Labé : la société civile n’est plus que l’ombre d’elle même

0

En  perte  de  vitesse depuis  quelques  années  ,la  société  civile  n’inspire  plus  confiance au  point  où  le  citoyen  lambda  s’interroge  sur   son  utilité  sur  le  terrain.

A  Labé ,bien  d’observateurs  ont  posé  leur  diagnostic  de  la  société  civile  parfois  même  des  acteurs  de  l’entité mais un  point  commun  se  dégage, la  société  civile  est  moribonde.

Elhadj alpa  Oumar  ‘’Gym’’  pense  que  tout  est  entrain  d’aller  à  vau  l’eau :

«…. je vous  jure  que nous  sommes sur  le  débord, parce  qu’actuellement  le  déroulement  de  la  vie  est  très difficile  pour  ceux qui  ne comprennent  pas mais  ce  qu’on se lasse  on  ne  s’entraide  pas  ,on  ne  s’aide  pas pour  que quelqu’un  puisse  te  laver  le  dos ,il  faut  que  tu  fasses  l’effort  de  nettoyer  ton  ventre … si on  est  pas  là bien  présent  pour  mieux  aider la  participation  et  l’effectivité  de  la  société  civile  cela  va  sans  dire  qu’elle  peut  pas  y  arriver, donc  il  faudra  qu’on  s’entraide  ,qu’on  s’épaule et qu’on  s’entretienne  avec  ça la  société  civile  aura  la  tache  plus  facile, dans  le  cas  échéant c’est  nous  qui  allons  en  pâtir, parce  que  toutes  les  souffrances  ne  peuvent  s’abattre  que  sur  la  société »

Elhadj  Lamine  Sangaré  est  un  acteur  de  la  société civile son  regard  est  encore  plus  dur :


« a  l’heure  là  je  puis  vous  dire  que  la  société  civile  ne  marche  pas  comme  on  voudrait tout  est  moribond  ,tout  est  dans  un  laisser  aller  qui  ne  dit  pas  nom, je  voudrais  que  la  société  civile  se  réorganise et  comprenne  qu’elle  est  l’interface  entre  les  gouvernants  et  les  gouvernés pour  jouer  pleinement  son  rôle  afin  qu’on  cesse  ces  petits  intérêts  égoïstes…. »

Ibrahim  Fodoué  Baldé  autre  observateur  de  la  société  civile  n’est  non  plus  tendre :

« la société  civile  guinéenne  est  presqu’en  lambeaux dans  la  mesure  où  il  y a  trop  de  mouvances, trop  d’obédiences  au  sein  de  la  même  entité et  les  avis  par  rapport  aux   mêmes  questions  sont  contradictoires, cette  divergences  notamment  les  hésitations  constituent  un  handicap  pour  le  mouvement  citoyen. »

Pour  piqûre de  rappel ,on  se  rappelle  qu’il  y  a  deux  ans  la  nouvelle  équipe  régionale  de  la  société  civile  avait  traversé  des  turbulences  pour  des désaccords  internes  notamment  des  bisbilles  entre les  président  et  vice  président occasionnant  une  démission  du  second  considéré  comme  un  trublion  au profit de  la  PECUD et du  remplacement  d’autres  membres  sur  avis  collégial  de  l’entité.

                                                                                Ousmane  Koumanthio Tounkara



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here