ces animateurs communautaires ont été outillés contre la radicalisation et l’extrémisme violent
ces animateurs communautaires ont été outillés contre la radicalisation et l’extrémisme violent

Du 22 au 23 décembre, s’est ténu à Kindia, un atelier de formation des formateurs communautaires organisé par le réseau Convergence des jeunes et leaders pour la paix et la démocratie (COJELPAID). Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet de la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent dans les zones à risque en Guinée.

D’une action à une autre, le réseau COJELPAID renforce sa prévention contre la radicalisation et de l’extrémisme violent dans les zones à risque en Guinée. D’où la ténue de cet atelier de formation qui a pour objectif de former les 42 participants sur les risques et signes de la radicalisation et l’extrémisme afin d’assurer les conférences communautaires.

Rappelant que ce projet est une initiative du gouvernement guinéen avec le financement de l’UNFPA, dans le cadre du Fond de consolidation de la paix en Collaboration avec l’OIM et l’UNESCO, Abdoul Sacko, coordinateur général du réseau COJELPAID, estime qu’il est important de mener le débat au niveau de la société afin d’appréhender le phénomène en Guinée. « Ces deux jours sont donc mis à profit avec les formateurs communautaires pour accompagner le gouvernement guinéen dans sa dynamique contre ce phénomène », a-t-il précisé.

Pour Sitan Mamoudou Condé, la formation,  l’information et la sensibilisation sont des aspects qui contribuent efficacement à lutter contre ce phénomène de radicalisation et de l’extrémisme violent en Guinée. « Ce sont les jeunes qui tombent souvent dans le piège de ces manipulateurs extrémistes », a-t-il ajouté, tout en invitant les participants à renforcer la sensibilisation et l’information auprès des jeunes.

A noter qu’après cette formation, ces animateurs et points focaux devront animer des conférences dans les différentes zones à risque, notamment à Conakry, Kindia, Mamou, Boké, Pita, Labé, Tougué, Mali, N’zérékoré, Dinguiraye, Beyla, Kankan, Siguiri et Mandiana.

Djaka Fofana