Demoudoula : plusieurs maisons menacées de démolition

0

La visite du  personnel du ministère de l’Habitat dans le quartier de Demoudoula s’est soldée par la précision d’une décision visant à démolir les concessions se situant sur le long de la rivière. Les habitants concernés par cette décision vivent dans un désespoir total. Plusieurs maisons  ont été marquées par des croix rouges lors de cette visite et pourront être détruites prochainement. Sur la question quelques citoyens se sont prêtés à notre micro et leurs avis se divergent.

Ismail Bangoura étudiant en Histoire à l’université Général Lansana Conté de Sonfonia : «les gens aiment se faire berner  par des personnes mal intentionnées sinon pourquoi investir son argent  dans des zones réservées. Le problème ce que ces personnes obtiennent des titres fonciers en achetant ces parcelles en complicité avec certainess mairies parce que c’est elles qui gèrent ce genre d’affaire. Pour mettre fin à ces histoires,  je pense qu’il faudrait aller au-delà du simple fait de démolir des maisons, il faut mener des véritables enquêtes afin de démasquer ceux qui sont derrière cette arnaque et les sanctionner».    

Ousmane Sow est professeur de philosophie : «les habitants de ce lieu ont comis une grave erreur en construisant leurs maisons dans des domaines appartenant à l’Etat. Le pire c’est qu’ils ont  allé  jusqu’à la rivière. Ils ont même détourné le passage de l’eau, elle coule dans tous les sens. Il ne pense pas qu’en faisant ça ils ont en train de risquer leurs propres vies, parce que si l’eau perde son direction elle peut causer des inondations qui peuvent coûter la vie à des personnes».

Amara Coulibaly étudiant en Sociologie : «ils ont tord de construire sur le long de la rivière, mais il est préférable qu’ils trouvent des solutions adéquates qui arrangerons tous le monde. L’Etat doit dédommager les gens qui vont perdre leurs maisons, parce que ces constructions est le fruit d’un travail acharné pendant plusieurs années. Les autorités doivent penser à ces personnes qui ont des familles sous leurs responsabilités pour n’est pas qu’elles soient laissés à la merci de la nature une fois leurs concessions détruites».

Salimatou Diallo est étudiante en Géographie : «c’est difficile de voir que sa propre maison est marquée par des croix et qui pourrait être démoli en un clin d’œil, sans levé un petit doigt. Ce genre de stress peut occasionner des dépressions mentales à vie, j’ai vraiment de la peine pour eux. C’est pourquoi je sollicite aux autorités de résoudre ce problème de manière positive sans troublé d’avantage ces  personnes».

Lamarana Diallo

+224 623 27 55 45

flamarana94@gmail.com           

 

 

 

 

Commentaires

commentaire



AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE