Comment améliorer les conditions des artistes: un citoyen fait de propositions à Siaka Barry (lettre ouverte)

Mamadou Baldé                                                                                                        Conakry, le 27 février 2017

Jeune citoyen amoureux de la culture

Mail : baldebamspresley@gmail.com

Objet : Propositions visant à améliorer

Les conditions De vie des artistes                               A Monsieur le Ministre de la culture

 

Monsieur le ministre,

Jeune citoyen amoureux de la république, j’ai décidé de vous écrire, car je crois au rôle crucial de la jeunesse dans le développement de toute discipline.

Je me tiens à l’écart des luttes partisanes et des positions institutionnelles ou idéologiques que d’aucuns cherchent à défendre, mon seul souci est celui des artistes.

Je souhaite faire entendre ma voix face aux multiples injustices que subissent nos artistes dans la pratique de leur art.

Je suis épouvanté de constater que malgré toutes les politiques menées, malgré tous les cris de détresse des artistes ils sont encore incapable après 58 ans d’indépendance de vivre dignement de leur art.

En contact quotidien avec les artistes, je refuse qu’ils continuent de payer lourdement le prix d’une mauvaise politique qui vise toujours à les garder dans la souffrance.

C’est l’identité culturelle de notre pays qui est en jeu, d’autant que les artistes ne continueront pas à rester efficaces dans leur domaine s’ils n’en tirent des bénéfices que ce soit.

Monsieur le ministre les artistes de ce pays souffrent.

A LIRE =>  Guinée: vers la création d'une “Commission Vérité-Justice- Réconciliation”

Je réclame au nom des artistes d’avantages de tolérances et de bon sens.

Puissent-ils Monsieur le ministre, sous votre égide bénéficié de textes officiels d’une telle qualité.

J’aimerais soumettre sous votre appréciation quelques propositions visant à améliorer le secteur, ces propositions que j’aimerais vous citer en quelques points qui sont :

-Que chaque établissement utilisant la musique à usage publique (tels que les boites de nuits, lesbars, restaurants et hôtels…) fournisse la liste complète de leur programme d’animation au Bureau Guinéen des droits d’auteurs.

– Des taxes sur chaque œuvre musicale réparti de la sorte :

30% pour le Bureau guinéen des droits d’auteurs, et pas moins de 50% pour l’artiste, et la totalité des droits d’auteurs pour les musiques étrangères reviennent au Bureau Guinéen des Droits d’auteurs.

-Un site internet devra être créé à l’occasion sur lequel figurera toutes les boites de nuits et bars du pays et tout établissement utilisant la musique à usage publique, ou ils déposeront tous la liste complète de leur programme d’animation chaque jour, de sorte qu’en se connectant sur le site, l’artiste soit en mesure de savoir combien d’établissements ont utilisé sa musique et de calculer lui-même ses revenus.

-Les œuvres d’artistes de nationalitéguinéennecouteront deux fois moins cher que les œuvres musicales d’artistes étrangers.

A LIRE =>  Élections locales en Guinée: journalistes et société civile amendent un rapport d'enquête

-De poursuites pénales et judiciaires contre toute personne impliquée de prêt ou de loin dans toute forme de corruption visant à porter atteinte à l’application de ce texte.

Monsieur le Ministre, à simple titre d’exemples, en prélevant une taxe de 1000 francs Guinéens sur chaque œuvre musicale, on ferait des bénéfices de 48 milles francs par jour pour seulement 4h d’animations en prenant en moyenne 5 minutes par musique, et en faisant le compte sur toute l’étendue du territoire l’état ferait plusieurs millions supplémentaires de recettes par jour.

Monsieur le ministre cette opération permet de donner aux artistes la totalité du contrôle de leurs œuvres, à augmenter les recettes et est un véritable instrument de démocratie culturelle.

Loin de ceux qui siègent dans les bureaux, qui sont aux affaires et dont les décisions et les actes risquent de faire balancer des pans entiers de l’industrie musicale, je m’interpelle ici en amoureux de la liberté, enamoureux de la culture, en amoureux de la justice et amoureux de la République.

Monsieur le ministre de la culture,s’il vous plait pensez aux artistes.

Confiant dans le jugement d’un homme de culture, je vous prie de recevoir Monsieur le ministre l’assurance de mon respectueux dévouement.

Mamadou Baldé

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)

ACTUALITES GUINEE
RECHERCHE
Recherche personnalisée
Rejoignez-nous sur Facebook