Les guin

Le peuple de Guinée reste sur sa faim avant l’annonce de la nouvelle la plus attendue qui est le maintien ou le report de la date des élections législatives prévue pour le 24 septembre 13.

Cette attente du Peuple de Guinée fait suite à la concertation des acteurs du processus électoral divise de nombreux guinéens dont certains affirment déjà qu’un report est déjà prévisible depuis que l’institution chargée d’organiser toutes les élections politiques en République de Guinée a reconnue les anomalies constatées sur l’ensemble du territoire national qui restent pour le moment non corrigées à quelques jours seulement de cette date.

D’autres estiment qu’il ne faut pas envisager un quelconque report de la date du 24 septembre malgré les quelques anomalies qu’à toujours dénoncer l’opposition républicaine. Pour ceux-ci, la Guinée est entrain d’apprendre à l’organisation d’élections, donc tout ne sera pas parfait.

Mamadou Dian Diallo habitant à Kipé dans la commune de Ratoma puis étudiant sortant diplômé en médecine, il déclare ceci «  je pense qu’il ne faut pas aller aux élections pour aller, il faut qu’il ait d’abord une entente entre les deux côtés, c’est-à-dire le pouvoir et l’opposition. Sinon c’est le chaos que la Guinée va enregistrer. Dans la mesure où, les guinéens ont attendus pendant longtemps, il faut qu’on organise des élections qui seront acceptées par tous et non des élections bâclées ».

A LIRE =>  Construction de la prison de Yorokhoguia: arrêt des travaux et fuite du promoteur espagnol

Mamoudou Sylla est citoyen résident à Coléyah dans la commune de Matam, il dit ceci : « il est temps que les guinéens sortent de cette transition qui n’a que trop durée, on n’a même oublié le nombre de dates qui ont été reporté à cause de ces élections législatives. Il faut que les politiciens cessent de fatiguer cette pauvre population qui n’a plus rien à manger. Il ne faut pas qu’on reporte cette semenax vs date là ».

Mariama Barry est commerçante mère de cinq enfants, elle réside à la Cimenterie dans la préfecture de Dubréka, « nous souhaitons qu’il ait encore un consensus entre les deux parties pour que la CENI qui nous fatigue toujours à propos des dates qu’elle fixe reporte celle du 24 Septembre. Nous sommes derrière pour ce qui est bon pour le pays pour que la paix règne ».

Fanta Kaba commerçante import export au grand Marché Madina « si on reste à dire que l’opposition a constaté des anomalies, il faut corriger ces anomalies là avant d’aller aux élections pour le 24 Septembre, même si la CENI arrive à corriger d’ici le mardi, l’opposition va toujours contester. Donc, ce qui est bon il faut le président prend une décision ferme pour ne pas qu’on continu a retardé à cause de ces élections là. Il est élu président depuis plus de 2 ans, il faut qu’il met fin à cela ».

A LIRE =>  Labé/Grève des banques primaires : la BCI se désolidarise

Mamadi Condé est directeur d’une entreprise privée sise à Sandarvaliah dans la commune de Kaloum, « l’opposition a déjà reconnue sa défaite, c’est pourquoi elle ne veut pas aller aux élections.  Parmi tous ces leaders, c’est seulement Cellou Dalein Diallo (président de l’Union des Forces Démocratique de Guinée (UFDG) ndlr) qui pourrait obtenir des députés. Tous les autres, ils n’auront pas de députés parce qu’il faut 40 000 voix pour avoir un député. Et je ne vois pas où ils enlevés ces voix ». Dr Faya Millimono a compris qu’il ne fallait s’y engagé là il a été malin, mais les autres ils vont manger leur argent et ne vont pas gagner ».

En tout cas les yeux sont tournés vers la rencontre qualifiée « la dernière cartouche » pour une sortie de crise pour la Guinée.

Affaire à suivre.. Oumar M’Böh pour Aminata.com

622.624.545/666.369.744

Oumarmbo38@yahoo.fr

 

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook