Il y  a quelques semaines, la direction locale  de l’EDG s’est fendu  d’un  communiqué dans  lequel, elle  indiquait que désormais les gros consommateurs d’électricité  étaient  frappés  d’interdiction  d’utiliser le  courant disponible  entre 19 heures  et 22 heures.

Sauf que  la  mesure semble faire  beaucoup  de  tort aux préposés qui régissent en  demandant  un  service de  qualité au  prorata des  factures  qu’ils  payent.

Bakary, chaudronnier regrette la mesure :

« Cette  décision de  nous  empêcher de  travailler  avant  22 heures est contraignante même pour  de  simples bricoles  on  met  un  temps  fou. Tu peux  demander aux  apprentis de  venir  à 22 heures, ils  obéissent mais  soit le  courant est  instable soit il ne  revient  pas  du  tout…. »

Saliou Diallo, couturier est aussi sous  l’effet  de  la  surprise et  de la  déception :

« La tension  est  très  faible alors  que nous avons des  échéances  à  honorer, nous ne  pouvons  pas  passer  toutes  les  nuits  à l’atelier et  travailler ».

Pour  l’heure, la  volonté  commune  de  ces  consommateurs d’électricité à forte  dose, c’est  un  service  efficient et  plus  qualitatif de  la  guinéenne  d’électricité.

Piqure de  rappel, lors  d’un récent  entretien, la  direction  locale  de EDG a assuré  ne  pas maitriser le  rythme de  service et  a  insisté  sur  le  fait  qu’en période  d’étiage les  contraintes  sont  énormes.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com

PARTAGER