Au terme de quelques jours de guéguerre au sein du SLECG local, le secrétaire général que ces camarades taxaient de traitre est revenu dans les grâces de ces camarades et le linge sale a finalement été lavé en famille.

En partance pour Conakry afin d’assister au congrès de l’USTG syndicat d’origine du SLECG, Gnama Baldé a bien voulu revenir sur ces quelques jours de tension, la trahison de certains enseignants qui vont vers les écoles privées pour se sortir du guêpier financier où ils se trouvent, la faiblesse de la mobilisation lors des sit-in, l’homme s’est aussi prononcé sur les listes nominatives d’enseignants acheminées vers le ministère de tutelle.

Des suspicions de traitrise qui pesaient sur le secrétaire général local au lendemain du premier sit-in.
《…le général n’a pas reculé, c’était juste une incompréhension, mais ce problème a été réglé à l’interne. Ceux qui font véhiculer ce message se trompent le SLECG se porte très bien à Labé》.

Des enseignants qui font cours au privé alors qu’ils sont en grève dans le public,《…C’est ce que nous condamnons avec fermeté, c’est ce que je disais l’autre jour95% des enseignants qui dispensent des cours dans ces écoles privées viennent du public et il est hors de question que nous soyons en grève au niveau du public et que ces mêmes enseignants donnent cours dans les privées nous le condamnons fermement et des mesures seront prises par rapport à ça. Nous demandons aux parents de continuer à garder les enfants à la maison bientôt la grève va prendre fin》.

De la faiblesse de la mobilisation lors des deux sit-in.

Effectivement ! il n’y avait pas la bonne information, c’est pourquoi ? Les gens n’ont pas fait le déplacement》.

Messages aux enseignants ‘’traitres’’

《D’éviter de tromper les parents d’élèves et les élèves car ils n’enseignent pas, ils font semblant…》

De l’affichage et la remontée des noms par les autorités de l’éducation.

Ça se fait ! C’est du trafic d’influence, les gens sont en train d’user de tous les moyens pour faire revenir les élèves dans les salles de classe, ils font tout pour que les cours reprennent ans que la grève ne soit levée par le secrétaire général du SLECG, ils sont entrain de donner du temps au temps, mais ils se trompent parce que les enseignants guinéens sont des enseignants responsables.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com

PARTAGER