Guinée/Économie: chute vertigineuse du prix de la pomme de terre

Vendue  entre  6000 et  7500 de  nos  francs en  période  de  la  crise  due  au mildiou  l’an  dernier, la  pomme  de  terre  s’écoule  entre  3000 et  4000  francs  le  kilo  à  l’heure  actuelle au  bonheur  des  ménages.

Abdoulaye  Diallo  vendeur  grossiste  de  ‘’l’or  du  Fouta  Djallon’’ explique  les  raisons  de  cette  différence  de  prix :

« l’an  dernier  il  y  a  eu  une  attaque   dans  certains  champs, le  prix  était  exorbitant mais cette  année  comme  la  moisson  est  bonne  les  prix  sont  abordables…..Les  autorités  doivent  appuyer  les  producteurs  surtout  dans  l’acquisition  des  intrants »

Un  an  après  la  débâcle agricole  causée  par  le  mildiou  dont  les  ravages  se  chiffraient  en  terme  de  milliard chez  bien  de  femmes  vendeuses  de  pomme  de  terre ,il  y a  encore  du  mal  à  expliquer  ce  qu’il  s’était  réellement  passé .Fatoumata  Oury  tente  de  trouver  une  raison :

« les  uns  accusent  les  engrais d’être  de  mauvaise  qualité ,d’autres  parlent  de  pluie  chaude, nous  on  ne  fait  des  profits  que  si  l’offre  est  inferieure  à  la  demande  comme  l’an  dernier par  exemple »

Mama  Aissata  Mané autre  actrice  de  la  filière  pomme  de  terre  exige  que  pour  le  bonheur  des  producteurs  les  décisions   des  rencontres  paysannes  soient  appliquées  à  la  lettre :

« …..que  les  semences  e n  introduction  dans  le pays  passe  désormais  par  le  port pour  le  contrôle  de  sa  qualité, c’est  mieux  que  quand  un  particulier  l’entasse  dans un  camion  en  provenance  du  Sénégal  ou  du  Mali  pour  le  Fouta , la  semence  doit  aussi  suffire  à  toute  la  demande  sans  compter  que  les  paysans  doivent  éviter  de  se  ravitailler  n’importe  où. »

En  attendant  l’usine  promise  par  le  professeur  Alpha  Condé  au seuil  des  présidentielles  de  2015 et  dont  de  traces  il  n’y  a  qu’une  malheureuse  pierre  inaugurale  à  ce  jour ,les  producteurs  devront  continuer  à  se  battre   et  voler  de  leurs  propres  ailes ,pour  cela  il  est  urgent  de  respecter  les  mesures  édictées .

                                                                                                           Ousmane  koumanthio  Tounkara

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook