La coordination Haali Poular de Guinée dénonce le « déguerpissement brutal » à Démoudoula La coordination Haali Poular de Guinée dénonce le « déguerpissement brutal » à Démoudoula

0

Dans une déclaration qu’elle a faite dans l’après-midi de ce mardi 1er août 2017 à son siège, la coordination nationale des Foulbhés et Haal Poular  de Guinée(CNFHPG) a dénoncé avec la dernière énergie, la destruction des bâtiments et de déguerpissement brutal des citoyens à Démoudoula dans la commune de Ratoma en banlieue de Conakry. La CNFHPG parle d’une sauvagerie.

Dans cette déclaration signée par son président El hadj Saikou Yaya Barry et lue par El hadj Ibrahima ONATHOL Diallo chargé des antennes locales et étrangères, des ONG et associations, cette coordination  a aussi dénoncé et condamné la présence d’un groupe de personnes qui aurait rencontré le chef de l’Etat pour lui apporter son soutien au nom du Fouta Djallon. Nous vous proposons l’intégralité de cette déclaration :

« C’est avec une vive émotion et un grand regret que la coordination nationale des Foulbhés et Haali Poular de Guinée a appris la destruction des bâtiments et de déguerpissement brutal et immédiat des populations habitant le domaine bordant la rivière de Démoudoula dans la commune de Ratoma à Conakry, sans concertation et sans véritable préavis.

D’entrée de jeu, nous tenons à préciser que nous nous inscrivons en première ligne dans le respect et la protection de l’environnement qui est le premier déterminant de l’avenir de la Guinée. Mais le respect élémentaire du droit de l’homme et du citoyen doit être le baromètre de la démocratie dans notre pays. Il s’agit là d’un repère incontournable qui fait l’objet de violation quotidienne en Guinée. Tenez ! Des paisibles citoyens acquièrent légalement des parcelles de terrain depuis des années. Ils édifient des bâtiments à usage d’habitation et s’y installent. Un bon matin, ils sont déguerpis de force et leurs maisons détruites sans coup férir, au mois de juillet en pleine saison des pluies. Cette pratique odieuse a été orchestrée en dépit d’un acte pris par le ministère de la justice et qui interdit de déloger tout citoyen pendant la période des grandes pluies, allant du 15 juin au 15 octobre.

Où est le respect des droits de l’homme et du citoyen, où est l’humanisme et la tolérance, ciment de notre société ? De pauvres populations, des femmes, des enfants, des vieux… perdent subitement tous leurs biens et se retrouvent à la belle étoile sous la pluie ! Quelle honte ! Quelle sauvagerie !

Le manque de surveillance et le non délimitation des zones concernées par les services de l’habitat, la complicité de cadres corrompus dans la délivrance des documents d’occupation, dénotent la faiblesse et l’absence de l’Etat.


Cette période sombre rappelle un autre moment de triste mémoire, la destruction de Kaporo-rails dans des conditions épouvantables pour les pauvres victimes jusqu’ici non indemnisées et non recasées.

Bien sûr, la raison publique et sociale prime sur la raison individuelle. Mais la réintégration de cette zone de Démoudoula dans le domaine public devrait obéir au respect du droit légal ; à savoir accorder un préavis qui dispose d’un délai suffisant pour le recasement sans heurt de toutes les victimes de déguerpissement. C’est pourquoi nous condamnons avec la dernière énergie ces pratiques d’un autre temps.

Quand est ce que la Guinée, notre cher pays, verra-t-elle enfin l’Etat, ses institutions et ses agents travailler dans l’équité et la transparence, loin de toute improvisation et de toute démagogie ? Du fait de ces pratiques d’un autre âge, les populations en ont ras-le-bol. Au lieu d’avancer dans le bon sens, la Guinée recule et s’embourbe dans les eaux nauséabondes du déni du droit, de la discrimination et de la division.

Un autre fait et non des moindres vient de marquer tous les guinéens : la peur d’un triomphe inéluctable de la vérité et du droit dans les échéances politiques à venir, secouent dans leurs âmes et leurs esprits sataniques les spécialistes du mensonge et de la manipulation en quête de strapontins et de prébendes immérités.

La coordination nationale des Foulbés et Haal Poular de Guinée tient à préciser que les apprentis sorciers qui sont en train de créer ça et là des associations tous azimuts à caractère sectaire et tribal, dans l’objectif cynique de déstabiliser la moyenne Guinée, ne trompent personne. Cette visée relevant de la malhonnêteté et de l’hypocrisie la plus criarde, sera sans nul doute détruite dans l’œuf. Que ceux qui jouent ce jeu malsain et bassement intéressé, comprennent que le Fouta Djallon n’est pas et ne sera jamais une proie à dépiécer, encore moins à singulariser, comme en d’autres temps de triste mémoire. Evidemment ‘’tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute’’ ! Malheur aux pauvres ramasseurs de miettes et aux amateurs avides de strapontins qui font honte à notre pays et qui piétinent nos valeurs les plus sacrées. Qu’ils sachent qu’ils ne pourront jamais tuer l’esprit d’unité,  de tolérance et d’entente qui règnent si heureusement au Fouta Djallon ».

Propos recueillis et transcrits par Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here