Maroc: les banques islamiques autorisées à démarrer leurs activités

Rabat (AFP)© 2017 AFPMaroc-économie-finance-banques-islam
Employés d'une banque indonésienne aidant des visiteurs à la recherche d'informations sur les sukuk, les bons du Trésor islamiques, lors d'une exposition à Jakarta le 6 février 2009 | AFP/Archives | ADEK BERRY

Des crédits « halal » et des comptes conformes à la loi islamique: les autorités marocaines ont donné leur feu vert aux banques islamiques, dites « participatives », pour un démarrage effectif de leurs activités dès ce mercredi.

Après plusieurs mois d’attente, les banques « halal » ont reçu en début de semaine l’aval du Conseil supérieur des oulémas, transmis par Bank Al-Maghrib, la banque centrale marocaine, pour le lancement de leurs activités à compter de ce mercredi, a appris l’AFP auprès de Bank Al-Maghrib.

Il s’agit pour l’heure d’opérations de base comme l’ouverture de comptes bancaires et de services afférents. Ces banques ont également été autorisées à accorder des crédits immobilier et automobile « halal », appelés « Mourabaha », mais ne peuvent proposer d’assurance.

Le système d’assurance participatif « takaful » n’est toujours pas « opérationnel », les banques attendent toujours leurs « agréments », a expliqué à l’AFP Talal Mohamed Yassine, directeur général adjoint d’une banque participative.

Il manque également dans le système marocain de la finance islamique les « sukuk », obligations compatibles avec la « charia », la loi islamique.

La finance islamique interdit notamment la pratique de l’intérêt et de la spéculation ainsi que l’investissement dans des secteurs du jeu ou de la pornographie.

Au Maroc, le Conseil supérieur des oulémas, une institution officielle chargée d’appuyer la politique religieuse du royaume, est la seule instance habilitée à émettre des fatwas (décrets) sur la conformité des produits de la finance participative.

Deux des cinq banques « halal » ayant obtenu leur agrément ont d’ores et déjà annoncé le démarrage effectif de leurs activités ce mercredi. Les autres devraient suivre rapidement.

Dix demandes d’agrément avaient été soumises à la Banque centrale en juin 2016, principalement par des groupes bancaires marocains associés avec des banques islamiques du Golfe.

La finance islamique, dont les perspectives de développement apparaissent sans limite, représente aujourd’hui quelque 2.000 milliards de dollars (1.717 milliards d’euros), et pourrait doubler de volume à 4.000 milliards de dollars en 2020, selon des experts.

PARTAGER
Article précédentCôte d’Ivoire: cinq gendarmes radiés après l’attaque de l’école de police
Article suivantLE COMBAT SANS FIN POUR ARRACHER LES ENFANTS DU SÉNÉGAL À LA MENDICITÉ
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here