Ibrahima Kandja Doukouré
Ibrahima Kandja Doukouré

En Islam, le seul travail qui nous est interdit est celui qui a affaire avec les choses interdites. Celle religion appelle tous ses fidèles à entreprendre quelques choses pour se nourrir, fonder de familles, élever les enfants et penser aux démunis de la société.

Elle a très bien éclairci qu’un musulman qui travaille pour nourrir sa famille et lui-même, de penser à ses poches et aux autres de la société est supérieur en degré à celui qui ne travaille pas et qui quémande les autres pour se nourrir.

Tous les Prophètes (pse) et bien qu’ils étaient tous les représentants d’Allah, avaient entrepris quelques choses comme un métier ou travailler pour salaires pour les autres. Par example, les Prophètes Mouhammad et Moussa (pse) ont été des bergers pour leurs compatriotes. Sans oublier que le dernier Messager (psl) avait travaillé pour sa première femme comme chef de mission commerciale avant de lui épouser, … Bref, ne rien faire bien qu’on n’a aucune incapacité et compter sur les autres n’est pas ce que notre religion nous commande.

C’est qui est ridicule en général, à propos de jeunes qui se disent intellectuels en Afrique, est de se croire supérieurs à certains métiers ou d’entreprendre quelques choses mais ne se croient pas supérieurs pour quémander leurs parents, leurs amis et les autres après plus de 15 ans sur les bancs.

Avoir les diplômes universitaires ne voudrait jamais dire qu’on ne peut plus faire un autre métier que de s’asseoir dans un bureau; et si on ne trouve pas un, on se croisse les bras. Au contraire, faire les études supérieures est de nous armer des compétences intellectuelles pour nous en sortir dans n’importe quel travail. Un vrai jeune intellectuel a l’objectif de révolutionner tout ce qu’il ou elle entreprend.