le Pape Jean Paul II, n’a pas hésité à rendre visite à son agresseur, un Agent des Services Secrets Bulgars, qui avait été incarcéré pour tentative de meurtre du Chef de l’Eglise Catholique. Pour obtenir une décision du Chef de l’Etat, en faveur d’un Officier si haut gradé et appartenant à l’élite militaire du pays, je ne vois aucune honte à demander un secours pour recouvrer sa liberté. Que la justice tranche maintenant ou plus tard, je ne vois aucun inconvénient à chercher à abréger l’épreuve qu’endure le Général Nouhou Thiam ou celle de tous les autres présumés qui sont dans la même situation.
    En fin, Mr. Hady Condé (Sara-Guinée), concernant la gouvernance politique en Guinée, je crois que vous connaissez l’histoire mouvementée et les moeurs politiques redoutables de notre pays, mieux que moi. Si tous les sources des problèmes de notre gouvernance se limitaient aux seuls Présidents Ahmed Sékou Touré et Lansana Conté par exemple, comment expliqueriez-vous que nous en sommes toujours à souffrir de la faiblesses des résultats de notre politique en matière de droits humains ? Autant nous continuons à demander au Bon Dieu d’inspirer et de protéger le Président de la République le Professeur Alpha Condé, autant nous continuons d’interpeller tous ceux qui incarment une parcelle de l’autorité et de la puissance publique en Guinée, pour que tout le monde travaille pour la paix et la concorde nationale. Notre problème est un problème créé par la classe politique elle-même depuis toujours avec la caution directe de nos élites civils et militaires. Bref, pour faire de la Guinée un havre de bonheur dans la justice, la fraternité et la solidarité, il faut agir ensemble, sur tous les leviers de la gouvernance par une mobilisation de tous les Citoyens épris de paix et de justice. Voilà le sens de mon intervention. Fraternellement.

  5. Errata:
    Dans le dernier paragraphe de mon posting, il y a 2 fautes d’orthographe grammaticale:
    Il faudrait lire: « ….Si toutes les sources… » et non « …si tous les sources…… ».
    Ensuite, il faudrait lire « ….nos élites civiles… » et non « …nos élites civils…. » Merci de votre indulgence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here