Epidemie de rougeole en Guinée : 1055 cas pris en charge et 2 décès enregistrés

0

Le Directeur Général (DG) de l’Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire (ANSS), Dr. Sakoba Keïta était l’invité du journal de la radiotélévision guinéenne dans la soirée du  mardi, 27 février 2017. Au cours de cet entretien, il a parlé de l’épidémie de la rougeole  qui a été déclarée en Guinée, le 08 février 2017 par le ministère de la santé.

Dans cette interview, Docteur Sakoba Keïta a  confirmé la déclaration par le Ministère de la santé de la présence d’une épidémie de rougeole en République de Guinée.

Selon lui, du 1er janvier  au 26 février 2017, 1055 cas ont été juste pris en charge. “Actuellement dans nos centres de traitement et certains hôpitaux régionaux et préfectoraux nous avons en hospitalisation 16 cas et parmi ces 1055 on a que 2 décès pour le moment. Les districts qui ont été déclarés en épidémie sont au nombre de 14. Cependant, il ya 11 autres distincts qui ont notifiés des cas mais qui n’ont pas atteint le seuil épidémique. Donc en tout  nous avons 25 préfectures qui ont  eu à notifier au moins 1 cas de rougeole y compris la zone de Conakry”  précise t-il.

Parlant de la prise en charge des malades atteints de la rougeole, le directeur général de l’agence nationale de la sécurité sanitaire Dr.Sakoba a dit qu’à la suite de l’épidémie d’Ebola dans le pays, des centres de traitement épidémiologique ont été construits.

“Nous avons planifié 100 plats centres. A ce jour, il y a près de  28 qui sont finis. C’est eux qui aspirent la prise en charge dans certaines préfectures et dans d’autres préfectures c’est les hôpitaux régionaux. Au niveau de Conakry, nous avons les centres communaux de santé et les   deux CHU qui prennent des cas  en charge. Les cas graves de Conakry sont tous hospitalités à Nongo dans  l’autre centre de traitement où  on vient de recevoir d’important lot de médicament de la part de l’OMS. Les cas de N’zérékoré où la maladie est plus intense étaient déjà pris en charge par une ONG de la place. Nous avons renforcé la dotation par des donations qu’on a reçues de l’OMS”, a indiqué Dr Sakoba.

Plus loin, il a fait savoir que la  vaccination de routine des enfants qui ont atteints leurs premiers anniversaires continuent comme d’habitude.

A l’en croire, quand il y a épidémie, parmi les enfants malades on constate que la tranche d’âge la plus atteinte c’est de 6 mois à 10 ans.

“Donc  cette tranche d’âge a fait l’objet d’une planification, les plaidoyers ont été faits auprès des différents partenaires  y compris l’Etat. Ainsi, avant la fin du mois de mars, nous comptons vacciner près de  3 millions et  demi de cette tranche d’âge dans l’ensemble des 31 districts que nous comptons vacciner. C’est-à-dire les districts où on a notifié un cas, plus leur district voisin pour ne pas que l’épidémie se propage.  Le coût est estimé  à 5 millions de dollars. Mais le coût d’un enfant vacciné tourne autour de 8000 GNF” a-t-il conclu.

Zézé Enéma Guilavogui pour Aminata.com

Tel : +224 622 34 45 42

Commentaires

commentaire



AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE