Les opérateurs culturels et sportifs à l’épreuve des difficultés

Il  ne  fait  plus  bon  d’être  un  promoteur culturel ou  sportif  à  Labé, les  évènements  ne  mobilisent plus  foule  comme  avant et  pas  un  partenaire  de  ceux  qui  évoluent  sur  le  terrain  n’accompagne  en  dépit  des  incessantes  demandes  qui  leur sont  adressées.

Sur  la  question  certains  acteurs  du  milieu ont  été  sondés  et  sont  allés  de  leur  propre  compréhension  du  phénomène.

Mamadou  Saliou  Diallo connu  sous  le  nom  de  ‘’frère  Balla’’ déplore  la  fracture  dans le  milieu  et  les  usurpations :

« les  promoteurs  ont  toujours  eu  des  ennuis  à Labé, les  gens  n’accompagnent  pas  les  évènements  culturels, quand  tu  inities  un  concept ,ils  le  détournent  et  vont  se  faire  de  l’argent  avec  ailleurs sans  compter  qu’entre  nous  promoteurs  il  n’y a  pas  d’union….. »

Diouldé  dionfo  Diallo  autre  promoteur  œuvrant  dans  le  sport  situe  lui la  barre au  niveau  du  manque  d’expertise qui  fait  que beaucoup d’événements  font  un  flop car  les  organisateurs  n’arrivent  pas  à cerner  correctement  les  diverses  implications  d’un  tel  engagement, il déplore  aussi  l’absence  d’accompagnement  de  tels  évènements.

Thierno ‘’ First’’ est  d’un  autre  avis :

« les  évènements  culturels, ça  réussit s’il  y  a  le  travail  par  exemple  si  nous évoluons  avec  les  écoles ça  réussit  ,les  défilés  aussi, comme  c’est  une  compétition  ça  réussit mais  si  c’est avec  les  artistes  ,il  faut  miser  sur  les  bons  sinon ça  ne  donne  pas, actuellement  il  n’y  a  pas  d’argent  mais  ce  n’est  pas  du  tout  facile  car  il  y  a  beaucoup  de dépenses  dans  ce  genre  d’évènements….. » 

En  guise de  plaidoyer final  tous  les  acteurs  culturels  rencontrés  ont  demandé  de  concert que  les  firmes  représentées  en  local  puisse  accompagner  les  évènements  culturels  les  plus  sérieux et  qu’elles  ne  continuent  pas  à  dépendre  de  leur  maison  mère  pour  ce  genre  de  cas  comme  il  est  de  mise  en  ce  moment.

                                                                                                             Ousmane  Koumanthio Tounkara

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here