« C’est le manque des moyens qui nous a poussé à la mendicité », explique un enfant mendiant

0

Vêtus des habits sales et déchirer, pieds nus, des enfants mendiants se trouvent dans plusieurs axes routiers de Conakry pour quémander de l’argent. Du  rond point Enco5 en passant par celui de Hamdanlaye, de la belle vue jusqu’à  la cité chemin de fer à Kaloum. Ils sont nombreux ces enfants non scolarisés qui sont sources de revenu pour leurs parents.

Ils descendent sur ces différents lieux tous les jours et  visent les points stratégiques où se produisent  les grands embouteillages.

Arrêtés toute la journée sous le soleil ou la pluie, ces enfants tendent la main aux passagers pour  la quête de l’aumône. Un enfant rencontré au niveau de la cité Enco5 en face de la Compagnie mobile d’intervention et de sécurité(CMIS), a fait savoir que c’est la perte de ses parents qui l’a poussé à mendier pour pouvoir survivre.

« Je vis avec ma grand-mère. Elle est trop vieille pour travailler. C’est le manque de soutien qui nous a poussé aller mendier dans la rue. Elle ne peut pas se déplacer c’est pourquoi  je ne vais pas en ville comme certains amis le font. Je dois non seulement mendier mais aussi  prendre soin d’elle. Donc nous restons ici et demandons à toute  personne de bonne  volonté  qui passe  de nous offrir un peu d’argent », a-t-il expliqué.


Si les uns le font par manque de soutien, d’autres considèrent la mendicité comme une activité génératrice de revenue. C’est le cas de plusieurs parents mendiants qui leur progéniture pour remplir leurs poches. Ces enfants qui ne souffrent d’aucun handicap physique ou mental sont devenus un moyen de commerce pour leurs parents qui sont censés les protéger. Certains d’ entre eux estiment leur revenu en fonction du nombre d’enfants qu’ils ont. C’est ce qui nous a confié un père de famille mendiant rencontré à la cité chemin de fer qui a requis l’anonymat.

«  Jai trois enfants, ils sont tous des mendiants. Je demande à chacun d’entre eux de sortir chaque matin pour aller à des lieux différents et je fixe le montant que chacun doit ramener. Notre activité dépend de l’ambiance que connait la ville. S’il y a une grande affluence, les enfants gagnent un montant raisonnable. Ce sont eux qui ont plus de chance de trouver de l’argent et le déplacement est beaucoup plus facile pour les enfants  que nous», a-t-il indiqué.

Poursuivant, notre interlocuteur nous a fait savoir qu’il y a certains mendiants qui viennent prêter les enfants d’autrui pour aller mendier avec eux.

« Il y a certaines femmes qui jouent aux jeux des faux jumeaux, prendre son enfant et celui de son amie pour aller chercher de l’aumône », a-t-il conclu.

Fatoumata Lamarana Diallo pour Aminata.com

+224 623 27 55 45



PARTAGER
Article précédentQue sont devenues les nouvelles recrues de l’enseignement ?
Article suivantCulture: le groupe Degg J Force 3 victime de cambriolage
Aminata.com Guineenews politique Guinée site d'information sur les nouvelles de la République de Guinée. Signalez réagissez : Vous pouvez contacter l’équipe de journalistes qui travaille à Aminata.com pour lui soumettre un texte, témoigner de ce qui vous est arrivé, signaler une information, relever une erreur, réagir à une actualité… Contactez-nous 973-477-6624 USA 224-664-328170 ou le 623 52 6 27 Guinee URL http://aminata.com Email: amadou@aminata.com Régie Publicitaire : 83kindy@gmail.com +224 656 0287 25 Conakry/ +336 98 48 57 52 France

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here