Fermeture des écoles: Alpha Oumar Taran Diallo de l’ADR craint un risque d’une année blanche

Le président de l’Alliance démocratique pour le renouveau(ADR) l’a dit dans une interview qu’il a accordée à notre reporter. Au cours de cet entretien, Monsieur Diallo a parlé de la crise que traverse le système éducatif guinéen avant de donner une piste de solution.

“La crise que traverse l’école guinéenne actuellement dénote de l’état de notre société. Puisque nous savons tous qu’une société qui veut avancer, se développer doit promouvoir l’éducation et la formation de sa jeunesse parce qu’on dit souvent que les jeunes sont l’avenir de la nation. Mais quand on voit la façon dont le gouvernement gère cette situation-là, nous dirons que ce n’est pas une préoccupation pour lui. Si c’était une préoccupation pour eux, ils n’allaient pas donner comme ça des congés de façon intempestive. Mais ils auraient pu trouver une solution avec le syndicat. Le risque est en train de s’aggraver parce que l’association des élèves et étudiants de Guinée a lancé un ultimatum aux autorités. Elle demande à ses membres d’aller reprendre les cours alors que la grève n’a pas été suspendue. Donc, il y a un risque d’affrontement entre les élèves et étudiants et les forces de l’ordre”, affirme le patron de l’ADR.

Pour ce leader politique, il y’a un risque d’aller vers une année blanche parce que selon lui, avec le congé qui est en train de se prolonger, tout le mois de février n’a pas été étudié.

“Ajouté à cela, les congés de Noël et les congés d’Avril qui arrivent, il y a des risques que le programme ne puisse pas être achevé dans la période qui reste”, ajoute-t-il avant de dire que la solution à ce problème est très simple.

“C’est de travailler à la satisfaction des enseignants. Le corps enseignant et les policiers de la routière constituent les parents pauvres de la fonction publique guinéenne. Ils sont mal payés, ils ne sont pas logés. On connaît tous, les conditions de travail dans les écoles avec des effectifs pléthoriques. Les enseignants travaillent dans des conditions très difficiles. Il ne reste qu’appliquer le statut particulier de l’enseignant permettrait au système éducatif d’évoluer dans des meilleures conditions”, a-t-il indiqué.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

aliousarayabhe@gmail.com

 

In : Politique

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook