Le réseau guinéen des organisations des personnes handicapées pour la promotion de la convention internationale sur les droits des personnes handicapées (ROPACIDPH) en partenariat avec le haut-commissariat des nations unies aux droits de l’homme (HCDH) organise du 4 au 5 décembre 2018 à Conakry, l’atelier d’appropriation et de validation technique des textes d’application de la loi portant promotion et protection des personnes vivant avec handicap en Guinée.

Dans son discours de bienvenue,   El hadj Alpha Boubacar Diop, expert et consultant sur les questions des personnes handicapées, commissaire aux droits de l’homme, ambassadeur de la décennie africaine des personnes handicapées, président du ROPACIDPH a dit que lorsque les personnes handicapées jouissent pleinement de leurs droits humains, elles sont le plus souvent des références.

Pour lui, c’est en ce sens que l’adoption et la signature des textes d’application trouvent toute son importance.

En jetant un regard sur la personne handicapée, la majorité de nos compatriotes ne voient que ce qui manque à la personne handicapée motrice, sensorielle et/ou intellectuelle, ce que celle-ci ne peut pas faire au lieu de se poser la question de savoir ce qu’elle peut faire. On ne voit pas la personne humaine dans toute sa dimension humaine. Ce qui contribue à dévaloriser la personne handicapée en tant qu’être humain tout simplement. Or, toute vie humaine peut être utile et les personnes handicapées bénéficient de tous les droits humains fondamentaux, au lieu de devenir une charge pour leur famille, au lieu d’être un fardeau social, elles deviennent agents de développement”, a-t-il indiqué.

 

Prenant la parole, Dr Patrice Vahard, représentant du HCDH en Guinée a fait savoir que cette activité fait partie des axes stratégiques d’intervention de son institution pour l’année 2018-2019, notamment le pilier 3 “renforcement et protection de l’espace civique et la participation de la population”. Et elle cadre également avec le thème 2018 de la journée internationale des personnes handicapées le 3 décembre “Autonomiser les personnes handicapées et assurer la participation et l’égalité”.

 

Aux dires du diplomate onusien, l’atelier a pour objectif, l’appropriation de la convention sur les droits des personnes handicapées et favoriser la mise en œuvre effective de la loi portant promotion et protection des droits des personnes vivant avec handicap en République de Guinée, par la validation technique des textes d’application de ladite.

Le processus visant à doter la Guinée d’une législation spécifique de protection au profit des personnes handicapées mentales, sensorielles et motrices est finalisé par l’élaboration des textes d’application de la loi sur la protection et la promotion des personnes handicapées de la Guinée ; Les deux décrets (décret principal d’application de loi L/2018/Numéro 021/AN du 15 mai 2018 portant protection et promotion des personnes handicapées en Guinée, décret d’application de l’article 53 de la loi L/2018/Numéro 021/AN du 15 mai 2018 sur la protection et la promotion des personnes handicapées relatif à la création du conseil national du Handicap) sont validés, disponibles et transmis à qui de droit ; Les participants à l’atelier sont mieux outillés, formés sur les droits des personnes handicapées et s’engagent à la vulgarisation de ladite loi et, au cas échéant, de ses textes d’application ; Un rapport de l’atelier est produit et disponible”, sont les résultats attendus au terme de l’atelier.

De son côté, Madame Diaby Hadja Mariama Sylla ministre de l’action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance a dit que depuis l’adoption du plan national de développement économique et social, la question du handicap est remise en selle.

Selon ses dires, l’objectif visé est de veiller à ce que l’emploi productif et l’entrepreneuriat des personnes vivant avec handicap soient promus. “C’est dans ce cadre que mon département a jugé l’opportunité d’élaborer une loi dont la matrice est la protection des droits et la promotion des opportunités en faveur des personnes handicapées. Mon souhait ardent est de disposer de textes qui ne se buteront pas à des obstacles insurmontables de mise en œuvre. J’ose croire que les recommandations issues de cet atelier concouront à disposer de textes règlementaires acceptés de tous”, a-t-elle conclu.

Selon les organisateurs, la session servira aussi d’opportunité pour diffuser la brochure de la loi portant promotion et protection des droits des personnes vivant avec handicap, publiée avec l’appui technique et financier du HCDH.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

Tel : (+224) 622 304 942

 

PARTAGER