Ce que Bahfisher retient de son père, feu Oury Bah

0

[dropcap class= »kp-dropcap »]L[/dropcap]ors de l’exposition du corps de feu Bah Oury, ancien député à l’assemblée nationale au Palais du Peuple le jeudi 13 mars 2014, son fils ainé honorable Alpha Souleymane Bahfisher s’exprimant devant la dépouille mortelle de son père a dit:

« Je vais commencer mon intervention par quelque chose que je n’avais jamais compris durant toute la vie de mon père. Je me souviens que souvent, je lui demandais et même très souvent. Pourquoi les autres ont toujours raison devant moi ? Pourquoi tu penses toujours aux autres devant nous tes enfants ? Il me répondit toujours en me disant, un jour tu comprendras; in jour viendra où, tu comprendras pourquoi je pense toujours aux autres devant vous et pourquoi les autres ont toujours raison devant vous mes enfants. Aujourd’hui, il est à côté de moi inerte. Permettez-moi, de me tourner vers lui pour lui dire aujourd’hui papa je t’ais compris. J’ai compris, Pourquoi les autres avaient toujours raison devant nous et les autres avaient toujours la priorité devant nous. Au vu des différents témoignages, au vu des différentes personnes qui nous ont soutenues et accompagnées depuis ta disparition, j’ai compris que tu nous as laissé le plus grand héritage au monde. Un héritage qu’on ne peut pas quantifier, qu’on ne peut pas mesurer. Un héritage humain, un héritage fondé sur des valeurs.


Je me rappelle encore une fois, je lui disais Papa, pourquoi tu ne m’achètes pas une voiture ? Pourquoi tu ne me donne pas ça ?  Je me souviens, il me disait toujours, je n’ai rien. Je n’ai pas de fortune, je n’ai pas d’argent. Mais, j’ai plus que de l’argent, j’ai plus que de la fortune. Et moi, je voyais beaucoup de mes amis qui avaient beaucoup de matériels plus que moi et lui il n’en avait pas. Il n’a jamais eu d’argent. Ce que je sais, il a parcouru le monde entier. Parce qu’il est parti en France à l’âge de 14 ans, où il a fait le  collège et le lycée. Mais matériellement, il n’avait rien. Il me disait, je te laisserai un héritage qui te servira durant toute ta vie. Je te laisserai l’image d’un père digne, qui ne sera impliqué dans aucune sorte de malversation. Un père qui n’aura fait du mal à personne. Un père qui te laissera des familles entières à ta disposition. Voici l’héritage que je te laisserai, mais  il ne sera pas matériel.   Permettez-moi encore de le dire, merci pour l’héritage qu’il m’a laissé. Un héritage qui est plus que tous les milliards du monde. Parce que, tu m’as laissé plusieurs pères. Des pères qui sont entre autres, le Président de la République (Pr Alpha Condé Chef de l’Etat ndlr), qui me prend comme son fils, qui me l’a montré et je le récent. Il m’a toujours raconté vos aventures lorsque vous étiez jeunes en France. Aujourd’hui, j’ai un père. J’ai encore d’autres pères, j’ai le président de l’assemblée nationale qui me prend pour son fils ; J’ai encore d’autres pères, j’ai l’honorable Sila Bah qui est le président de notre commission qui me prend pour son fils. J’ai El Bah, le 4ème vice-président, qui me prend pour son fils ; J’ai le président Somparé (ancien président de l’Assemblée Nationale sous le régime de feu général Lansana Conté ndlr), qui me prend pour son fils ; j’ai le premier ministre, M. Souaré qui me prend pour son fils. Je te remercie papa pour cet héritage qui est plus que des milliards.

Je suis fier de toi, je suis fier de ton parcours, tu as toujours été un modèle pour moi. Il était comme une solution, c’est-à-dire quand vous venez à côté de lui avec un problème, vous avez la solution tout de suite. Cet homme avait toujours un mot face à une situation. Aujourd’hui, il n’est pas là, mais permettez-moi de lui dire que je veux remplir mon devoir de fils ainé, je veux honorer ta mémoire. J’aurai le comportement que tu as toujours voulu. Je maintiendrai toutes les relations que tu as eues. Je t’en fais la promesse Papa. Tu avais dit un jour que tu seras plus sur cette terre, lorsque tu criais sur moi, tu me le disais, tu disais qu’il y’a 7 milliards d’êtres humains, je suis le seul qui va crier sur toi, mais un jour, je ne serai plus là et tu n’auras personne pour crier sur toi. Oui, aujourd’hui je le sens. Alors je te remercie de m’avoir pas abandonner, ni mes frères et sœurs, mes mamans. Puisque tu as laissé des familles qui pourront veiller sur nous. Que ton âme repose en paix. Et que la terre te soit légère. Amen ! ».

Propos recueillis par Oumar M’Böw pour Aminata.com

622624545/666369744

mbooumar@gmail.com



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here