Génocide des Rohyingias: analyse de Michèle Julian, spécialiste d’Asie du Sud-est

Depuis plusieurs mois, des violences sans précédent perpétrées contre la minorité musulmane Rohyingya ont fait plus de 400 morts et des centaines des milliers des déplacés. La communauté internationale dénonce un génocide contre cette minorité considérée comme des apatrides par les autorités birmanes.

Comment expliquer les violences contre les Rohinygias qui sont arrivés en Birmanie avec la bénédiction des colons britanniques? Comment expliquer le silence de la Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi? Quel est l’avenir de cette minorité birmane. Michèle Jullian, spécialiste d’Asie du Sud-est apporte son analyse à Aminata.com sur cette guerre qui fait la une des médias internationaux.

 

Le Myanmar, puzzle de plus de 135 ethnies

J’ai effectivement vécu plus de 10 ans en Thaïlande dont 1 année à la frontière birmano-thaïe où j’enseignais l’anglais à des réfugiés en provenance de Birmanie : des Karen. Je me suis penchée sur le sort de cette minorité en majorité chrétienne, qui a résisté plus de 60 ans à la junte birmane. Un si petit peuple, sans aucune aide extérieure. Sans aucune voix. Réfugiés par milliers dans des camps en Thaïlande dont celui de Mae La où Aung San Suu Kyi s’est rendue dès qu’elle a pu quitter le territoire birman en 2012 après sa longue assignation à résidence.

L’armée birmane tuait dans le plus grand silence, en dehors de quelques voix d’ONG internationales. Femmes violées (« mélangez le sang » disaient les autorités de la junte. Insulte suprême. Pour le dissoudre, pour supprimer cette ethnie, mines, pillages, enrôlement des enfants, travail forcé. On parlait aussi de génocide.

Les Karen réclamaient leur indépendance.

L’opinion mondiale ne s’est pas beaucoup mobilisée pour ces minorités et je pourrais ajouter aujourd’hui les Kachin, dont beaucoup cherchent actuellement refuge en Chine. Mais comment tenir un territoire ou plutôt un puzzle constitué de tant de minorités dont certaines réclament leur indépendance ?

Aujourd’hui

La province de l’Arakan est à feu et à sang. Les Rohyngias s’estiment traités comme citoyens de seconde zone alors ils se révoltent contre tout ce qui symbolise l’état. L’Arsa (Arakan Rohyngias Salvation Army) a attaqué plusieurs postes de police, fin août. L’armée a répliqué. Et violemment comme elle sait le faire. Des centaines de morts des deux côtés. 125 000 Rohyngias ont trouvé provisoirement refuge au Bangladesh voisin d’où ils sont originaires. D’autres prennent la mer sur des bateaux de fortune

Aung San Suu Kyi

Pourquoi elle ne parle pas ? Elle est prisonnière des réalités politiques d’un pays où pouvoir et clergé bouddhiste (500 000 bonzes) sont intimement mêlés.  Etre birman et bouddhiste est quasiment indissociable. Dans sa longue lutte pour ramener la démocratie en Birmanie, Aung San Suu Kyi est avant tout la représentante des Birmans bouddhistes. Défendre les Rohyngias comporte des risques : créer des tensions avec les militaires qui pourraient alors s’appuyer sur le ressentiment général des bouddhistes pour l’affaiblir politiquement, elle risquerait alors d’être coupée de sa base. Elle a toujours un rôle à jouer.

La religion bouddhiste et le peuple

Pendant des décennies, le régime militaire a coupé du monde le pays le plus riche d’Asie (pierres précieuses, teck, minerais, gaz, pétrole, thé) mais le peuple, l’un des plus pauvres du monde. Pays convoité par deux ogres qui l’entourent : la Chine et l’Inde. Sans oublier les Etats-Unis. Pays pillé, peuple vampirisé par une junte kleptomane. Généraux qui entraînent un des plus importantes armées du monde avec 40 % de son budget national (contre moins de 1 % pour l’éducation), l’idée étant de maintenir la population dans l’ignorance (des symptômes propres à toutes les dictatures).

Dans ce contexte on comprend mieux l’importance accordée au bouddhisme, religion d’état, une religion comme exutoire, comme refuge, comme espoir, véritable identité « birmano-bouddhiste » pour tout un peuple. Un peuple qui, depuis le développement d’internet, porte un regard inquiet sur les pays voisins à majorité musulmane : le sud de la Thaïlande, le Bengladesh, la Malaisie, l’Indonésie.   Un peuple qui n’avait jamais eu accès aux informations internationales auparavant prend connaissance des actes de terrorisme perpétrés par des djihadistes musulmans dans le monde. « La religion c’est tout ce qu’ils ont. Leurs propres rêves sont en danger »

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               Les Rohyngias

Les Rohingyas sont considérés comme émigrants illégaux, et ils le sont pour une majorité. D’autres étaient présent dans l’état de Rakhine bien avant la période coloniale. En fait ce sont les Britanniques qui, en annexant le nord-ouest du pays, ont permis l’arrivée de ces musulmans en provenance du Bengale. Le gouvernement ne leur accorde aucun droit à l’éducation ou à la santé et leur refuse le statut de citoyen birman. Entre 1991 et 1992, 260 000 Rohingyas ont fui le pays suite aux abus commis par l’armée birmane : confiscation de leurs terres, travaux forcés, viols, tortures, exécutions. Les Rohingyas sont victimes de véritables pogroms, beaucoup vivent dans des camps.

Depuis 1962, les différents dictateurs ont fait des Rohingyas un peuple « d’innommables ». On ne prononce pas leur nom car ils « n’existent pas ». On les appelait les « Kalars », terme méprisant qui se réfère à la couleur de la peau (sorte de « bougnoules »)

 

Wirathu, le moine extrémiste et son discours

La vague de haine contre cette minorité est alimentée par les sermons de U Wirathu, un bonze surnommé le « Ben Laden birman », à la tête d’un mouvement nationaliste baptisé « 969 » appartenant au groupe MA BA THA une association bouddhiste radicale qui craint l’extinction de la religion au profit de l’Islam. Originaire de Mandalay, U Wirathu déclare : « Si nous reconnaissons la communauté Rohingya, alors nous allons être forcés de leur abandonner tout l’état d’Arakan ». Il accuse les Rohingyas de préparer un djihad anti bouddhiste : « Ensuite ils essaieront d’envahir plus de territoire, et la Birmanie finira comme le Kosovo. Ils veulent répandre l’Islam dans le monde entier en utilisant la violence si nécessaire ». Depuis 2012, la haine raciale a embrasé toute la Birmanie.

La population birmane est passive, elle-même victime. Sa haine, alimentée par les discours de Wirathu, est à la hauteur des frustrations et des douleurs accumulées par plus de cinquante ans de soumission à une dictature militaire. Les Rohingyas sont des boucs émissaires sur qui se déverse l’insatisfaction de tout un peuple.

Aujourd’hui tout le monde parle des Rohyngia : les pays arabo musulmans, les musulmans de France, les ONG… Beaucoup aimerait que ce problème soit simple : qu’il y ait les mauvais Birmans et les gentils Rohyngias. Certains médias ou personnalités, lancent de fausses informations, et véhiculent des images truquées sur le net (certaines prises en Indonésie ou même en Afrique) Tariq Ramadan pour ne pas le citer, pris en flagrant délit.

En fait les Rohyngias payent aussi d’une certaine façon, les attentats islamistes perpétrés dans le monde.

L’Arabie Saoudite, présente dans les pays musulmans d’Asie (Malaisie, Indonésie) soutiendrait la minorité Rohyngia. Un conflit qui risque donc de s’internationaliser.

Il y a cependant des pourparlers de paix qui se tiennent en ce moment à Chiang Mai. Certains groupes de Rohyngias sont d’accord pour signer un cessez-le-feu, d’autres, pas. Et aux dernières informations, le UNFC (Union Nationalities Federal Council) a traité l’ARSA (Arakan Rohyngia Salvation Army) d’organisation terroriste cherchant à enflammer la situation. A ce titre ils sont exclus des débats.

Je suis plutôt pessimiste pour les Rohyngias en ce qui concerne leur avenir proche.

Quant à la solution ? Les Birmans n’accepteront jamais une partition.

Entretien réalisé par Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com

alphanyla@gmail.com

+224 656 39 19 76


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here