Guinée: l’activiste Fatma Kaba Camara met les acteurs politiques devant leur responsabilité

1

L’ONG Notre Voix Aussi (NVA) a animé une conférence à la maison de la presse de Conakry mardi 31 janvier 2017 pour faire l’autopsie de la situation sociale, politique et économique de la Guinée.

Selon la présidente de ladite ONG Mme Kaba Fatma Camara, les Guinéens doivent comprendre que l’appartenance politique et l’appartenance  ethnique ne sont que des accessoires. Elles ne doivent pas être des freins qui doivent empêcher à fin que  la Guinée se développe.

« L’ethnie n’est pas un fait biologique mais plutôt social. Puisse qu’en dehors de la Guinée, nous avons qu’une seule appellation Guinéen. Donc j’aimerais aujourd’hui que nous fassions une synergie d’efforts enfin de doter de la Guinée de solutions efficaces et efficientes pour que nous puissions balayer notre chemin et que notre développement suit sa trajectoire. Et sur ça, la jeunesse guinéenne a un rôle important à jouer ».

Plus loin sur la situation politique, elle a défini la politique dans son vrai sens de terme. Selon Mme Kaba, la politique est l’ensemble des efforts donnés par des individus à fin de changer des conditions de vie d’une cité.

« La politique c’est lorsque par exemple une personne se rend compte que ça ne va pas dans sa famille et qu’elle se donne des moins efficaces afin que ça aille dans sa famille. Elle aussi, c’est comme si un enseignant qui veut doter ses étudiants d’une connaissance, il passe par toutes stratégies comme des évaluations, des compositions enfin que ces personnes prouvent ce qu’ils ont compris au cours des leçons », a-t-elle détaillé en rappelant que chacun fait la politique d’une manière ou d’une autre.

Elle a poursuivi sur la situation politique en indiquant que la responsabilité première c’est avec les acteurs politiques Guinéens puisse qu’il est bien que chaque citoyen s’engage pour un lendemain meilleur pour son pays.

« Il est aussi plus important que nos leaders s’entremêle avec de meilleur sentiment. Parce que lorsqu’ils sont en discorde c’est la Guinée qui succombe.  Lorsqu’ils sont en queue de poisson, c’est des milliers d’enfants qui sont perturbés par cette agitation, qui seront par après en retard. Donc le mieux est qu’ils s’entendent à fin que nous puissions aller à l’avant. Et aussi, il doivent privilégier un terrain d’entente ».

Sur la situation économique, elle a donné quelques statiques de l’année 2016. Le premier intérieur de brute  est de 533 dollars, le produit intérieur brut en pritmat est 6, 75 millions de dollars, la balance de paiement en produit intérieur brute est  23,8% et la dette publique en PIB est 52,56%.

« Avec de tel chiffre, si nous volons aujourd’hui avoir une bonne plus récente, il faut que nous nous accentuons sur un certain nombre d’élément. A savoir une économie sociale, solidaire accès sur le développement humain. C’est-à-dire une économie participative qui mettra au sein de ses préoccupations la compétence humaine, d’où les ressources humaines qualifiées et aussi la formation ».

Ibrahima Sory Barry pour Aminata.com

Tel : +224-620-10-70-71

 

Commentaires

commentaire



1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE