Les économies africaines à la merci de risques  »considérables » (économiste)

Les économies africaines sont exposées à des risques  »considérables », a affirmé jeudi à Addis-Abeba (Ethiopie),le Directeur de la Division des politiques macroéconomiques de la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

economie africaine

economie africaine

Dans un rapport présenté lors d’une réunion préparatoire technique du Comité d’experts organisée dans le cadre de la Semaine africaine de développement entamée la veille dans la capitale éthiopienne, Adam Elhiraika explique que les économies du continent sont ‘’excessivement » vulnérables aux chocs extérieurs du fait qu’une partie importante de leurs recettes proviennent de l’exportation de produits de base peu ou pas valorisés.

En guise d’illustration, il signale qu’entre 2012 et 2014, les cours du pétrole ont chuté de 11 pour cent jusqu’à atteindre 57 pour cent entre juin 2014 et janvier 2015.

Les répercussions ont été ‘’considérables » pour l’Afrique en tant qu’exportateur net de pétrole, note-t-il.


Il se félicite toutefois des ‘’bonnes perspectives » de croissance économique notées sur le continent, avec un taux du produit intérieur brut (PIB) qui devrait augmenter et atteindre environ 4,3 pour cent en 2016 et 4,4 pour cent en 2017.

Il a, à cet effet, invité l’Afrique a ‘’repenser » sa stratégie de croissance et de développement global afin de pallier sa vulnérabilité aux chocs tels que les problèmes en matière de sécurité, les troubles politiques dans certains pays du continent et la sècheresse qui sévit dans l’Est et dans certaines parties de l’Afrique australe.

Il préconise ainsi, par exemple, d’investir dans les industries agro-alimentaires, et d’ajouter de la valeur à nos ressources naturelles, de sorte de créer des emplois à faible rémunération dans le secteur minier.

Il recommande aussi à mettre davantage l’accent sur des secteurs non pétroliers stratégiques tels que la production d’électricité, la construction et la technologie dans les économies fortement dépendantes des recettes pétrolières.

Selon lui, les dirigeants africains devront également se concentrer sur les programmes et projets régionaux et continentaux qui visent à créer les infrastructures et l’énergie nécessaires pour une industrialisation et faciliter la création d’une Communauté économique africaine ‘’forte et unie ».

Parmi ces programmes et projets phares de l’Agenda 2063, l’on peut citer la Zone de libre – échange continentale, le projet du grand barrage d’Inga, sur le fleuve Congo en RD Congo, le passeport africain et la libre circulation des personnes.

Adam Elhiraika soutient toutefois que la croissance économique sur le continent continue d’être tirée par la vigueur de la demande intérieure et de l’investissement public –privé, notamment dans les infrastructures.


Avez-vous aimé cet article ? Commentez ou partager avec vos amis recommander


About the author

Journaliste blogueur (kindyblog.com) web entrepreneur passionné par le web la consommation collaborative et le milieux start-up, Kindy met la même intensité à rechercher de nouveaux services pour les internautes que dans ses combats. Contributeur sur plusieurs sites d'informations en Guinée et en France. Vous souhaitez lancer une entreprise sur internet (crée votre site web) et avez besoin d'aide contactez-moi. ;)
POLITIQUE
Trouves un job en Guinée
Annuaire Guinée talent