Exclusif /3e mandat : l’ambassadeur des USA s’oppose : « nous sommes contre les changements de constitution…. »

De  passage à  Labé l’ambassadeur  des  Etats  Unis S.E Denis  Hatkins a  mis  à  profit son  séjour  pour  rencontrer  la  presse  chacun  à  son  siège  pour  une  série  de  discussions  concernant  des questions  actuelles  où  son  pays  est  impliqué. Ainsi  avec  le diplomate  notre  rédaction  a  fait  le  tour  de  questions  concernant certaines  visées  du  président  Donald Trump  par  rapport  à  l’immigration, aux  accords  politiques guinéens  et  à  la  brulante  question  du  3 ème  mandat      .

Sur la  position  du président Trump sur l’immigration                                                                                             

C’est  que  le  président  Trump  a  dit  ce  n’est  pas  que  les  frontières  doivent  être  fermées mais  qu’il  faut  contrôler  qui  peut  entrer  d’avoir  les  informations  sur  qui  sont  ces  personnes  pour  mieux  les  contrôler  et  même  la  Guinée  fait  la  même  chose  récemment  il  y  a  un  mois  il  y’avait  quelques  pakistanais  qui  étaient  expulsés  de  votre  pays ,l’année  dernière  il  y  avait  des  centaines  de  burkinabés  qui  faisaient  des  activités  de  ménage illégales vous  pouvez  aussi  contrôler  vos  frontières.

Sur les accords politiques guinéens

 

Je  pense  que  le  plus  important  c’est  que  ces  accords  c’étaient  faits  entre  les  guinéens, quand  j’ai  voyagé  j’ai  constaté que  les  guinéens  sont  bien  conscients  qu’il  n’y avait  pas  de  modérateurs  étrangers c’était  un  accord  fait  par  les  guinéens.il  y  a  certains  aspects  qui  s’étaient  déjà  fait, il  y  avait  dans  l’accord  la  libération  de  tous  ceux qui  étaient  arrêtés  lors  des manifestations  même  demain  je  vais  à  Nzérékoré avec  le  secrétaire  général  du  ministère  de  la  décentralisation  et  les  représentants  de  la  mouvance  et  de  l’opposition  pour  cette  question  des  accords ,nous  sommes  là  les  USA, la  France  et  l’UE comme  observateurs, nous  avons  vu  ce  qu’ils  ont  fait notre appui  c’est  de donner  notre  appui  moral  ,ce  n’est  pas  d’imposer  notre  point  de  vue  c’est  de  donner  notre  appui  à  des  accords  très  africains…..Nous  sommes  invités  à  être  témoin  de  donner  cette  force  morale  et  dire  qu’on  était  dans  la  salle nous  sommes  très  conscient  des  engagements  pris .jusqu’à  présent  c’est  difficile  les  élections  et  même  ce  changements  de  moyens  de  faire  les  élections  de  chefs  de  quartiers……ils  ont  gardé  dans  les  accords  l’idée  de présenter   des  candidats  indépendants.

Sur la  lancinante question  du  troisième  mandat

Vous  avez  même  noté  que  jusque  là  le  président  n’a  pas parlé  du  troisième  mandat, il  y  a  les  autres  qui  parlent  qui  disent  en  son  nom mais  je  pense  que  sur  la  question  du  troisième  mandat  il  faut  que  le  président  parle. Nous  avons  fait  clair  si  c’est  un  principe  constitutionnel chaque  pays  peut  changer sa  constitution assez  souvent mais nous  sommes  contre  le  changement  de  constitution  en  faveur  de  lui  ,de  elle après  le  deuxième mandat le futur  président  veut  5  ans  7ans  ou  trois  mandats  et  nous  sommes  toujours  contre  les  changements  de  constitution et  en  Afrique  de  l’Ouest  en  général  on  a  vu  que  les  réactions  des  gens  sont  très  négative  contre  les  changements  de  constitutions, c’est  vrai qu’au  Rwanda  et  dans  les  autres  pays on a  fait  des  changements  et  que  même  les  Etats  Unis  étaient  contre  ils  ont pris  la  décision en  principe  il  faut  noter  que  le  président  de  la  république  n’a jamais parler  d’un  troisième  mandat.

Sans  vouloir interférer  dans  la  volonté des  jeunes  guinéens  à aller chercher  leur vie  ailleurs ,le  diplomate  américain  a  afficher  son inquiétude  quand  aux  dangers  qui  guettent  les  candidats  au  départ surtout ceux  qui  utilisent  les  canaux  clandestins  car  leur  pauvreté  les  expose  au  recrutement dans  les  réseaux djihadistes  quand  ce  n’est  pas  la  prison  et  la  mort.

Ousmane Tounkara pour Aminata.com

In : Politique

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook