Koundouwaka très en colère : « le ministère de la culture guinéenne est là pour la forme»

L’artiste guinéen, Abraham Sonty dit Koundouwaka n’a pas mâché ses mots pour dénoncer les faiblesses de l’Etat pour la valorisation de la culture guinéenne.  Il a déclaré samedi 04 février 2017 lors d’un entretien qu’il a accordé des journalistes de certains organes de presse en place certains points qui tues la culture guinéenne.

Selon lui, il faut que l’Etat prenne sa responsabilité. Parce que sans culture il n’y a n’a pas d’histoire. C’est ça, leur combat aujourd’hui.

« Les animateurs qui demandent aux artistes guinéens de l’argent pour mettre leurs musiques à la Radio ou à la Télé, tout ça, c’est parce que, il y a manque de volonté. Il n’y a pas de structure ».

Koundouwaka poursuit que le ministère de la culture guinéenne est là nom seulement pour la forme. Ils sont là pour faire la politique du RPG pour que ce parti continu à règne. Si le président doit venir par exemple, ils sortent des milliards pour gaspiller. L’argent qu’on met dans les autres domaines, si on mettait ça dans la culture, ça allait être bon. Et tous les artistes guinéens allaient être des millionnaires en dollars.

« Avec notre génération, si on dépensait pour nous comme on le fait pour les autres, je vous promets que vous aller voir l’évolution de notre culture. Mais le malheur est que les cadres guinéens tout le monde veut se montrer devant le chef de l’Etat. S’il s’agit de ce coté chacun d’eux est capable de dépenser des milliards pour faire savoir au président qu’ils l’accompagnent pourquoi de ne pas faire la même chose aussi pour la culture guinéenne ».

Plus loin, Abraham Sonty s’est référé d’un exemple sur « Branco » du groupe des étoiles de Boulbinet qui est décédé la semaine dernière sans un bon accompagnement de la part de l’Etat guinéens.

« On n’a pas d’’hôpital en Guinée, tout ce qui rentre en coma, personne n’est sorti. La Guinée n’a pas sauvé une personne qui est dans le coma. Le problème de prise en charge des artistes est un faut débat, ça existe pas. Si on le fait c’est 300 milles que le gouvernement donne. Qu’est ce que cela peut faire pour quelqu’un ? Donc c’est toute la Guinée qui doit s’enquêter. Nous la population qui est naïf, bas quartiers qui s’insultent à cause des politiciens qui ne pensent pas à nous. Il faut qu’on se conscientise. Il  faut qu’on se réveille ».

« C’est parce que ton père est gouverneur ou ministre que tu viol la loi. On n’a pas besoin de ça, nous les artistes, on est plus riche que ces ministres, ces directeurs. L’Etat n’a cas essayé de mettre quelque chose seulement en place, vous aller voir. On n’a pas besoin que vous nous donner de l’argent, c’est nous qui doivent donner de l’argent. Tous les autres pays c’est les artistes qui donnent des dons. Les donateurs c’est eux les stars. Donc il faut respecter notre droit et on demeure là-bas ».

Abraham Sonty Koundouwaka a quatre expériences studio. Son dernier album sur le marché du disque guinéen date en mars 2014.

Ibrahima Sory Barry pour Aminata.com

Tél : +224-620-10-70-71

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here