Mohamed Lambine Kéita: « Bah Oury n’a pas une poubelle où mettre Fodé Oussou et Ousmane Gaoual»

0

La décision du Tribunal de première instance de Dixinn annulant l’exclusion de Bah Oury de l’UFDG est au centre de tous les débats. Son porte-parole assure que sa réinstallation avance lentement, mais surement. Mohamed Lamine Kéita prétend que le vice-président reviendra en rassembleur et s’y mettra pour travailler même avec Fodé Oussou et Ousmane Gaoual, ses plus farouches adversaires. Interview!  

Aminata.com : l’affaire opposant Bah Oury à l’UFDG tirée au clair par le Tribunal de première instance de Dixinn. L’exclusion du vice-président, faute de conformité avec les textes de l’UFDG, est annuléesauf modification de la décision par une instance supérieure, réintègre le parti. Qu’est-ce que cela vous inspire?

Mohamed Lamine Keita : je dois d’abord rappeler que le problème qui s’est posé n’était pas entre Bah Oury et l’UFDG, mais plutôt entre lui et Cellou Dalein. Par rapport au verdict, nous nous en réjouissons parce qu’il y a dans ce pays, une volonté manifeste de certaines personnes d’assassiner la démocratie, d’empêcher la liberté d’expression et de faire en sorte que ce pays n’avance pas. Le 4 février 2016 (marquant le retour de Bah Oury), il y a eu ces personnes-là qui ont tenté d’assassiner la démocratie. Mais justice a été rendue ce vendredi 3 mars par le juge Diakité. Il faut dire que dans ce pays l’espoir est permis. Nous remercions toutes les personnes qui nous ont accompagnés dans cette traversée du désert.  Nous leur disons de continuer le combat pour le bon devenir de ce pays. Ça commence dans les partis politiques, s’il n’y a pas de démocratie, je ne vois pas comment est-ce que quand ce parti viendrait au pouvoir, comment garantir la liberté d’expression à travers les débats d’idées. Avec cette décision, Il y en a de personnes qui disent que la justice a été corrompue, mais il faut avouer une chose, ce qu’on peut encore compter sur certains magistrats et juges honnêtes et qui peuvent résister aux pots de vin  et qui ont le courage de dire la vérité rien que la vérité.

Voilà que le camp adverse de Cellou Dalein Diallo ne partage pas cet avis et estime qu’il y a eu manipulation de la justice. De ce fait, il ne compte pas se soumettre à la sentence même si, assure-t-il,  elle venait de la Cour suprême. Qu’en dites-vous?

Là-dessus, moi, je vous demanderai de les laisser parler.  Nous, nous avons fixé un cap, nous avons eu une feuille de route et nous allons respecter cela et nous irons jusqu’au bout. Cela veut dire que M. Bah Oury a été rétabli dans ces droits et dans ses fonctions de premier vice-président de l’UFDG. Il va continuer son combat et respecter les textes et règlements intérieur par rapport à la nouvelle collaboration avec son président Cellou Dalein. Ceux qui sont en train de s’agiter aujourd’hui, ils ne sont que deux ou trois personnes alors que le Bureau exécutif c’est 350 membres. Ça ne sert à rien d’écouter deux ou trois perroquets qui répètent les mêmes expressions en disant « nous, nous,…». Ce qui « nous»?

En face, l’autre camp s’oppose niet au retour de Bah Oury. Comment comptez-vous faire pour le réinstaller dans ses fonctions?

Nous ne passerons pas par mille chemins. Il est le premier vice-président de l’UFDG, il se rendra comme d’habitude au siège du parti pour occuper son poste et continuer à travailler. Il va faire ses propositions et demander à ce qu’il y ait des débats. Des idées vont fuser au sein de l’UFDG et une nouvelle façon de faire les choses va démarrer. Il faut comprendre qu’avec cette expérience qu’il a eu à vivre pendant ses longues et dures années d’exil, il va la partager avec les responsables et les militants pour une UFDG qui s’engage et qui gagne. Tenez-vous bien, aujourd’hui, il y a une nouvelle forme de militantisme au sein de l’UFDG. Ce ne sont plus ces militants-là qui adorent la mamaya, chanter, danser et faire de connerie au siège. Ça, c’est terminé. Le nouveau militant est exigeant. C’est celui qui, quand il va sortir le matin, ne veut pas voir des ordures devant sa porte et qui a besoin d’air pur. Tout ça peut se trouver où? C’est dans un projet de société. Les militants ont envie de voir le projet de société et en prendre connaissance.

A quand le retour de Bah Oury  aux instances du parti?


  1. Bah Oury va annoncer publiquement son retour à L’UFDG et tout le monde sera au courant.

Ne craignez-vous que cela puisse provoquer des troubles encore comme c’est le cas le 5 février 2016?

Ces événements ne se répéteront plus parce que ceux qui se sont hasardaient à tendre un guet-apens à Bah Oury pour l’éliminer parce que déjà il voulait l’éliminer. Ousmane Gaoual l’avait annoncé dès le 28 janvier que Lamine Kéita serait l’agneau de sacrifice que le vice-président et le RPG veulent abattre pour pouvoir déclencher des règlements de compte par après  assassinat au sein de l’UFDG. C’était une manière pour préparer les esprits au cas où la tragédie se passer pour qu’ils disent qu’ils étaient déjà au courant   et qu’ils avaient alerté. Malheureusement, ce jour-là, leur projet machiavélique est tombé sur le journaliste Mohamed Koula. Les présumés auteurs ont été identifiés, incarcérés et attendent leur jugement. S’ils se hasardent à refaire ce projet-là, je pense qu’ils n’auront pas des candidats  pour l’exécuter.

Qu’est-ce qui vous fait dire cela?

Parce que tout le monde sait aujourd’hui que ces genres de projet vont échouer et que la finalité c’est la prison.

Son retour va-t-il s’opérer avant ou après le nouveau verdict parce que le camp de Cellou entend interjeter appel?

Ils disent qu’ils ont interjeté appel, mais c’est faux. Est-ce qu’ils peuvent interjeter appel?

Je vous le demande?

Moi, je pose la question. Il y a un de leurs qui le disait la dernière fois avec moi lors d’un débat. Le vendredi à 14H quel est le juge qui va prendre cet appel? Déjà tout le monde est parti et c’est le weekend. Comment ils peuvent interjeter appel pendant que je vous ai dit ce n’est pas une affaire entre l’UFDG et Bah Oury? Le juge a demandé à Cellou Dalein d’aller mieux se pourvoir.

C’est-à-dire?

C’est-à-dire, dans l’acte en tout cas, dans l’expression du juge, non seulement, il annule l’exclusion, mais aussi, il demande à Cellou Dalein qui a signé la décision, d’interjeter appel ou encore, il appelle les 350 membres du Bureau exécutif chose qu’il n’avait pas faite en amont. Ils avaient dit que la décision a été prise par le conseil politique élargi aux députés. Alors que le conseil politique est un exécutoire des décisions du Bureau exécutif.

Aujourd’hui, les avocats de Cellou ont déclaré au cours d’une conférence avoir interjeté appel.

J’attendrai bien de voir cela et de voir ce document qui atteste qu’ils l’ont fait. De toutes les manières, ceci ne nous regarde pas. C’est l’applicabilité de la décision du juge qui  annule la décision et replace M. Bah Oury dans ses fonctions de vice-président de l’UFDG qui nous concerne. Nous prenons acte de la décision et nous allons tirer toutes les conséquences politiques qui y sont liées.

Qu’avez-vous à dire aux militants de l’UFDG?

Je dirai aux militants de l’UFDG  que le combat vient de commencer. Le combat ce n’est pas entre MM. Bah Oury et Cellou Dalein ou contre X dans l’UFDG. Le combat, c’est celui de la prise de conscience, d’être victorieux aux élections communales, législatives et présidentielle en 2020. Ça ne sert à rien de s’intéresser à des petits problèmes internes parce qu’il faut qu’ils sachent que Bah Oury n’a pas une poubelle où mettre un seul militant de l’UFDG même Fodé Oussou Fofana ou Ousmane Gaoual qui s’agitent aujourd’hui et jettent leur venin sur le vice-président. Il va d’ailleurs faire un rassemblement aussi large possible au sein de l’UFDG pour avoir autour d’une même idée, d’un même idéal tous les militants, mais aussi tout le peuple de Guinée. Pour   que l’UFDG puisse être dans une pluralité d’idées  modernes, restructurées en profondeur et capables de gagner des élections en Guinée. Au peuple de Guinée de rester serein et de ne pas céder à la panique, à la peur, aux intimidations ou aux vindictes de deux ou trois personnes qui n’ont même pas 0.001% de l’électorat de l’UFDG. Le cap a été déjà fixé et la feuille de route mise en place, nous irons jusqu’à la victoire finale.

Abdoul Malick Diallo

+224 655 62 00 85

dialloabdoul110@gmail.com

 

 



PARTAGER
Article précédentViolences mortelles à Conakry: le parquet général dresse le bilan
Article suivantBah Oury dénonce une milice médiatique autour de Cellou Dalein
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here