Labé : Les jeux de hasard résistent au ramadan

En  ce  mois  béni  de  ramadan, pendant  que bien  de  comportements  sont  rangés  dans  les  placards de  nombreuses  personnes  ont  du  mal  à  s’extirper  de  la  spirale  des  jeux  de  hasard dans  la  cité  de Karamoko  Alfa parfois  même  en sachant  qu’il  est  proscrit  par  l’Islam .

Au  quartier  Safatou  , à  la  sortie  Ouest  de  la  ville  l’un  des  kiosques  les  plus  éloignés  de  la  ceinture  urbaine est  ouvert  mais  l’affluence  est  en  demie  teinte non  pas à  cause  du  mois  Saint  mais  parce  que  les  grands championnats  de  foot sont  tous  clos nous  a  confié Abdoulaye Diallo  son  tenancier.

A l’informel des  jeux  de  hasard  sont aussi  inventés  sans  cesse  et  l’approche  des  fêtes constitue  un  miroir  aux  alouettes  pour  certaines  ménagères  qui  viennent  laisser  l’argent  de  la  popote  très  souvent  encouragé  par la  prestation  d’un  ‘’complice’’ au  croupier ce  jeu  s’appelle  la  ficelle et  est  l’enfer  des  ménagères .

De  nuit ,c’est  à  dire  de  22 h  à  6h c’est  une  sorte  de  mise  préférentielle ,avec  une cagnotte  plus  riche  variant  entre  deux  cents  cinquante  mille  et  un  million, ce  jeu  est  appelé  le  ‘’boss  master ‘’ nous  a  confié  l’un  des  leaders  du  ‘’game ‘’ désigné  sous  le  nom  peu  rassurant  de  FBI le  ‘’roi  de la  Favela’’. Un poteau  d’éclairage solaire  sert  lieu  de  tapis  de mise  et  le  lieu  ne  désemplit  pas  de monde nous  a  confié  le  jeune  homme  qui  a  aussi  précisé  que  cette  pratique  permet  à  ses  adeptes  de  se  faire des  tenues de  fêtes  et  d’offrir  une  coiffure  nouvelle à  leurs  petites  amies.

Un  parieur  qui  a  requis  l’anonymat  sait  que  l’Islam  interdit  ces  pratiques  mais ne peut  s’empêcher  de  jouer lui qui est un  parieur  compulsif du ‘’ boss  master’’ il  rafle  souvent  entre  300 et 400 mille  francs de nuit.

Saisi  en  ultime  recours  Elhadj Bachir  Sall  religieux nous  a  interprété  la  position  de l’Islam  selon  lui, il  est permis  que  les gens  jouent  si l’enjeu  émane  d’un  tiers  non  impliqué  dans  la  compétition, mais  que  dès  que  chaque  joueur  est  porteur  de  sa  propre  mise  et  que  le  gagnant  rafle  le  total  les  jeux  deviennent  alors  proscrits parce  qu’à  la  longue  les  perdants  ont  le  cœur  brisé  qui  peut  leur  donner  de  mauvaises  pulsions pouvant  troubler  la  quiétude  et  l’harmonie  sociale.

                                                                                                                    Ousmane  Koumanthio Tounkara

 

[1-click-image-ranker]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here