Après la tonne de messages de félicitations au ministre Baldé, la désagréable surprise

0

L’initiative de valorisation des primes accordées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique aux maîtres-assistants, maîtres de conférences et professeurs est considérée comme un acte d’exclusion par un Collectif dit des enseignants assistants, qui l’a fait savoir jeudi 10 août 2017 à Conakry.

Oui, la mesure ne fait pas l’unanimité au sein de ce Collectif d’universitaires guinéens !  En lieu et place de propositions concrètes à soumettre en bonne et due forme dans un mémorandum à adresser à leur ministre Abdoulaye Yéro Baldé, tel que cela avait été proposé par la majorité des enseignants présents à la rencontre du jeudi, les membres du Collectif brandissent carrément la menace.

Pis encore, ils prévoient de s’organiser pour battre le pavé et exiger son limogeage pur et simple.

Ne pourrait-on pas y lire une haine refoulée depuis longtemps puis remodelée en psychose de va-t-en guerre pour un retour à la médiocrité  de l’enseignement supérieur?

S’ils y parviennent, ce sera dommage pour la dynamique de qualification de l’enseignement supérieur. Au cas où ils obtiennent le départ de Yéro Baldé, l’histoire retiendra tout de même qu’il a voulu et obtenu que s’améliore le traitement des enseignants du supérieur. Et il sera mentionné en lettres d’or que le seul crime commis par le ministre Baldé aura été celui d’avoir obtenu le feu vert de procéder à une révision à la hausse des primes de traitement des enseignants guinéens. Ce qui permettrait à chacun de changer sa vie et celle de sa famille tout en se consacrant entièrement à son travail, en lieu et place de faire de petits boulots ou d’accorder des faveurs pour arrondir des fins du mois difficiles.

Tenez ! Avant l’initiative Yéro, un enseignant de l’universitaire ne pouvait bomber la poitrine devant son homologue de la Sierra Leone, du Liberia, de la Guinée Bissau, à plus forte raison du Mali, du Sénégal ou de la Côte d’Ivoire.

Avec son initiative, ceux d’entre eux qui ne touchaient que 30.000 FG sont les maîtres assistants. Ils vont devoir prendre 6 millions de FG désormais. Quand aux maîtres de conférences qui ne percevaient que 40.000 FG, ils seront à 8 millions de FG. Pour les professeurs, la prime passe de 50.000 FG à 10 millions de FG.


Ce bon début du processus de revalorisation est malheureusement pris pour un péché d’Israël. Or, pour changer les choses, il faut avoir l’audace de prendre le taureau par les cornes. Mais à suivre de près le porte-parole du Collectif des enseignants assistants, on tombe des nues quand on l’entend arguer qu’il faut  «relever aussi les primes des enseignants assistants, comme on l’a fait pour les autres, en maintenant toujours l’écart de 2 millions. Donc, les enseignants assistants vont aussi à 4 millions en respectant la marge qu’eux-mêmes ils ont fixée», et appelle cela le premier point de revendication. Bon Dieu ! C’est un processus.

L’initiative Yéro Baldé vise à la revalorisation sans exclusive du montant de traitement salarial des universitaires guinéens et par ricochet leur pouvoir financier qui rehaussera ainsi leur qualité de vie d’enseignants et fiers de l’être.

Il est tout aussi démentiel d’entendre le porte-parole du Collectif rejeter le retour en activité des cadres ayant fait valoir leurs droits à la retraite, au nom d’une prétendue «promotion des jeunes».

S’agirait-il là  des Professeurs vacataires qui, semble-t-il, triment depuis des années avec une misère de 25.000 Fg l’heure dans ces mêmes universités publiques? Le ministre Yéro Baldé n’a rien dit en ce qui les concerne, mais il sait qu’eux aussi sont à écouter. Cette jalousie du Collectif des «jeunes» est donc précoce et serait d’ailleurs mal placée.

Globalement, ce qu’il avance-là n’a ni tête ni queue. Partout dans le monde, ceux qui ont acquis une expérience ont toujours une place dans la société. Cela n’empêche nullement la «promotion des jeunes».

Le « Plan de carrière pour les enseignants assistants» qu’évoque le Collectif est un secret de Polichinelle. C’est une rengaine.

Il veut faire croire à l’opinion que le bien-fondé de son action se trouve à ce niveau. Non, mille fois non !

L’initiative de Yéro Baldé n’encourage nullement la mise à l’écart des aînés dans le processus du renouveau guinéen, à plus forte raison les enseignants assistants qui font partie intégrante des ressources humaines intéressées prises en compte dans cette dynamique de changement.

Je conclus par rappeler qu’un universitaire ne peut se targuer de promouvoir de modèle en brimant une composante essentielle du système ou en écartant les plus expérimentés.

A bon entendeur, salut !

 

Par Diallo Alpha Abdoulaye (Le Populaire du 21 août 2017)



LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here