Ibrahima Kandja Doukouré
Ibrahima Kandja Doukouré

Avec tous les respects dus à son rang, on croit que notre infatigable opposant est un peu perdu dans ses raisonnements:

1) Pour tout Guinéen qui a bien suivi leurs follies (opposition vs gouvernements) depuis 8 ans, sait déjà qu’ils sont tous les mêmes. C’est bien de dire que le gouvernement ne respecte pas les lois même s’il faut être honnête d’ajouter que l’opposition qui signe régulièrement avec ces gouvernements des accords bidons qui n’ont aucune chance d’être appliqués aux dos de lois et institutions du pays ne les vaut pas mieux.

Dans un monde où les lois et institutions existent déjà, on n’a guère besoin des accords mais l’application correcte et intégrale de ces lois et institutions. Soit on se bat pour les respects de lois ou on se bat pour les respects des accords car ces deux choses n’évoluent point paisiblement côté à côté. D’un côté, les respects de lois assurent la stabilité et les résolutions de conflits politiques; et de l’autre, les accords sèment de la pagaille et personne n’est obligée de les respecter car elles ne dépendent que de bonnes volontés des parties.

2) S’il croit toujours que les manifestations actuelles avec tous ses dégâts aboutiraient aux applications intégrales de tous les points du dernier accord, alors il n’a apparemment pas pris son temps pour bien comprendre la situation actuelle. Par exemple, il y a eu une élection à Kindia, les résultats ont été contestés et avant leur accord contre-nature sur les dos de lois et institutions, il n’y a jamais eu de problème entre les ethnies dans la ville mais dès après cet accord, on sait tous ce qui s’y est passé. S’il croit toujours que dans les circonstances actuelles, le gouvernement remplacera celui qui est désigné (Bangoura) comme maire par son homme (Bah) alors il se fait vraiment ridicule.

La simple raison est que les conséquences sociales et politiques dépasseraient de loin de toutes celles qu’on a déjà connues dans ce cas et le gouvernement n’est point fou pour envisager un tel scénario. Qui remplacera t-il avec les partis ethniques, un élu d’une ethnie par un autre d’une autre ethnie?

Une fois encore, les lois et institutions ont de réponses faciles au genre de cette situation et pourquoi, nous avons voté et accepté de participer aux élections. Les lois et les institutions sont bien faites pour nous éviter ça et c’est très dommage qu’aucun d’entre eux (gouvernement et opposition) n’en a compris depuis 8 ans.

3) Qu’il l’accepte ou pas, ce dernier accord est déjà mort et il faut un nouveau qui écartera par example Bangoura et Bah à Kindia en même temps même si l’histoire a démontré qu’il risque d’avoir le même sort que les précédents. Mais s’il est en train de manifester naïvement pour cet accord en refusant un nouveau dialogue, on ne peut que lui souhaiter une bonne chance.

4) La dernière chose est qu’il doit maintenant commencer à penser à sa carrière politique car il n’en a pas beaucoup pensé jusqu’à ici à ses militants. Le pire pour eux serait de lever au lendemain de l’élection présidentielle de 2020 en apprenant que le nom du nouveau président n’est pas lui . On doit craindre les conséquences pour lui au cas où si tous ces sacrifices de 8 ans ne seraient que …. s’il a cherché un tout peu à comprendre ce qui s’est passé récemment à Kinda, il aurait fait un grand pas dans la réalisation de son ambition présidentielle mais dommage que la réaction de son parti n’a fait qu’empirer la situation.

Depuis 2010, on a eu au moins quatre élections et notre infatigable opposant n’a gagné qu’une seule (1er tour de 2010) et ses scores n’ont cessé de diminuer depuis. Ah! J’oubliais qu’aucune n’a été transparente même si on se demande comment pourrait-il en gagner une autre dans ces circonstances dans 2 ans après 8 ans sans en avoir gagnée aucune.

En 2010, l’UFDG regroupait tous les grands partis du pays à part le RPG et aujourd’hui, tout le monde lui avait fui à cause justement des obsessions infantiles pour les marches stupides de notre infatigable opposant qui n’ont apporté rien de positif à personne. Une fois encore, tout observateur sérieux peut facilement conclure que ce parti avait plus de chance de gagner une élection présidentielle en 2010 qu’en 2020. A quoi vont-elles servir toutes ses marches stupides?

Enfin, on aimerait juste dire un petit mot aux militants de ce grand parti. Notre infatigable opposant n’a aucune malchance de gagner une présidentielle en Guinée sauf ses obsessions infantiles pour les marches stupides qui n’ont apporté rien de positif à personne (l’UFDG, ses militants et la Guinée) depuis 8 ans. La raison est bien simple: elles font plus de maux aux électeurs qu’aux gouvernants.

President Gbagbo a raison sur un point: “Sans la Démocratie (les vraies élections et les respects de lois), aucun pays africain ne serait gouvernable”.

PARTAGER