« J’ai une mission de réunification de l’opposition guinéenne », dixit Faya Milimono

0

Docteur Faya Lansana Millimono leader du bloc libéral(BL) a accordé une interview à un groupe de journalistes dont notre reporter ce dimanche 3 septembre 2017 à Conakry. Au cours de cet entretien le patron du BL est revenu notamment sur sa démarche de réunification de l’opposition guinéenne et la cause de la lenteur de la commission électorale nationale indépendante(CENI) dans l’organisation des élections communales.

Selon lui, c’est en tant que parti responsable que sa formation politique décidé de poser un acte.

« Notre propre réflexion nous a amenés à penser qu’il faut travailler aujourd’hui à réunifier toute l’opposition. Face aux enjeux du moment, nous avons besoin, non seulement de l’ensemble des partis politiques qui se réclament de l’opposition, mais aussi, nous avons besoin d’une rencontre, comme ce fut le cas dans les forces vives, entre  la société civile et les partis politiques, pour faire bouger les lignes. C’est ce qui nous a amenés donc à entreprendre la démarche de réunification de l’ensemble de l’opposition. Ce qu’on ne dit pas dans les médias, c’est que la première entité qu’on a rencontrée, c’était le chef de file de l’opposition. On a eu des échanges et on a tous reconnu la nécessité que l’opposition se retrouve, soit unie devant tout ce que nous sommes en train de voir se dessiner. Nous avons aussi rencontré le PEDN de Lansana Kouyaté », a-t-il expliqué.


Poursuivant, Dr Faya Milimono affirme que le fait de dire la CENI actuelle va quitter après l’organisation des élections locales pousse l’institution à traîner les pas.

« Vous avez des hommes et des femmes, qui ont travaillé pendant 10 ans ou 30 ans dans leurs professions respectives, avec un salaire qui n’atteignait pas un million cinq cent mille francs guinéens. Ils se sont retrouvés à la CENI, où ils ont un salaire de plus de 15 millions, avec les primes de participation à des sessions, et d’autres avantages. On dit que cette CENI va quitter lorsqu’elle va organiser les élections locales. Qu’est ce que vous croyez que les gens vont faire ? C’est humain, après tout ! Ceux qui sont à la CENI savent qu’après les élections locales, on peut mettre fin à leur existence à la CENI. N’est-il pas humain qu’ils traînent les pas, sachant les conditions dans lesquelles ils vivaient avant ? », s’est-il interrogé.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com
(+224) 622 304 942



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here