Grossesse/Guinée: les complications liées au refus de la consultation prénatale

La consultation prénatale (CPN),  étape très importante, c’est l’examen d’une femme enceinte pendant la grossesse par une sage-femme, un gynécologue ou un infirmier dans l’objectif d’assurer un développement adéquat de la gestation tant pour le fœtus que la future mère.  Elle permet de prévenir plusieurs complications qui peuvent interrompre la grossesse et même à de fois conduire à la mort.

La consultation prénatale s’effectue, normalement à partir du moment où la femme estime être en enceinte. Elle doit se faire de façon chronologique. Le médecin après  avoir diagnostiqué la grossesse, doit établir les dates pendant lesquelles la femme doit se rendre dans un centre de soins pour se faire examiner.  Et en même, planifier un calandrer permettant à la femme de savoir quand est-ce qu’elle va faire son échographie du premier,  du deuxième et du troisième et dernier trimestre et prendre un carnet rouge pour se faire vacciner.

Docteur Mamadou Cellou Diallo est médecin gynécologue à la clinique Chirurgico-médicale de bomboly dans la commune de Ratoma. Il explique également que ce pendant cette période que la femme enceinte doit faire des «traitements  prophylactiques  antipaludéen et prévoir la date de l’accouchement».

La procédure de consultation

Le médecin explique que la consultation prénatale obéit à une chronologie. Ce qu’explique-t-il, il faut  dans un premier temps,  dépister la patiente pour savoir si elle à des anomalies et les prendre  en charge. «C’est très   important pour toute femme en cas de retard des règles d’aller se faire consulter par un médecin pour d’établir la cause. Si elle est enceinte, essayer de  panifier un suivi pour éviter des pathologies éventuelles. Pour ce faire, la femme doit faire un bilan pour que le médecin analyse les résultats.  S’ils s’avèrent  positifs on les corrige. Et on essaye de faire des traitements préventifs pour éviter des  complications à l’avenir».

Les risques encourus en cas de refus

Au titre des complications qu’encoure une femme enceinte qui refuse de se consulter, le Dr Mamadou Cellou Diallo évoque des risques énormes classés en trois étapes. «Nous avons des complications qui peuvent survenir au premier trimestre.  Elles se résument en des hémorragies. Si la femme ne se consulte pas très tôt, elle risque d’être atteinte d’un paludisme qui peut être fatale. Et quand elle prend des médicaments qui ne sont pas prescrits par un médecin cela peuvent être nocifs pour le fœtus qui conduit souvent à l’avortement».

Pendant le 2e trimestre, d’autres complications vasculo-rénales, l’hypertension peuvent, à la longue, causer des problèmes chez la femme non prise en charge. Lors du 3e et dernier trimestre, le refus de la consultation peut générer aussi des pathologies.

«Il faut surtout savoir si la grossesse évolue bien, est-ce que la patiente  fait de l’hypertension ou un paludisme ou si elle fait une anémie. Si tel est le cas, le médecin doit immédiatement  prévenir les complications qui y sont liées. Sinon, des telles complications  conduisent très souvent à la mort».

Diagnostic de l’accouchement

C’est après avoir fait toutes ces analyses, précise Dr Cellou, que le médecin fait un pronostic de l’accouchement qui va déterminer si la femme peut accoucher d’elle-même ou si elle nécessite une césarienne.

Pour éviter des complications pendant l’accouchement, le médecin conseille à toutes  les femmes de se faire suivre par un médecin dès le début de la grossesse pour une éventuelle prise en charge. C’est-ce qui, dit-il, peut assurer une grossesse réussie.

Fatoumata Lamarana Diallo pour Aminata.com

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook