« Chaque tradition a une époque bien déterminée », dixit Binta Ann, fondatrice de la Fonbale

0

La fondatrice de la fondation Binta Ann pour les enfants « Fonbale » a au cours d’une interview qu’elle accordé  à notre reporter parlé de son engagement de lutter  contre l’excision, les mutilations génitales dont la Guinée est le 2ème pays au monde selon les statistiques à pratiquer ces fléaux.

AMINATA.COM: Parlez-nous de cette fondation ?

Binta Ann: La fondation Binta Ann pour les enfants est née en 2008 aux Etats Unis, elle s’occupe des enfants et des femmes. Aux USA,  nous nous sommes fixés comme mission de lutter contre l’excision et les mutilations génitales au sein des familles guinéennes et africaines contre ces fléaux. Mais, depuis 2 ans nous sommes rentrés en Guinée où, nous avons notre siège à Nongo. Nous continuons à lutter non seulement contre ces fléaux, mais aussi l’insertion des enfants mendiants dans la société et dans le milieu scolaire. En plus de cela, nous collectons des dons pour les orphelinats et luttons contre les abus et violences faites aux femmes.

Au jour d’aujourd’hui votre fondation accueille combien d’enfants ?

A notre siège ici à Nongo, nous avons 200 enfants, à la cité de solidarité où vous avez des centaines d’enfants nous en avons 250 enfants que nous prenons en charge.

Avez-vous des femmes au sein de cette fondation ?

Pour les femmes, on n’a pas commencé d’abord, mais on compte commencer l’alphabétisation des femmes dont elles vont bénéficier des cours de matin pour les apprendre à lire et à écrire.

Parlez-nous du projet que vous envisagez très prochainement ?

Nous avons un projet comme vous venez de le dire, un projet en partenariat avec l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique et le Ministère des actions sociales. Ce projet aura pour mission de mettre en place un comité de lutte contre l’excision et les mutilations génitales, parce que la Guinée est le 2ème pays au monde qui a un taux de prévalence très élevé.

Donc, l’Ambassade des USA à travers Mme Melinda Crowley, Ph.D  qui a un projet dans ce sens compte nous accompagner à la mise en place de ce comité. Un comité qui aura différents acteurs sur le terrain notamment des élèves, des étudiants etc. tous ceux qui sont concernés de près ou de loin seront appelés à participer audit comité.

Quelle sera sa mission principale ?

Elle aura pour mission d’expliquer, sensibiliser surtout aux femmes afin qu’elles arrêtent les mutilations génitales, qu’elles abandonnent l’excision. Ce comité va sensibiliser aussi les parents et même les religieux. C’est une mission qui sera essentiellement basée sur la sensibilisation. Où il y’aura une caravane à l’intérieur du pays et même à Conakry pour en parler dans les écoles. Car, le phénomène est un problème de santé.


Quelle sera la particularité de cette sensibilisation, parce qu’on a beaucoup entendu parlez de sensibilisation ?

Oui, vous avez raison il y a beaucoup de types de sensibilisations, si on  a trouvé que certaines sensibilisations n’ont pas portées fruits, c’est qu’il y a quelque chose qui manque. Maintenant, nous avons décidé de sortir des bureaux, du cadre habituel et aller vers cette population, voir ces gens, parce que c’est sur le terrain que ça se passe. Parler à ces populations, les écouter aussi parce qu’elles ont quelque chose à dire. Faire un échange dans les différentes langues nationales. Donc, c’est une offensive que nous avons envie de faire de cette action sociale avec des volontaires non salariés. Donc, cette démonstration sur le terrain fera la différence mais aussi la particularité de notre sensibilisation.

Depuis  2008 vous avez créé cette fondation, avez-vous bénéficié des partenaires ?

Pour le moment, l’Unicef nous a ouvert ses portes et voir comment on peut travailler ensemble de même que le ministère des affaires sociales. Un ministère qui nous a promis de travailler ensemble sur cette problématique. J’ai enregistré récemment la visite de la troisième personnalité de l’Ambassade des USA, Mme Melinda Crowley, Ph.D qui est venue nous rendre visite pour voir notre siège et voir également comment la Fonbale fonctionne. Mais en ce qui concerne nos différentes actions sur le terrain à savoir, l’éducation des enfants mendiants, nous sommes accompagnés pour le moment par le Groupe Afrique Vision à travers ses organes de presse, du site internet Aminata.com et par NSIA Banque qui nous assistent depuis qu’on a commencé.

Avez-vous un message à l’endroit des autorités et aux populations ?

Mon message, c’est pour dire qu’il faut que chacun se lève en vue de lutter contre l’excision et les mutilations génitales, qui sont des fléaux qui tuent les filles et femmes. Il suffit seulement qu’une fille soit séropositive que tout le groupe de filles à exciser soit contaminé  une à une par suite de contamination. Chaque tradition à une époque bien déterminée. Les excisions ne correspondent plus à notre temps, il faut qu’on arrête de le faire parce que ça détruit psychologiquement les femmes, ça détruit la société entière. Donc, plus jamais ça, halte à l’excision en Guinée.

Propos recueillis par Oumar M’Böw pour Aminata.com

622624545/666369744

mbooumar@gmail.com



PARTAGER
Article précédentCommuniqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée
Article suivantCommuniqué de MTN Guinée
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

1 COMMENTAIRE

  1. Aminata – « Chaque tradition a une époque bien déterminée », dixit Binta Ann, fondatrice de la Fonba… – Guinée

  2. Aminata – « Chaque tradition a une époque bien déterminée », dixit Binta Ann, fondatrice de la Fonba… – Guinée

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here