Ibrahima Sory Diallo: «nous sommes frustrés de voir le Code civil retiré de la session des lois»

Les activistes des droits de l’homme et de la Société civile réunis autour du Collectif des ONG pour des textes respectueux des droits humains, ont manifesté lundi 5 juin devant le parlement pour dénoncer le retrait du Code Civil de l’agenda de la session des lois en cours.

Selon le chargé de communication du Collectif, il n’y a ‘‘aucune raison valable’’ pour justifier le retrait du Code civil de la session des lois ouvert le 5 avril passé pour une durée de 90 jours. «Nous ne sommes pas contents du fait que le Code civil initialement inscrit à l’ordre du jour de l’agenda de l’Assemblée ait été retiré de la session des lois sans motif valable. Nous estimons qu’on ne peut pas continuer avec ce perpétuel report. Il faut que le projet de Code civil actuel qui tient compte plus ou moins des réalités de la société guinéenne soit inscrit à l’ordre du jour, examiné et adopté».

C’est pourquoi, poursuit Ibrahima Sory Diallo, les activistes se sont mobilisés pour exprimer leur position aux députés. «Ils sont là pour le peuple et ils doivent faire ce que le peuple leur demande». Quand les députés évoquent «des contraintes liées au temps’’, M. Diallo n’y croit pas du tout. «Ils disent que c’est question de temps. Mais ce n’est pas vrai, le Code civil dort à l’hémicycle depuis l’année dernière. Donc on ne peut pas parler d’une question de temps. Ça fait deux mois depuis que la session des lois est ouverte, mais les députés n’ont fait absolument rien. Nous ne trouvons pas des raisons de refouler ce Code civil. On a eu des discussions avec certains députés, mais on ne s’est pas entendu». Toutefois, prévient-il, ils vont maintenir la pression jusqu’à la fermeture de la session des lois en juillet prochain.

Dans sa première mouture, le projet de code civil donnait la possibilité à chaque couple de choisir librement son régime matrimonial. Ce n’est que quand le projet a été porté à la présidence de la République, qu’Alpha Condé a opté pour l’interdiction de la polygamie pour prétend-il, se conformer à l’esprit de son second mandat dédié aux femmes. C’est ainsi, à l’arrivée du texte à l’hémicycle, les députés en majorité favorable à l’allégeance de la polygamie, auraient du coup décidé de le retirer de la session des lois.

Abdoul Malick Diallo pour Aminata.com

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook