Fête de l’indépendance nationale : Les dessous d’un choix !

0

Officiellement, la ville carrefour de Mamou abritera le 56ème anniversaire de l’accession de la Guinée à la souveraineté nationale. La décision a été rendue publique par un arrêté du ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation, Alassane Condé. C’était le jeudi 6 février dernier, au terme d’un conseil extraordinaire des ministres présidé par le Chef de l’Etat.

Depuis, l’annonce fait couler ancre et salive voir même beaucoup d’eau sous le pont. Résidents, ressortissants, dignitaires religieux et politiciens continuent d’en parler. Et d’autres n’hésitent pas à prendre des initiatives.

Du côté de Sékoutoureya, une seule version est sur les lèvres : La tenue de cette fête tournante dans les villes de l’intérieur vise à développer les régions qui les abritent par la réalisation d’importantes infrastructures. Ce fut le cas à Boké en 20012 et à N’Zérékoré en 2013. Dans ces villes, des routes, des voiries urbaines, des éclairages publics et des édifices publics ont vu le jour et d’importants chantiers sont en cours.

Pour ce qui est du choix de Mamou, nombreux sont ceux qui croient savoir que l’idée est motivée politiquement voir stratégiquement et en accord parfait avec le rendez-vous de 2015.

Des proches du Président croient savoir que si Boké a été choisi au détriment de Kindia, ville plus grande et capitale régionale de la Basse côte, cela s’explique par la naissance du Chef de l’Etat dans cette localité. D’ailleurs deux des fils de la famille adoptive du Chef de l’Etat sont parmi les plus hauts dignitaires du pays aujourd’hui.

Pour le cas de Mamou, les raisons semblent être tout autres. Labé est la capitale régionale de la Moyenne et fief de l’opposant Cellou Dalein Diallo qui partage ses terres avec son aîné Siradiou Diallo, l’un des adversaires connus du Pr Alpha Condé. Aussi, la cité de Karamoko Alpha Mo Labé a eu la malchance de perdre l’un des ses plus importantes figures religieuses en septembre dernier. Le décès de l’Erudi Elhadj Abdourahmane Bah, considéré comme le Khalif de tout le Fouta n’a pas arrangé les choses ni pour la région, ni pour sa famille, ni pour ses enfants.


Ces derniers qui étaient plus ou moins représentés dans les sphères du pouvoir risquent de se voir sevrés aussi longtemps que le pouvoir sera dans les mains du Pr Condé. Et ce n’est pas une surprise si Hadja Mariama Bah, ministre de la Fonction publique et du travail a été débarquée malgré ses bons résultats. Le Gouverneur de Mamou, Amadou Oury Lémy Diallo, autre proche de la famille du Kharif, serait dans la ligne de mire. L’on peut parier qu’il ne participera pas à cette fête en sa qualité de gouverneur de cette région. Le Pr Condé se souvient, un de ses confidents, « n’a récolté pratiquement rien dans le bureau de vote où la famille a voté ».

Pour le reste, Labé en plus de pleurer la perte immense d’Elhadj Abdourahmane Bah doit donc regretter son choix ancré dans l’opposition et particulièrement de sa préférence à l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo. A ce niveau et vu que les résultats de Mamou pour le Parti présidentiel sont e plus en plus meilleurs à ceux de Labé, le choix est vite fait. La voirie de Labé, ses lampadaires et autres réalisations d’envergure programmées depuis 2009 sous le Cpt Dadis et réactivées en 2011 pourraient attendre encore.

Pourtant, certaines sources croient savoir que les sages de Kankan avaient demandé à Alpha Condé d’organiser « cette fête à Labé avant Kankan ». Animés de bonne foi, ces respectables notabilités armées d’un esprit de réconciliation et de paix ont oublié qu’en politique « il n’y a pas d’amis et seuls les intérêts comptent ». A ce niveau, le patron du pays ne manque aucune occasion pour le faire savoir. « Etant 1000 % politique » pour répéter une de ses expressions favorite, le Pr Condé peut être penserait que la fête à Mamou avec quelques réalisations et des promesses dans le vent pourraient impacter les résultats de la présidentielle de 2015.

En attendant, la principale force d’opposition penserait qu’il vaut mieux dépêcher une délégation de dignitaires religieux de Labé à Mamou pour dissiper la tension et colmater les brèches. Car, disent, que ce soit à Labé ou à Mamou, après tout c’est le Fouta où la souffrance du sentiment de l’exclusion, de la division et de la haine de l’autre, est vécue autant dans les foyers que dans les cœurs et de la même manière. Qui dira le contraire ?

B.Abdallah/Aminata.com



PARTAGER
Article précédentDinguiraye : mise en place du CPD lors d’un meeting présidé par le Préfet
Article suivantUn syndicaliste parlementaire à la la gendarmerie
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here