Médecine : Dr. Gaoussou Fadiga, naturopathe, parle de la sémiologie médicinale

0

Notre rédaction a rencontré, Dr Gaoussou Fadiga qui est un tradi- praticien peu connu en Guinée pourtant très efficace auquel nous avons eu un entretien à bâton rompu. Il est  diplômé de l’Université Catholique de Lyon en France, licencié de l’Université de Saint Joseph, Philadelphie (USA), également diplômé des Etudes Supérieures de l’Université d’Ottawa (Canada) et bien d’autres Universités dans le monde.

Selon ce  médecin chercheur et médecin naturopathe avec une grande expérience en sémiologie médicinale il est capable de dépister toutes formes de maladies sans manipuler le corps et présenter un bilan correct.

Au cours de notre entretien, il nous a parlé de son expérience dans la sous région et de l’importance des plantes médicinales. Voici la teneur de cet entretien:
Aminata. Com: bonjour Monsieur, voulez vous vous présentez à nos aimables lecteurs ?

Gaoussou Fadiga: bonjour. Je suis Dr Gaoussou Fadiga, médecin chercheur qui a une grande expérience. Je suis celui qui traite les maladies naturellement à base des plantes scientifiquement étudiées.

Vous êtes en Guinée depuis combien de temps ?

Je suis rentrée réellement en Guinée depuis 1998 et je suis au Musée national de Conakry dans le quartier Sandervallia, Commune de Kaloum.

 

Pourquoi vous vous êtes intéressé à  cette médecine ?

Vous savez, depuis l’antiquité au temps  des pharaons, les hommes ne se traitaient qu’avec les plantes. Donc, cette médecine nous a beaucoup intéressés. Car, je suis allé en occident pour étudier où, j’ai reçu des diplômes dans des grandes Universités. Mais avec cette approche, il ya deux éléments essentiels, mais ce qui rend cette approche plus intéressante est que l’homme de caractère physique mental et spirituel a besoin d’être traité naturellement parce qu’il est issu de quelque chose de bio mais pas quelque chose de chimique.

Et dans cette approche aussi, ce qui est beaucoup plus intéressant, c’est la sémiologie qui est le langage du corps par rapport au problème de santé. Cette approche là, elle est vraiment intéressante parce que le corps parle aussi. En fonction de ce langage là, vous pouvez toujours retrouver ces remèdes dans la nature.

Et si on se retourne vers la religion musulmane on verra cette même citation avec le Prophète Mohamed (PSL) qui dit qu’il n’ya aucune maladie qui n’a pas sa guérison avec Dieu. Et en atrophiâtes, on dit qu’il n’ya aucune maladie qui ne se traite pas naturellement ou qui n’a pas son remède dans la nature. Donc, c’est ce qui est fondé, évidement on nous dit toujours telle maladie est incurable, telle maladie est incurable. Mais en entéropathie cela n’est pas fondé.

 

Comment va cette médecine en Guinée ?

Bien sûr, elle va bien, car en Guinée, la biodiversité en flore médicinale est très riche. A cela s’ajoutent aussi les études galéniques de nos plantes médicinales à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry depuis au temps de feu Ahmed Sékou Touré qui est déjà une bonne initiative.

Nous, lorsque nous sommes revenus de l’occident, nous nous sommes intéressés à cette médecine et nous avons trouvés que nous avons des remèdes qui peuvent être intéressants même à la CEDEAO qui a aujourd’hui initié ce coté sanitaire en matière de santé. Je pense qu’elle a besoin des gens qui évoluent dans ce domaine là, c’est-à-dire la médecine du terroir aussi bien à la médecine naturelle comme la  naturopathie qui peuvent nous aider à trouver des remèdes naturels dans nos terroirs.

 

 

Vous êtes en Guinée depuis 1998, quelles sont les maladies que vous traitez ?

Nous traitons les maladies suivantes : les pathologies cardio-vasculaires (tensions artérielles, diabètes, cardiopathies, AVC et hémiplégies). Rhumatoïdes (arthrose, polyarthroses, sciatique. Drépanocytose. Infections et affections hépatobiliaires : palu, jaunisse, ictère, hépatite et cirrhose de foie. Dermatoses et dermatites (réactions cutanées) : Allergies, herpès, psoriasis, acnés eczémas ; Neuropathie : tremblotes (parkinson) les mouvements faciaux involontaires. Troubles visuels : glaucomes, trachomes. Troubles mentaux : stress, anxiétés, dépressions, fuites mémoires. Maladies gynécologiques : pertes dans ce formes, règles douloureuses/ perturbés, fibromes, kystes. Maladies urologiques : prostate (hypertrophie, hypotrophie) varicocèles. Néphropathie. Troubles digestifs : hémorroïdes (interne/externe). Pathologies pulmonaires et respiratoires. Toxicomanies et addictions : toutes formes d’intoxications, alcoolisme, tabacomanie. Sexualité : Ejaculation précoce, impotences, anthéridie, frigidité, sécheresse vaginale, blessures lors des rapports. Cancers : de peaux, de prostate, de l’utérus, de seins etc.


 

Vous venez de citer plusieurs maladies, dites nous comment vous arrivez à traiter toutes ces maladies ? Est ce que vous recevez de patients et par quels moyens ?

Vous savez, les virus de l’hépatite ne s’installent que dans un corps où le sang est pollué. Donc, par la purification du sang on arrive toujours à gérer ces maladies là.  Le corps à des hormones qui réagissent, qui parlent. Donc, en fonction de ces symptômes là, nous allons nous référer dans la nature et sur la base des plantes. Nous recevons des patients de bouche à oreille, par des émissions qui sont diffusées dans certaines radios de la place. Mais nous sollicitons aussi beaucoup plus de patients pour les aider à mieux se sentir. Parce que nous nous sommes à la recherche des plantes sur le plan local, international aussi bien que sur le plan occidental. Nous avons fait nos preuves au Mali, au Sénégal, au Niger où nous avons réellement évolués et nous avons traités ces maladies là correctement.

 

Pourquoi vous êtes beaucoup plus fréquent au Sénégal qu’en Guinée ?

Nous nous sommes beaucoup connus au Sénégal qu’ici en Guinée. Car, nous sommes beaucoup plus influents là-bas et appréciés. La communication aussi passe vite entre la population et nous. Mais ici en Guinée, ce que le guinéen n’est pas encore arrivée à apprécier ce qu’il a comme valeur. Pourtant, la Guinée a des valeurs extraordinaires en matière de la médecine qui ne sont pas bien appréciées par les guinéens. Ce pays qui a des réserves en matière d’études botaniques en matière d’études scientifiques dans le domaine des plantes est très riche en biodiversité, il peut même faire la compétition avec l’Amazonie en matière de plantes médicinales.

 

A ce niveau, qu’est ce vous demander aux guinéens ?

Nous pourrions demander aux guinéens de s’apprécier et d’apprécier le peu que Dieu leur à donner et que Dieu a donné à chacun de nous quelque chose. Le complexe ne va jamais nous faire progresser. Si nous exploitions les plantes médicinales que nous avons, nous pourrions attirer les autres de leur pays qui viendront se soigner chez nous comme nous courons derrière eux. Parce que la Guinée est un pays très riche, mais qui n’arrive pas à exploiter sa richesse. Cette richesse peut être politique mais aussi au niveau de l’élite. Donc, si on pouvait arriver à lutter contre ce complexe, nous pouvons être beaucoup plus riches dans une autre dimension que les autres n’en ont pas.

C’est pour cette raison que personnellement, je veux que les gens sachent qu’il ya trois principes dans cette médecine, d’abord avoir croyance en Dieu, que l’homme ne s’est pas créer lui-même, il ya une force divine qui l’a créée qui est Dieu, et cette force l’a créée pas pour créer son médicament ni son alimentation. Donc, c’est pour dire que l’homme ne peut pas faire son médicament, il ne peut trouver son médicament que dans la nature. Il ne peut trouver son alimentation que dans la nature aussi. Et ce seulement dans cette approche naturelle que l’homme peut réellement et valablement se traiter. Surtout si cette approche naturelle est scientifique.

Je profite de votre micro pour dire aux guinéens de faire un retour à la nature, en tout cas, les occidentaux ont fait un retour massif à la nature dans l’utilisation des plantes médicinales qui sont des médicaments de l’être humain et de tous les animaux que Dieu a créé.

 

C’est très important ce que vous dites Dr, pouvons nous avoir votre adresse en cas de besoin ?

Pour nous contacter ici en Guinée-Conakry nous sommes au Musée National de Sandervallia. Nos numéros de téléphone sont les suivants : (+ 224) 622 90 37 85/ 655 78 67 75/ 657 55 74 51

Ceux de Dakar : West Foire (Station Shell) tél : (+ 221) 77 503 98 86/ 70 86 67 52 07/ 77 520 87 19/ 77 647 41 15 et à Saints Louis : (+ 221) 77 651 89 98/ 77 244 51 20

Notre E-mail : cepataroute@gmail.com

Voulez vous un traitement efficace et rapide, une  seule adresse : Dr Gaoussou Fadiga au Musée National de Conakry.

 

Propos recueillis par Oumar M’Böh pour Aminata.com

+224 622 624 545/666 369 744

Oumarmbo38@yahoo.fr



1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here