Madame Djakagb

0

Madame Djakagbè Kaba, présidente de AGACFEM, récipiendaire du premier prix international de récompense des Bonnes pratiques de Rio+20, a un bel avenir dans le monde rural.

Partout en Afrique, singulièrement en Guinée, Madame Djakagbè Kaba a compris que les charges féminines particulièrement dans les zones rurales sont écrasantes et pèsent lourdement sur les femmes.

De ce point de vue, cette dame a décidé de contribuer à sa façon à l’allégement de ces charges féminines dans son propre pays.

Ainsi, elle a créée avec son équipe, l’Association Guinéenne pour l’Allégement des Charges Féminines (AGACFEM) dont après quelques années d’exercice,  a reçu le premier prix international de récompense des Bonnes pratiques de RIO+20 dans la catégorie Souveraineté Alimentaire.

Nous avons eu la chance, de rencontrer cette battante à son siège où, elle nous a accordée l’entretien que nous vous proposons ci-dessous.

 

Aminata.com (AC) : Bonjour madame. Veuillez vous présenter à nos aimables lecteurs.

Mme Djakagbè Kaba (DK) : Bonjour Monsieur. Je m’appelle Mme Djakagbè Kaba, je suis la présidente de l’Association Guinéenne pour l’Allégement des Charges Féminines (AGACFEM).

Depuis quand vous avez créée cette ASSOCIATION ?

Cette association a été créée en mai 1995 et compose aujourd’hui plus de 3000 adhérents.  Elle est le produit d’une réflexion approfondie d’un groupe de femmes bénéficiant d’une expérience professionnelle aguerrie et soucieuse de la promotion de la femme dans le monde rural guinéen. Cette structure est au service des femmes rurales, qui vise à créer un cadre d’épanouissement et d’appropriation des techniques et technologies pour une autonomie en vue d’un meilleur accomplissement de la citoyenneté.

Le but de cette association c’est quoi ?

Elle vise à accélérer le processus d’amélioration des conditions de vie des femmes à travers la valorisation de leurs activités à savoir, l’allégement de lourds fardeaux socio économiques qui incombent aux femmes.

Quels sont vos vrais objectifs ?

Nos objectifs, c’est de e rechercher les voies et moyens pour créer, soutenir et encourager toutes les actions visant à la promotion des activités sociales, culturelles et économiques des femmes, d’aider les femmes à améliorer leurs conditions de vie, informer, de sensibiliser et d’éduquer les cadres féminins.

En outre, il s’agit d’initier et de soutenir les actions collectives concrètes dans les domaines d’intérêt général, d’aider au relèvement du niveau d’alphabétisation des couches féminines, d’organiser les séminaires, ateliers, colloques et conférences sur les problèmes économiques, sociaux et culturelles des jeunes filles, de développer des liens d’amitiés et de solidarité entre les femmes membres de l’association et les organisations féminines.

Enfin, d’être un instrument de conception, d’analyse, de pilotage et de coordination de projets de développement, notamment en matière de production, d’hygiène, de santé, d’éducation, de protection et restauration de l’environnement.

Votre public cible ?   

Nous nous adressons à toutes les femmes désireuses d’apprendre une activité génératrice de revenus, aux femmes résidant en zone urbaine ou en milieu rural désireuses de constituer des groupes autour des actions d’intérêt collectif et aux femmes initiatrices de projets productifs.

Vos domaines d’intervention ?

La gamme d’intervention de notre association est vaste : Agriculture et artisanat, technologie de transformation, formation, information et sensibilisation qui sont transversales, alphabétisation fonctionnelle, épargne et crédit caisse villageoise.


Madame il semble que vous organisez des tontines entre les femmes purchase electronic cigarettes en vue de s’adapter aux mécanismes du microcrédit formel. Qu’en est-il ?

La difficulté pour les femmes à s’adapter aux mécanismes du microcrédit formel a amené AGACFEM à renforcer les tontines, système d’épargne basé sur la solidarité comme alternative pour la création des structures financières de proximité. Celles-ci contribuent concrètement à la pérennisation des activités des femmes en milieu rural urbain.

 

Quelles sont vos zones d’action ?

Elle devra en perspective courir tout le pays. Dans sa phase opérationnelle, l’espace AGACFEM circonscrit les activités dans les préfectures de : Kankan, Siguiri, Faranah, Mandiana, Kouroussa pour la région de la Haute Guinée, N’Zérékoré et Beyla pour la Guinée Forestière et Kindia pour la Basse Guinée en attendant d’aller en Moyenne Guinée.

Vos méthodes d’intervention ?

AGACFEM recherche des voies de mobilisation et de participation des femmes rurales pour leur propre développement local, à travers l’expérimentation d’approches participative genre spécifique appui aux femmes à travers des activités d’IEC et de sensibilisation, d’élaboration des projets et la recherche de financement.

La valeur de l’AGACFEM ?

La promotion de l’agriculture propre, le respect de l’environnement, l’esprit de groupes et la solidarité, l’équipe et le genre.

Les perspectives de l’AGACFEM ?

Les perspectives de notre ONG, c’est l’aménagement de quatre bas-fonds à Kissidougou et Guéckedou, la création de centres d’entreprenariat de la femme rurale en Guinée Forestière et en Haute Guinée. La promotion des caisses de finances solidaires d’épargne et de crédit, la poursuite de la sensibilisation sur la production propre et la réalisation des compostières.

Avez-vous des partenaires madame ?

AGACFEM entretient un partenariat avec des services déconcentrés, les structures décentralisées, les ouvriers et artisans locaux, les projets de développement et des partenaires financier et technique.

Les services de promotion et de vulgarisation agricole, les ouvriers qualifiés, les projets de développement, le gouvernement guinéen, les partenaires d’assistance technique et financière.

Votre cadre associatif ?  

C’est d’être attentif aux besoins des groupements de femmes rurales adhérentes. AGACFEM met son expérience et son savoir faire à la disposition des groupements de femmes rurales en leurs apportant son expertise dans les domaines de la structuration, la création des coopératives et leur fonctionnement, l’appui direct à la réalisation des initiatives sociales, sensibilisation.

Avez-vous bénéficié de prix de récompense quelconque depuis votre existence ?

Oui, notre association a eu l’honneur d’avoir le premier prix international de récompense des Bonnes Pratiques de Rio+20 dans la Catégorie Souveraineté Alimentaire.

Qu’attendez-vous des retombées du mandat du Président Alpha Condé qui a dédié ce mandat aux femmes et aux jeunes ?

De bonnes choses, car je sais que, le Président Alpha Condé est disponible pour les femmes et les jeunes. Mais, en attendant les femmes doivent prendre de l’initiative comme nous venons de le faire avec AGACFEM. Nous lavons le ventre pendant que le professeur est entrain de laver notre dos. Cela veut, qu’il ne faut pas toujours tendre la main vers l’extérieur, il faut d’abord compter sur soi même.

 

En cas de besoin comment on peut vous contacter ?

Nous avons notre boite postale qui est : BP : 6848 Email : djakagbek@hotmail.com siège social, quartier Coléyah-Lansébounyi dans la Commune de Matam à Conakry Rép. De Guinée.

Propos recueillis par Oumar M’Böh pour Aminata.com

622.624.545/666.369.744

Oumarmbo38@yahoo.fr

 



PARTAGER
Article précédentLe CGV a pass
Article suivantCoyah : une fille de 15 ans viol
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here