Abandonnés par l’Etat guinéen, les travailleurs de Bellzonne n’ont pas reçu de salaire depuis 3 mois

0

Bellzone détient  un permis d’un  gisement de Fer dans la région de Faranah depuis 2007. Ce gisement de fer d’une  grande richesse a suscité un grand espoir pour les populations de la région de Faranah mais également l’état Guinéen. Après la chute  vertigineuse du fer, Bellzone (détenant d’autres minerais dans son gisement)  se tourne vers l’exploration du nickel (mieux cote sur les marchés) pour lequel le transport serait moins couteux car ne nécessitant pas de chemin de fer.

Malheureusement, le manque total de  suivi de l’administration, qui est complètement  absente sur le terrain pour surveiller les actions des sociétés installées en Guinée     (sauf pour réclamer les taxes et profiter de faveurs….)  donne le pouvoir a certaines sociétés  de se comporter de façon inacceptable dans notre pays.

Depuis 2013, une gestion hasardeuse a mené cette société dans une situation on ne peut plus catastrophique aux dépends du personnel Guinéen et des populations de la zone, sans une certaine complicité de l’administration de notre pays.
Le calvaire du personnel a commencé par la diminution de tous les avantages acquis (primes, 13 eme mois, ramadan,  augmentation de salaires). Situation comprise et acceptée  par le personnel qui espérait de meilleurs jours en accompagnant la société dans ces  moments durs. En Juin 2016, elle met plus de 70% du personnel en chômage économique de 3 mois, tout en maintenant ceux qui coutaient le plus cher à la société (une logique  incompréhensible mais approuvée tout de même par l’Inspection Générale du  Travail). Allez savoir pourquoi !!!.
En Septembre  2016, elle prolonge illégalement ce chômage économique en violation flagrante du code du travail Guinéen, mais reste toujours soutenue par la dite inspection générale du travail. :
Notons que l’Article 155.2 du Code du Travail stipule que le chômage économique peut avoir une durée de 3 mois maximum, non renouvelable pour une période de 12 mois.
Malgré la dénonciation de cette faute administrative par son personnel, malgré la confirmation bien que tardive de cette faute par l’Inspecteur General du travail, la > société Bellzone a poursuivi ce chômage illégal jusqu’en Décembre. Pire encore, elle force son  personnel a des congés annuels obligatoires, toujours sans réprimande de l’inspection générale du travail.


Pour clôturer ce manque de respect  total vis-à-vis de notre administration et du personnel Guinéen, elle renouvelle un autre chômage technique ou économique de 11 mois du 1er février  au 31 Décembre avec la grande bénédiction  de l’administration guinéenne.

Quel rôle joue  donc notre administration pour aider et soulager les pauvres travailleurs Guinéens ? Qui doit défendre le Guinéen si non l’état ? Les sociétés viennent en  Guinée, font ce qu’elles veulent en graissant les cadres  de l’administration et s’en sortent toujours.
Rappelons-nous que cette même société était actionnaire dans le projet FGM de Forécariah qui avait également suscité beaucoup d’espoirs avec le premier fer exporte de la  Guinée. A cause du manque de suivi de l’état et de la très mauvaise gestion de cette société ou se sont succédés  des directeurs incompétents et cupides dont le dernier, un certain Rinaldi qui est  également l’acteur principal dans le feuilleton actuel de  Bellzone (accompagné de quelques cadres cupides Guinéens) ; avait fermé en  laissant des  centaines de Guinéens en détresse, sans aucun soutien du  gouvernement (pas de règlement).

ll n’y avait  personne pour les défendre comme aujourd’hui il n’y a personne pour défendre le personnel de Bellzone. 3 chômages économiques/techniques illégaux (3 mois  deux fois et un de 11 mois), 3 mois de  travail sans un salaire depuis Janvier !!!!!!  Qui dit  mieux ??

Comment une telle société, qui n’a  aucun égard ni pour son personnel ni pour nos institutions  peut-elle demander  une nouvelle convention avec notre administration ? qu’en  feront- ils ??Aux dépends de qui ??Le gouvernement signera t’il cette convention sans exiger le règlement de tous les payements dus aux salaries (salaires ; règlement des employés virés sans raison, remboursement  des 13 eme mois)

Quand est ce que les Guinéens auront  une voix pour les défendre dans ce pays ? Quand est ce que l’administration sera-t-elle du côté des guinéens et non de celui de l’argent ??

Ibrahima N’diaye pour Aminata.com



PARTAGER
Article précédentStanislas Kamanzi, ambassadeur du Rwanda à Conakry: «la France a joué un rôle dans le génocide rwandais»
Article suivantGuinée: la mère de Paul Pogba honorée
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here